News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Tout de suite, libérez les prisonniers politiques arrêtés le 20 décembre, dont Francis Edou Eyene !

Le site de la Liberté - Mengue M'Eyaà le Vendredi 26 Décembre 2014 à 12:53 | Lu 2463 fois

DECLARATION DU MOUVEMENT CIVIQUE DU GABON



Aujourd'hui, 26 décembre 2014, nous n'avons pas de bonnes nouvelles de tous les démocrates enlevés de façon massive dans l'église Sainte Marie , et dans plusieurs lieux de Libreville par des "escadrons masqués"du régime Bongo.

Nous ne pouvons croire que des policiers ou des militaires gabonais puissent ainsi travailler à la mort de leurs compatriotes.

Nous demandons à l'armée et à la police gabonaises de se désolidariser de tout acte de répression envers la population gabonaise, car cela est contraire à leur mission et aux valeurs de défense républicaines.

Comme cela s'est vu dans d'autres pays, nous leur demandons plutôt de se solidariser avec les populations et les responsables politiques du Front uni de l'opposition qui marchent déterminés vers la libération du Gabon. Les forces de sécurité ne doivent pas tirer sur ses concitoyens. L'hymne national du Gabon s'appelle « la Concorde », faut-il le rappeler, et elles en sont les garantes.

La société que nous voulons est construite sur des forces de sécurité et sur une Justice qui protègent les populations, qui ont des valeurs morales, et qui ne servent pas les intérêts personnels du clan Bongo. Nous voulons des forces de sécurité au service de la protection de chaque citoyen et de chaque citoyenne gabonais, et non des mercenaires recrutés dans plusieurs pays africains pour« casser » du Gabonais !

Selon l'ex compagne de Francis Edou Eyene, Marie-Laurence Fresnel, qui vit en France :"Francis et les autres détenus ont été transférés à la prison centrale de Libreville dans la soirée de mercredi 24 décembre 2014, en attendant d'être jugés!

La perspective d'un"procès", poursuit-elle, m'inquiète au plus haut point connaissant les méthodes peu démocratiques du régime en place.(...) Chaque jour passé à la prison de Libreville est un jour de trop compte tenu des conditions inhumaines de détention".

On peut ajouter que le surpeuplement dans la prison centrale de Libreville, les maladies non prises en charge, la promiscuité, l'affectation avec les prisonniers relevant du droit commun ou ayant besoin de soins psychiatriques rendent une incarcération insupportable.


« Dans ces conditions, les prisonniers sans famille pouvant leur apporter un minimum de nourriture ne peuvent survivre dans de telles conditions. »

Elle poursuit: "Francis Edou souffre d'hypertension artérielle ce qui renforce l'état d'angoisse de nos enfants franco-gabonais, Stephan et Lilly Edou Eyene".

Le Mouvement Civique du Gabon remercie:

- l'Union européenne, tout le corps diplomatique européen au Gabon, qui a pris une position à l'unanimité,
- l'Organisation des Nations Unies et son représentant,
- le Parti socialiste,
- Europe Ecologie les verts,
- le Parti communiste français,
- le Parti de gauche

Les milliers d'Africains et d'Européens qui ont apporté leur soutien au peuple gabonais et qui continuent de le faire.

La dimension nouvelle dans la situation est que la question gabonaise s'est internationalisée, à travers les médias comme France 24, RFI,l'Express, le Nouvel Obs, ou le Monde.

Le 26 décembre 2014, Mme Rousseau d'EELV a témoigné la solidarité de son parti sur RFI et a exigé que les droits fondementaux des personnes incarcérées soient respectés et que la France intervienne désormais.

Nous disons également que les personnes emprisonnées n'ont rien à faire en prison. Elles ont juste demandé le départ de M. Bongo, lequel a violé la constitution gabonaise pour se présenter et s'imposer au pouvoir.C'est donc lui qui devrait être en prison pour avoir commis une grave forfaiture.

Il faut maintenant en déduire qu'aucun « dialogue » n'est vraiment possible face à de tels comportements arbitraires. M. Bongo doit libérer sans conditions les personnes incarcérées contre leur volonté sans motifs judiciaire crédible. En revanche, les rafles du régime gabonais, les tortures morales ou physiques ont une qualification judiciaire au plan international.

Tous les Gabonais de l'étranger en France, en Europe, aux Etats-Unis, au Canada,expriment une indignation totale par ces arrestations. L'expression démocratique devient un crime comme du temps du monopartisme. Le régime illégitime peut désormais piétiner tous les acquis obtenus sous la pression des mobilisations et de la conférence nationale en 1990 : rétablissement des autorisations de sortie, parti unique en interdisant les partis d'opposition, monopole de l'expression médiatique au service du parti-Etat, mises sous écoute des leaders de l'opposition et de populations ciblées.

- Nous demandons qu'une sanction internationale soit décidée à l'encontre du régime de M. Bongo tant qu'il n'aura pas quitté le pouvoir puisqu'il reste sourd et aveugle à toutes les propositions de résolution de la crise politique, sociale et morale, qui existe au Gabon depuis les 47 dernières années. Cette sanction doit également intervenir en raison de l'incarcération arbitraire d'hommes et de femmes. Ils'agit d'une violation caractérisée des principes des Nations Unies par le Gabon.

Le Gabon en tant que membre des Nations Unies viole actuellement plusieurs dispositions de sa Charte, notamment celles consacrées aux droits fondamentaux, c'est-à-dire à l'intégrité des droits de l'Homme et de la Femme par l'usage de la privation de libertés en raison d'opinions politiques.

- Nous exigeons la libération immédiate de Francis Edou Eyene, en situation médicale délicate, ancien journaliste-animateur d'Africa numéro 1 dont la voix est connue sur tout le continent (émission Kilimandjaro).
Il est le symbole de la liberté de parole.

- Nous exigeons la libération immédiate et inconditionnelle de tous les prisonniers politiques arrêtés à la suite de la manifestation pacifique du 20 décembre.

Un jour de plus à la prison de Libreville est un jour de trop...

Tout de suite, libérez les prisonniers politiques arrêtés le 20 décembre !

Le 26 décembre 2014,

Mengue M'Eyaà

Présidente du Conseil exécutif
Mouvement Civique du Gabon

Vendredi 26 Décembre 2014
Mengue M'Eyaà
Vu (s) 2463 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

11.Posté par gee le 30/12/2014 11:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
vous pensez que l'armée gabonaise soit une armée?les 3/4 pas de niveaux une bande d’irréfléchis donc ne comptez pas sur ceux las pour vous sortir du petrin

10.Posté par Le citoyen libre le 28/12/2014 01:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qui connait Yves Fernand MANFOUMBI à Port-gentil qu'il vienne nous l'attendons .

9.Posté par louetsi le 27/12/2014 20:47 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vraiment soyez un peu honnête avec vous-même l''infiltration des casseurw dans ce type de manifestation est a l''actif des organisateurs. Bien entendu un casseur ne peut-être assimilé a un prisonnier politique. Là nous avons des délinquants en face

8.Posté par Zambla le 27/12/2014 17:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
conseils très timides à l'armée;

Il fallait dire que l’armée ou la police ou quelque forces publiques ou privée au Gabon que se soient n'ont pas le monopole de l'organisation militaire.

7.Posté par Makaga le 26/12/2014 21:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Billie Bi Nzé n'a qu'à aider Francis Edou à sortir de prison. Edou a été le maitre en communication de Billie

6.Posté par Makaga le 26/12/2014 21:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Billie Bi Nzé n'a qu'à aider Francis Edou à sortir de prison. Edou a été le maitre en communication de Billie

5.Posté par Mamadou et Bineta le 26/12/2014 21:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@petits calculs politiques

Kon 2 de ta mer. Tu viens faire la pub de Yves Manfoumbi le plus grand transporteur de glacières et le chef des criminels rituels ici pourquoi ? Va sucer le bangala de ton père/

4.Posté par 3ekale le 26/12/2014 17:52 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour l'article mon frere mais nous force d'insécurité et de défense du pouvoir des Bongo ne savons ni lire ni écrire voilà pour quoi on obéit aveuglement et com on nous promet aussi les galons là xe xe ki fait l'affaire puis que galons=augmentation solde on fait comment avec la misère du quotidien??? Obliger de mater akoz d'argent...il fo assurer popote de Mme, les enfants a la maison, les femmes dehors et la famille o village xe trop fort...

3.Posté par voie de la Nation le 26/12/2014 14:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
et toi qu'es que tu appel prisonnier Politique? si tu réfléchissait un Peut mon frère tu ne devait pas poser la question.

2.Posté par Mwa zan le 26/12/2014 13:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qu'est ce que vous appelez prisonniers politiques? J'ai comme impression que vous confondez tout.
Les casseurs ne sont pas des prisonniers politiques.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...