News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Stratagème électoral foireux: choc en retour sur une tête de liste PDG

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Samedi 23 Novembre 2013 à 07:36 | Lu 1155 fois

Depuis le 13 novembre, la Cour constitutionnelle est confrontée à une curieuse affaire de faux et usage de faux qui, une fois de plus vient entacher la crédibilité de ses décisions. Cette fois, c’est une plainte intentée contre une tête de liste PDG d’Owendo qui vient perturber la quiétude de l’institution. Récit.



L’affaire ne fait pas grand bruit ces derniers jours. Pourtant, celle-ci revêt une certaine importance. D’autant plus qu’il s’agit de ce que certains observateurs nomment désormais « banditisme politique ». Si cas de fraude il y a, il faut le chercher du côté d’Owendo. Notamment dans le premier arrondissement de la commune où dix listes électorales sont en compétition. Un nombre conséquent d’adversaires qui nécessite pour chaque candidat en lice de trouver des voies et moyens de tirer son épingle du jeu. La stratégie, il semble que la tête de liste du Parti démocratique gabonais (PDG) l’ait trouvée. On n’en demandait pas plus.

Mais, bien plus qu’une stratégie basée sur un jeu franc, Pierre Claver Obame Essone, pour se donner des chances de réussite face à la forte concurrence dont son parti politique fait l’objet dans la circonscription, a choisi en octobre dernier de saisir la Cour constitutionnelle. En effet, la tête de liste PDG du 1er arrondissement de la commune d’Owendo percevait mal la présence de son supposé « camarade » Emile Belmondo Edamne sur la liste indépendante conduite par René Marie Serge Kamara. Pour le représentant de l’ancien parti unique, le 5è colistier de Kamara n’avait rien à faire sur ladite liste vu qu’il serait un « digne » militant du PDG. Affirmation que M. Essone Obame justifie en présentant à la Cour constitutionnelle une preuve vraisemblablement « inéluctable » : une carte de membre du PDG établie au nom d’Emile Belmondo Edamne.

Devant cet argument « massue », lundi 4 novembre 2013, Hervé Moutsinga et ses collaborateurs de la Cour constitutionnelle n’ont eu d’autres choix que de prononcer l’exclusion du colistier mis en cause par la tête de liste PDG, sans vraisemblablement avoir pris l’initiative d’auditionner Emile Belmondo Edamne, ainsi que l’exige la procédure en cas de saisine. Mal leur en a pris.

Depuis le mercredi 13 novembre 2013, selon des sources judicaires, la tête de liste PDG, Pierre Claver Obame Essone, est sous le coup d’une plainte pour « faux et usage de faux » que lui a intentée Emile Belmondo Edamne par la voie de son avocat Me Jean Paul Méthode Imbong-Fadi.

Tel est pris qui croyait prendre. En effet, si c’est l’article 62 de la loi n°07/96 du 12 mars 1996, modifié, portant dispositions communes à toutes les élections politiques en République gabonaise qui a permis à Pierre Claver Obame Essone de mettre hors-jeu Emile Belmondo Edamne, c’est l’article 125 du Code pénal qui risque, en contrechoc, de le mettre hors du jeu social, mieux encore de tout scrutin. Pour un bon moment.

En effet, selon la disposition légale évoquée en substance par la tête de liste du PDG, un candidat ne peut se présenter sous la bannière d’un autre parti ni même dans une liste indépendante qu’après avoir démissionné de son ancien parti quatre mois au moins avant la présentation de sa nouvelle candidature. Or, il apparaît qu’Emile Edamne n’a jamais possédé une carte de membre du PDG. L’homme dit n’en avoir jamais fait la demande ni même envoyer un quelconque document à cet effet.

D’où sort donc la carte n°010110234273D qu’a fièrement brandie Obame Essone devant la Cour, photo à l’appui ? Mystère et boule de gomme. Qu’à cela ne tienne, l’avocat du plaignant, dans une correspondance adressée au Procureur du tribunal de Première Instance de Libreville, demande désormais que le présumé fauteur soit « interpellé […] et si possible, gardé à vue et déféré devant le Parquet de la République qui va éventuellement l’inculper de faux et usage de faux si les faits sont avérés et enfin renvoyé devant le tribunal correctionnel pour y être jugé conformément à la loi. » Un traitement de choc se préparerait donc pour sieur Obame Essone.

Source : Gabonreview

Samedi 23 Novembre 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1155 fois



Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...