Connectez-vous S'inscrire
News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon - Crime rituel : A vif, on lui arrache la langue, les reins, le cœur et le cerveau

l'info réelle 7J/7 - Info juste & Utile : News 7J/7 le Dimanche 3 Février 2013 à 10:34 | Lu 7843 fois

Amadou, Camerounais, la quarantaine révolue, n’a pas échappé au «bataillon des pièces détachées». Le brave homme s’est battu jusqu’au bout contre ses bourreaux avant de rendre l’âme récemment à 15 kilomètres de la ville de Ndjolé, au terme d’une ablation de sa langue, ses reins, son cœur et son cerveau. Le film d’un crime rituel.



Gabon - Crime rituel  : A vif, on lui arrache la langue, les reins, le cœur et le cerveau
Alors que l’on a annoncé le renforcement des contrôles dans tout le pays, et que le déploiement des policiers se voit notamment à Libreville, voilà qu’on découvre un autre cas de crime rituel. Cette fois, c’est un Camerounais qui a été la cible des criminels. Le scénario ourdi pour attraper cet homme, père de 17 enfants, a été le plus limpide et loin de tout soupçon jusqu’à l’aboutissement du drame.

La semaine écoulée, comme d’habitude, sieur Amadou vaquait tranquillement à ses occupations. Transporteur de son état, il desservait régulièrement la ligne Libreville-Lambaréné. Vieux routier, il pensait être vigilant et à même de détecter le moindre signe d’une affaire louche. Il se trompait.

Le routier a été contacté par un jeune-homme, originaire de la ville de Bitam, qui lui a proposé la location de sa voiture avec lui-même comme chauffeur, en échange d’une somme considérable. Ce contrat qui devait le conduire à Ndjolé où il devait aider le jeune-homme à faire des courses pour un mariage. Il a donc passé un coup de fil à son épouse pour lui annoncer son départ pour cette ville, précisant qu’il sera de retour dans deux jours.

Le jour du retour de Ndjolé, le jeune loueur de sa voiture lui propose de l’accompagner à une quinzaine de kilomètres après Ndjolé pour une autre course urgente. Ayant été mis en confiance depuis le premier jour, il ne se doutait de rien. Là encore, il a passé un autre coup de fil à son épouse pour lui dire qu’il quittait cette ville pour une autre mission. Quelque part, à quinze kilomètres après Ndjolé sur la route de Bitam, le jeune homme a demandé de s’arrêter pour un besoin urinaire. Or, derrière une vielle tractopelle abandonnée depuis des lustres, un groupe de personnes tapies attendaient. Mettant à exécution leur guet-apens, elles ont extrait Amadou de son véhicule en le brutalisant. Une bagarre a éclaté. Voyant que le chauffeur prenait presque le dessus sur eux, une jante de voiture lui a été assénée sur la nuque ce qui a entrainé sa chute.

Bien ligoté, il a été mis à genou. Comprenant à quel sort il était voué, il a supplié ses agresseurs précisant qu’il avait 17 enfants. Il leur a proposé, dans les larmes et les supplications, de prendre son véhicule et les 50.000 francs CFA qu’il avait également sur lui. C’était peine perdue. Sa sentence avait été prononcée quelque part. Ce sont uniquement ses organes qui intéressaient ses assaillants.

Encore vivant, ses meurtriers lui ont arraché la langue, puis les reins et le cœur tandis qu’une partie de son crâne a été brisé pour en extraire le cerveau. Au terme de cette mise à mort monstrueuse, il a été mis dans un sachet plastique pour être jeté dans un ravin en plein milieu de cette route menant vers Bitam. Le jeune loueur de voiture ayant l’ayant entrainé dans ce macabre traquenard a reçu en cadeau la voiture d’Amadou et 100.000 francs CFA plus deux plaques d’immatriculation.

Recherches et découverte

Voyant qu’Amadou n’était pas rentré sur Libreville le mardi de la semaine passée comme prévu, son épouse, ses frères et ses amis ont entrepris des recherches. La communauté Bamoun dont il était membre a de ce fait délégué 18 personnes pour des recherches sur la base des informations données par son épouse, Awa.

A Ndjolé, ils informeront la gendarmerie avant de continuer eux-mêmes les recherches. C’est fort de leur persistance qu’ils reconnaîtront la voiture d’Amadou, sans le même numéro d’immatriculation cependant, avec une dame et un chauffeur à bord, transportant boissons et autres marchandises en direction de Bitam. Interpellés et s’étant arrêtés, la dame enverra paître la bande de Camerounais à la recherche de leur compatriote disparu, brandissant sa nationalité gabonaise pour marteler qu’elle qui n’a pas de compte à rendre à des étrangers. Surtout, estimait-elle, qu’il s’agissait de la voiture de son beau-fils.

Entre temps, le chauffeur, entendant tout ce qui se disait, jettera un coup d’œil au dossier de la voiture pour se rendre compte que les noms cités y figuraient bien. Il gardera cependant le silence en remettant le dossier à sa place. N’étant pas de la police, le groupe a laissé partir la voiture, mais a prévenu un autre groupe plus avancé sur la route d’Oyem. Nouvelle interpellation de la voiture. Nouvelle discussion durant laquelle l’un des amis d’Amadou qui connaissait cette voiture pour l’avoir souvent conduit, est simplement allé chercher le dossier du véhicule là où Amadou les cachait habituellement. Rien n’avait encore été changé : il s’agissait bien de la voiture du disparu.

Avec l’aide des gendarmes de Ndjolé, les deux occupants du véhicule ont pu être ramenés à la brigade de cette ville. Les gendarmes de Bitam, mis à contribution, ont «cueilli» le jeune-homme qui avait entrainé Amadou dans le piège mortel. Alors qu’il ne voulait rien dire au départ, il a fini, sur la base de la promesse de mettre l’affaire sur le dos des étrangers ayant pris part au coup, par raconter ce qui s’était passé et dans les moindres détails. Il a donc révélé qu’un Camerounais, un Nigérian, un gendarme en poste à Bitam étaient les complices de l’horrible homicide. Bien sûr, il y avait également des Gabonais tandis que le commanditaire, nommément cité, serait l’un des hommes les plus influents du coin. Tout a été déballé et le jeune-homme a enfin conduit les gendarmes et le procureur sur le lieu du crime. Les restes de la dépouille mortelle d’Amadou, en putréfaction avancée, ont été enterrés sur place.

Vu que le commanditaire présumé est connu puisqu’il a été cité et que la plupart des personnes impliquées sont déjà aux arrêts, la communauté camerounaise, notamment les Bamouns, attend de son ambassadeur un suivi efficient de ce dossier. Une chose est sûre : les Bamouns, avec leur solidarité légendaire, appuyée par la communauté camerounaise du Gabon, n’entendent pas en rester là. Ils souhaitent que l’ambassadeur puisse prendre ses responsabilités. Amadou laisse 17 enfants.

Gabonreview

Dimanche 3 Février 2013
Info juste & Utile : News 7J/7
Vu (s) 7843 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

23.Posté par Réality le 23/03/2013 17:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sniper tu es un distracteur!

22.Posté par lepigeur le 22/02/2013 11:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quelle horreur ! Dans quelle société vivons nous ? Comment des choses pareilles peuvent elles être encore possible ? Et tout ça pour quoi ? Tuer de sang froid, arrivez-vous à dormir la nuit ? Comme vous n'êtes jamais punis, vous pourriez continuer. Pauvre de nous.

21.Posté par amina le 07/02/2013 17:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Où est passé le ministre de l'intérieur ?

20.Posté par LE RITE DE YORK le 05/02/2013 13:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
une societe de fetichiste lettrés en super 140 qui, la nuit flirte avec le sang et les viceres humaines . Quelle respectabilite face a leurs homologues occientaux et ailleurs , si ceux-ci aprenaient qu ils n ont de respectable que l ostentation materielle du biens detournes et voles a ceux auxquels ils se sont imposes par les armes, le crime et le sang, comme admnistrateurs. Comment vit-on dans le 16eme arrondissement avec comme voisin des profaneurs de tombes, des consommateurs de chaires humaines, des personnes qui n ont plus rien de l essence humaine pure et une progeniture qui se nourrit du fruit cette putricide ignonimie ? Les enfants de ces personnes peuvent-elles nous repondre ? Pourquoi l homme noir n a de cesse de se nourrir de la destruction de ses semblables ? Ces hautes aspirations morales qui, parfois permettent aux autres cultures de construire un socle credibidle et viable aux congenaires de leur race (europeens, arabes et asiatiques) , que nous appelons devellopement et pour lequel nous orchestrons notre propre genocide afin d en sucer eternellement et insassiblement (sans honte et goulument) les retombes, etaient-elles de cet ordre ? Qu est-ce qui ne va pas chez l homme noir ? A quan l eveil ? A quand la respectbilité, la dignite et l humanisme chez cet etre ?

19.Posté par le saoudien le 05/02/2013 13:38 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est clair k listoir d'c crim rituel n'conetra plu jam1 d'fin dan notr cher pays l'gabon! Juska presan ok1e mesur rigoureuz et oc1e enkete n aller juska son terme! 1e kstion m vien a lespri,cel d'savoir si ces gran hom considere l'peubl com 1 ensembl dd persone?

18.Posté par Kkk le 05/02/2013 08:50 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Arrêter de vous offusquer des attrocités du Gabon qui n''en finissent plus. Bcp parmi vous ont participé à l''émergence de ce nouveau Gabon. Alors, contentez vous d''apprécier le fruit de 46 ans d''immigration électoralovaudouiste béninoise et nigériane.

17.Posté par Ashanti le 05/02/2013 08:45 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C\'est une histoire triste donc les crime rituel ne finiront jamais! Mais sachez chers amis assassin que nous tous allons mourrir tot ou tard.

16.Posté par Kkk le 05/02/2013 08:35 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Arrêter de vous offusquer des attrocités du Gabon qui n'en finissent plus. Bcp parmi vous ont participé à l'émergence de ce nouveau Gabon. Alors, contentez vous d'apprécier le fruit de 46 ans d'immigration électoralovaudouiste béninoise et nigériane.

15.Posté par nance le 04/02/2013 20:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est hautement diabolique.l'amour de l'argent amène les hommes à devenir aussi cruels que satan

14.Posté par @SNIPER le 04/02/2013 12:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour connaître le ou les commanditaires de cet horrible crime rituel, rien de bien compliqué, vu que l'article nous donne déjà un indice précieux en précisant qu'il est question de "l’un des hommes les plus influents du coin". Nous savons aussi qu'il ne s'agit pas d'une femme, mais d'un homme. De plus, nous dit l'article, le crime a été commis à 15 kms de Ndjolé.
Notons cependant que celui-ci reste muet sur la direction, au départ de Ndjolé, vers laquelle la voiture se dirigeait. S'agit-il de la direction Nord, c'est-à-dire vers Oyem / Bitam, ou de la direction Sud, vers Bifoum / Lambaréné ?
Si le crime a été commis à 15 kms de Ndjolé en direction du sud, c'est que les assassins qui se sont cachés dans la brousse avaient été commandités par un des barons du coin, en l’occurrence soit Martin Mabala, soit Richard Auguste Onouviet.
Si c'est par contre en direction du nord, c'est-à-dire Oyem/Bitam, que les assassins ont éventré le malheureux Camer, la "commande" emanerait donc soit de René Ndemezo'o Obiang ou de Emmanuel Ondo Méthogo.
Que ce soit l'un comme l'autre, Martin, Richard-Auguste, René ou Emmanuel, nous avons là une bonne brochette de pédé-gistes, pourtant dotés depuis leurs naissances de prénoms chrétiens, mais qui, par la mutation psychosomatique que provoque le goût du lucre et du pouvoir, sont tous devenus des redoutables assassins, pour nourrir l'égrégore satanique de leur pdg.
Heureusement que tous les 4 font déjà partie de notre short list de gens auxquels on réserve une petite surprise avant la fin de l'année 2013.
Le vendredi 13 septembre 2013. Retenez déjà cette date. Nous allons frapper FORT, TRÈS TRÈS FORT. Et ça va faire MAL, TRÈS MAL.

@SNIPER

13.Posté par pétula le 03/02/2013 20:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


On avait bien donner le nom du tueur sénateur de Kango sénateur Ekomier qlq chose et pourquoi ne pas aussi donner le nom du nouveau commanditaire?
Le gabon laaaaaaaaaaaaa vraiment

12.Posté par Grand-Maître Maçon Hiram Abiff le 03/02/2013 19:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ne serait-ce pas Mabala ou Onouvié le commanditaire par hasard? Les gens du PDG ne savent que ça: Tuer et tuer encore. Bongo Omar leur avit pourtant bien dit que ce n'est pas ainsi que Dieu a voulu qu'ils gèrent ce pays. Comme il est mort, tous ont oublié jusqu'à ce que leur tour arrive. Et peut-être l'écroulement de leur système satanique. Ce qui serait la meilleure nouvelle du Gabon depuis le 17 août 1960.

11.Posté par Craft Mbumb'Mbumbu le 03/02/2013 19:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La rumeur enfle à la Grande Loge du Gabon que le GMN Ali Bongo est spirituellement faible. Et que si rien n'est fait pour nourrir La Terre Sainte, avec un gros sacrifice humain, le GMN Ali Bongo n'est pas à l'abri d'un malheur personnel !

10.Posté par tarchidime le 03/02/2013 18:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est tout de même ahurissant de poser le constat accablant que seul le Gabon est passé maître dans la pratique des crimes rituels. Et le plus révoltant, voire le plus choquant dans ces affaires c'est le mutisme chaque fois affiché par les autorités chargées d'assurer la sécurité des biens et des personnes comme si ce silence cachait des desseins inavoués. Ce pays, autrefois moins enclin à cette forme de barbarie digne des peuples troglodytes. Je crains pour ma part que si les dirigeants actuels ne prennent sérieusement ce mal à bras le corps en vue de l'éradiquer, il finira par s'installer durablement faisant du Gabon la risée des autres nations

9.Posté par la nation depuis kinguele le 03/02/2013 15:56 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le simple fait de ne pas dire le nom du commanditaire vous démontré un ère de xénophobie. Les crimes rituels sont dans tous le gabon.
J''ai vue pire Chez moi a mouila en 2001 ou pour 50000f chacun ,4 jeunes ont accepter de tuer un de leur condisciples de classe .ils avait préparer leur coup a la rivière DIROUNI pour ceux qui connaissent mouila et, leur commanditaire fut NORBERT DIRAMBA. Il a tout étouffer l''affaire nulle ne sait ce que sont devenue ces jeunes.
Cet homme a perdu la vie mais que faisons nous après? Moi je propose au peuple gabonais , puisque ce phénomènes persiste ,de faire la justice populaire comme chez les autres ne fait rien pour stopper ça alors chaque fois qu''on attrape ces assassins brulon le.
Condolence a la famille du disparue et que DIEU protège notre GABON con ces Satan

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

NOUVEAU ! NOUVEAU ! Petit moteur de recherche de produit sur chaque mot souligné de nos articles, faites un test c'est gratuit !

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Dans la même rubrique :
< >

Flash Info Résistance | Politique | Société | Economie | Art Sponsorisés | Scandale | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Société Civile | CAPPO | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Infos Plus | Education Nationale | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Ogooué Ivindo | Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame






Booking.com




Les Articles les plus lus

Démangeaisons : qu'est-ce que ça cache ?

0 Commentaire - 13/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Pourquoi la bière fait - il tant uriner ?

0 Commentaire - 24/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

» Notre histoire d`amour qui a bouleversé ma vie”

0 Commentaire - 27/09/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Cet accessoire qui peut vous aider à dormir plus vite

0 Commentaire - 10/07/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Savoir Bien Vivre...


Incroyable !