News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Pourquoi les leaders de la Francafrique ont décidé de sortir le film documentaire « Francafrique, 50 ans sous le sceau du secret » : toute la vérité.

Le site de la Liberté - LVDPG - Média Libre pour tous : Source : le post.fr le Mercredi 1 Décembre 2010 à 09:34 | Lu 3669 fois



Pourquoi les leaders de la Francafrique ont décidé de sortir le film documentaire « Francafrique, 50 ans sous le sceau du secret » : toute la vérité.
Le 01 décembre 2007, Omar BONGO fit le bilan de sa gestion après 40 ans de pouvoir et prononça des mots qui invitent à combattre tous les maux qui minent et nuisent au développement du Gabon. Il dit : « j’ai pour habitude de dire, gabonais nous sommes, gabonais nous resterons. Pensons à notre pays, pensons à notre jeunesse. Nous croyons en Dieu, mais Dieu ne nous a pas donné le droit de faire du Gabon ce que nous sommes entrain de faire. Il nous observe. Il dit : amusez vous. Mais le jour où il voudra nous sanctionner, il le fera. Que Dieu protège le Gabon, je vous dis merci ».

Qu’on ait aimé ou combattu Omar BONGO, qu’on apprécie ses actions ou pas, ses paroles ne peuvent nous laisser séjourner dans l’indifférence car, le Gabon notre pays mérite qu’on pense à son développement. Et pour se faire, il nous faut avoir un minimum d’esprit patriotique qui dépasse les clivages politiques.

Pendant de nombreuses décennies, une multitude de citoyens gabonais étaient entièrement convaincus que notre défunt président Omar BONGO était le véritable mal qui terrassait notre pays. Ce qui les amenait à se demander : qu’est ce qui pouvait donner autant de forces à un seul et simple individu au point où, même la force de nombreux opposants qui avaient réussi à soulever les trois quarts du pays ne parvenait pas à le mettre hors du pouvoir ?

Nombreux sont ceux qui ont assisté à des soulèvements impressionnants tenus dans notre pays. Mais hélas, ces hommes pourtant forts et courageux trébuchaient et remballaient leurs bonnes idées et leurs grandes ambitions tant l’équation de la prise du pouvoir était complexe.

Le schéma de combat et de réflexion était quasiment le même pour nos intellectuels qui pourtant sortaient fraîchement des écoles et des universités les plus prestigieuses de la planète. Eux aussi ils ne parvenaient pas à comprendre l’origine de la force extraordinaire du pouvoir d’Omar BONGO.

C’est pourquoi, soutenir aujourd’hui que c’était un manque de volonté ou de courage de leur part n’est pas juste. C’est tirer une conclusion hâtive car il faut reconnaître que ces aînés ne manquaient ni d’ambitions ni de grands projets. Pourtant la finalité était la même : le découragement et la résignation.

Ils finirent quasiment à l’unanimité par faire le constat que les forces en présence étaient trop disproportionnées pour engager une lutte surtout que l’adversaire n’était pas identifiable. Et, au risque de se faire broyer, ils se contentèrent de ruminer amèrement la vision ou le rêve qu’ils avaient pour notre beau pays en espérant que les jeunes générations puissent voir plus clair dans ce combat qui nous conduirait à la libération du Gabon, comme l’avait souhaité Omar BONGO.

Aussi, il aurait fallu vivre ces dix dernières années pour démasquer les fameuses forces invisibles : celles qui condamnent nos peuples à vivre dans la misère, celles qui tirent les ficelles et font passer nos responsables pour les auteurs de leurs crimes, celles qui cultivent le colonialisme dans nos Etats d’Afrique, celles qui sont imprégnés des discours les plus racistes, celles qui ont sacrifié les ambitions de nos pères, celles qui imposent à nos peuples d’accepter la souffrance comme un mode de vie propre aux africains, celles qui ont terrassé nos frères les plus éclairés, celles qui ont vilipendé Omar BONGO au crépuscule de sa vie, celles qui veulent maintenant déstabiliser Ali BONGO pour avoir refusé de renouveler de nombreux contrats mafieux. Il aurait fallu vivre ces dix dernières années pour comprendre que le mal du Gabon et de nombreux pays de notre continent est la Francafrique.

Il nous est dit : « l’assassin revient toujours sur le lieu du crime quelque soit le nombre d’années ». En d’autres termes, analysez bien l’extrait du film « Francafrique, 50 ans sous le sceau du secret » et vous percevrez sans le risque de vous tromper les intentions de ces hommes que le changement de politique au Gabon a fait sortir de leurs ombres et dont la capacité de manipulation reste non négligeable.

En effet, ces hommes d’un autre âge comme vous pouvez le voir dans les extraits du film documentaire ont choisi de revenir sur l’élection présidentielle d’août 2009 sachant qu’elle avait suscité de vives tensions dans le pays. Leur unique but est de cultiver la haine entre les gabonais à travers le renforcement du repli identitaire et tous ses corollaires. Cependant, face à une telle intention, le peuple gabonais devra rester très vigilant. La progéniture ou la descendance de ces hommes vit en Occident, loin des coups de fusil qu’ils veulent que nous utilisions entre nous. Le Gabon ne doit pas tomber dans le même gouffre que le Rwanda.

Où étaient ces hommes quand les gabonais sont morts à Port-Gentil pour ce vote ?

Où étaient ces hommes si les informations qu’ils donnent sont réellement vraies ?

Pourquoi ces hommes n’ont pas crié haut et fort « à la mascarade »lors de la proclamation des résultats ?

Pourquoi ces hommes ont attendu un an pour venir servir au peuple gabonais leur soit disant justice ?

Comment ces hommes ont eu les résultats dont ils font allusion ?

Comment ces hommes veulent ils qu’ont les prennent au sérieux ?

Qu’est ce que ces pilleurs du Gabon attendent des gabonais après la diffusion de ce film ?

Qu’est ce que ces spoliateurs veulent que nous fassions des diverses révélations offertes ?

Peuple gabonais, plus que jamais, il est venu le moment que l’on vous dise la vérité sur la sortie de ce film : le Président Ali BONGO a refusé d’être le pantin de service qui livre gratuitement les richesses de son pays à des hommes qui n’ont rien à foutre du bien être du peuple gabonais.

Toute cette affaire commence avec la décision d’arrêt d’exportation de grumes le 05 novembre 2009.Vous savez comme nous que se sont de grands groupes français qui profitent impunément de notre bois depuis plus de cinquante ans sans même que les gabonais n’y voient les retombées. On nous parle d’un secteur qui embauche des salariés gabonais ! Ce qui n’est pas inexact mais pour quel salaire et quelles conditions de travail?

Puis, sous l’invitation du Président Ali BONGO, Nicolas Sarkozy son homologue français qui a toujours souhaité la rupture de ses vieilles et vilaines relations floues entre nos deux pays, s’est rendu à Libreville le 24 février 2010. Les deux chefs d’état signèrent de nouveaux accords qui visent un partenariat « gagnant-gagnant » entre la France et le Gabon. Ce nouveau partenariat n’a nullement fait la part belle à la Francafrique, ce réseau de vieux hommes qui se sont enrichis avec l’argent des gabonaises et des gabonais.

Les discours tenus ce jour ont bouleversé les « leaders de la Francafrique », commanditaires du film qui va sortir dans quelques jours.


Nicolas Sarkozy dit en ce jour à notre Président de la République:

1. « Votre projet un Gabon prospère, créateur d'emplois et de richesses, un Gabon plus juste (...) dans lequel les fruits de la croissance seraient mieux répartis, ce projet-là la France sera à vos côtés pour vous aider totalement et complètement »


2. « La France comme le Gabon ont diversifié leurs partenaires (...) il n'existe plus de pré carré et je ne le regrette pas. Ce sont des conceptions d'un autre temps, il y a des raisons objectives de refonder une relation privilégiée entre nos deux pays ».

Et Ali BONGO de répondre :


1. « Je considère, comme vous, que l'heure de la rénovation de notre relation a sonné; l'heure d'y apporter les inflexions nécessaires et salutaires dans le style et le rythme qui conviennent aux uns et aux autres »

2. « C’est dans cet esprit que j'entends agir; et je vous affirme d'ores et déjà ma disponibilité à y réfléchir avec vous. Vous et moi ignorons le contenu réel de ce qui est communément et confusément appelé« FRANCE AFRIQUE» mais nous assumons courageusement cet héritage historique riche aussi bien d'aspects positifs que négatifs. Bien heureusement, vous et moi constatons que la politique des tutorats, des réseaux et des leçons est aujourd'hui dépassée et révolue. Nous restons forts convaincus qu'une amitié franche et sincère se nourrit de conseils réciproques »


3. « C’est dire que l'heure est venue de faire émerger un réel partenariat gagnant-gagnant, à la mesure des aspirations respectives de nos deux peuples. Dans cet esprit, nous assumerons entièrement nos responsabilités pour que dorénavant nos manquements ne soient plus imputés aux autres. C’est la condition nécessaire de notre respectabilité »

4. « Les conditions me semblent donc réunies pour que nous écrivions ensemble les nouveaux chapitres de l'histoire des relations entre nos deux pays, la France et le Gabon. Les instruments juridiques que nous allons signer tout à l'heure, qui concernent notamment le plan d'action pour un partenariat stratégique, l'accord de Défense sont de notre temps et posent les jalons d'un partenariat franc, décomplexé, donc marqué du sceau du respect ».

5. « Si nous partageons continuellement cette volonté de mouvement, cette prise en main de notre destin, nous récolterons, j'en suis sûr, les meilleurs bénéfices pour nos deux peuples. Tout conservatisme, toute inertie serait un rendez-vous manqué avec l'histoire.

Vous comprenez chers compatriotes qu’avec un tel partenariat, Nicolas Sarkozy et Ali BONGO se sont mis sur le champ de tir des hommes de la Francafrique. Ils viennent de fermer le robinet financier qui ne profitait ni aux français de la France profonde encore moins aux gabonais du Gabon profond.

C’est pourquoi ces hommes de la francafrique ont épousé la pensée de Mobutu quand il disait : «celui qui t’arrache ce beefsteak de la bouche est un homme à abattre ».

Pour les hommes de la Francafrique, Ali BONGO et Nicolas Sarkozy sont désormais des hommes à abattre quelque soit le prix.

Après les nouveaux accords signés le 24 février 2010, André MBA OBAME qui est toujours resté en contact avec les chantres de la Francafrique, si nous nous conformions aux propos de Robert BOURGI lors de son interview sur RTL avec Jean Michel Apathie, déclara haut et fort : « si rien ne change au Gabon, un coup d’état à la nigérienne peut arriver d’ici la fin de l’année ». Vous avez bien compris chers compatriotes que la Francafrique à trouver son homme de main.

Ainsi, toute la tornade médiatique faite contre Ali BONGO et Nicolas Sarkozy n’est que la conséquence de leur refus de servir des intérêts qui ne profitent qu’à un groupuscule de personnes déjà extrêmement riches.

La France de Nicolas Sarkozy refuse de continuer de payer les frais de ces réseaux mafieux dont elle ne voit même pas le bénéfice. Et Ali BONGO de rompre avec les réseaux qui ont fortement participé à retarder le Gabon. Ces mêmes réseaux qui avaient brûlé notre défunt président.

Chers lecteurs, Omar BONGO avait dit ouvertement et en présence des autorités françaises : « c’est un risque de vouloir signer l’acte de décès de la Francafrique ». Mais, n’est ce pas ce que nous souhaitions tous depuis des décennies ? Depuis que nous savions que nos autorités gabonaises ne sont que les mains armées d’hommes invisibles complètement démasqués et démystifiés aujourd’hui ?

Oui, les forces de la Francafrique sont aux abois. C’est pourquoi elles tentent de déstabiliser le Gabon avec le film « Francafrique, 50 ans sous le sceau du secret ».

Comme nous aimons le dire sur ce blog : En Afrique, ce n’est pas tant la manière d’arriver au pouvoir qui est importante mais c’est ce qu’on fait lorsqu’on y est ».

Ali BONGO et Nicolas Sarkozy ont pris ce grand risque face à des hommes sans foi ni lois, il nous revient de les soutenir pour ce courage d’avoir signé la rupture.

L’élection d’Ali BONGO peut être remise en cause comme le sont de nombreuses élections en Afrique. Cependant, nous constatons tous qu’il a agi pour le « Gabon d’abord » prôné par le président Léon Mba sous les derniers conseils publics de son prédécesseur Omar BONGO « Dieu ne nous a pas donné le droit de faire du Gabon ce que nous avons fait de lui. Pensons à notre pays, pensons à notre jeunesse ».

Maintenant nous espérons que vous aurez mieux compris la sortie du film documentaire « Francafrique, 50 ans sous le sceau du secret ».

Pour répondre aux ennemis du peuple gabonais, nous pouvons déjà dire que : « nous préférons un président de la République légal et qui défend avec acharnement les intérêts du pays, qu’un homme légitime mais qui souhaite vendre notre pays à nos adversaires.

Par Télesphore OBAME NGOMO

http://www.lepost.fr/article/2010/11/30/2322907_pourquoi-les-leaders-de-la-francafrique-ont-decide-de-sortir-le-film-documentaire-francafrique-50-ans-sous-le-sceau-du-secret-toute-la-verite.html http://www.lepost.fr/article/2010/11/30/2322907_pourquoi-les-leaders-de-la-francafrique-ont-decide-de-sortir-le-film-documentaire-francafrique-50-ans-sous-le-sceau-du-secret-toute-la-verite.html


Mercredi 1 Décembre 2010
LVDPG - Média Libre pour tous : Source : le post.fr
Vu (s) 3669 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

29.Posté par l'enfant le 11/12/2010 20:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
les grands, je soulignais la fois dernière le fait que malheureusement, le Gabon comme la plus part des villages africains, n'étaient pas vraiment affranchis. Mais bon, laissons ça comme ça.
tant que nous n'aurons pas accepté de tuer le père, rien ne changera. Ce qui n'est pas, je le rappelle,une mince affaire ! Allez demander a Abraham.
Mais, ce n'est pas de leur fautes à ces chefs de cantons que nous avons pour président, on apprend au sujet africain depuis son enfance que la parole du père est toute puissante; mais que surtout, son autorité ne saurait être confronté à une quelconque objection.
Le père ici, c'est le discours fasciste, c'est la morale, c'est l'homme blanc !
Mais bon, laissons cette affaire là comme ça.
Pour l'instant, je reste et demeure mon propre cogito !

28.Posté par Ma voix compte !!! le 03/12/2010 12:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai voté en 2009,une voix détourné par BOA. Si y'a problème un jour je vais reclamer ma voix et je vais contribuer a le capturer comme une gazelle,il ne mérite pas le respect des gabonais tout comme son chargé du net telesphore

27.Posté par Le gabonais le 03/12/2010 12:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il me fait pitié Obame Ngome,ce kon lui a fait publiquement au cabinet de Mme Ali,kel honte !!! comme on dit souvent que le honte ne tue pas au Gabon,reste toujours dans ton imposture.En repondant a tes bétises je perds mème mon temps !!!

26.Posté par flowback le 02/12/2010 22:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Où étaient ces hommes quand Ali...?" Question ridicule! Est-ce leur droit d'intervenir? Ali ( Gabonais ) n'ignorait pas qu'envoyant l'armée à Pog, elle tirera sur d'autres gabonais. Les africains constituent l'épine dorsale de leur propre continent. Nous avons le pouvoir. On se bat corps et âme pour l'avoir, le conserver par tous les moyens.

25.Posté par flowback le 02/12/2010 22:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cet article est ridicule. Les gabonais ne changeront jamais. Il faut laisser la vérité jaillir. C'est un peu tard, mais nous avons le droit de savoir. Les gabonais ont pillé le pays. Nous n'allons pas à chaque fois accuser les puissances coloniales.

24.Posté par l'enfant le 02/12/2010 10:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
les grands frères,je ne prendrai pas partie. Pour deux raisons : je ne connais ni la Francafrique, ni ABO. Cependant, ils sont bien là.
Le Gabon est-il libre ? Un autre à la place d'ABO peut-il s'acquitter de cette tache sans être confronté aux mêmes difficultés ?
Ce qu'il faudrait, c'est tuer le Père ! En sommes nous véritablement capable. Tuer le Père ici, c'est accepter de dire non à celui qui tire les ficelles de la destiné du Gabon. Mais qui est-il ? Où est-il ? A cette question,nous n'avons nous-même que de vagues bribes de réponses.
Mais tuer le Père n'est pas une affaire aisée. Le Père, ce peut être l'entité "Blanc", sont discours, son implication dans le fonctionnement du Gabon. Nos lideurs ne sont que des pions des vastes échiquier dont les protagonistes sont ailleurs.

23.Posté par OuEtaitAliBongo? le 02/12/2010 06:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le frère Télésphore aime bien faire la morale aux Gabonais lorsqu'il défend son président. Eh bien, on peut lui reposer les mêmes questions qu'ils posent pour ainsi attaquer le film qui sort...

Où était Ali Bongo quand les Gabonais sont morts à Port-Gentil pour ce vote ? (Paix à leurs âmes)

Où était Ali Bongo lorsque les informations qu’on donne dans le film ont été manipulées ?

Pourquoi Ali Bongo n’a pas crié haut et fort « à la mascarade » lors de la proclamation des résultats ou bien même prendant toutes ces années qu'il était dans la gestion du pays avec son père ? (on sait pourquoi, c'est lui qui faisait la mascarade)

Pourquoi Ali Bongo n'a jamais accepté la vérité des urnes pour servir au peuple gabonais sa justice ?

Comment Ali Bongo est devenu gagnant des élections? Qu'il nous démontre comment il a gagné sans fraude...

Comment Ali Bongo veut-il qu’on le prenne au sérieux alors que hier ces gens que tu dénonces étaient ses "frères"?

Qu’est ce que ce pilleur du Gabon, Ali Bongo, attend des gabonais après la diffusion de ce film ?

Qu’est ce que ce spolieur d'Ali veut que nous fassions des diverses révélations offertes dans le film ?

Comme quoi, la liste des questions peut revenir en place face d'Ali. Les Gabonais ne sont pas si naïfs que ça. Ils sont capables de faire la part des choses. Pourquoi le film fait si peur à Ali et ses amis fuyants français? Laissez les gens regarder le film et ils tireront leurs propres conclusions. Je ne crois que les Gabonais seront plus manipulés par les français dans le film que ce qu'ils vivent déjà avec les Bongo depuis plus de 43 ans!

Arrêtez de prendre les Gabonais pour des imbéciles! Ils sont capables de regarder un film, s'il vous plaît... et ils sugeront! Occupez-vous des affaires du pays et gérer ou faite avancer le pays et on verra...


22.Posté par un PDG le 01/12/2010 15:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un BONGO OMAR qui regrette le mal qu’il a fait aux gabonais ? Laissez-moi rire, si c’était le cas il allait faire le nettoyage avant sa mort, car il a eu le temps de le faire, étant donné qu’il a été malade pendant longtemps. Il allait enlever sa maîtresse à la cours constitutionnelle, son fils adoptif à la défense. Changer la constitution et mettre un Vice Président intègre pour le remplacer après sa mort ; un type comme JEN par exemple. Au lieu de cela, il a tout mis en place pour que son fils adoptif prenne le pouvoir. BONGO OMAR a toujours berné les gabonais avec de belles paroles. Quand à ALI BONGO, il est pire que son père adoptif. Un type qui après avoir ramassé une jeune fille d'une vingtaine d'année s'était arrêté, non pour porter secours à la blaissée qui gémissait au sol, mais pour regarder sa voitute et dire: "la garce, elle a salie ma voiture" et il étaitt remonté au volant de sa luxieuse voiture, il n'a pas d'âme ce type. Il aurai eu un peu de crédit s’il avait restitué au Gabon toute la fortune que sa famille a volé, étant donné que c’est lui l’héritier. Comment voulez qu’on fasse confiance à quelqu’un qui a fabriqué son extrait de naissance à quelques semaines des élections ? Et qui se retrouve avec 3 actes de naissance différents ? Pour couronner le tout, il a marché sur les cadavres des gabonais pour accéder au pouvoir , il n’a même pas respecté le désir des gabonais ; mettre fin au règne des Bongos ? Monsieur OBAME NGOMO veut nous dire qu’ALI BONGO est le sauveur des intérêts des gabonais ? Rien qu’à regarder la répartition du budget de l’état, même un enfant de 6 ans comprendra qu’il n’y a rien pour le peuple, quand on baisse le budget de l’éducation nationale, celui de santé, pour tripler celui de la défense, sommes –nous en guerre ? Les dépendes personnelles ont explosé. ALI BONGO est le président des pédégistes, et de ses ami(e) s, point barre. Il est le sauveur de lui même.

21.Posté par aline le 01/12/2010 12:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonne analyse Télésphore OBAME.
Précise bien que nous gabonaise et gabonais on doit se battre d'abord pour notre pays et par défaut, ou par ricochet, pour le président officiel qui est en place malgré notre volonté. La France-Afrique l'a soutenu et mis au pouvoir. Qu'elle assume les orientations de bébé kong même si elles vont à l'encontre de leurs intérêts...ce qui par ailleurs reste à prouver.
Je suis persuadée qu'il s'agit d'un différent entre divers clans de la franc-maçonnerie france- Africaine : un qui soutient Ali et l'autre qui soutien AMO, tout cela pour que le gabonais moyen n'ai que des miettes.
Pourquoi le LVDPG n'a pas censuré les injure du poste 14 de St-François comme ça été le cas d'un de mes postes où je disais qu'AMO et ALi sont sodomisés par les franc maçons? Je reste perplexe sur les tendances des animateurs de ce site...

20.Posté par engogole le 01/12/2010 12:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
le gabon sera libre mais vous irez ou les hypocrites tu as voté amo non?

1 2 3
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...