News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Retour au Baccalauréat avec 10/20 : après la loi, la politique

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Vendredi 22 Août 2014 à 07:49 | Lu 1240 fois

La génuflexion d’un ministre en exercice devant des lycéens en grève de la faim, un Conseil des ministres qui présente une mesure qui tombe sous le sens et est inscrite dans la loi, comme la remise en cause d’une décision ministérielle. Face à cette cacophonie, le gouvernement doit aller plus loin. Et prendre les mesures politiques qui s’imposent.



Personne n’aurait pu imaginer un tel scénario. Des élèves qui entrent en grève de la faim pour exiger un nouveau mode de calcul de leurs moyennes. Un ministre qui se livre à une génuflexion en public, avant de promettre d’accéder au vœu des élèves sans se soucier de la règle. Des jurés qui refusent de se plier à la décision du ministre et revendiquent la stricte application de la loi. Un gouvernement qui prend appui sur la loi pour désavouer le ministre sans pour autant que cela ne se traduise par une quelconque sanction à son encontre.

Le vaudeville mis en scène par Léon Nzouba avec dans les rôles principaux des lycéens grévistes de la faim, traduit l’inexorable descente aux enfers du système éducatif gabonais. Comme on pouvait s’y attendre, la «réformite» des différents gouvernements qui se sont succédé depuis 2009 conjuguée à un ordre de priorités par toujours évident favorise tous les excès, donne libre cours à toutes les idées, y compris les plus farfelues, en même temps qu’elle rend illisible la stratégie gouvernementale.

Le désaveu infligé au ministre de l’Education nationale exprime aussi une certaine instabilité. Entre les changements réguliers de postes et la création de ministères à rallonges, tout est fait pour que les ministres ne s’imprègnent pas de leurs dossiers. On a ainsi vu Léon Nzouba passer, en 5 ans, de l’Enseignement technique à l’Education nationale en passant par les Travaux publics et la Santé. Comment conduire des réformes dans la sérénité quand on change de portefeuille à chaque remaniement ? On a vu Séraphin Moundounga cumuler pas moins de 5 ministères en un seul. Comment aller au fond des choses quand on court par monts et par vaux à longueur de journée ? On en voit le résultat… Le Conseil des ministres vient de réhabiliter la loi. Le Premier ministre doit maintenant passer aux mesures politiques.

Le gouvernement vient de désavouer le ministre de l’Education nationale. Il ne peut en rester là. Il doit aller plus loin. Il n’y a rien de pire que de considérer l’affaire dite du Baccalauréat comme une simple péripétie, un simple incident de parcours. Cette affaire concerne quand même l’avenir de notre pays autant qu’elle met en scène un des principaux poids lourd du gouvernement, réputé très proche voire intime du président de la République.

Peut-on se satisfaire de la teneur du dernier communiqué final du Conseil des ministres ? Le déroulement des faits attestent de la gravité de la situation. Si l’on tient compte du fait que la génuflexion de Léon Nzouba eut lieu durant la Journée du drapeau, on en vient à se demander si la décision de délivrer le Baccalauréat aux élèves ayant obtenu au moins 8/20 de moyenne était de son seul fait. En tant que responsable politique, il doit assumer, certes. Mais on est tout aussi en droit de se demander comment une telle idée a pu germer. Du gouvernement on attend désormais plus.

Daniel Ona Ondo n’a d’autre choix que d’affronter cette équation qui se pose à tous les Premiers ministres en pareilles circonstances : demander sinon le départ, du moins la mutation du ministre fautif, au risque de laisser croire que la crédibilité de notre système éducatif lui importe peu. Si la décision de faire appliquer la loi et d’imposer une moyenne au moins égale à 10/20 pour l’obtention du Baccalauréat peut être saluée, il n’en demeure pas moins vrai qu’elle n’a rien d’exceptionnelle, qu’elle tombe sous le sens et surtout que ce débat n’aurait jamais dû avoir lieu. Il est donc urgent d’en tirer les conséquences. Toutes les conséquences. Bien entendu, ces conséquences peuvent être radicales mais elles sont de nature à atténuer le discrédit qui s’abat sur notre système éducatif.

Il ne s’agit ici ni de sacrifier qui que ce soit, ni d’expier une quelconque faute. Il s’agit de donner un coup d’arrêt à la déchéance programmatique de notre système éducatif et à la banalisation des diplômes au rabais. C’est moins une personnalité qui est ici en cause qu’une manière de faire. La suite à donner à la décision du Conseil des ministres est sans doute difficile, douloureuse à prendre mais elle s’impose. Le gouvernement peut, sans doute, se heurter aux relations du ministre concerné avec le président de la République. Mais l’Exécutif, y compris le président de la République, y gagnerait en cohérence…

Gabonreview

Vendredi 22 Août 2014
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1240 fois




1.Posté par sniper le 22/08/2014 09:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Regarde moi ce marabout, après les crimes rituels c'est ça?

2.Posté par Bouka Rabenkogo le 22/08/2014 11:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur Alain-Claude Billie By Nze rapporteur cigale. Nos enfants ne sont pas des cigales. Incapables d'offrir des salles de classes, des enseignants en suffisance et de qualité, comme toute cigale, vous vous mettez à chanter. Pour ta gouverne, le pays de nos enfants offrent des ressources suffisantes et en abondance pour répondre aux exigences d'un système scolaire performant et d'élite. Quand le millénaire prône le "Zéro Défaut", c'est a dire aucun échoué, afin de permettre la linéarité dans la transmission de la pensée, les cigales que vous êtes, souhaitiez transformer nos enfants en cigale.

Ça doit se faire maintenant!

Le PDG, parti au pouvoir depuis presqu’un quart (1/2) de siècle, perpétue l’ordre ESCLAVAGE, COLONIAL ET NÉOCOLONIAL.
Nous ne voulons pas de l’AUTO COLONISATION pour nos enfants.
Le mouvement « ÇA DOIT SE FAIRE MAINTENANT » soutien à 100% le propos du Révérend Mike Jocktane qui appelle au départ d’Ali Bongo pour l’Avènement de la "Nouvelle République" et d'une "Nation".
"Le Patriote"

3.Posté par Alkazar le 22/08/2014 18:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ne soyons pas dupes..., le geste de Léon Nzouba n'est pas anondin. Il a sauvé Ali Bongo de l'équivalent du printemps arabe. Dommage que cet élève n'est pas mis sa menace à exécution.....ça aurait été l'élément détonateur d'une insurrection difficilement maîtrisable par le pouvoir en place... C'est la raison pour laquelle Léon Nzouba ne sera pas démis de ses fonctions. En reconnaissance du service rendu

4.Posté par ADN le 22/08/2014 20:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que le ministre soit déchu ou pas, il est claire que donner le BAC aux personnes qui ont 8/20 de moyenne est inadmissible. Si nous voulons sortir de la médiocrité que nous connaissons au Gabon, il est important de dénoncer ce type d'acte dans notre république.

En outre, je n'accuse pas directement le ministre de l'éducation nationale qui n'a fait qu’exécuter les ordres de son chef hiérarchique. J'accuse plutôt ceux qui lui ont donné l'autorisation de faire cette conférence de presse qui confirmait l'admission au Bac de tout ceux qui avaient obtenu 8/20 de moyenne. Pour preuve, ce qui est apparu à ce sujet dans le quotidien "l'Union", journal de l'Etat, est une illustration parfaite qui prouve que cette décision de donner le Bac aux grévistes de la faim a été approuvé par les plus hautes autorités de ce pays.

Le système éducatif gabonais est en plein déchéance.

5.Posté par aliakbahar le 24/08/2014 01:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Par ce geste le Pr Zouba est Pministrable!

Merci moana mboka.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...