News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Quelle posture pour la France de François HOLLANDE au sujet de la présidentielle au Gabon ?

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Jeudi 19 Mai 2016 à 15:15 | Lu 9099 fois

Rechercher une stabilité qui n’affiche pas les véritables buts poursuivis, préserver les intérêts de la métropole ou enfin, permettre au peuple de ce pays d’amorcer son projet de libéralisation et d’émancipation ?



Plus nous nous approchons du 28 Août 2016, date prévue pour l'élection présidentielle au Gabon, plus le pays connait une certaine fébrilité. D'où la question : Comment s'envisage le futur du pays ? Or, tous les jours, la presse apporte son lot d’informations alarmantes :

- distribution de cartes d'électeurs aux non gabonais afin de favoriser l'électorat du parti au pouvoir,
- préparation d'un nouveau passage en force : un coup d'Etat électoral,
- arrivée d'armes en provenance de pays de l'est européen.
Toutes ces informations trouvent parfois une certaine légitimité dans les déclarations de quelques dignitaires du régime. La mise au point du Ministre gabonais de la défense concernant les armes venues d’un pays de l’est européen tend à accréditer cette thèse.

Si les armes en question étaient destinées à la Centrafrique, comme l’a laissé entendre le Ministre, nous sommes en droit d’en connaître le commanditaire et le destinataire, dans la mesure où les forces étrangères présentes dans ce pays sont sous mandat des Nations Unis ?

Force est de reconnaitre que le Gabon vit sous le régime du PDG depuis plus de cinquante ans et que cette longévité au pouvoir n'a été possible qu’avec un soutien extérieur. Oui, chaque fois qu'il a été possible de s'en débarrasser, la France est toujours venue à son secours.

- En 1964, un coup d'Etat, sans effusion de sang, est initié par une frange de l'armée. La France du Général De GAULLE et de Jacques FOCART intervient militairement avec de lourdes pertes humaines. Le chef d'Etat destitué, Léon MBA, retrouve son fauteuil. Ce qui permettra l’accession au pouvoir en 1967 d’Albert Bernard BONGO, devenu par la suite Omar BONGO.
- En 1989-1990, des émeutes mettent à mal le pouvoir d’Omar BONGO. Cette fois, c'est François MITTERRAND qui envoie l'armée française pour sauver le régime.
- En septembre 2009, "le coup d'Etat électoral" d'Ali BONGO s'effectue avec le concours des autorités françaises, dont le Président Nicolas SARKOSY, afin de protéger les intérêts français.

C’est à se demander si la meilleure protection des intérêts des occidentaux, voire des grandes puissances, n'était pas celle fournie par les représentants, de ces peuples, élus démocratiquement, car eux seuls sont légitimes. La meilleure garantie ne pourrait être que celle qui émane du peuple souverain.

Il y a quelques mois, les autorités gabonaises venaient de prendre certaines dispositions qui donnent lieu à des interrogations : les militaires gabonais, très mal rémunérés, vont bénéficier d'un certain nombres d'avantages en nature que sont des réductions de prix dans quelques magasins, allant jusqu'à plus de 20% ; le transfert du siège de la Commission Electorale Nationale Autonome Permanente, CENAP, dans le même lieu que la Police Nationale. D’où l'impossibilité pour les civils de pouvoir y pénétrer afin de vérifier le recomptage des bulletins de vote.

Si les résultats du 28/08/2016 sont en faveur du régime, le peuple gabonais ne pourra l'accepter. En effet, si en 2009, Ali BONGO a perdu les élections, comment peut-il gagner celles de 2016 après avoir étalé au grand jour son mépris à l’égard de ses compatriotes, privilégiant la légion étrangère et dilapidant les ressources du pays dans la réalisation de maquettes et de spectacles afin d'abreuver le peuple, rappelant ainsi les grandes manifestations de la Rome antique. Le coût de toutes ces réalisations ou manifestations se conjuguent avec le manque de certaines infrastructures indispensables, comme par exemple dans le domaine de la santé, comme l’a constaté la Première Dame, Sylvia BONGO, lors de ses déplacements à l’intérieur du pays.

Certes, le Gabon est traversé par l’Equateur, il fait donc chaud et l’évaporation des deniers publics ne peut surprendre, c’est l’évidence même.

La fragilité du bilan du septennat amène certains responsables de la majorité actuelle à faire des déclarations qui, justement, permettent de comprendre l'immaturité politique de ces derniers.

Pour museler les critiques contre le candidat du parti au pouvoir, le PDG, à l'élection présidentielle, le Ministre de la Communication et porte-parole du Gouvernement, menace de dénoncer la gestion de certains ex-membres du PDG, tels que l'ex-Premier Ministre d'Omar Bongo et ex-maire de Libreville. D'autres, en la personne du Secrétaire général exécutif du BDC, considèrent comme principaux responsables les hommes de l'entourage du chef de l'Etat qu'il qualifie de " bras cassés".

Comment comprendre que s'il y a erreur de pilotage celle-ci incombe à l'équipage sans engager la responsabilité du commandant de bord ?

Quelle sera la réaction du peuple ? Cette dernière conduira-t-elle à un simple soulèvement ou bien à une révolution ? Quant à la France, choisira-t-elle comme prétexte la présence des français dans ce pays pour intervenir militairement ? Mais dans quel but ? Sauver de nouveau ou mettre fin à ce régime qu'elle n'a cessé de consolider?
Ne serait-il pas temps pour la France de François HOLLANDE de réparer toutes les injustices faites au peuple gabonais en mettant un terme à la perpétuation d’un pouvoir tant honni ?

Le peuple gabonais, peuple épris de paix, ne souhaite pas d’intervention militaire mais que la France et les autres grandes puissances et la Communauté internationale, fassent pression sur les autorités politiques de ce pays afin d'exiger d’eux le respect des résultats issus des urnes, après avoir organisé le vote de manière transparente.
Certes, une mission de l’Union Européenne vient de séjourner au Gabon et relayant celle de l’Organisation Internationale de la Francophonie qui tente, avec les moyens qui sont les siens, de pousser les autorités politiques à aller vers les élections apaisées.

Mais les exemples du Congo, Brazzaville et du Tchad ne rassurent pas. Par ailleurs, la société civile gabonaise ne cesse d'émettre des critiques contre la société française GEMALTO, leader mondial dans la mise en place de systèmes biométriques et qui, de plus, est une société à capitaux d'Etat français. Nous pouvons aussi mentionner la crainte de certaines ONG qui redoutent des violences postélectorales lors de la présidentielle du mois d’aout. Crainte confirmée par les propos du Ministre de l'Intérieur pour qui « à ce poste, l'opposition ne peut gagner une élection ».

Voici la raison pour laquelle de jeunes gabonais voudraient mettre en place un système qui permette de donner les résultats instantanément et en temps réel. Or cela le pouvoir ne peut l'accepter.

Espérons que la sagesse l’emporte et que toutes ces craintes soient sans fondement, afin d’éviter au peuple gabonais les douloureux moments qu’ont connus les pays voisins et qui se résument en trois mots: la guerre civile.

Abumackaye


Jeudi 19 Mai 2016
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 9099 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 00:00 Gabon : Lettre ouverte à Ben Moubamba

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...