News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

REVUE DE PRESSE HEBDOMADAIRE: « Véolia, opposant N°1 à l’émergence d’Ali Bongo Ondimba »

Le site de la Liberté - LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24 le Lundi 31 Mai 2010 à 12:15 | Lu 1141 fois



REVUE DE PRESSE HEBDOMADAIRE: « Véolia, opposant N°1 à l’émergence d’Ali Bongo Ondimba »
La revue de presse de cette semaine qui s’achève a, comme à l’accoutumé, puise dans le vaste répertoire des parutions publiées au Gabon, autant dans les journaux papier qu’en ligne: quelques titres « Véolia, opposant N°1 à l’émergence d’Ali Bongo Ondimba »; « le cinglant désaveu des Pédégistes »; « liberté de la presse : ‘’une évolution favorable’’ »; « AMO peut-il perdre les législatives partielles à Medouneu ? » ; « législative partielle à Ntoum: duel sans merci entre l’oncle et le neveu »; « la BEACgate encore » ; « le peuple gabonais, en larmes, accueille la dépouille de Pierre Claver Zeng ».


Ouvrons cette revue de presse avec une note nécrologique: c’est la disparition, le 19 mai dernier, du Vice président de l’Union Nationale (UN, opposition), musicien hors pair, député à l’Assemblée Nationale, Pierre Claver Zeng Ebome, qui a fait un tolet dans les journaux et quotidiens gabonais, sur papier et en ligne, avec l’arrivée de la dépouille, sur le territoire national, le 25 mai passé.

« Le peuple gabonais, en larmes, accueille la dépouille de Pierre Claver Zeng », c’est le titre qu’à choisi l’Agence de presse privée en ligne GABONEWS pour parler de la foule immense qui a envahi l’aéroport international Léon Mba de Libreville pour rendre un vibrant hommage à celui que l’on appelait affectueusement PCZ.

« A l’arrivée du corps à l’aéroport internationale Léon Mba de Libreville, l’on a pu voir les femmes, les hommes et les enfants qui adulaient soit l’homme politique, soit l’artiste, soit l’ami ou le père, le frère, pleurer de toute leur force », décrivait le reporter de GABONEWS qui a également commis un autre papier dans lequel il souligne que l’UN a marqué une pause dans sa campagne pour les sénatoriales et législatives partielles du 6 juin pour accueillir la dépouille de leur ancien vice président.

Là aussi, le journaliste de GABONEWS n’a pas rater de faire un autre descriptif : « La dépouille a été accueillie à son arrivée à Libreville par les différents responsables de formation politique, dont le président, Zacharie Myboto, le Secrétaire Exécutif, Mba Obame André, les vices présidents Casimir Oyé Mba, Ntoutoume Ngoua, Jean Eyeghé Ndong, tous vêtus de noir et les yeux camouflés derrières des paires de lunettes sombres ».

Quant à CROISSANCE SAINE ENVIRONNEMENT, le mensuel d’informations de développement durable, dans sa publication N° 50 du mois de Mai, le journaliste fait un « au revoir » à « un grand esprit » qui « s’en est allé » avant de rappeler à la page 7, que « Pierre Claver Zeng était allé poursuivre un traitement à Paris après avoir subi, sans grand succès, une intervention chirurgicale à l’hôpital d’instruction des Armées (PK9) de Libreville ».

A sa suite, c’est le bi-mensuel d’informations et d’analyses, LE TEMPS, dans sa parution du jeudi 27 mai 2010, qui fait également un « hommage à Pierre Claver Zeng Ebome », de qui l’auteur de l’article, à la page 7 indique qu’il est « difficile de savoir qui il était réellement ». Et d’ajouter: « poète, philosophe, musicien et homme politique, il jouait tout ces rôle dans la discrétion et la sobriété ».

Le Journal LE PEUPLE vient jeter le pavé dans la marre en invoquant « les Raisons d’une mort brutale …».

L’article qui n’est pas signé, à la page 5, va de conjectures en conjectures avant de relever que : « d’autres langues plus proches de la famille (du défunt, ndlr) insinuent que cet auteur de plusieurs 45 tours se rendait à un rendez-vous médical avec le docteur Jean Rossard Ndzigue Mba, éminent chirurgien pourtant au CHL (Centre hospitalier de Libreville). Celui-ci devait, dit-on, conduire son frère, non pas à l’HIAOBO du PK9 mais plutôt auprès d’une clinique privée de la place ».

Sans s’arrêter à ce niveau, le papier poursuit : « Ainsi, l’on est tenté de connaître les vraies raisons qui ont incité la modification de l’itinéraire initial pour enfin se rendre dans les l’une des salles d’opération d’une structure hospitalière où « coquent » les médecins expatriés ».

« Comment comprendre que la santé des dignitaires du pays soit toujours laissée entre les mains des médecins amateurs ?, s’interroge enfin la journal qui poursuit sur le chemin des analyses qui laissent, tout de même perplexe. A lire absolument.

Cependant, pour GABON MATIN, qui en a fait la une de sa parution du mercredi 26 mai dernier, Pierre Claver Zeng meurt au moment le parti qu’il a participé à créer est engagé dans la bataille des élections législatives partielles durant laquelle des ténors de son parti à savoir Casimir Oyé Mba(…), André Mba Obame, Jean Eyeghé Ndong (…) et Paulette Missambo devront défendre les sièges qu’ils ont perdu en sortant du PDG avant la présidentielle du 30 août dernier ».

Abordant une autre actualité qui depuis une semaine fait la une des journaux du pays. La Campagne en vue des sénatoriales et législatives partielles du 6 juin prochain.

L’affiche qui polarise, dans cette campagne, l’attention des lecteurs est celle de deux candidats, des « frères ennemis » du deuxième arrondissement de Libreville: Le désormais opposant Jean Eyéghé Ndong, ancien hiérarque du Parti démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) contre le versatile Paul Mba Abessole. Un homme politique national, que d’aucuns décrivent comme « jonglant entre la majorité, les besoins de son ventre et l’opposition », mais qui est aujourd’hui membre de la majorité présidentielle pour l’émergence, clairement soutenu par le PDG.

Après le lancement de la campagne, mardi dernier, le quotidien GABON MATIN affichait à la une: « Législatives partielles / Campagne électorale : Duel aux couteaux » parlant de ces deux éternels rivaux de Nkembo.

Et des le début de cette campagne, les couleurs étaient annoncées et Mba Abessole de déclaré, selon GABON MATIN, qu’ « à Medouneu comme à Nkembo, il n’y a pas match » avant que l’ancien premier ministre, Jean Eyéghé Ndong ne relève dans les mêmes colonnes qu’il « aborde cette élection avec sérénité ». Car, a-t-il ajouté « je n’ai personne en face ».

L’autre quotidien national, L’UNION parle, en page 4 de la parution du 25 mai dernier, de Jean Eyéghé Ndong qui « fait une entrée tonitruante » en mobilisant plusieurs milliers de militants et sympathisants au Rond point de Nkembo, dans cette campagne où il a été soutenu par « tous les hiérarques de sa formation politique ».

Par souci d’équilibre, l’autre moitié de la page est réservée à Paul Mba Abessole qui « prône la solidarité et la revalorisation des compétences ». Car, rapporte le premier quotidien national, il souhaite « la restauration des relations fraternelles pour mieux valoriser les compétences ».

L’autre duel de cette élection, à suivre, n’est autre que celui des fils de Mulundu, dans la province de l’Ogooué-Lolo, où l’un des membres de l’UN, en l’occurrence Paulette Missambo, Ancienne Ministre et membre influence du PDG sera face à Régis Immongault, l’un des rénovateurs du PDG.

Pour cette élection, LE PEUPLE se demande si André Mba Obame peut perdre les élections dans sa localité de Medouneu. « AMO peut-il perdre les législatives partielles à Medouneu ? », telle est la question clairement posée, à la une.

« Qui du Rassemblement pour le Gabon (RPG) ou de l’Union Nationale remportera-t-il les législatives partielles du 6 juin 2010 dans le premier siège du premier canton de Medouneu ? Cette question taraude les esprits et plus qu’un politicien, tant le chef lieu du département du Haut Komo est à ce jour stratégique pour le président Ali Bongo Ondimba et André Mba Obame, candidat malheureux sorti troisième à l’élection présidentielle du 30 août 2009 dernier. L’enjeu politique est tellement de taille que les choses empoignades s’annoncent en perspectives. Qui vivra verra !», écrit le journal qui poursuit en relavant tout de même que « AMO, affirme-t-on reste une véritable bête noire politique à prendre au sérieux ».

Dans ses colonnes, le journal LE TEMPS, du 27 mai dernier, revenant sur le deuxième siège de Libreville et du Komo Mondah, titre sur « le cinglant désaveu des Pédégistes ».

Et le Bimensuel de se surprendre : « il n’y avait donc que Jean Eyéghé Ndong et Casimir Oyé Mba pour défendre valablement les couleurs du Parti démocratique gabonais dans le premier siège au deuxième arrondissement de Libreville et dans le deuxième siège du Komo Mondah. C’est à cette conclusion que l’on est forcé de parvenir après l’investiture du leader du RPG et d’un transfuge du MCD comme candidat titulaire aux élections législatives partielles du 6 juin 2010 prochain ».

LE NGANGA, pour ce qui est de cette élection dans la localité de Ntoum, revient sur le « Duel sans merci entre l’oncle et le neveu » s’agissant principalement de l’autre ancien ministre, ancien cadre du PDG, désormais hiérarque de l’Union Nationale, Casimir Oyé Mba, qui veut conserver son fauteuil au palais Léon Mba face à son neveu, Julien Nkoghé Békalé, nouveau membre du PDG et également ministre dans le gouvernement Paul Biyoghé Mba.

Quoi qu’il en soit, même si ces élections autant sénatoriales et législatives partielles font couler autant d’encre et de salive, il n’en demeure pas moins qu’il faudra attendre, le dimanche 6 juin prochain, pour savoir lesquels de tous ces candidats auront réussi à convaincre et à arracher les voix aux Gabon pour pouvoir enfin siéger aux Palais Léon Mba et Omar Bongo Ondimba.

Tournons l’autre page de cette revue de presse et parlons des activités dans le monde de la communication où, parlant de la Liberté de la presse, Reporters sans frontière (RSF) a relevé qu’il y avait « une évolution en Afrique », selon GABON ECONOMIE, le bimensuel d’informations et d’analyses économiques, le N° 52 du 24 mai 2010.

Ainsi, dans la suite des visites des desks entrant dans le cadre des prolongation de la Journée internationale de la liberté de la presse, célébrée le 3 mai dernier, le Ministre de la Communication, de la Poste et de l’Economie numérique, Laure Olga Gondjout, a récemment effectué une visite surprise dans les locaux du journal privée GABON ECONOMIE où elle a dit vouloir tout mettre en œuvre pour faire respecter la liberté de la presse.

Autre affaire à suivre, la nouvelle politique budgétaire de l’Etat gabonais que LE NGANGA, dans sa parution du vendredi 28 mai 2010, appelle « Plan de bataille contre le pillage de l’Etat ».

Selon cet hebdomadaire, « il manquait un plan clair de navigation » tel qu’indiqué par le ministre du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l’Etat, Blaise Louembé.

Avec ce plan, relève le journal sur sa une, « il ne reste plus qu’à espérer que toutes ces mesures ne finiront pas dans surchargés de lois bien élaborées mais jamais appliquées ».

La Caravane la Provinciale du cinquantenaire l’Indépendance n’est pas en reste dans le traitement fait de l’actualité par les média gabonais dans la semaine.

LE NGANGA qui intitule en page 3, « La ‘’Provinciale’’ au cœur de nos diversités » explique que « pour faire participer le peuple gabonais tout entier aux manifestations du cinquantenaire de notre indépendance, le 17 août prochain, le gouvernement a jugé utile de d’impliquer tout le monde ». En effet, poursuit cette parution, « Aucune province, aucune localité de l’hinterland, aucun village ne sera oublié par la caravane qui va traverser les neuf provinces du pays ».

GABONEWS, GABON MATIN, L’UNION, AGENCE GABONAISE DE PRESSE (AGP), ce sont notamment les média dans lesquels il n’est point de jour où l’on ne fait un reportage, une interview, bref, un article sur cet événement républicain devant permettre aux Gabonais de mieux connaître l’histoire de leur pays depuis ces cinquante dernières années.

Avant de clôturer cette revue de presse avec un peu de sport, jetons un coup d’œil sur la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG). CROISSANCE SAINE ENVIRONNEMENT se demande si la maison propriétaire de cette structure (VEOLIA) n’est pas l’opposant N° 1 à l’émergence d’Ali Bongo Ondimba.

« Même si les saintes écritures sont interprétables, pas besoin d’être théologien pour discerner que Véolia a compris ce verset autrement; en d’autres termes « que la lumière soit que l’obscurité fut ! ». Tel est le verset d’appui de l’émergence dans les ténèbres de Véolia », ironise l’auteur de cette livraison face aux nombreuses coupures intempestives dont sont victimes, au quotidien, les Gabonais.

LE TEMPS fait un kaléidoscope sur les sorties sportives notamment le national foot où l’Union sportive de Bitam (USB) « n’est pas encore championne pendant que les chances du stade nynois de rester en division 1 sont quasi nulles», ou encore « le COCAN en harmonie avec le cahier des charges de la Confédération africaine de football(CAF) et enfin le taekwondo ou « les objectifs de l’équipe nationale gabonaise désormais élevés ».

LE PEUPLE relève « la politisation de la CAF en charge de la gestion du football continental ». Cette institution « logerait au sein des couloirs, dit-on, des lobbies politiciennes qui au fil du temps, ont fini par diluer les valeurs fondamentales qu’elle est censée défendre ».

Lundi 31 Mai 2010
LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24
Vu (s) 1141 fois




1.Posté par a le 31/05/2010 14:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Soudeur Zoulou ? Rat trempé ? Ou les deux à la fois ?





Le président musulman du Gabon se prendrait-il pour un descendant du Prophète, incaricaturable et in-moquable ? C'est en tout cas l'impression que laisse la énième suspension d'un journal gabonais, Ezombolo, pour "outrage récidiviste au chef de l'Etat".



Le 21 mai 2010, le Conseil national de la communication (CNC) - qu'on appelle aussi le "Conseil national de la Censure" - a - unilatéralement, faut-il le préciser ? - décidé de (re)suspendre pour six mois la publication du journal Ezombolo pour "outrage récidiviste au chef de l'Etat". Oh la vilaine maladie ! Pour Reporters sans frontière (RSF) : "Suspendu pour la troisième fois en moins de cinq ans, le journal subit un réel préjudice, le directeur de publication devant personnellement assurer le paiement des loyers et des installations et renvoyer temporairement ses journalistes". Cette suspension fait suite à la publication d'un article contenant des "propos outranciers" à l'encontre du chef de l'Etat, Ali « Baba » Bongo, alias Petit Mollah Ali, Ali9, Tsun'Ali, le Voyageur, le Néopropriétaire foncier... l'homme à qui, dit-on, des Corses véreux offriraient voitures de luxe et cadeaux divers...

Peuvent-ils, ces propos, ontologiquement, moralement et intellectuellement être plus "outranciers" que ceux du fils d'Omar lorsqu'il se prend pour un président légitime ? La question n'est pas belle, mais elle se pose. Dans l'incriminé article, "Ali ne fait que voyager alors que le pays sombre", il est question du coût exorbitant des voyages présidentiels. Et révèle ce secret de polichinelle : Ali a beau essayer d’être coquet, toujours coiffé comme un crooner des années 30, il n'est pas Denzel Washington pour autant. Et il devrait être le premier à le savoir. Alors, écrire qu’il "avait les cheveux frisés comme un rat trempé dans l'eau, une paire de pare-brise aux yeux lui donnant l'allure d'un soudeur zoulou", n’a rien d’un scoop. Ezombolo avait plus à craindre d’une réaction des « soudeurs Zoulous », mécontents d’une comparaison abusive avec Ali le Baba pas cool.

Excédé par tant d’acharnement, Jean de Dieu Ndoutoum-Eyi, directeur de publication du journal, fait savoir qu'il n'exercerait pas, cette fois-ci, son droit de recours gracieux auprès du Conseil national de la communication : "La dernière fois je l'ai fait, je n'ai jamais obtenu de réponse. Je ne me décourage pas, je prends simplement mes responsabilités. Je reprendrai mes activités journalistiques à la fin de la mesure de suspension". En attendant, Ali continue à jouer avec ses voitures et ses avions. Pour le plus grand bonheur des Gabonais !




Texte - Louis Fall Photo - www.legrigriinternational.com

2.Posté par Lapunu le 31/05/2010 15:43 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
à a
j'ai bcp ri, mais vraiment bien ri, en lisant la prhase concernant les soudeur qui auraient du se mettre en colère. Quelle trouvaille.

3.Posté par ndonga marie le 31/05/2010 20:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ah! les Gabonais et Gabonaises se réveillent ,la peur n'existera plus d'ici là tout sera au clair comme l'eau de roche ,c'est risible !

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...