Connectez-vous S'inscrire
News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

TEXTO DU JOUR: Le corps d’une femme n’est pas un diplôme

le Vendredi 8 Mars 2013 à 00:00 | Lu 767 fois



TEXTO DU JOUR: Le corps d’une femme n’est pas un diplôme
TEXTO DU VENDREDI 8 MARS 2013

La formule a fait mouche hier à la principale édition du journal télévisé de 20 heures de Gabon Télévision.

Elle est du Ministre de la Famille et des Affaires sociales Madame Honorine Nzet Biteghe, née Ntsame Allogo Engo qui l’a utilisé dans son discours allocution de célébration de la journée internationale de la femme au Gabon.

Avec pour thème cette année « Elimination et prévention de toutes les formes de violence à l’égard des femmes en milieu professionnel », dans son adresse de circonstance, cette éminente magistrate gabonaise a interpellé ses compatriotes femmes en leur disant que «le corps d’une femme n’est pas un diplôme ».

Quel message retenir derrière cette formule ?

Cette formule met en exergue premièrement l’importance du diplôme qu’on obtient seulement par un effort personnel au travail, et qui est le seul sésame qui permet d’accéder à des fonctions et ou à des avantages divers.

Pourtant la formule laisse penser que certaines femmes, au lieu de mettre en exergue leurs diplômes et leurs compétences, mettent plutôt en exergue leur charme et leur corps pour tirer faveurs et profits de toutes sortes de la part des hommes, ouvrant ainsi elles-mêmes la porte au commerce de leur corps et de leur dignité humaine.

En ouvrant son discours avec cette formule, Honorine Nzet Biteghe a voulu faire prendre conscience à ses sœurs, et en même temps les mettre devant leurs responsabilités sur la suite qu’elles donneront à son discours qui n’a guère pour but d’inciter les femmes à ouvrir les procès à tout vent contre les hommes, leurs collaborateurs ou leurs patrons. Elle coupe ainsi l’herbe sous les pieds de certaines féministes gabonaises.

Mais la formule de Madame Nzet Biteghe vaut deuxièmement pour les hommes.

En effet, qui sont les prédateurs des charmes féminines si ce n’est les hommes ? Aussi, il revient parallèlement aux hommes de refuser ce marchandage et de cesser de conditionner la reconnaissance des capacités intrinsèques de leurs collaboratrices femmes contre le don des corps de celles-ci. Cette attitude est considérée comme de la violence envers les femmes.

Discours équilibré s’il en est un, par cette formule imagée qui fera désormais date, Honorine Nzet Biteghe vient de signer en ce début d’année 2013, sa marque de fabrique dans le palmarès des discours les mieux élaborés de l’histoire politique du Gabon.

PETIT-LAMBERT OVONO

Vendredi 8 Mars 2013
Vu (s) 767 fois




1.Posté par bibi le 08/03/2013 01:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
elle a raison bonne conseillére mais pas d'oreilles pour appliquer ça,elle parle des promotions canapés

2.Posté par steph le 08/03/2013 06:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Aux femmes de prendre leur responsabilité même si c’est parfois difficile. A bien des égards, on peut déplorer le comportement des victimes qui ne dénoncent pas souvent leurs bourreaux, par honte, prétextant qu'ils ne recommenceront plus. Alors que se faire déclarer comme victime peut favoriser l’aide autour de soi au cas où le bourreau voudra récidiver.

3.Posté par AYACOMA DES HAYACOMA le 08/03/2013 09:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
IL FAUT EGORGER LE BIAFRAIS ET SES SBIRES, LA EST LA SEULE VOIE DE SALUT DU PEUPLE!

4.Posté par BIBI BEN MOUNBAMBA le 08/03/2013 15:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ELLE DEVRAIT AUSSI DIRE L'ANUS OU LES FESSES D'UN HOMME NE SON PAS DES DIPLOMES.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

NOUVEAU ! NOUVEAU ! Petit moteur de recherche de produit sur chaque mot souligné de nos articles, faites un test c'est gratuit !

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 6 Avril 2013 - 13:09 TEXTO FLASH: Appel à la responsabilité!

Le Gabonoscope










Les Articles les plus lus

Démangeaisons : qu'est-ce que ça cache ?

0 Commentaire - 13/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Pourquoi la bière fait - il tant uriner ?

0 Commentaire - 24/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

» Notre histoire d`amour qui a bouleversé ma vie”

0 Commentaire - 27/09/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Cet accessoire qui peut vous aider à dormir plus vite

0 Commentaire - 10/07/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Les bienfaits du maïs sur la santé

0 Commentaire - 13/06/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Savoir Bien Vivre...


Incroyable !