News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Un État plus protecteur des citoyens via une véritable politique de protection sociale – l’autre volet de la Bonne gouvernance exigée par F. Hollande à l’imposteur Ali Bongo 9%

Le site de la Liberté - Jacques Janvier Rop's Okoué Edou le Lundi 20 Août 2012 à 05:57 | Lu 505 fois



Un État plus protecteur des citoyens via une véritable politique de protection sociale – l’autre volet de la Bonne gouvernance exigée par F. Hollande à l’imposteur Ali Bongo 9%

Partie 1 – Introduction

En humiliant l’imposteur et criminel Ali Bongo 9% de la manière dont il l’a reçu récemment à l’Élysée, F. Hollande voulait, à l’instar du peuple gabonais qui l’a vomi et honni en août 2009, lui manifester sa vive désapprobation quant à son coup d’État électoral et constitutionnel, son assassinat de plus d’une cinquantaine de personnes dont celui récent du 15/08/2012 à Libreville de la jeune Élizabeth NWANDA (22 ans), ses dérives monarchiques ou dictatoriales, et notamment sa « malveillante gouvernance » du Gabon dont l’exclusion sociale est en réalité un des piliers de son projet de société (l’avenir en confiance) en lieu et place de ceux creux et fallacieux de « Gabon industriel », « Gabon vert » et « Gabon des services ».

À cet égard, le communiqué de l’Élysée avait mentionné que l’entretien accordé par F. Hollande à l’usurpateur et inculte Ali Bongo 9% a été l’occasion pour le président de la république française de souligner les principes qu'il souhaite voir guider les relations entre la France et le Gabon, notamment la « Bonne gouvernance » dans son volet de la « protection sociale ».

F. Hollande ne croyait pas si bien dire car l’usurpateur en chef, dictateur et voleur Ali Bongo 9%, en voulant tout contrôler, gérer, régenter au Gabon pour mieux le piller (détournement annuel de 800 milliards francs CFA au budget d’investissement censé faire le développement du Gabon depuis 2009), a par exemple procédé à la création de multiples agences (Agence Nationale des Parcs nationaux, Agence de l’Informatique, Agence gabonaise d’études et d’observation spatiales, Agence des Grands travaux…) directement rattachées à la Présidence la République et dont la gestion est confiée à ses sujets ou obligés étrangers.

Ces agences sont en réalité un gouvernement parallèle placé à la Présidence de la République qui échappe totalement au contrôle du Parlement et entraîne, dans la pratique, des conflits d’attribution.

De par ces multiples agences nationales créées çà et là et rattachées directement à la Présidence, le voleur et usurpateur en chef, Ali Bongo 9%, fait du gouvernement officiel, une institution sans véritables pouvoirs ou moyens voire une coquille vide, et de Ndong Sima, son premier ministre, une vraie tête de turc.

Ces multiples agences, véritables boites (opaques) de détournement des deniers de l’État à la tête desquelles se trouvent de vraies sangsues financières d’origines étrangères, renforcent l’exclusion sociale au Gabon.

Dès lors, dans le contexte d’avènement d’un gouvernement d’union nationale issue d’une collectivisation du combat politique total contre le PDG-Bongo via une Assemblée Constituante (AC) comme le préconise le BDP-MODWOAM, une véritable politique de protection sociale devant permettre la sortie progressive des citoyens gabonais de la précarité, de l’exclusion sociale et de la mort certaine et précoce s’impose.

Cette protection sociale est un système élaboré de garanties destinées à protéger des catégories plus ou moins larges de personnes contre certains risques (décès, maladie, accidents, précarité…).

Fondée sur la sécurité sociale et les régimes d’indemnisation du chômage, de mutuelles, d’aide sociale et de revenu minimum de solidarité (RMS), elle vise à assurer la protection de l’individu contre certains risques liés à la maladie, la vieillesse, les accidents, la famille, la perte d’emploi…

Le besoin de sécuriser le citoyen gabonais doit désormais donner lieu à l’émergence de divers mécanismes et pratiques destinés à lui permettre d’affronter des situations auxquelles il ne peut faire face seul de manière correcte.


Dr Jacques Janvier Rop's Okoué Edou,
Secrétaire Exécutif Adjoint du BDP-Modwoam chargé des
Affaires Économiques, du Développement et de la Mondialisation,
Doctorant en Sciences politiques,
MAP – Évaluation des programmes publics,
DESS en Administration des Affaires,
Pr d’économie à l'UQAR et au Cégep de Limoilou,
Consultant international (BTO Groupe Consultants).

Lundi 20 Août 2012
Jacques Janvier Rop's Okoué Edou
Vu (s) 505 fois



Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...