News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Voyez comment on crée des situations de tension, explique Luc Bengone Nsi

Le site de la Liberté - La République le Jeudi 21 Juillet 2011 à 08:41 | Lu 1327 fois

Luc Bengone Nsi, président du Mouvement de redressement national (Morena), a récemment défrayé la chronique pour avoir été l’auteur d’une plainte contre X sur l’acte de naissance controversé du président Ali Bongo. Dans l’interview publiée in extenso, l’opposant revient sur le dénouement de ce dossier et évoque les prochaines élections législatives, auxquelles son parti ne prendra part que «dans les conditions exigées par le peuple gabonais».



Voyez comment on crée des situations de tension, explique Luc Bengone Nsi


Vous aviez rendez-vous avec le tribunal, en début juin dernier, au sujet de la plainte contre X concernant l’acte de naissance controversé du président Ali Bongo. Où en êtes-vous à ce sujet ?

Le 24 mai dernier, j’avais déposé deux plaintes au tribunal de Libreville. Une plainte contre X et une autre contre le maire du 3e arrondissement de Libreville, pour faux et usage de faux. Avant cette initiative, j’avais auparavant déposé une plainte au tribunal correctionnelle de Libreville, le 12 octobre 2009, avant de me rendre à la Cour constitutionnelle. Mais cette première plainte n’a pas prospéré. C’est pour cette raison que j’ai relancé les choses en déposant les deux plaintes de mai dernier.

A mon premier rendez-vous avec le greffe du parquet, le 9 juin, les greffiers m’ont laissé entendre que les plaintes ne leur étaient pas parvenues et qu’elles étaient toujours au cabinet du procureur. Devant cette situation, je me suis inquiété car je craignais également que ces deux plaintes ne puissent avoir de suite comme la première. J’ai donc demandé à rencontrer le procureur de la République. Un de ses substitut a pris a pris attache avec lui et rendez-vous m’a été donné pour le 14 juin au matin.

A la date indiquée, après quelques heures d’attente, le procureur a daigné me recevoir. Je ne saurais revenir sur la conversation que nous avons eue à cette occasion, mais il m’a invité de repasser le 16 du même mois, comme me l’avait demandé le greffe. A cette date, je me suis donc rendu au tribunal où j’ai finalement été reçu par le procureur. Après un bref cours de droit, ce dernier m’a annoncé que les deux plaintes étaient classées sans suite, à cause de l’opportunité donnée au procureur de donner suite, ou non, à une plainte, conformément à l’article 22 du code de procédure civile et ce sans aucune explication. J’ai déduis qu’il n’y avait de justice au Gabon, puisque qu’on rend justice à la tête du client. L’autre regret c’est que, malgré la pertinence de ces plaintes, le peuple gabonais semble légèrement indifférent.


Le 15 juillet dernier, vous n’avez pas ratifié la déclaration de l’opposition à travers laquelle cette dernière menaçait de suspendre sa participation au processus de révision des listes électorales en cours. Quelles étaient vos motivations ?

Evidemment, il y a certains passages que j’aurais voulu qu’on ajoute à cette déclaration. Il y avait des passages là-dedans qui, pour moi, paraissaient très importants. Notamment le rappel des conclusions des accords d’Arambo, qui demandaient au gouvernement de prendre toutes les dispositions pour introduire les données biométriques dans la gestion des élections. Or, de 2006 à aujourd’hui, le gouvernement gabonais n’a fait aucun effort. Car, on semble parler de biométrie comme si le dossier n’a été évoqué qu’en 2011. Normalement, même la dernière élection présidentielle aurait du se faire avec les données biométriques, mais personne n’en a parlé. Et on ne reprend ce dossier qu’à quelques jours des élections législatives de cette année.

Donc la plupart des autres pairs n’ont pas voulu qu’on évoque ce problème. Mais vous savez, nous sommes dans un groupe où chacun peut avoir ses appréciations. Il y avait aussi d’autres passages que je n’appréciais pas. Et comme avant la fin des débats j’ai reçu un appel d’urgence, je me suis excusé et suis parti sans avoir signé. Par ailleurs, je suis contre le fait qu’on caresse certains alors qu’ils sont à l’origine des blocages que nous rencontrons aujourd’hui, c’est vraiment l’aspect que je n’apprécie pas beaucoup. Voilà également l’une des raisons qui m’a amené à ne pas entériner ce document, même si j’y adhère dans le fond.

Par ailleurs, au sujet de la révision de la liste électorale, au cours d’une réunion organisée par le ministre de l’Intérieur, j’avais demandé à quoi servait la participation de l’opposition dans cette opération. Parce que, en définitive, la confection de la liste électorale se fait à Oloumi, et là-bas, l’opposition n’est pas représentée. Nous sommes associés à la collecte et non au traitement informatique des données. Pour ma part, j’estime depuis trois ans que c’est une opération purement politicienne, qui n’a aucun résultat réel.

Dans ces conditions et dans ce contexte-là, doit-on conclure que le Morena n’ira pas aux prochaines législatives ?

Nous demandons comme tout le monde qu’il y ait des réformes. Ah non, il faut quand même que le gouvernement tienne compte des exigences du peuple gabonais ! Car, il est là pour servir le peuple. Le gouvernement est au service du peuple, et si ce dernier demande des réformes, les dirigeants doivent s’y plier. S’il ne le fait pas et qu’il y a drame, on dira que c’est l’opposition. Voyez-vous comment on crée des situations de tension ? Le Morena est prêt à aller aux élections, mais seulement dans les conditions exigées par le peuple gabonais.

Source : Gaboneco

Jeudi 21 Juillet 2011
La République
Vu (s) 1327 fois




1.Posté par Stephan le 21/07/2011 09:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Par ailleurs, je suis contre le fait qu’on caresse certains alors qu’ils sont à l’origine des blocages que nous rencontrons aujourd’hui, c’est vraiment l’aspect que je n’apprécie pas beaucoup. Voilà également l’une des raisons qui m’a amené à ne pas entériner ce document, même si j’y adhère dans le fond"

Vous avez tout dit, Monsieur Luc BENGONE NSI. C'est votre franc parlé qui fait de vous, un homme honnête!

En effet, certains de vos collègues de l'opposition sont à l'origine du blocage de la biométrie. eureusement que vous l'aviez reconnu...

2.Posté par la pensee gabonaise le 21/07/2011 09:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci M. Luc Bengone Nsi, pour ce discours franc!

3.Posté par botoms le 21/07/2011 16:25 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comment peut on classer une telle affaire d'Etat?ah mon pauvre pays le Gabon!!!tout est foutu.

4.Posté par Donguila le 21/07/2011 18:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ohhh, les ZOZOS DU NONOS, les DANSEURS DU VENTRE sont de retour avec leurs inepties et autres balivernes qui ne tiennent pas la route.

ALI OJUKWU= FAUX ET USAGE DE FAUX, son boulot: les ballades à coups de milliards. Bilan = = =>> Zéro Pointé!

Sa femme arabe s'occupe des veuves parce qu'elle sait comment elle terminera bientôt. Pitié...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...