News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Pour la « CONVENTION » ou « TABLE RONDE » ou, l’«UNION SACRÉE » Comme on voudra, de l'opposition patriotique véritable

Le site de la Liberté - Martin Edzodzomo-Ela le Jeudi 14 Avril 2016 à 06:53 | Lu 1412 fois



Selon la presse présidentielle ; - Depuis plus d’un an déjà, Ali Bongo Ondimba fait l’objet d’invectives et d’injures de la part de ceux qui refusent sa politique d’émergence et d’égalité des chances. Opposants, « camarades » conspirateurs, écrivains sulfureux et autres nostalgiques des périodes fastes françafricaines, il ne se passe pas une semaine sans que ces derniers ne déversent sur lui toute leur haine. Pourtant, celui que les jeunes nomment désormais l’homme de la situation semble imperturbable. Quels sont les ingrédients d’une telle tempérance ? « Pourquoi Ali Bongo est-il si serein à quelques mois de l’élection » En voici en cinq points les raisons :.
1) Une forte capacité de concentration
2) Un refus catégorique de céder au chantage et au marchandage
3) L’incapacité d’organisation de l’opposition
4) Une forte confiance en soi
5) Un soutien de la population, du gouvernement et de ses collaborateurs.

Je retiens personnellement le troisième point ; L’incapacité d’organisation de l’opposition.
« Jusqu’alors, l’opposition gabonaise n’a pas fait la preuve d’une organisation crédible, capable de remporter une élection. Il y a d’une part, son incapacité à se former en coalition. Toutes les tentatives en ce sens ayant échoué. Les déclarations de candidatures des leaders des partis qui la composent fusent, méprisant totalement les appels à la candidature unique de la base. Et d’autre part, l’incapacité de présenter un projet de société fiable à la population gabonaise. L’opposition préfère surfer sur des arguments reposant sur la personne d’Ali Bongo. La démarche est vouée à l’échec. Au sujet des tergiversations de ses détracteurs, il confie à VOA: « Tout ceci montre une absence de programme à proposer aux Gabonais, une absence sérieuse. » Pour dire qu’il connaît les faiblesses de ses adversaires. »
Que l’on soit contre Ali Bongo pour quelques raisons que ça soit, je voudrais rappeler ici quelque chose assez importante : [Les protagonistes, Opposants, « camarades » conspirateurs] de ce dernier me semble avoir sous-estimé les capacités de l’homme, comme le rappelle à juste titre dans son interview M. Ananie Rabier BINDZI ; un Proche de Mba Obame et Ali Bongo Témoigne. Un interview fait, le 16 Avril 2015, après le Décès D'André MBA OBAME M. Ananie Rabier BINDZI sur STV2 camerounaise.

Ali Bongo Ondimba, a prouvé a plus d’un titre, qu’il n’est pas un enfant de cœur dans le jeu de la course au pouvoir, dans le microcosme politique gabonais, au sein du système Bongo, et mieux même au sein de la famille naturelle d’Omar Bongo Ondimba. Comment est-ce que c’est le « crooner » Alain Bongo qui est devenu celui que le père a pris à ses côtés dans l’exercice du pouvoir ?

A l’analyse approfondie des fautes que perpétuent les dirigeants par les actes qu’ils posent, nous avons souvent tendance à substituer de simples affirmations. Nous appuyons sur des sophismes des analyses superficielles des circonstances du moment. Le courage exige parfois de reconnaître qu’on s’est trompé. Il n’y a que les animaux qui ne se trompent pas.

Cependant, pour L’œil du citoyen, il ne suffit pas de dire, je me suis trompé. Il faut dire comment on s’est trompé et c’est là précisément ce qui est important. Car alors, on pourra opérer en connaissance de cause les corrections indispensables au niveau individuel comme au niveau collectif, pour que les changements souhaités se produisent.
Refuser de comprendre et d’entendre ce qui se passe, car nous savons aujourd’hui, au delà des exercices convenues d’accusations de corruption et de complicité avec le régime, que se sont les actes qui diront si nous avons tiré les conséquences de ce mensonge de l’Etat-Bongo, ou si nous nous contentons de reprendre les sempiternelles lamentations, c’est, adopter la vie ordinaire « d’opposant gabonais » qui se résume à des déclarations, des sorties médiatiques, des contestations électorales, des conférences de presse à l’approche d’élections.

Que pensent les principaux leaders politiques gabonais et leurs adeptes thuriféraires de ce que déclare ci-dessus, comme point trois (3) comme étant l’un des «les ingrédients d’une telle tempérance » d’Ali Bongo Ondimba ?
Dans son « Apologie de la démocratie », Périclès déclare : -« (…)En ce qui concerne les différends particuliers, l’égalité est assurée à tous par les lois ; mais en ce qui concerne la participation à la vie publique, chacun obtient la considération en raison de son mérite, et la classe à laquelle il appartient importe moins que sa valeur personnelle ; enfin nul n’est gêné par la pauvreté et par l’obscurité de sa condition sociale, s’il peut rendre des services à la cité. La liberté est notre règle dans le gouvernement de la république et, dans nos relations quotidiennes, la suspicion n’a aucune place ; nous ne nous irritons pas contre le voisin, s’il agit à sa tête ; enfin nous n’usons pas de ces humiliations qui, pour n’entraîner aucune perte matérielle, n’en sont pas moins douloureuses par le spectacle qu’elles donnent ».

Me référant à cette assertion athénienne de la démocratie, je me permet de proposer en toute humilité, aux responsables et leaders politiques de toutes les tendances se déclarant « opposants » au régime d’Ali Bongo Ondimba, de réfléchir sérieusement, s’il n’est pas plus honnête, plus sage, nonobstant ce qui a été fait par les uns et les autres depuis deux ans, en vue de ce qu’ils désignent comme le combat pour l’alternance au sommet de l’Etat, de se réunir en toute urgence autour d’une table, ensemble ; en une « Convention » de tous les vrais patriotes, engagés pour le « CHANGEMENT » du système.

POUR L’UNION D’UNE VRAIE OPPOSITION AU SYSTÈME.

Il est urgent d’agir pour mettre fin à la dispersion continue des forces du changement. Dans nos sempiternelles jérémiades face au dictateur en place, les uns ont cru bon de demander au chef de l’Etat, l’organisation d’une « Conférence nationale souveraine » ! Sans revenir sur l’inanité d’une telle démarche, je pose aux leaders de l’opposition et aux élites gabonais, pourquoi, ce qui était exigé à tort ou à raison au Chef de l’Etat, à savoir une concertation dans le cadre d’une « C conférence nationale » ; et aujourd’hui la demande d’un dialogue inclusif, ne seraient pas un impératif de l’opposition, au vue du « chienlit » auquel a aboutit les gesticulations au sein du microcosme politique gabonais, la fameuse démarche pour un candidat unique, (Jean PING), contre Ali Bongo Ondimba ?

La « CONVENTION » ou « TABLE RONDE » ou, l’«UNION SACRÉE » comme on voudra, de l’opposition, devra aboutir à une décision « SOUVERAINE » pour tous, en vue d’ une grande réunification de l’ensemble des partis et personnalités de l’opposition .Cette unification des forces du changement, sur des bases claires, réalistes, et s’imposant à tous, va permettre de devoir enfin travailler ensemble, avec ceux qui, peuvent aujourd’hui apparaître comme des «frères irréconciliables». et de rapprocher des points de vue pas toujours convergents jusqu’ici. Elle est aussi et surtout rendue possible parce que le peuple le demande, et serait prêt à s’engager à fond dans le cadre de la nouvelle dynamique qui serait ainsi donnée au combat pour la démocratie, contre la dictature du système que les uns et les autres mènent depuis des décennies, et qui aujourd’hui est engagé si non par la totalité de la classe politique et du peuple gabonais, du moins, la très grande majorité de ceux-ci.

J’aborderai à cet titre, et ce, pour les besoin de la cause, le fameux substantif : « EGO ». - Ego est un substantif tiré du pronom personnel latin (moi/je). Il désigne généralement la représentation et la conscience que l'on a de soi-même. Il est tantôt considéré comme le fondement de la personnalité (notamment en psychologie) ou comme une entrave à notre développement personnel (notamment en spiritualité). Le mot « Ego » désigne le « moi ». C’est-à-dire la représentation et la conscience que toute personne ou individu a de lui-même. L’ « égo» est perçu comme la substance de notre personnalité, aussi bien dans le domaine psychologique, que dans celui de la spiritualité. Le synonyme du mot « égo » est « mot « moi ». Ainsi, comme nous devons tous le comprendre, l’«égo » c’est la représentation et la conscience que tout individu quel qu’il soit, a de « lui-même ».

Dans le cadre du « fameux » projet de « Candidat unique » de l’opposition qui a donné naissance au FUOPA, chacun s’en est allé contre l’ « EGO». Mais, il s’agissait d’accuser les autres, en faisant abstraction de son « moi ». On peut en toute honnêteté reconnaître que cette attitude était une véritable imposture de ceux qui réclamaient aux autres d’abandonner leur « égo », en se réservant de se présenter eux, comme les seuls valables, pour libérer le pays du régime d’Ali Bongo Ondimba. Le problème à ce titre est que, dans cette querelle des « égo »: - « Rien ne nous impatiente plus chez autrui que les défauts que nous avons ».

Si nous voulons enfin faire preuve d’une indispensable éthique, afin de réaliser une unité des consciences, des aspirations généreuses pour notre pays, c’est à chacun de transcender son « moi », son « égo », pour se fondre dans un tout, composé des apports de chacun ; afin qu’il soit construit un « EGO » commun. Un « EGO » qui serait, « la représentation et la conscience que tout individu à de lui-même. ». Chaque membre, chaque groupe devrait retrouver une part de lui-même, de sa conscience, de sa volonté dans le « mémoire commun » qui sortirait de ces assises, et qui s’imposeraient à tous.

Engageons une « Révolution politique » en quête d’une culture de « consensus » permanent. Jusqu’ici, les conceptions de toutes nos élites, « compradores de la Françafrique » ne favorisent pas la recherche d’un quelconque vrai consensus, en faveur de la gestion politique du pays. Et pourtant, nous pouvons avancer trois arguments en faveur d’une gestion politique du pays, fondée sur le compromis : (théologique en référence à la culture chrétienne), éthique et économique. Théologiquement, la politique ne relève pas des réalités dernières mais avant dernières, elle ne parle pas de salut mais des règles du bien être du vivre ensemble au sein d’une société humaine. À partir du moment où on est dans le registre du relatif, on a le devoir d’être nuancé et, pourquoi pas, de trouver ou de reconnaître quelques vertus à ses adversaires. La première motivation en politique n’est plus alors la victoire aux élections ni l’exercice du pouvoir, mais la recherche du bien commun.

La portée de l’éthique quant à elle, se situe dans la relation au prochain et dans la place que faisons et laissons à celui qui est différent, qui ne pense pas comme nous. Dans ce registre, on ne peut pas dire que nos politiciens (de tous bords) donnent l’exemple. Il est difficile de développer une pédagogie du respect des différences lorsque les politiques, les « politiciens » donnent l’exemple du mépris, de l’exclusion, de ceux qui ne sont pas de leurs opinions et de leur bord.

Aujourd’hui il faut agir dans le bon sens. Ne pas agir avec dans le bon sens, dans l’intérêt du pays, et non guidé par la seule recherche du pouvoir de la « politique du ventre », qui a prévalu jusqu’ici dans notre pays, avec le système du PDG d’Omar Bongo Ondimba, c’est tout simplement une imposture. C’est persévérer à cautionner la criminelle politique du système.

Jeudi 14 Avril 2016
Martin Edzodzomo-Ela
Vu (s) 1412 fois



Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...