News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Vers la création d’un nouveau parti politique au Gabon

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Samedi 6 Mars 2010 à 09:28 | Lu 1529 fois



Vers la création d’un nouveau parti politique au Gabon
Brice Ikamba Maloko a procédé, ce vendredi, à Libreville, à l’ouverture des travaux du congrès constitutif d’un nouveau parti politique dénommé les Sept Merveilles du Peuple (7MP) gabonais, a constaté un reporter de GABONEWS.

Pour les initiateurs de ce congrès, il n’est pas question de se liguer à un quelconque bord politique. L’objectif recherché à travers cette initiative, n’est autre que la participation à la concertation politique du pays sans verser dans l’agitation.

C’est ainsi, que le président du bureau d’organisation de ces assises Ngoueneni Ndzengouma, a précisé : « Nous avons simplement l’ambition de prôner ‘‘Gabon D’abord’’ ».

Le leader de ce nouveau parti politique sera connu dimanche au sortir des travaux de ce congrès. Ce parti qui, selon Ngoueneni Ndzengouma, entend impulser une nouvelle dynamique politique adaptée aux besoins des gabonais, en prônant les valeurs telles que, la vertu, la fraternité, l’union, la justice sociale, le rêve, la vigilance et l’honneur.

En attendant de connaître le nom du président du nouveau-né de la grande famille politique gabonaise, les travaux se poursuivent afin de définir les bases de ce parti politique en gestation.


Samedi 6 Mars 2010
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 1529 fois




1.Posté par Ali7 le 06/03/2010 15:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
No comment.

2.Posté par LE TROGLODYTE le 06/03/2010 18:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

MAIS QU' EN EST IL DES LIBERTES PUBLIQUES, DE LA DEMOCRATIE, DE LA JUSTIE ET DU RESPECT DE LA LEGALITE CONSTITUTIONNELE?

TOUT PORTE A CROIRE QUE CEUX QUI SONT A L' ORIGINE D' UN TEL PROJET NE VISENT RIEN D' AUTRE QUE D' ALLER MANDIER AUPRES DU BIAFRAIS DES MIETTES QUI PEUVENT TOMBER DE SA TABLE PLEINE DE SANG ET DE VOMISSURE DU PEUPLE GABONAIS.



3.Posté par Blaise le 06/03/2010 19:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
7MP : la C'est La Médiocrité Pernicieuse!
Le Gabon actuel n'a vraiment pas besoin d'autant de groupuscules , pour assoir une frileuse démocratie.
Si la politique d'ALI vous convient, soutenez la, officiellement, prenez une carte de son Parti ou vous rentrez dans un des partis de l'opposition.
Les gros Blocs sont "gage de stabilité"...............
Un micro-parti pour venir affaiblir l'opposition, c'est jouer le jeu du PDG, dites- le clairement.
D'Ailleurs, pour avoir un récépissé d'un parti sans passé au gabon actuellement, il faut être du bon côté!
C'est vraiment dommage, qu' un certain nombre de Gabonais parle au nom de l'éthique , mais pour leurs intérêts personnels!

C'est TRISTE POUR L'AVENIR DE CE PAYS.

4.Posté par St.Michael le 06/03/2010 22:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Seulement deux camps:
1-Le camp du peuple opprime epris de liberte, de la verite des urnes et du refus inconditionnel de la monarchie biafraise soutenue par la france.
2-Le camp des oppresseurs:Alibenbongo/pdg-francafrique incarne par Alibet.

Soit on est avec le peuple opprime soit on est avec l'axe du mal.

Il n'y a et il n'y aura pas de camp intermediaire.

Le reste n'est que diversion pour amuser les bongoists dont la lumiere de la conscience a belle et bien eteinte.

Amen, amen, amen.

5.Posté par La citoyenne le 07/03/2010 11:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vraiment les 7Merveilles de Peuple?Ils veulent nous vendre de l'utopisme, du rêve!
Comment ont-ils obtenu leur acte de naissance quand UN ne l'a peut être pas encore?

Et tout de suite sur la défensive, je les cite:Pour les iniateurs de ce congrès, il n'est pas question de liguer à un quelconque bord politique. L'objectif recherché à travers cette initiative n' est autre que la participation à la concertation politique du pays sans verser dans l'agiation.

Quels partis versent dans l'agitation?
Et franchement ce nom de 7 MERVEILLES DU PEUPLE verse DANS LA DEMAGOGIE
Merveilles de quoi?
Si prétendre un temps soit peu à la justice sociale tout peuple à droit devient une merveille...NO COMMENT
Si aspirer à des meilleurs conditions de vie n'est et ne sera jamais que RÊVE...NO COMMENT
VIGILANT???EN QUOI DEVONS-NOUS L'ËTRE? AH oui face la profusion de parti comme vous sortit de nulle part et obtient peut être l'acte de naissance des 7MP quand on sait que UN l'a fait avant toi...
Vous ne mentirez pas, ça jamais car nous sommes vigilant!

6.Posté par sebdepog le 07/03/2010 16:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des gens qui, à la veille des échéances électorales, vont soudainement découvrir qu'ils ont des accointances avec le très peu recommandable PDG. Personne n'est dupe.

7.Posté par pambo le 14/04/2010 16:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le Comité d’Organisation de Festival International de Cirque Africain

POURQUOI LE COFICA





Au vu de toutes les victoires remportées par les troupes de cirque africain, il était temps de valoriser le cirque africain et ses jeunes artistes qui ont porté très haut les couleurs de leur pays en les honorant par une manifestation et en faisant le suivi de l’évaluation de leur évolution par l’organisation et la pérennisation d’un festival de cirque en Afrique.



L’un des objectifs principaux du COFICA est d’œuvrer pour que les artistes africains puissent vivre de leur art dans leur pays.



En ce sens, les buts affichés par cette structure sont les suivant :

* Optimiser et valoriser l’art du cirque africain
* Valoriser la culture africaine
* Susciter auprès de la jeunesse africaine un intérêt pour le sport et lutter contre la délinquance et l’exclusion par le biais de cette discipline
* Attirer les grands cirques mondiaux pour des échanges et l'invitation de nos artistes à la participation aux compétitions internationales de manière régulière afin de lutter contre l’émigration clandestine irrégulière



Pour l’heure, l’Afrique n’est pas très acculturées aux arts du cirque et les manifestations rémunératrices sont très peu nombreuses. Aussi, un artiste confirmé aura-t-il tendance à vouloir émigrer ver l’Europe ou les Etats-Unis qui offrent plus d’opportunités pour une réalisation professionnelle. Le COFICA s’inscrit comme le moteur de la promotion du cirque africain.



La première édition du festival des arts du cirque africain s’est déroulée au GABON, le 8 septembre 2007 et a rencontré un vif succès tant auprès des participants que du public ou des médias.



La plupart des pays africains conviés ont pu répondre à l’appel : le Togo, la République Centre Africaine, la Guinée Equatoriale…



Nous voulons désormais, que cette manifestation se tienne régulièrement tous les ans afin d’inscrire le festival de plein droit dans l’univers culturel africain et aussi pour répondre à l’attente des artistes.

Notre devise : Unité - Solidarité - Action -

Organisation du 2ème festival

Août - septembre 2010

Recherche de soutien

L’organisation d’un tel festival requiert des moyens financiers adéquats et la mise en oeuvre d’une logistique à la hauteur de l’événement.



Nous avons besoin de vous, futurs partenaires et sponsors, pour réaliser les prochaines éditions du Festival International du Cirque Africain.



Permettre aux africains de valoriser leur pays est notre leitmotiv, et nous sommes sûrs que vous y adhérerez...

pour a Ali svp merci

0033667772696


8.Posté par pambo le 14/04/2010 16:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LE CIRQUE DE L’ÉQUATEUR

GABON

Le 22 juin 1968 les enfants des « Trois Quartiers » (Libreville, Gabon) se réunirent pour une manifestation artistique. Ce festival connut un tel succès que les jeunes furent appelés « les petits as ». Par la suite ils se regroupèrent au sein de la nouvelle UJEG (Union des Jeunes Gabonais), mouvement à caractère social crée en 1969 et déclarée d’utilité publique en 1970.

En octobre 1969, les dirigeants, en compagnie de Conseillers du Centre Culturel Américain et des Techniciens du Ministère de tutelle, lancèrent la formation Reaiders à connotation para-civique et scoute avec les activités wood, pionnières et artistiques. Les membres actifs de l’association furent appelés « Reaiders » [Reaider = ready (prêt) + raid (opération)]

En 1982, l’UJEG lance l’école de cirque avec un enseignement spécifique introduisant toutes les formes d’arts puisés dans la tradition africaine et plus particulièrement gabonaise (visuel, gestuel, sonore, traditionnel)

En 1991, invité à participer au 14ème Festival Mondial du Cirque de Demain à Paris au Cirque d’Hiver, le Cirque du Gabon acquiert ses lettres de noblesse en même temps qu’une dimension internationale et prend désormais le nom de Cirque de l’Equateur.

CIRCUS ETHIOPIA

ETHIOPIE

Le Circus Ethiopia, premier cirque éthiopien, a été fondé en 1991, aujourd’hui trois autres cirques (le Circus Jimma, le Circus Tigray, et le Circus Nazareth) l’ont rejoint au sein de l’association Circus in Ethiopia. L'acrobatie, la jonglerie, la gymnastique, l'art du funambule, mais aussi la musique, le théâtre, la mise en scène... son le label de Circus Ethiopia. Aujourd'hui, les cirques fondateurs de l'association, donnent en moyenne une représentation - gratuite - par semaine, à laquelle assistent entre 2,000 et 5,000 personnes. L'association regroupe près de 500 enfants et jeunes gens, âgés de huit à vingt ans. Cinquante sont des enfants de la rue. Pour s'occuper de tous ces jeunes, la structure a dû se modifier. Elle assure notamment un suivi médical, voire nutritionnel, pour les enfants, qui après l'école - obligatoire pour tous - suivent entre trois et six entraînements par semaine.

LE CIRCUS BAOBAB

GUINEE CONAKRY

Inspiré par ses précédents tournages en Afrique et notamment en Guinée et fort de deux années de périple autour du monde pour la réalisation des "Enfants du Voyage", Laurent Chevallier (français) repart en Guinée en 1998 avec en tête l'idée de réaliser "un film autour d'une troupe de saltimbanques africains, de sa vie quotidienne, de son périple le long des pistes, de ses représentations sur les places de villages". L'idée est séduisante, à ceci près qu'elle est aussi impossible : point de cirque en Guinée. Qu’à cela ne tienne. Le Ministère de la Culture rebondit : et si la Guinée créait sa propre Troupe Nationale de cirque ? Trois mois plus tard, le projet est lancé. Telivel Diallo, Directeur de la Culture, rencontre les directeurs de troupes et ballets de quartier de Conakry. La “mobilisation” s’organise. Laurent Chevallier recherche de son côté un homme-cirque “ tout terrain ” et fait appel à Pierrot Bidon, fondateur d’Archaos et figure du cirque contemporain français pour participer à la sélection des artistes (parmi des danseurs, percussionnistes et acrobates) et jeter les bases du projet.

La troupe a vocation à devenir le premier cirque acrobatique aérien d’Afrique. L’idée d’un spectacle dont la scénographie s’articulerait autour d’un baobab prend forme. Circus Baobab est né : 8 filles et 20 garçons âgés de 15 à 25 ans , qui travailleront avec Pierrot Bidon et les chorégraphes guinéens sur un thème inspiré d’une ancienne légende de l’ethnie bambara : La Légende du Singe Tambourinaire.

LES ACCROBANTOUS

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

Créé en 2002.

Pour que vive la tradition, le groupe décide de mêler savamment les arts du cirque et la culture traditionnelle congolaise. Devant tant de déterminations et d’envie, l’Alliance Française avec la Halle de la Gombe décident d’aider les Accrobantous en invitant d’échanger avec les artistes français du collectif pour un apprentissage complémentaire des techniques circassiennes.

LE CIRQUE DE L’ESPOIR

CAMEROUN

Tous les artistes sont issus de la rue.

Comment offrir un avenir aux 4 000 enfants des rues de la capitale du Cameroun ? La Chaîne des Foyers Saint Nicodème a mis en place un encadrement pour ces enfants, qui les mène de la rue à l'école, en passant… par le cirque. Les foyers Saint Nicodème ont crée Le cirque de l'espoir. Une activité qui permet d'initier les enfants à l'art du cirque. Deux thématiques ont déjà été développées par le cirque : le sida et les enfants de la rue. Avec à sa tête Rodrigue, le formateur lui-même issu de la rue, la troupe s'est déjà produite à deux reprise hors de ses frontières.

Zip-Zap Circus

Afrique du Sud

L'école de la tolérance et de l'intégration

le Zip Zap circus. Association à but non-lucratif, cette école du cirque a pour vocation de réunir enfants et adolescents de tous âges, toutes races et toutes origines sociales, issus des beaux quartiers du Cap comme des quartiers périphériques défavorisés. Le Zip Zap Circus contribue ainsi à combler les clivages raciaux et sociaux de la société sud-africaine. Des enfants qui n’auraient jamais pu se rencontrer se rencontrent en toute aisance pour ensuite devenir les meilleurs amis du monde. Dans cette école qui a vu le jour 2 ans après la libération de Nelson Mandela une soixantaine d’enfants apprennent le trapèze, le trampoline, le jonglage… Soixante enfants dont la moitié noire et féminine. Tous les milieux sociaux sont représentés. Tous les enfants sont sud-africains à deux exceptions près. Sponsorisés par « Old mutual properties », ils montent plusieurs spectacles par an. Ils apprennent des qualifications spéciales, et cela crée une confiance mutuelle. La formation donnée par le Zip Zap Circus peut procurer de l’emploi pour ces jeunes dans le domaine du cinéma (comme cascadeur…). Ils apprennent aussi le calage, la soudure, la construction de scènes théâtrales, l’entretien du matériel et comment enseigner cette même profession a d’autres enfants. Au-delà du cirque c’est une école de la vie, un symbole de réconciliation. Cela leur inculque la confiance en autrui (ils dépendent l’un de l’autre pour leur sécurité) ; à se respecter en dialoguant et à respecter leur matériel ainsi que de travailler ensemble en équipe.

CHAPITO METISY

MADAGASCAR

La projet est initié par la compagnie L’Aléa des Possibles et cette école dénommée « Chapito Metisy », est aujourd’hui la première du genre à Antananarivo - Madagascar.


Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...