News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Pour la cause du Gabon je ne resterai pas inactif

Le site de la Liberté - Martin Edzodzomo-Ela le Dimanche 6 Mars 2016 à 19:22 | Lu 2015 fois



En guise d’introduction : C’EST POUR LUI ! POUR ANDRÉ MBA OBAME. Que j’écris ces mots : L’UN est ce qu’ANDRÉ MBA OBAME (LE PRÉSIDENT AMO pour son peuple), a laissé comme héritage Porter atteinte à l’unité et à la cohésion de ce parti, c’est trahir sa mémoire Je suis du sang d’ANDRÉ MBA OBAME Je le supporte mal.
POUR LA CAUSE DU GABON JE NE RESTERAI PAS INACTIF.
POUR LA CAUSE DE MON PEUPLE. JE NE ME TIENDRAI PAS TRANQUILLE
(Jusqu’à ce que ressorte, comme clarté, sa justice, et son salut, comme un flambeau qui brûle)

OPERATION Jean PNG :
Une imposture de plus !
Après le « Père Paul Mba Abessole de années 1990.

IMPOSTURE:

Selon Le Petit Larousse :

« Action, procédé de quelqu’un qui cherche à tromper par de fausses apparences ou des affirmations mensongères, notamment en usurpant une qualité, un titre, une identité, ou en présentant une œuvre pour ce qu’elle n’est pas. »
Les dessous de l’imposture.

En concertation avec les réseaux françafricains, soutient du système, il aurait été décidé, afin de prévenir ce mauvais présage, de remplacer Ali Bongo Ondimba par un autre membre. Trois membres potentiellement en mesure de faire l'affaire sont retenus: André Mba Obame, Paul Toungui, et Jean Ping. André Mba Obame est immédiatement écarté pour deux raisons: d’abord, les membres du conseil se déclarent craindre une colonisation de l'ethnie fang dont André Mba Obame est issu. De plus la posture par trop nationaliste de ce groupe fait craindre l'idéologie sous-tendant "Gabon d'abord". La deuxième raison étant que son état de santé le disqualifie d'office. - Paul Toungui, le fait qu'il est du Haut-Ogooué et sa filiation matrimoniale par son épouse Pascaline Mferri Bongo ont estimé que le patronyme Bongo était devenu un problème pour le peuple gabonais, et même à l'extérieur.

Et risquait de confirmer une fois de plus le caractère monarchique du système. Jean Ping, par ses origines (de l'Ogooué Maritime), son expérience du pouvoir et par conséquent, sa connaissance de la classe politique du pays (ne se réclame-t-il pas héritier spirituel de son beau père?), sans oublier son carnet d'adresses dû à ses relations à l'extérieur du Gabon, sans négliger son alliance de sang avec les Bongo, toutes choses qui, pour les membres font de lui, le choix du clan, ainsi que les amis fidèles des réseaux françafricains. Des consultations auraient été menées auprès de ceux qui, le cas échéant seraient les futurs collègues africains de Ping.

Consultations jugées toutes très positives. Ainsi, le choix du clan se porta sur Jean Ping, pour se substituer à son beau frère Ali Bongo Ondimba, afin de sauvé le règne de l'Emirat Bongoland-PDG. Robert Bourgi, l'autre fils de l'Emir défunt fut chargé d'annoncer officiellement le divorce et le futur limogeage avec Ali9. Ainsi, il le confirmera cette décision de sa façon "subliminale" ne pas reconnaître feu Omar Bongo Ondimba dans celui qui gouverne le Gabon depuis 2009. Il s'engagea d'aider le nouvel oint du clan.

Dans le cadre de la stratégie, il fut décidé le sabordage du PDG, par ses principaux hiérarques, par la création d'une nouvelle structure, qui permettrait en réalité, la restructuration du PDG sous une nouvelle forme. Le nouveau parti, constitué à sa création par tous ceux qui sont sortis du PDG, ainsi que des pourfendeurs de l'ancienne forme. La nouvelle formulation se présentant comme un parti radical de l'opposition, porteurs tous les espoirs du peuple. Dans un premier temps, les membres influents du clan soutiendront le nouveau parti dans l'ombre, pour le rallier officiellement par la suite.

Ainsi, vidé de la plupart de ses grands barons, le PDG mourra pour survivre sous une nouvelle formule avec Ping. Vrai ou faux, ceci justifierait la mécanique qui fait que ceux qui s'agitent aujourd'hui autour de Jean PING ne parlent pas d'alternance au système PDG -Bongo, mais systématiquement du renversement d'Ali, le frère qui a trahit la famille, en mettant en danger, par sa gestion calamiteuse, l'héritage sacré du père. Et la lutte politique de s'intensifier dans les hautes sphères de la famille, du système en vue de l'élection présidentielle de 2016
L’OPERATION JEAN PING.(Et la sulfureuse idée du « candidat unique » de son Front Uni de l’Opposition pour l’Alternance (FUOPA)

1. LANCEMENT DE Paris (John Nambo pour les « Souverainistes » et Bruno Ella Nguema pour l’UN-AMO. « Où il est déjà question de financement de Jean Ping qui sollicite les deux entités de lui servir de lame de lancement, pour la conquête du pouvoir laissé par son beau-père, et menacé par la gestion calamiteuse d’Ali). – La thèse TSF est déjà évoqué, et le concept mis en exploitation pour l’offre Jean Ping »

2. Rentrée politique des « Souverainistes (avec par l’organisation du pseudo Séminaires d’intellectuels nommés : Albert Ondo Ossa, Pierre André Kombila Koumba et Jean Ping
(Mise en application sur le terrain de la décision issue de la rencontre John Nambo (Souverainiste) et Bruno Ella Nguema (UN-AMO) – qui serait également financé par le même Jean Ping.)
Malheureusement le public crétinisé ne verra queue d’âne ! Personne, ne verra et ne parlera de l’objet du fameux séminaire à savoir : - 1. L’exposé du Professeur Albert Ondo Ossa ; 2. L’exposé du Professeur Pierre André Kombila ; et enfin3. L’exposé de Jean Ping. L’évènement annoncé et financé par ce dernier se réduira à une question apparemment anodine, en aparté, qui n’avait aucune relation avec aucun des points du séminaire : Ping va en effet susciter en bon expert de manipulation des médias une question à la limite incongrue par rapport à l’objectif du séminaire ; et pour donner la clé enfin secret de l’évènement : « Je n’ai plus rien à voir avec le pouvoir d’Ali Bongo. On m’emmerde, moi aussi je vais les emmerder ». déclare-t-il en substance. Avant de déclarer à une question sur l’opposition : « Où est cette opposition ? »

Selon les Souverainistes : « Monsieur Jean Ping est un Gabonais, qui était au PDG, un Gabonais qui a pris ses distances avec le PDG du fait de ses fonctions à l’Union africaine, et qui est venu au milieu du Souverainiste faire sa première sortie au Gabon depuis qu’il a quitté la présidence de l’Union africaine. Nous l’avons invité pour l’expertise qu’il a sur les questions des droits de l’homme au niveau de l’Union africaine. Il a saisi cette occasion à la faveur d’une question pour nous donner sa position en ce qui concerne la situation de notre pays et son positionnement politique. (…) Il a trouvé un terrain favorable pour l’exprimer. »

Je relève une fois de plus que, nul- part, on n’a publié cet exposé de jean Ping sur l’expertise qu’il aurait sur les questions des droits de l’homme au niveau de l’Union africaine ! Il serait peut être expert en Coups d’Etat comme il le proclame lui-même dans son interview
Il a trouvé un terrain favorable. Ça oui, un terrain favorable pour lancer son OPA et assouvir ses phantasmes pour récupérer le pouvoir avec ses lambris. Et le résultat, nous le vivons avec ses ravages qui peuvent mettre sérieusement en danger les fondements mêmes de la société gabonaise. En surfant sur le « Tout Sauf Fang » (TSF) comme un argument de sa propagande, Jean Ping joue inconsciemment peut être, ou machiavélique avec le feu : le risque de la rwandisation du pays. À force de s’exposer à un péril on finit par y succomber.
(Lire :
1. « LE GABON ENERVANT » or «ANNOYING GABON »

CAN WE TALK OF A HOSTILE TAKE OVER ON THE GABONESE OPPOSITION? PEUT-ON PARLER D’OPA SUR L’OPPOSITION GABONAISE? (Posted 18th June 2014 by Charlie M.)
« Chers lecteurs, si on peut pardonner au peuple d’avoir cru naïvement en la sincérité de gens comme Paul Mba Abessole ou Jean Pierre Lemboumba-Lepandou ; aujourd’hui en 2014, ce genre d’erreur ne devrait plus être de mise. Il nous faut nous assurer de la sincérité des politiciens d’opposition avant de leur donner l’onction ; c’est un impératif à notre avis et nous remercions Monsieur Edzodzomo-Ela ne nous le rappeler à chaque fois que le besoin se fait sentir. Les Gabonais ont le droit de savoir à quoi rime l’opposition ; à de simples opérations d’OPA, ou à une véritable stratégie de prise de pouvoir ? »

2. DE LA TRILOGIE « MACHIAVELISME DEMAGOGIE DOL PERIPATETICIENNE » LE SPECTACLE DU MICROCOSME POLITIQUE DES HERITIERS D’OMAR B...(MARTIN EDZODZOMO-ELA•VENDREDI 18 SEPTEMBRE 2015)
3. DE LA TRILOGIE « MACHIAVELISME DEMAGOGIE DOL PERIPATETICIENNE »
LE SPECTACLE DU MICROCOSME POLITIQUE DES HERITIERS D’OMAR BONGGO ONDIMBA.LES ACTES EN CAUSES OU INCRIMINÉS.

4 Opération Jean Ping : Une imposture de plus ! Après le « Père Paul Mba Abessole de années 1990. (MARTIN EDZODZOMO-ELA•LUNDI 23 NOVEMBRE 201543 )
Les choses sont enfin claires : Ni l’OPA sur les structures de l‘opposition, ni le machiavélisme péripatéticienne, ni, la démagogie dolosive, de l’opération sont loin d’avoir réussi malgré les dégats collatéraux graves par les divisions réintroduites dans les de l’opposition
Les acteurs de ce complot se croient déjà au sommet de leur montée vers le pouvoir. Je les invitent à méditer ces quelques paroles : « LES LEÇONS DE L’HISTOIRE NOUS APPRENNENT QUE LE SOMMET EST LE POINT LE PLUS RAPPROCHÉ DU PRECIPICE »

Quant à nous, sympathisants de l’UN, et les responsables ainsi que ses membres qui resteront attachés à ce parti, sachons que : « ENTRE LES RIVES DES OCEANS ET LES PLUS HAUTES MONTAGNES. UNE ROUTE SECRÈTE EST TRACÉE. SEULS LES HOMMES JUSTES FINISSENT PAR LA DÉCOUVRIR » . Suscitons parmi nous ces « JUSTES » pour nous la couvrir afin que nous parvenions à la victoire qui pointe Alors nous aurons fait en sorte que le sacrifié ANDRÉ MBA OBAME qui a laissé le parti politique UN comme porteur ne son message, n’aura pas été en vain

Nous avons été jusqu'ici victimes de mille impostures. Cette fois-ci, le succès ou l’échec de la lutte de l’opposition du peuple contre le système soutenue par la démocratie dépendra en conséquence, à un degré ou à un autre, de la qualité de la direction de chacun des camps. Aux patriotes sincères, d’avoir du discernement suffisant, en tirant profit des leçons du passé. Aujourd'hui, au lieu de nous laisser abattre par le découragement, nous devons nous affermir. Surtout, nous devons nous demander à quel carrefour nous nous sommes trompés. La sagesse consiste à agir à temps, à devancer les contraintes, sans se laisser acculer.

Si nous ne réagissons pas à temps, nous irons tout droit devant de plus grandes impasses. « Quel genre de peuple sommes-nous ? » ; je peux aujourd’hui dire que – Nous sommes ce peuple qui a élu en 2009 comme son Président André Mba Obame, et dont ce dernier a servis des fonctions de déblocage, d’émulation, de recomposition : ces trois vertus de l’homme providentiel ont été incarnés dans l’histoire des peuples par des personnages, des "Guides" dévoués à la cause de leurs peuples, ce que André Mba Obame aura été pour le peuple gabonais.

C’est de ce peuple ressuscité de la « Paix des cimetières » du régime des Bongo que je suis, qui est réellement le peuple gabonais. Ce peuple qui a démontré du 28 avril au 4 mai, sa force tranquille et efficace, qui a impressionné le monde entier par son ordre, sa capacité d’organisation pour honorer dans la dignité, son Président, celui qui comme ses ancêtres, Rempole, Emane Tolé, Mbombé, Mavurulu, a permit au peuple gabonais de retrouver l’héroïsme, et de démontrer sa grandeur.

Oui, je le confesse haut et fort que la victoire est proche. « Comme dans l'opéra russe, le chœur, le peuple monte au fil des actes, à l'avant-scène et ravit le premier rôle aux ténors ». Ainsi le grand peuple gabonais longtemps réduit au rôle de chœur des tenants du pouvoir dans e Bongoland, est monté à l’avant-scène et a ravit le premier rôle dans la révolution en cour, aux ténors politiciens. Et comme dans une telle circonstance de l’histoire des nations, la victoire appartient toujours au peuple, il en va de même pour ce brave et grand peuple gabonais. – LE PEUPLE GABONAIS VAINCRA L’IMPIE-

« Après les moments difficiles de dissolution 4 ans, et le coup de massue de la mort d'AMO. Le parti sera désormais en Paix puisque toutes les cartouches de l'OPA sont épuisées, le temps d'attente est fini, le parti mort a retrouvé sa vitalité, les trahisons et les perfidies pour vendre aux enchères le bien commun au plus offrant, et enjoliver les carrières, ça a échoué. AMO plus fort mort que vivant ! » (Rostand Essono Ella.)

Dimanche 6 Mars 2016
Martin Edzodzomo-Ela
Vu (s) 2015 fois



Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...