Connectez-vous S'inscrire
News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Bruno Ben Moubamba : "Le boycott des législatives au Gabon est contre-productif" : Membre actif de UPG

l'info réelle 7J/7 - Info juste & Utile : News 7J/7 le Vendredi 4 Novembre 2011 à 19:07 | Lu 3032 fois

Ancien vice-président de l’Union nationale et ancien candidat à la présidentielle gabonaise, l’opposant Bruno Ben Moubamba vient d’annoncer à 41 ans son adhésion à l’Union du peuple gabonais (UPG), quelques semaines après la mort du fondateur de ce parti, Pierre Mamboundou. Interview.



Bruno Ben Moubamba : "Le boycott des législatives au Gabon est contre-productif" : Membre actif de UPG
Jeuneafrique.com : Pourquoi avez-vous décidé d’adhérer à l’UPG ?

Bruno Ben Moubamba : Mon adhésion est acquise. Je serai un membre actif enthousiaste car c’est le dernier grand parti de l’opposition gabonaise. J’ai vécu très douloureusement la dissolution de l’Union nationale [survenue en janvier 2011, NDLR], dont j’étais un des vice-présidents, et j’arrive à l’UPG pour essayer de participer à la reconstruction de ce parti afin qu’il survive à son fondateur, Pierre Mamboudou.

Je devais faire cette action pour honorer ce dernier car il m’avait demandé en 2009 de me désister pour soutenir sa candidature lors du scrutin du 30 août 2009. Je n’avais pas jugé opportun de le faire et je le regrette. Entrer à l’UPG aujourd’hui, c’est une manière de réparer cette erreur politique.

Comment comptez-vous vous rendre utile au sein de ce parti ?

Nous verrons le moment venu. J’ai décidé de rentrer au Gabon au cours de l’année 2012, après l’élection du nouveau président français ou la réélection du président sortant, Nicolas Sarkozy. Vous savez à quel point les chefs d’État français influencent la gouvernance des pays africains francophones. Il est important d’agir en France, notamment sur le vote des africains français. Avec l’écrivaine Calixthe Béyala et plusieurs autres personnalités, nous venons de créer le Mouvement des Africains-Français (MAF), pour faire du lobbying afin de peser sur la présidentielle française.


Je demande aux Gabonais de ne pas se laisser manipuler par les tenants de la stratégie du chaos parce que personne n’y gagnera.

Une partie de l’opposition gabonaise prône le boycott les législatives du 17 décembre pour dénoncer le refus du gouvernement d’introduire les données biométriques dans le fichier électoral. Approuvez-vous cette stratégie ?

Non. Je pense que nous avons plus de chance de faire avancer le débat sur la biométrie en siégeant à l’Assemblée nationale. Le boycott est contre-productif. C’est comme ça que Pierre Mamboundou raisonnait et moi je demande aux Gabonais de ne pas se laisser manipuler par les tenants de la stratégie du chaos parce que personne n’y gagnera.

Pourtant, entre participation et boycott, l’UPG a beaucoup hésité…

Un débat interne s’est tenu au sein du parti et un vote a eu lieu. Sur 30 membres, 16 voix ont voté pour la participation aux législatives, 13 voix se sont prononcées pour le boycott tandis qu’une voix s’est abstenue. La démocratie interne a ainsi donné un résultat devant lequel il faut s’incliner. Et ce choix est en train d’entraîner une partie de l’opposition, brisant ainsi l’union sacrée qui s’était formée autour du mouvement « ça suffit comme ça ».

N’avez-vous pas le sentiment de porter un coup dur au combat pour la transparence aux élections ?

Non, je continuerai à me battre pour cela. Moi j’ai plutôt le sentiment qu’aujourd’hui, les Gabonais sont pris en otage par la querelle des deux héritiers d’Omar Bongo Ondimba [Ali Bongo Ondimba et André Mba Obame, NDLR] qui sont l’un à la présidence et l’autre dans l’opposition. Ils sont tous les deux des tenants de la stratégie du chaos. L’un dit « pas de biométrie pas d’élection » en sachant que l’autre refusera de la mettre en place. Il ne faut pas faire une fixation sur la biométrie ici et maintenant. Il y aura d’autres occasions.

____________

Propos recueillis par Georges Dougueli


Source : Jeune Afrique


Vendredi 4 Novembre 2011
Info juste & Utile : News 7J/7
Vu (s) 3032 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

38.Posté par Dunzi le 08/11/2011 02:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ta stratégie n'aboutira pas car il y aura toujours quelques moutons qui iront voter le PDG, la suite on connaît..

Le problème est le salaire de député qui représente beaucoup d'enjeux, qui voudra s'en priver là est la véritable question?

37.Posté par BOYCOTT le 07/11/2011 20:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L’idée de boycott des prochaines élections législatives du 17 décembre prochain au Gabon n’est pas pour déplaire à la majorité constituée par les parties d’opposition, la société civile et le peuple. Cette adhérence s’explique par le fait que maintes fois, à plusieurs occasions, le PDG a tout fait pour confisquer le pouvoir en crachant sur la volonté réelle du peuple. Tous les efforts mis en place pour instaurer des bases démocratiques au Gabon et ainsi assurer la tenue d’élections libres et transparentes et le respect du choix du peuple ont été mis en soutane par notre très cher parti au pouvoir, le PDG.

Aucune élection ne peut se mériter le titre ou la nomination d’élections transparentes malgré tous les efforts mis dans ce sens. Aujourd’hui le peuple constate une fois encore avec amertume qu’il a été trahi par le pouvoir en place et ses alliés et que ceci risque de se reproduire si des mesures austères ne sont pas prises.

Considéré comme salutaire, le mot d’ordre « PAS DE BIOMÉTRIE, PAS DE TRANSPARENCE, PAS D’ÉLECTION » initié par les parties d’opposition et les acteurs de la société civile vient répondre aux prières des citoyens à savoir de voir un bloc solide face à la machine à tricher du PDG capable de contrer toutes mesures anti-démocratiques et poser la pierre sur laquelle seront montées les fondations d’un Gabon démocratique.

Le mot d’ordre ayant fait son bout de chemin, et la date butoir des prochaines élections avançant à grand pas, il est temps de se pencher sur quelques stratégies de boycott pour agir tôt de façon efficace et non improvisée:

Stratégie de communication : d'abord, il faut informer, rassembler, et aller vers le peuple en utilisant les moyens mis à notre disposition « SMS, tractations, TV plus (qui risque d’ailleurs d’être interrompue comme à l’accoutumé, journal écrit et en ligne, face book, bouche à oreille, porte à porte, radio, église, affiche…»;
Il ne faut pas attendre que les initiateurs du mouvement fassent tout.
Stratégie de Visibilité : clip de musique de propagande, T-shirt, casquette à l’éfugie du mouvement «« PAS DE BIOMÉTRIE, PAS DE TRANSPARENCE, PAS D’ÉLECTION » en mémoire de PIERRE MAMBOUNDOU et de ceux avant lui qui sont tombés (REMDJAMBÉ, PIERRE CLAVER NZENG…)
Stratégie de Dispersion : pour réussir à déjouer les actions de répression du PDG;
Stratégie de désobéissance nationale : demander au peuple d’aller travailler mais de ne rien faire pendant une semaine pour mettre à mal le roulement de la machine ou demander au peuple de rester chez soi pour faire pression;
Stratégie PAS D’ÉLECTION: demander au peuple de ne pas répondre à l’appel du PDG pour aller les voter.
Stratégie de face à face : en dernier recours il faut songer à initier des marches de contestations PACIFIQUES direction la présidence, la Cour Constitutionnelle, le siège de la CÉNAP, le ministère des affaires intérieurs, la RTPDG…

Quelque soit la stratégie choisie: il vaut mieux se battre avec des mots et des actions pacifistes qu'avec des morts!!!

36.Posté par BOYCOTT le 07/11/2011 20:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L’idée de boycott des prochaines élections législatives du 17 décembre prochain au Gabon n’est pas pour déplaire à la majorité constituée par les parties d’opposition, la société civile et le peuple. Cette adhérence s’explique par le fait que maintes fois, à plusieurs occasions, le PDG a tout fait pour confisquer le pouvoir en crachant sur la volonté réelle du peuple. Tous les efforts mis en place pour instaurer des bases démocratiques au Gabon et ainsi assurer la tenue d’élections libres et transparentes et le respect du choix du peuple ont été mis en soutane par notre très cher parti au pouvoir, le PDG.

Aucune élection ne peut se mériter le titre ou la nomination d’élections transparentes malgré tous les efforts mis dans ce sens. Aujourd’hui le peuple constate une fois encore avec amertume qu’il a été trahi par le pouvoir en place et ses alliés et que ceci risque de se reproduire si des mesures austères ne sont pas prises.

Considéré comme salutaire, le mot d’ordre « PAS DE BIOMÉTRIE, PAS DE TRANSPARENCE, PAS D’ÉLECTION » initié par les parties d’opposition et les acteurs de la société civile vient répondre aux prières des citoyens à savoir de voir un bloc solide face à la machine à tricher du PDG capable de contrer toutes mesures anti-démocratiques et poser la pierre sur laquelle seront montées les fondations d’un Gabon démocratique.

Le mot d’ordre ayant fait son bout de chemin, et la date butoir des prochaines élections avançant à grand pas, il est temps de se pencher sur quelques stratégies de boycott pour agir tôt de façon efficace et non improvisée:

Stratégie de communication : d'abord, il faut informer, rassembler, et aller vers le peuple en utilisant les moyens mis à notre disposition « SMS, tractations, TV plus (qui risque d’ailleurs d’être interrompue comme à l’accoutumé, journal écrit et en ligne, face book, bouche à oreille, porte à porte, radio, église, affiche…»;
Il ne faut pas attendre que les initiateurs du mouvement fassent tout.
Stratégie de Visibilité : clip de musique de propagande, T-shirt, casquette à l’éfugie du mouvement «« PAS DE BIOMÉTRIE, PAS DE TRANSPARENCE, PAS D’ÉLECTION » en mémoire de PIERRE MAMBOUNDOU et de ceux avant lui qui sont tombés (REMDJAMBÉ, PIERRE CLAVER NZENG…)
Stratégie de Dispersion : pour réussir à déjouer les actions de répression du PDG;
Stratégie de désobéissance nationale : demander au peuple d’aller travailler mais de ne rien faire pendant une semaine pour mettre à mal le roulement de la machine ou demander au peuple de rester chez soi pour faire pression;
Stratégie PAS D’ÉLECTION: demander au peuple de ne pas répondre à l’appel du PDG pour aller les voter.
Stratégie de face à face : en dernier recours il faut songer à initier des marches de contestations PACIFIQUES direction la présidence, la Cour Constitutionnelle, le siège de la CÉNAP, le ministère des affaires intérieurs, la RTPDG…

Quelque soit la stratégie choisie: il vaut mieux se battre avec des mots et des actions pacifistes qu'avec des morts!!!

35.Posté par king le 07/11/2011 17:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
urgent!!!!!!!!
Nous apprenons à l'instant que les dissidents de l'UPG, Mayila, Maganga et autres traitres de l'opposition tiennent des réunions au siège du PDG pour affiner des stratégies. A Port-Gentil par exemple, PDS et PDG devraient signer un accord pour que chacun garde ses élus, idem pour PSD à Mouila. Après ils vous diront qu'ils sont de l'opposition. Heureusement que le peuple a compris qui est qui.

34.Posté par King le 07/11/2011 13:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En date d’aujourd’hui, le Peuple gabonais doit savoir que les partis politiques suivants ne prendront pas part aux prochaines élections législatives,et
Appelle solennellement le peuple gabonais à s'opposer et à empêcher l'organisation de ces élections.
ACR :
- Union du Peuple Gabonais (UPG) ;
- parti Socialiste Gabonais (PSG) ;
- parti cercle Oméga (PCO) ;
- rassemblement National des Bûcherons (RNB).
CPPA
- Congrès pour la démocratie et la Justice (CDJ) ;
- mouvement de Redressement National (MORENA) ;
- mouvement de Redressement National Unioniste (MORENA UNIONISTE) ;
- parti Gabonais du Progrès (PGP) ;
- Union Nationale (UN) ;
- Union Républicaine pour la démocratie et le Progrès (URDP).
FSG
- Forum Africain pour la Reconstruction (FAR) ;
- mouvement Émancipation Socialiste du Peuple (MESP).
APPO
- Forces Patriotiques Unies (FPU) ;
Unis-nous vaincrons!

33.Posté par Volcanic le 07/11/2011 13:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@echo, c est vaiment pitoyable, ton raisonnement!
tiens! je te laisse trois fois, renier la verite ou l evidence, et reviens nous sur ce site, partager ce qui t est arrive. Merci

Que Dieu t accopagne!

LES ETRANGERS DEHORS, PAS D ELECTIONS

32.Posté par echo le 06/11/2011 23:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moubamba a raison si les députés ne vont pas à l'élection et bien Ali restera au pouvoir 40 ans ,

nous avons besoin des députés pour ramener a deux termes le mandat présidentiel pour une présidence de 5 ou 4 ans.

Le peuple peut faire barrage à cette élection, surtout si les fangs de l'opposition cette fois-ci fait franc jeux. Nous serons assez nombreux pour contrer le PDG..

31.Posté par MBADINGA David le 06/11/2011 21:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je pense qu'il n'est pas bon pour l'UPG d'aller aux élections gagnées d'avance par le PDG. Sauf à vouloir servir de faire valoir. Car si le PDG refuse de réunir les conditions minimales de transparence, ce n'est pas pour rien.

C'est parce qu'il veut conserver sa majorité mécanique à la Chambre introuvable. L'UPG doit poursuivre la lutte que Pierre Mamboundou a menée pour l'instauration d'une véritable démocratie au Gabon.

On ne peut honorer sa mémoire qu'en soutenant la position de l'oppostion dont l'UPG a été solidaire dès le départ. Puisqu'aucun élément nouveau n'est intervenu dans le dispositif de la fraude éléctorale mis en place depuis 1990 par le pouvoir PDG, il n'y a donc aucune raison de se désolidariser des autres partis de l'opposition qui prônent le boycott.

Il ne faut pas perdre de vue que la politique est une question de rapport de force. Ce rapport de force ne peut être en faveur de l'opposition que si la dynamique unitaire est maintenue et non rompue. Autrement dit toute fissure dans le dispositif de lutte de l'opposition favorise le camp d'en face.

David MBADINGA
Ancien Secrétaire Général de l'UPG de 1994 à 2004
Secrétaire Exécutif Adjoint de l'UPG (Actif de 2004 à 2006)
Ancien Directeur National de Campagne de Pierre MAMBOUNDOU à l'élection Présidentielle de 1998.
Maintes fois victime de tentatives d'assassinat du fait de son engagement politique à l'UPG.

30.Posté par Alex Térieur le 06/11/2011 00:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Rood: Pfffffffff.......C'est désespérant! Vous parlez de stratégie? Venons-en alors: la seule que vous proposez est celle (si elle en est une vraiment) qui a été éprouvé depuis tant d'années et qui a conduit aux résultats que l'on sait. Voyez-vous, pour en revenir à votre allégorie: il y a plus d'espoir dans la révolte d'un enfant que dans la résignation et le cynisme d'un adulte qui compte sur le "temps" pour régler les problèmes à sa place. Le temps ne prend sens que lorsqu'il est support de l'action, il ne règle pas les problèmes à lui tout seul.....

Si vous reprochez aux autres leur manque de stratégie au moins creusez vous un peu les méninges pour en proposer une qui aie plus de sens.....

Cordialement

29.Posté par rood le 05/11/2011 22:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BMM est le seul a avoir la tete sur les épaules. Fuir les élections c'est manquer de courage. Avec des hauts et des bas, il faut savoir se prêter au jeu de la démocratie.
Le PDG a opté d'y aller sans biométrie, ça les avantage, c'est eux qui ont la majorité, donc eux qui décident. Je ne vois pas dans ce monde un parti qui est au commande, qui le pouvoir de décider et qui va faire des cadeaux aux autres en leur facilitant les choses. Le camp adverse reve à mon avis avec son discours de "pas de biométrie pas d'élections". L'opposition manque de réalisme en réfusant le voie des élections. Et c'est comme faire preuve de lâcheté. Ils ont peur du PDG. Et ils condamnent leurs partie à la perte.
Au contraire, en participant, ils donnent une fois de plus l'occasion au PDG de tricher. Le peuple sera encore témoin. Et le pouvoir parlémentaire de plus en plus illégitime. Le temps fait des miracles, et le vent fini par tourner.
Tout ce que je vois, c'est une opposition sans stratégie, molle et poltronne. Et c'est bien dommage. On dirait un enfant qui dit : pas de gouter, pas d'École...pitié...

28.Posté par Ménélick III le 05/11/2011 17:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Bruno Ben MOUBAMBA,
Allez légitimer la fraude du biafrais et ses sbires, et obtenez 5 sièges à l' assemblée contre 115 du PDG. Ainsi, vous aurez la majorité relative ou absolue qui vous permettra de démocratiser l' assemblée nationale.

Aussi, après l' élection de vos 5 députés, vous aurez l' obligation d' adresser les remerciements au biafrais et à ses sbires pour la transparence électorale du scrutin.

Bonne chance!!!

27.Posté par Brand-Maîte Maçon Hiram Abif le 05/11/2011 16:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chers compatriotes,

Je crois qu'il n'y a pas lieu à polémiquer avec M. Moubamba et ses amis pro-participations sur lsurs nouvelles dispositions d'esprit à l'égard du régime pédé-juste, à moins qu'ils les avaient soigneusement tues toutes ces années. Dans ce cas, elles ne seraient pas nouvelles; et je me serais trompé à leur égard.

Il n'y a rien de nouveau à leur attitude. Ceux qui le peuvent se rappelleront le comportement de soit-disants opposants légendaires ou irréductibles au lendemain de la Conférence Nationale. Ils ont tous accouru à l'appel d'Omar Albert Bongo de former un gouvernement d'union national (GUN - un vrai pétard mouillé). La même chose a eu lieu avec la bande à Mba Abessolo et sa "convivialité intestinale". A la fin des courses, tous ou presque ont disparu de la scène politique.

Il faut inscrire le long terme dans l'obtention des résultats de la lutte politique - bien que ce régime a déjà 51 ans - dont le seul objectif, pour le moment, est de se débarasser à tout prix de l'hydre pédé-juste et du dragon Bongo. Bruno Moubamba, Louis Gaston Mayila, Fidèle Waura... ne sont que des détails que les règles écrites et non écrites de la lutte politique vont prochainement disqualifier de l'espace politique et médiatique de notre vher et beau pays. Dans deux mois, pas davantage, ils seront rangés sur les étagères du musée politique gabonais.

Je l'ai déjà dit et je le repète, il n'y a pas ici lieu de faire du sentimentalisme nègre parce qu'il n'est plus des nôtres. Pierre Mamboundou lui-même s'était déjà inscrit dans la logique de la collaboration coupable avec le tandem Ojukwu Obi Jeffrey Bongo/PDG. Il n'est pas à exclure que la crise cardiaque qui l'a emporté soit venue du fait d'une très longue attente désespérée de sa nomination au poste de Vice-président de la République.

Je souhaite donc du plaisir post-électoral aux pro-participations aux législatives des rangs de l'opposition. Il faut déjà préparer d'autres cerceuils car, losrque tardera la concrétisation des promesses de nominations au gouvernement faite nuitamment par Ojukwu Obi Jeffrey à ses visiteurs, d'autres ne résisteront pas; et les coeurs lacheront. C'est dur de le dire, mais la vérité commande de le dire. Quant au peuple, il finira par reconnaître un jour les siens. Il faut être endurant et persévérent.

Pour revenir à Bruno Moubamba, il est temps qu'il rentre au Gabon. Ce n'est pas à Paris ou à Reims que l'on vote les députés Gabonais. C'est au Gabon et nulle part ailleurs. Après deux à trois mois au Gabon, dès qu'il se rendra compte que personne ne le connaît et que personne ne fait aucunement attention à son existence qu'il veut particulière, il retournera chez son beau-père, élever et vendre du champagne.

Mon frère, la politique au Gabon est dure. Paul Mba Abessolo peut t'en parler des nuits et des jours durant.

26.Posté par matsi mha dugheli le 05/11/2011 15:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous ne voulons plus de plaisantins comme Moubamba amo ......

25.Posté par MLuterking le 05/11/2011 15:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BMM tu prends des Gabonais pour dupes, vous ne voulez pas participer aux législatives pour le peuple Gabonais mais pour vos ventres pour parler plus simple d'autant plus que nous savons tous que dans ces conditions, les élections seront bidouiller comme d'habitude, on asistera aux mêmes recours et aux même discours qui n'ont jamais rien donné. mais en attendant vous avez participé à narguer le peuple Gabonais avec alilebifra et ses serviteurs, conclusion le Gabon ne change pas et ne changera pas tant que les vrais Gabonais ne prendront pas leur responsabilité devant le peuple et devant l'histoire de renverser une fois pour toute, ce système diabolique qui tue et anéantit tout espoir. il est temps que nous Gabonais prenions nos responsabilités pour effacer le Pdg du systèmes politique Gabonais, on ne veut plus de discours vides, passons aux actes pour sauver le Gabon aux mains des Étrangers. si on te trompe une ou deux fois c'est acceptable mais la troisième fois, ce n'est pas celui qui trompe qui a un problème mais c'est toi. Nous devons passer aux actes, arrêtons les discours. Gabon lèves toi et marche!!!

24.Posté par Dibouangui le 05/11/2011 14:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur Moumbamba, vous êtes un jeune leader respecté qui a de l'avenir en politique au Gabon. Ne soyez donc pas trop pressé ou ne regretté rien. On vous comprendre, vous qui auriez été peut-être élu député dans une circonscription au Gabon.M on ne peut pas toujours bien vous suivre. Du moins, la question de la cohérence dans votre démarche ne peut manquer de se poser.Que l'on se souvienne de votre "distance", annoncée à grand renfort de média, avec certains membre de l'UN ou que l'on pense à cette déclaration surprise, c'est toujours l'absence (ou la confusion) qui transparaît dans la logique de votre discours et de la posture .Pouvez-vous nous dire, cher leader respectable, ce qui a changé entre les élections de 2009 que vous avez tant décriées, et celles qui s'organisent au baton levé par le seul et unique PDG? Nous, au contraire, croyons que ce qui a changé, c'est le semblant de démocratie qui s'organisait jusqu'en 2009. Depuis ce temps, tout s'est complètement dégradé et le pouvoir n'a rien à branler de personne. Alors, à moins que vous ayez des informations que vous n'avez daignez exposer ici, je crois qu'il faut tout essayer y compris le boycott.De toutes les façons, si cette option n'était pas problématique pour la crédibilité des élections au Gabon, le pouvoir, comme tjrs, devait s'en branler et ne tenterait pas de diviser l'opposition comme on le voit. Soyez précis dans les termes, cher frère le boycott n'est pas le chaos, loin s'en faut; il est un acte aussi démocratique que le vote en soi.

1 2 3
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

NOUVEAU ! NOUVEAU ! Petit moteur de recherche de produit sur chaque mot souligné de nos articles, faites un test c'est gratuit !

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Flash Info Résistance | Politique | Société | Economie | Art Sponsorisés | Scandale | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Société Civile | CAPPO | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Infos Plus | Education Nationale | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Ogooué Ivindo | Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame






Booking.com




Les Articles les plus lus

Démangeaisons : qu'est-ce que ça cache ?

0 Commentaire - 13/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Pourquoi la bière fait - il tant uriner ?

0 Commentaire - 24/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

» Notre histoire d`amour qui a bouleversé ma vie”

0 Commentaire - 27/09/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Cet accessoire qui peut vous aider à dormir plus vite

0 Commentaire - 10/07/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Savoir Bien Vivre...


Incroyable !