News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Quel dessin faut-il encore à Ali Bongo ?

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Vendredi 13 Juillet 2012 à 18:08 | Lu 1784 fois



Quel dessin faut-il encore à Ali Bongo ?
Parce que la France connait une crise économique et sociale, François Hollande vient d'organiser une conférence sociale. Il n'a pas convié les seuls syndicats proches de la gauche, son camp politique. Il a surtout invité le patronat afin qu'il y ait confrontation, échange d'idées pour faire avancer le débat. Même si les conclusions de ce choc d'idées ne sont pas encore rendues publiques, une chose est sûre, la France en tirera profit. Parce que le Gabon traverse une crise politique et sectorielle aux conséquences imprévisibles, la confrontation, le choc des idées deviennent une nécessité absolue. Quand les gens ne se parlent plus, parce qu’habités par la haine, le langage des armes prend le relais.

Ali Bongo, par Raymond Ndong Sima interposé, a pris l'initiative d'organiser une concertation. Qu'il aille jusqu'au bout ! Qu'il fasse comme François Hollande qui a, avant tout, vu l'intérêt de la France. Il ne s'agit donc pas de réunir les acteurs politiques d'un seul camp, flanqués d'une société civile fabriquée de toutes pièces. L'intérêt supérieur de la nation commande aujourd'hui que les Gabonais de tous les secteurs et de toutes les sensibilités se retrouvent pour faire un bilan d'étape, pour confronter leurs idées et choisir les voies et moyens de sortir de cette crise, en réaffirmant les principes et les valeurs qui fondent la démocratie, vecteur de développement et de paix. L'ampleur de la crise actuelle et à venir est telle qu'aucun camp, aucun individu ne peut, à lui seul, venir à bout de ce phénomène.

L'a-t-on enfin réalisé au sommet de l'Etat ? Disons-le clairement : tant que les uns et les autres ne se parleront pas franchement, tant que certains acteurs d'un camp refuseront le débat contradictoire nécessaire pour faire avancer le débat, tant que des responsables d'institutions continueront à se retrancher derrière des lois sur mesure adoptées à la sauvette dans le seul but de garantir la conservation du pouvoir, tant que se poursuivra la chasse aux sorcières, tant que des fonctionnaires seront suspendus de solde pour des motifs bassement politiciens, tant que les syndicats, les étudiants et autres ne pourront pas exprimer en toute liberté leurs revendications légitimes, tant que le pouvoir continuera à déguerpir sans raison valable de paisibles citoyens, le Gabon court le risque d'emprunter les chemins tortueux de la guerre civile. Ces voies commencent au carrefour de l'arrogance, la brutalité, l'intolérance, la résurgence du tribalisme, la haine et la confiscation sans partage du pouvoir d'Etat par un groupe.

Habile politicien, Omar Bongo l'a compris en organisant, courant 1990, la Conférence nationale. La crise de l'époque n'avait pas encore atteint des proportions dramatiques. Grâce à cette palabre, le village gabonais s'est retrouvé, s'est dit quelques vérités. Les rancœurs se sont estompées, l'espoir d'une société plus juste s'est installé, le pardon a suivi, le pays est reparti sur de nouvelles bases. La France, premier partenaire économique du Gabon, souhaite vivement que la paix soit préservée chez nous. Elle sait anticiper parce qu'elle a la culture de la prospective et, en tant que grande puissance, dispose de données fiables sur ses ex-colonies, notamment les pays du pré carré africain.

C’est dans cet esprit que l'Elysée, à l'issue d'une visite de travail d'Ali Bongo en France, a pris soin de mentionner dans un communiqué, et sans fioriture : « Cet entretien a également été l'occasion, pour le Président de la République, de souligner les principes qu'il souhaite voir guider les relations entre la France et le Gabon : dialogue exigeant sur les questions de gouvernance, de lutte contre la corruption et de pluralisme démocratique, accompagnement de la croissance du Gabon par les outils de la coopération française ; concertation sur les enjeux de paix et de sécurité… » Avec ça, a-t-on encore besoin d'un dessin ?


François ONDO EDOU

Vendredi 13 Juillet 2012
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1784 fois




1.Posté par Mezzah le 13/07/2012 19:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur François ONDO EDOU,

Vous êtes trop fort. Votre lucidité, votre vision et vos capacités à analyser la chose politique vous honorent. Je me réjouis de savoir que le Gabon a des enfants dignes.

Seulement en face, de l'autre côté, est-on capable de comprendre les choses que décrivez quand on sait que les PéDéGistes ne savent plus faire la différence entre l"Etat Gabonais, le PDG et la famille Bongo.

Même avec un dessin, Ali et les Mborantsuo, Patiencce Dabany, Nzouba Ndama, Boukoubi et consorts ne comprennent rien. Ils se comportent tous comme des idiots qui, au moment où on leur montre la lune, se content de regarder le plus près c’est-à-dire le doigt.

Merci pour cette belle intervention qui reste fidèle à tant d’autres venant de vous.

2.Posté par Donguila le 13/07/2012 20:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Emergence moutouki!

3.Posté par St.Michael le 13/07/2012 20:53 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Francois,

Ton analyse est brillante et confirme que cela vient d'une tete bien faite.
Ce pendant, la France est un pays qui vie une situation conventionnelle et dirigee par un President normal et normalement elu.
Le Gabon lui est pris en otage avec toutes ses institutions...donc une situation anormalement avec un voyou pas normalement elu qui est au trone.

Par consequent, on ne peut pas demander a un illegale/illegitime/antipatriotique et antirepublicain de faire comme Francois Hollande qui de surcroit est une Vraie Elite et non une pseudo elite.

I understood your views but yet not fully in agreement as far as expectations are concerned under the current slavery conditions.

Cheers,

4.Posté par King le 14/07/2012 15:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous perdez du temps pour rien!
avec Ali Bongo et le PDG il faut la force même avec les armes.

5.Posté par Ondo jean jacque le 16/07/2012 14:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr Ondo edou,
la crise que traverse la france est comme vous l'avez dit, une crise socio-économiques.Cette crise est semble t - il mondiale. Les indicateurs de cette crise peuvebt se ressentir au Gabon : pouvoir d'achat faible; licenciement abisif; crise du chomage; entreprise en déclin etc. Ce que vivent les français, nous le vivons depuis bien longtemps. Ce qu'il faut pour le Gabon aussi c'est une concertation socio economique et non une conférence nationale politicienne; En France l'UMP grogne, critique, traite Hollande de dangereux, d'incapable,qu'il mene la France droit au mur? au gabon l'opposition nous répand les memes mots. Ecoutez chers opposants, vous voulez le pouvoir, organisez vous attendez 2016. Pour l'instant soyez une opposition contructive, apportez nous des idées, alimentez nous de vos propositions, de ce que vous etes prets à faire pour le Gabon. Arretez vos demandes incessantes de Dialogue.Dialoguer avec qui pour quoi dire?

6.Posté par l'homme du gabon le 17/07/2012 04:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
voila un pauvre con qui etait en charge des elections et qui vient faire le bruit aux gens maintenant qu'il n'a plus poste ! Tout ceci juste pour essayer d'etre rappele a la mangeoire .
Quelle honte ! Apres avoir ete complice de la tricherie electorale il vient nous casser les timpans avec ses sarcasmes

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...