News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Semaine ensanglantée sur la planète Gabao

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Lundi 10 Juin 2013 à 06:28 | Lu 825 fois

Le sang a une fois de plus maculé les colonnes des journaux parus cette semaine au Gabon. Les découvertes des plus sinistres de cette semaine aussi étranges que spectaculaires, semblent relever de l’incroyable démesure qui a plongé les habitants dans une profonde psychose généralisée. La découverte d’un sac contenant des organes humains dans un centre de formation professionnel de Libreville est peut être le point culminant de l’horreur poussée à son paroxysme.



Semaine ensanglantée sur la planète Gabao
C’est le quotidien L’union dans son édition du mercredi 5 juin dernier, en page 10, qui donne l’alerte : « un pas supplémentaire dans l’horreur a été franchi (hier) avec la découverte à Oloumi d’un sac contenant des organes humains. Une enquête a été immédiatement ouverte pour en déterminer la provenance et, le cas échéant, remonter la filière d’un éventuel trafic. D’après le premier constat de l’expertise judiciaire, il s’agit bien des organes humains, écrit sans nuancer, Jonas Moulenda. « Ce sont des organes humains. J’ai reconnu notamment des cœurs et des organes génitaux …Ce sont des organes de plusieurs personnes. La quantité est importante » confie le Dr Liliane Pemba médecin légiste cité par le confrère qui ajoute que « Tout porte à croire qu’il y a eu un véritable massacre humain ».

L’Union dans son billet MAKAYA au ton sarcastique, en première page, revient à la charge : « Moi, Makaya, je pense qu’il est temps que nos politiciens qui sont pour la plupart mouillés dans ces crimes rituels arrêtent de nous enfariner avec leur discours sur la rigueur de la loi. Et puis, avec notre silence, notre passivité, ne sommes nous pas aussi complices voir coupables, de cette situation intolérable ? » S’indigne le quotidien qui poursuit sur sa lancée : « Car comment peut-on croire qu’un petit pays comme le nôtre où tout le monde connaît tout le monde, nous ne soyons pas capables de mettre hors d’état de nuire les auteurs de crimes rituels ? Il y a problème ! Quand les barbares se moquent éperdument de tout un peuple, se rient de nos dirigeants qui leur promettent la rigueur de la loi ou narguent les forces de sécurité en poursuivant leurs basses besognes, je me dis que le loup est dans la bergerie, il faut le liquider. » Suggère Makaya.

« Les crimes rituels ont pris une tournure plus que dramatique, … la vie humaine ne signifie plus rien puisque les gabonais sont tués tous les jours sans que les meurtriers ne soient arrêtés » s’insurge l’hebdomadaire La Loupe dans son éditorial.

Le satirique La Griffe, pour sa part, prend carrément le contre-pied avec un brin d’humour qui le caractérise et s’interroge : « Manipulation à Oloumi ? » finalement, le grand scoop sur lequel comptaient les salafistes (entendez une certaine opposition et ONG phagocytées par un certain André Mba Obame) pour jeter définitivement l’opprobre sur le Gabon et ensevelir le New-York Forum Africa, risque de se dissoudre dans les eaux du Komo. Confiée aux labos du CUSS, l’analyse des fameux organes humains contenus dans le sac découvert à Basile Ondimba, réserverait de belles surprises. Grotesque manipulation ? S’interroge le satirique qui, semble-t-il, remet en cause la véracité des faits concernant cette découverte des plus spectaculaires.

« Ida Reteno doit partir » titre à la une, l’hebdomadaire Echos du Nord. « Hubert Assoumou, El hadj Ibrahim Mba Mvé, sont deux individus qui ont avoué l’assassinat de madame Claudine Medza me Mvé en 2011. Les intéressés ont été appréhendés en possession d’une glacière remplie des organes de la victime. Coup de théâtre, avant même que ces présumés assassins ne passent en jugement, ils ont été libérés sur décision du parquet général. Un dysfonctionnement du département de la justice qui oblige Ida Reteno Assonouet à partir pour incompétence. » Conclut le journal.

La Une, hebdomadaire satirique, dans ses deux oreillettes à la première page, dans une provoc’ de très mauvais goût, résume la question de l’explosion de l’insécurité au Gabon en ces termes : « après la marche du couple présidentiel, nouvelle prière aux crimes rituels : « que le crime rituel soit sanctifié », plaide le journal.

Le mensuel La Nouvelle République dans un pamphlet qui tient lieu d’éditorial, analyse froidement : « Au fur et à mesure qu’elle gagne nos villes désormais plongées dans une profonde psychose à force de crimes d’une singulière sauvagerie, la criminalité nous apparait de plus en plus tel un monstre invisible que nulle force ne peut arrêter, même pas l’Etat qui dispose pourtant des moyens de riposte conséquents. Et l’armée, et la Garde Républicaine, et la Gendarmerie et la police, toutes ces forces coalisées, ne peuvent venir à bout du phénomène parce que d’une complexité insoluble, semblent nous dire les pouvoirs publics, en fait, une manière subtile de maquiller leur incompétence face à un mal qui nous décime à petit feu. »

Bal masqué des crimes rituels dans sa rubrique société en page 7, L’OBJECTIF hebdomadaire gabonais, dans la même veine, pousse l’analyse : « Faire toute la lumière sur les différents crimes rituels enregistrés à travers le pays reste une véritable énigme tant les contours demeurent souvent brumeux, les acteurs clés de ces actes parfois inconnus, ce qui complique parfois l’action de la justice qui peine à s’appliquer avec toute la rigueur. » L’OBJECTIF, dernier né de la presse gabonaise, sonne la charge contre la justice accusée de verser dans une sorte d’abus d’autorité en se fondant sur deux récentes arrestations d’un haut cadre de l’administration gabonaise, le DG de la fonction publique arrêté comme « un malfrat » et des membres d’une famille.

Deux événements récents, intervenus à vingt quatre heures d’intervalle » tempête le journal dans son éditorial sous la plume de Jean-Claude Afa’a qui corse l’addition : « on ne vit plus dans un Etat de droit. L’un des traits saillants de cette marche à reculons est sans conteste cette théâtralisation des procédures judiciaires. Comme si la vocation de la justice était d’impressionner ou d’en mettre plein la vue.

Or, une justice qui se respecte n’a que faire des pantalonnades encore moins de l’excès de zèle. Malencontreusement, nous assistons de plus en plus à une quasi vassalisation de la société par une aristocratie de plus en plus coupable d’abus de position dominante. Ce glissement progressif vers la logique des rapports de force représente une menace pour l’équilibre. Un peuple qui ne croit plus en ses institutions devient un fauve blessé », conclut le journal qui ajoute dans un article consacré aux dérives « pouvoiristes » de notre justice : « Avec des décisions de plus en plus décriées, les sentiments qui se dégagent de la justice gabonaise aujourd’hui, est qu’elle est devenue tout simplement affairiste, donc manipulable. »

« Crimes rituels et justice spectacle » titre l’hebdomadaire Le Temps. « Il y aura probablement des dommages collatéraux à l’issue de l’entreprise périlleuse que vient d’entreprendre le pouvoir de renvoyer devant les tribunaux les individus soupçonnés de crimes de sang au Gabon et chacun en prendra pour son grade… Voilà que brusquement le pouvoir, via une justice aux ordres a décidé de changer de paradigme en lâchant certains de ses suppos… les téléspectateurs ont été plus stupéfaits que surpris d’apercevoir l’image d’un ministre de la République entourée d’une nuée d’hommes de loi dans son propre domicile pour y être entendu. » Ecrit Le Temps dans sa dernière édition de la semaine.

Nku’u Le Messager titre en page 2: « Crimes rituels : de nouveau la recrudescence. De présumés commanditaires de crimes rituels qui marchent contre ce fléau ? » S’interroge l’hebdomadaire, « moins d’un mois plus tard, les découvertes macabres se recomptent par dizaines, ironise le journal qui fait le décompte des crimes commis ces dernières semaines.

Le quotidien Gabon-Matin n’a pas trop pataugé dans la fange des découvertes sanguinolentes de cette semaine, mais s’est toutefois intéressé à la saga judiciaire d’un présumé commanditaire de crimes dits rituels, un gros poisson désormais dans les filets de la justice qui l’a écroué en fin de semaine. Dans sa dernière édition de la semaine, le journal publie en grand titre : « Gabriel Eyeghé Ekomié à ‘‘ sans famille’’. Le sénateur de Kango, qui avait perdu son immunité parlementaire en décembre dernier, après avoir été cité comme commanditaire d’un crime sur une fille de 12 ans, Beverly Bilemba Mouanguela, a été placé hier sous mandat de dépôt de 48 heures, alors qu’il n’avait pas daigné répondre à une convocation du juge, il y a une semaine. » Note le journal.

Véritable régal auquel a pris part le quotidien L’union qui titre dans son édition du week-end : « Eyéghé Ekomié : Un week-end à ‘‘ sans famille’’. Laissé en liberté après son inculpation il y a deux mois pour instigation d’assassinat, le sénateur du Komo-Kango Gabriel Eyeghé Ekomié a été incarcéré hier après midi à la prison centrale de Libreville. Il doit y séjourner tout le week-end, avant de passer lundi devant le juge instructeur pour un interrogatoire qui n’avait pu se dérouler la semaine dernière. C’est à l’issue de cette audition que l’élu sera fixé sur son sort. »
A croire le début du crépuscule pour les commanditaires de coupeurs de sexes.




Publié le 10-06-2013 Source : GabonEco

Lundi 10 Juin 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 825 fois




1.Posté par Le natif de kinguélé le 10/06/2013 10:41 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les médécins legistes vient de dire sur gabon tv que le sac d'organe douloumi était de la viand d'élephant. Vraiment c est honteux. Pourquoi arrêter les deux personnes des pompes funèbres? Est-ce parcequ'ils trafiques de la chaire d'éléphant? Vous vous moquez de qui? Vous nous prénez pour des cons. Si c est pour me convaincre de venir au concert de sexion d'assaut vous avez menti. Je tiens a ma vie.l'éléphant a deja comme par enchantement a des organes qui ressemblent au penis, clitoris, reins humains. Il fallait s'y attendre.

2.Posté par le jeunegaboma le 10/06/2013 16:29 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vraiment! Quel pays ou un médecin légiste dit et afirme que ce sac contenait bien des organes humain et on veux nous distraire que c'est de la viande d'elephan tout sa rimme a quoi? Les coeurs et les clitorises là était donc pour les elephans?

3.Posté par !!! LE / le 10/06/2013 20:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Honte au régime honte véritable il est même devenu dangereux de dire _à un homme ou une femme je suis Gabonais ou Gabonaises le reflexe des autres c'est tu mange les humains.
Voici que la pauvreté du peuple passe même en second face à la nouvelle doc le cannibalisme défendre même l'image du pays deviens difficile tant la bande de zozo qui sème le doute dans le pays choisi de faire honte dans la bêtise criminalistiquecrapulante des désire satanique.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...