News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Vers une plainte du collectif Ekang contre Michel Ogandaga ?

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mardi 18 Février 2014 à 07:14 | Lu 9267 fois

Se désignant Collectif Adh’oc des Ekang du Gabon (CAEG), une organisation a procédé à une déclaration, le 15 février 2014 à Libreville, pour dénoncer le mutisme des autorités gabonaise et des hiérarques du Parti démocratique gabonais (PDG) après les propos de Michel Ogandaga, un proche des cercles du pouvoir, concernant les Fang et les déboires du parti au pouvoir dans le septentrion.



Pour fixer les esprits, on rappellera le nom «Ekang» désigne l’ensemble des peuples appelés communément Fang, Pahouin ou Fang-Beti-Bulu. Se réclamant donc de ce groupe ethnique, le Collectif sus cité entend trainer Michel Ogandaga, présenté comme un membre de la cohorte des Conseillers du président de la République, devant les tribunaux afin que réparation soit faite à la communauté Fang du Gabon qui se sent ainsi stigmatisée.

Pour rappel, il y a quelques semaines, sur sa page du réseau social Facebook, Michel Ogandaga, figure de la blogosphère gabonaise, a certainement eu la maladresse de se laisser aller en diffusant des propos peu courtois concernant les «Pédégistes» de Bitam et l’échec à l’élection du 14 décembre 2014. Pour être clair, sans ambages, il écrivait : «Je suis un homme en colère, écœuré par ce qui se trame actuellement au sein du PDG du Woleu-Ntem.

Même si la traîtrise de nombreux militants PDG du Woleu-Ntem ne surprend personne, cette province a toujours été le bastion du judaïsme, antichambre du salafisme». Il ajoutait en en substance que «pour mettre un terme à cette immense saloperie, le grand ménage doit être fait maintenant dans le PDG. Je demande donc des sanctions ferme et immédiat contre ces ordures : – exclusion illico presto du Parti Démocratique Gabonais, limogeage manu militari de toute fonction officielle, suspension à vie de tout revenu, salaire, pension, retraite, etc. Cette seconde traîtrise est intolérable et inacceptable».

Ces propos, évidemment violent à certains endroits occultés pour leur obscénité, a entrainé la constitution du Collectif Adh’oc des Ekang du Gabon qui entend dénoncer le mutisme du gouvernement et du PDG, entre autres, face à ce qu’il considère comme «des propos haineux, tribalistes et dangereux pour l’Etat de droit, la démocratie et l’équilibre du Gabon».

Selon le CAEG, le propos de Michel Ogandaga fait dans la stigmatisation et livre en pâture toute la communauté Fang sans que l’exécutif ni le judiciaire n’interpelle cet homme, ni son parti. Le collectif s’insurge également contre le silence du Conseil national de la communication (CNC) qui aurait du, selon lui, agir contre l’hebdomadaire L’aube qui, rebondissant sur les propos incriminés, a ironiquement titré en prière de couverture : «Tuez-les tous» avec des photographies des personnalités célèbres de la communauté Fang du Gabon.

«Ce qui se passe est tout à fait inacceptable», a lancé l’un des participants à la rencontre tandis qu’un autre estimait par ailleurs que «la justice qui avait condamné avec énergie la prestation de serment d’André Mba Obame sous le prétexte qu’il s’agissait d’une tentative de déstabilisation de l’Etat aurait du s’autosaisir car, Michel Ogandaga a tenu des propos capables de susciter la haine et de déstabiliser le pays».

Se référant au contexte électoral de 2009, le CAEG craint que les propos de Michel Ogandaga ne soient minimisés comme le slogan «Tout sauf les Fang», ventilé durant la campagne présidentielle anticipée de cette année-là ; alors qu’il s’agit d’un élément qui annonce les couleurs de la xénophobie, du tribalisme et de la haine du prochain.

«Le silence de la présidence de la République, du ministère de la Justice et du Parti démocratique gabonais apparaît comme un silence coupable», ont fait savoir les membres du collectif avant que son président, Privat Ngomo, ne s’interroge : «mais quel crime avons-nous commis ? De quoi nous accuse-t-on au juste ? De quels actes odieux, abominables, répréhensibles et antirépublicains la communauté Ekang du Gabon s’est-elle rendue coupable ?».

«Le Collectif Ad’hoc des Ekang du Gabon, créé pour cette malheureuse circonstance, dénonçons publiquement l’inertie des pouvoirs publics et condamnons avec la plus grande fermeté les propos d’incitation à la haine raciale et au crime génocidaire du conseiller du président de la République, qui pour le coup, ne doit plus assumer la fonction qui est la sienne. De même, le Collectif exige un débat public sur la géopolitique et sa pratique dans notre pays depuis l’indépendance. Ceci, afin de permettre que la raison l’emporte sur les passions déchaînées qui peuvent malheureusement conduire à l’irréparable», déclare le collectif.

Gabonreview

Mardi 18 Février 2014
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 9267 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

11.Posté par ESSINGANG le 28/05/2015 21:41 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce discours doit au contraire interpellé tous les gabonais non pas pour s''insurger sur un idiot comme ogandaga, vu le silence de la présidence, de la justice... Il faut comprendre que ce n''est que la continuité du discours d''assélé qui vise un seul objectif, diviser les gabonais. Raté, les gabonais ne cèdent plus à la diversion, toutes les communautés doivent s''élever pour dire non au divisionnisme, nous sommes un au Gabon.

10.Posté par mba le 19/02/2014 03:27 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La presidence cree la division esperant rassambler les autres minorites mais ils ignorent kil renforce aussi l'union des Fangs. Au lieu de gagner le soutien populaire par le travail et la bonn gestion, ils misent sur la division. C'trop facile.

9.Posté par ADN le 18/02/2014 19:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis d'accord avec AFRIQUIYA. Il n'y a pas que les Ekang qui doivent s'indigner des propos de ce genre. Car, cela retarde non seulement le Gabon et sa population, mais aussi l' Afrique tout entière qui croupis aujourd'hui dans la haine éthique, religieuse et j'en passe des meilleurs. S'il faut sanctionner quelqu'un, c'est d'abord lui. Ali bongo doit faire de ce type un exemple

8.Posté par AFRIQUIYA le 18/02/2014 17:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
IL N'APPARTIENT PAS AUX SEULS FANG DE S'INDIGNER DES PROPOS DU SIEUR OGANDAGA. TOUT LE MONDE DEVRA LES CONDAMNER POUR EVITER DE CROIRE QUE CE MONSIEUR DIT A HAUTE ET INTELLIGIBLE VOIX CE QUE PENSE LE POUVOIR EN REALITE.

7.Posté par Letsar le 18/02/2014 15:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quelle tapage? Pour des propos tenu par un minable personnage. Déjà tu
vas sur sa page Facebook le type n'a pas de métier, c'est écrit homme public?

6.Posté par Motu Mabé le 18/02/2014 14:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout ça c'est donner des airs à l'arsouille à l'origine des propos cyniques sur un des peuples du Gabon; il suffit tout simplement de mettre le principe "" Le CHIEN ABOIE MAIS LA CARAVANE EKANG PASSE '''' en pratique

5.Posté par ngwala le 18/02/2014 13:19 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je salue l''initiative des ekang. La sous humanité qu''est ogandaga, doit répondre de ses turpitudes. Son imbécilité ne peut être impunie.

4.Posté par pitchou le 18/02/2014 12:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
CAR LE VERITABLE COMBAT C EST D ENLEVER LES BONGO ET LA COMMUNAUTé ETRANGERE DU BORD DE MER SUIVEZ L EXEMPLE DU GRAND NORD PROVINCE QUE JE RESPECTE ENORMEMENT AVEC UN VINCENT ESSONO MENGUE QUI A REPRIS LA MAIRIE D OYEM DE SE COTé 2016 EST ASSURER MOUILA AUSSI AVEC COMME MAIRE MAGANGA MOUSSAVOU 2016 EST ASSURER LIBREVILLE LOGIQUEMENT EST AUSSI ASSURER LE PDG DOIT TOMBER EN 2016 ADVIENNE QUE POURRA JAI LE DROIT DE REVER POUR UN MEILLEURS AVENIR DE MON PAYS ntountoume EMANE AURAIT DEJA DONNER SA CONSIGNE POUR 2016 LA DELIVRANCE DU PAYS VIENDRA DES ANCIENS DU PDG L ENNEMI DU PDG EN 2016 SERA LE PDG NDEMEZO A BITAM LA CONSIGNE EST DONNERSA PROMET

3.Posté par pitchou le 18/02/2014 12:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
TOUT A FAIT D ACCORD MOI JE SUIS PUNU ET JE SOUTIENS FORTEMENT CETTE INITIATIVE COMME QUOI AU GABON LORSQU ON QUITTE LE PDG ON DEVIENS UN TRAITRE LE PDG A NOURRIT LES GENS OUI MAIS LE PDG A EU L ARGENT OU N EST CE PAS L ARGENT DU PAYS QUI VA ME DIRE ICI COMMENT LES GENS DU POUVOIR RICHES SONT ILS DEVENU AUSSI RICHES CHEZ MOI A MOUILA LES PDGISTES SONT ENTRAINS DE SE TORTURER PARCEQUE MAGANGA MOUSSAVOU LEUR A BATTU DONC ONT TELLEMENT PEUR DES TETES QUI VONT TOMBER DU COTER DU BORD DE MER NE DIT ON PAS QU IL YA DEUX ETHNIES QU IL NE FAUT PAS DONNER LE POUVOIR LES FANG ET LES PUNU QU ONT ILS FAIT CONCRETEMENT RASSEMBLONS NOUS CETTE FOIS DISONS NONS A CETTE XENOPHOBIE QU ILS ONT MIS EN PLACE DEPUIS 2009 POUR EMPECHER LES AUTRES D ACCEDER A LA MAGISTRATURE SUPREME LE GABON N APPARTIENS A PERSONNE SURTOUT PAS LES BONGO VIVEMENT 2016 CAR TROP C EST TROP QUE PING DISE QU IL NE VEUT PLUS COMME L ONT FAIT LES AUTRES AMO ZACK JEN ET J EN PASSE SI C EST GENS PEUVENT VENIR NOUS DEBARASSER DES BONGO AU POUVOIR ACCEPTONS LES NE REGARDONS PAS LEUR PASSES MAIS PLUTOT L ALTERNATIVE QU ILS NOUS PROPOSE

2.Posté par Ntsame le 18/02/2014 12:14 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
le collectif a une. page sur Facebook

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...