News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Togo : L’ANC en sursis de dilatoire

Le site de la Liberté - Source : Koaci le Mercredi 27 Octobre 2010 à 19:45 | Lu 840 fois



Togo : L’ANC en sursis de dilatoire
C’est le quatorzième jour et à dix-sept heures que le Ministre Pascal Bodjona a choisi pour signifier ses observations aux responsables de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) ; qui ont déposé un dossier de constitution de parti politique.
Aux termes de la Charte des partis politiques qui précisent les dossiers pour la constitution des partis politiques au Togo, le ministère dispose de quinze (15) jours, pour faire ses observations sur d’éventuelles irrégularités, faut de quoi, la formation politique ayant déposé un dossier peut commencer ses activités.

Le mardi 26 octobre, soit au quatorzième jour après le dépôt, ça grouillait au ministère de l’administration du territoire. Les fonctionnaires s’activaient pour trouver la petite bête dans le dossier. Finalement ce sont des certificats de résidences et d’origine qui finiront par servir les desseins des caciques du pouvoir, qui se distinguent dans la restriction des libertés publiques, depuis les soulèvements populaires de la réélection de Faure Essozimna Gnassingbé, à la dernière élection présidentielle du 04 mars 2010.

Selon nos informations, il est reproché à ces documents, d’être établis par un notaire alors qu’il s’agit d’un document administratif qu’il revient à un préfet ou un maire d’établir. Pourtant, une disposition de la Charte des partis, dispose expressément que ces deux document sont concurremment établis soit par un préfet, un maire ou un notaire. On évoquerait également des anomalies au niveau des prénoms de certains membres fondateurs du nouveau parti en création et qui a pour président, Jean-Pierre Fabre. 60 dossiers sur les 300 seraient concernés par ces remarques, liées aux prénoms. Un problème spécifique aux Togolais et qui s’explique par la suppression de fait des prénoms importés, sous feu Gnassingbé Eyadéma, au nom d’une politique dite de l’authenticité.

Dernière observation, la démission signifiée collectivement par 99% des membres fondateurs de l’UFC, à Gilchrist Olympio. L’administration exige que cela doit être des démissions individuelles. « Même en son temps, le dictateur Gnassingbé Eyadéma n’a jamais tenté d’empêcher la création d’une formation politique », fait observer un partisan de l’ANC.
Depuis un scénario rocambolesque, qui a constitué au sein de l’administration publique à refuser de réceptionner un courrier de l’UFC, aux motifs que l’administration ne reconnaissait que la présidence de Gilchrist Olympio, bien de Togolais s’attendaient au mieux à un dilatoire, au pis à un refus d’accorder un récépissé à l’ANC. Ce qui davantage motive les populations à adhérer en masse à cette nouvelle formation politique qui polarise actuellement toutes les attentions.

« L’ANC dispose de deux alternatives. Soit elle saisit le juge administratif pour attaquer en annulation la décision de l’administration, ou alors elle entame ses activités comme le prévoit la loi », a expliqué à notre rédaction, Me. Zeus Ajavon, professeur du droit administratif à l’Université de Lomé. Mais les responsables de l’ANC qui reconnaissent comme fondées certaines observations, disent se donner jusqu’à vendredi prochain, pour rectifier le tir, notamment en ce qui concerne les démissions individuelles à faire parvenir au président national de l’UFC résiduelle.

Opposés au départ à toute concession à Gilchrist Olympio dans la lutte à la direction de l’UFC originelle qui l’opposait au Bureau national du parti, les Togolais sont nombreux à accueillir favorablement la création de l’ANC. Une formation politique aux portillons de laquelle se bousculent non seulement les anciens militants de l’UFC, mais également les déçus des autres formations politiques de l’opposition traditionnelle, CAR, CPP, CDPA, PDR, dont les leaders n’ont plus aucune grâce aux yeux des populations.

Il s’annonce une profonde recomposition du paysage politique togolais, avec l’ancien Secrétaire général de l’UFC, Jean-Pierre Fabre, qui s’impose comme le nouveau leader de la classe opposante. Il dispose également à l’Assemblée nationale, d’un groupe parlementaire de 20 députés, qui ont quitté l’UFC pour créer l’ANC. Ce qui en fait, la première formation de l’opposition parlementaire.

Aghu, correspondant de Koaci.com à Lomé


Mercredi 27 Octobre 2010
Source : Koaci
Vu (s) 840 fois



Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...