News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Politique / Revue de la presse quotidienne et en ligne : « Grabuge » à la SEEG

Le site de la Liberté - Source : Gabonews le Mercredi 27 Octobre 2010 à 13:09 | Lu 765 fois



Politique / Revue de la presse quotidienne et en ligne : « Grabuge » à la SEEG
Ce mercredi, à la suite de la presse quotidienne et en ligne du Gabon, l’agence de presse GABONEWS consacre une tribune particulière à la Société d’Electricité et d’Eau du Gabon (SEEG), dont l’audit mandaté par l’Etat est en passe d’être rendue publique, dans un contexte marqué par de récurrents délestages à Libreville, et une grève en gestation dans l’entreprise.

« Le rapport publié à la mi-novembre », rapporte Gabon Matin dans un article de Jean Rovys Dabany. En effet : « le rapport de l’audit de la convention liant l’Etat gabonais au groupe Véolia sera publié en mi-novembre prochain, a annoncé le ministre des Ressources hydrauliques, Régis Immongault, évoquant des contingences techniques et financières pour justifier le retard accusé dans la publication de ce document qui aurait dû intervenir en août dernier ».

Selon l’Agence Gabonaise de Presse (AGP), cet audit devrait déboucher sur « la révision de la convention liant l’Etat Gabonais à la SEEG -Veolia Gabon et de ses avenants ». Signée il y a plus d’une décennie, celle-ci « ne serait plus adaptée aux exigences du moment ».

L’AGP rappelle que cet audit a été « commandité par l’Etat gabonais », après les « nombreux délestages d’électricité et les coupures d’eau qui perturbent sérieusement le circuit de distribution de la SEEG depuis février 2007 ».

Le 4 novembre dernier, le gouvernement décidait de réviser les accords bilatéraux qui « courent en principe jusqu’en 2017 », et a « demandé la mise en place, courant 2010, d’une Agence de régulation du secteur de l’eau et de l’électricité ».

« Plusieurs quartiers de Libreville privés d’eau, malgré une semaine pluvieuse », déplore justement Gabon Matin, au sujet des perturbations apparues en début de semaine. « Et pour cause, plusieurs quartiers connaissent toujours des coupures d’eau que la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) avait attribué, il y a une semaine, à une période sèche très longue », rappelle le quotidien.

Gabon Matin, relève que sur la centaine de quartiers de Libreville, les plus touchés par ces perturbations sont pour la plupart « déshérités », et comptent souvent sur le passage « toutes les deux semaines » des camions-citernes du Génie militaire. Toutefois « Libreville n’est pas un cas isolé », Port-Gentil, la capitale économique, ayant souffert, il y a peu, des même maux.

Après les « perturbations dans l’alimentation de Libreville en électricité et en eau en début de semaine », l’Union citant un communiqué de la SEEG annonce « une situation rétablie dans la nuit de lundi à mardi ».

Ces perturbations nées d’un « accident » survenu sur les installations de l’usine hydroélectrique de Tchimbélé où « une opération de maintenance » était en cours, a du reste « provoqué l’arrêt en cascade des autres usines d’Owendo, et l’interruption de l’alimentation en électricité de Libreville et Ntoum. Concernant l’arrêt de la distribution en eau, mardi, elle serait due à « une manque d’électricité », suite à l’accident de Tchimbélé.

« SEEG : ça bouillonne », selon l’Union sur sa grande une. Dans un article complet, le quotidien constate un « bruit de grève à la SEEG » provenant du Syndicat des personnels du secteur eau et électricité du Gabon (SYPEG). Même si selon le président du syndicat, un service minimum sera observé, cette « menace » pourrait déboucher dès le 8 novembre prochain, sur un arrêt du travail.

« Le directoire du SYPEG a fait parvenir à la direction générale de la SEEG un préavis de grève qui prenait effet à compter d’hier, sans lequel il menace de suspendre toutes activités professionnelles à partir de lundi 8 novembre prochain », rapporte notre confrère.

Au chapitre des revendications, les « possibles » futurs grévistes déplorent la « non-satisfaction » par la direction générale de la SEEG, de la « gestion administrative », des « contrats d’expatriés, la « mobilité du personnel », et la « situation financière de la SEEG ».

Selon la division de communication de la SEEG, le staff dirigeant aurait répondu au SYPEG « point par point ». Malgré « l’incommunication ambiante », la direction de l’entreprise « a promis de ne ménager aucun effort pour éviter à sa clientèle des désagréments le 8 novembre prochain ».

Enfin, pour clôturer, nous poursuivons avec la SEEG, passée au « scalpel » du billet Makaya. Il relève: « Dame SEEG nous a recommandé la dernière fois l’extrême modération dans l’utilisation de l’eau. Mais qu’est-ce qu’on constate ? Qu’on n’a pas besoin de modérer quoi que ce soit, puisqu’elle s’en charge à notre place ! ».


Mercredi 27 Octobre 2010
Source : Gabonews
Vu (s) 765 fois




1.Posté par Junior le 27/10/2010 14:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vraiment, nous sommes trop désabusés par cette société et j'ai l'impression que l'Etat fait aussi dans le soupoudrage. Comment comprendre que nos gouvernants sont incapables de prendre une décision pour mettre un treme ux supplices que la population subie dans tous les recoins du GABON? Ceci reste même palpable par la non communication des résultats de l'audit!!!! Comme nous savons que ce sont les mêmes qui doivent prendre des décisions courageuses et également les mêmes qui sont actionnaires dans cette boite de merde; on comprend que pourquoi nous serons toujours désabusés. Que la bande à sieur REGIS IMMONGAULT nous laisse tranquille.

2.Posté par la pensee gabonaise le 28/10/2010 10:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le probleme de la SEEG, est un probleme a plusieurs niveaux intimement lies. comme causes, je citerai:
- Cause 1 - la mauvaise expertise de Veolia sur l'orientation des investissement par rapport a la loi de concession qui la lie avec le gouvernement. En effet, je pense que, les investissements consentis n'ont pas ete orientes dans l'objet meme de la modernisation des installations de production, de transport et distribution d'eau et d'electricite. Cette hypothese s'est encore bien confirmee avec l'achat des groupes electrogenes de tres hautes puissances quand, cela ne vient pas, dans le long terme, palier les problemes de production d'electricite au niveau des besoins des consommateurs en electricite puis que, ils (les groupes electrogenes) ne travailleront que en relais, c'est-a-dire que lorsque la charge (demande en electricite) est superieur a la capacite de production produite et pour eviter les delestages, ils se mettrons a travailler automatiquement. Mais nous devons comprendre que le relais qu'ils assurent, ne peut pas se faire contituellement sur une tres longue periode parce que, ils travaillent a l'essence par exemple, donc, ce qui est tres couteux et conduirait la SEEG a des tres gros deficits, si ce n'est la banqueroute! Mais la seule chose que notre fameuse Vieolia nous a emmene c'est EDANisation de tous les compteurs dont elle n'arrive pas a assurer la demande des clients;il en est de meme des compteurs d'eau. Ce qui se passe la-bas est que, ils par exemple pour chaque mois, 200 compteurs disponibles, or la demande se situe a 1000. Ainsi 800 consommateurs se trouvent sans compeurs et, a ceux-ci,le mois qui suit, s'ajoutent 1000 nouveaux consommateurs, mais seulement pour 200 nouveaux compteurs disponibles....Maintenant vous comprenez pourquoi, nos parents ont d'enormes difficultes a obtenir un compteurs d'eau par exemple ou ils sont obloges d'attendre des mois, voire des annees et cela encore sous le coup de pots-de-vins octroyer a un agent ou par l'intermediaire de connaissances la-bas! EDANisation des compteur est en realite juridiquement incorrecteur dans la consommation energetique, meme si je dois quand meme reconnaitre que elle nous permet de mieux gener notre consommation, en cel que on fait payer aux clients ce pourquoi ils n'ont pas encore connomme et la SEEG encaissant de l'argent au prealagle pour un service qu'elle n'a pas encore donne aux clients!
Les solutions qui auraient du etre apportees:
Les investissements auraient du etre orientes dans la modernisations des infrastitures en:
- remplacant une partie des vieux cables et fils electriques par des niveaux recommandes pour des intensites plus grandes et de sections plus grandes;
- remplacer les vieux transformateurs dont la duree d'exploitation est deja arrivee a terme ou le sera bientot par des transformateur plus robostes et de puissance plus elevees;
- interconnecter tous les reseaux intedependants pour assurer la proprete de sellectivite, principe de base de la distribution electrique;
- trouver des nouveaux points d'approvisionnement en eau, profonds et acheter des pompes avec des rendements meilleurs;
- construire des centrales hydrauliques (alternative la mien couteuse et la plus realiste chez-nous) a la place des centrales electriques fonctionnant au fioul puis que, bruler le mazout est tres couteux et tres polluant.

3.Posté par la pensee gabonaise le 28/10/2010 11:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
- Cause 2- nos dirigeants, a l'instar de l'Etat, sont les principaux actionnaires de la SEEG. Donc, il vient que, comme l'a souligne Monsieur Junior, il y'a conflit d'interets personnels. Ici, la notions d'Ethique et de transparence font surface. En effet, on ne peut etre juge et parti en meme temps, ce qui s'oppose a tout raisonnement logique et juridique parce que, la personne que l'on juge et la personne qui fait l'objet de la chose a juger, ne font qu'un. Alors il ne serait nullement logique de parler d'equite dans ce cas, car, l'une de personne prendrait le dessus sur l'autre par rapport a ses interets personnels! C'est comme voir par exemple ABO contre AMO au tribunal, avec comme juge d'instruction ABO. Vous comprenez tous ce qui va se passer!

De ce qui suis, on comprend tres bien le blocus observe sur l'attente entre l'Etat et Veolia sur la definition des responsabilites de chacun sur les problemes rencontres. Veolia a surement deja fait sa part du contrat sur les investissement par rapport a la concession, meme si ceux-ci on ete mal orientes comme je l'ai deja dit, mais l'Etat, du bien nos dirigeants vereux n'ont rien fourni comme efforts d'investissements. Eux, ont preffere augmenter les tarifs avec des soi-disant contributions speciales qui ne sont meme pas versees dans les fonds qui leurs sont destines, mais plutot ils les recevent en terme de dividendes annuels.

Cette hausse des tarifs d'electricite et d'eau, conduit au gonflement incomprehensibles des factures des consommateurs injustifie! Alors ne vous etonnez pas que, malgre les delestages et les coupures d'eau repetes - donc basse logique de production, et dans le meme temps, sans licenciement du personnel (ce que logiquement pour les raisons de profit et ne pas atteindre la banqueroute aurait conduit a ce processus puis que, malgre que les installations ne produisent rien, les travailleurs percoivent leur salaire en totalite), on a observe pour l'annee d'execice budgetaire passee a la SEEG-Veolia, une augmentation des recetes en benefices se chiffrant a des milliards de nos francs! C'est le peuple comme d'habitude dont on se moque!

Pourquoi n'a-t-on pas aussi licencie certains travailleurs? Ce fait n'est pas un fait de une preoccupation sociale de nos dirigeant, mais plutot celui de ne pas limoger ses parents, ces freres maconiques, ses maitresses parce que, la SEEG comme toutes les societes etatiques, para-etatique, privees, n'echappent pas a :la regle du clanisme, l'ethnicisme, clientelisme, tribalisme,....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...