Connectez-vous S'inscrire
News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Obiang Nguéma : « Les présidents africains ne doivent plus avoir peur de l'Occident »

l'info réelle 7J/7 - Info juste & Utile : News 7J/7 le Vendredi 25 Octobre 2013 à 08:53 | Lu 13904 fois



Obiang Nguéma : « Les présidents africains ne doivent plus avoir peur de l'Occident »
Guinée Equatoriale. ‘Grandes ambitions’ (Lire l'entretien exclusif à la fin de l'article)

Depuis le début de l’exploitation pétrolière, le pays est engagé dans un vaste programme de modernisation de ses infrastructures et de diversification de ses sources de revenus pour atteindre le cap de l’émergence en 2020

Petit pays deviendra grand

Depuis le début de l’exploitation pétrolière, la Guinée Equatoriale subit d’importantes mutations socio-économiques.

Il y a encore quelques années, les Equato-guinéens rasaient les murs à Yaoundé ou Douala. Pour eux, le Cameroun n’était pas loin de représenter la Terre promise. Nombre d’entre eux y trouvaient de quoi survivre. Même des musiciens comme Mayélé, alors au faîte de sa gloire, n’y échappaient pas. Le gouvernement, pour boucler les fins de mois difficiles, n’hésitait pas à tendre la sébile à son grand (au propre comme au figuré) voisin. Mais tout ça, c’était avant le pétrole.

Car entre temps, l’or noir est arrivé au pays d’Obiang Nguéma Mbasogo. Où il coule à flot. Remplissant du même coup les caisses nationales restées longtemps vides. Créant des emplois que la ressource humaine locale, pas toujours formée, ne peut aujourd’hui satisfaire. Suscitant ainsi la ruée de ceux qui hier, se croyaient mieux lotis que les Equato-guinéens, vers le nouvel eldorado et les incompréhensions qui vont avec. Mais, développant surtout le pays en infrastructures de base qui lui manquaient si cruellement.

De Malabo à Bata en passant par Mongomo, Mongomeyen, ou Oyala, le regard du visiteur ne peut s’empêcher de se poser sur ces belles avenues à quatre voies éclairées, ces immeubles flambant neuf, les sièges cossus des grandes entreprises installées ici… Non, c’est sûr, la Guinée équatoriale n’est plus ce qu’elle était. Aujourd’hui, elle donne l’impression d’un pays qui se développe à une vitesse fulgurante. Le gouvernement a adopté un programme de développement qui, à l’horizon 2020, dans sept ans donc, devrait permettre au pays d’atteindre le seuil de l’émergence.

Actuellement, les investissements publics en cours d’exécution sont estimés à quelque 9 000 milliards Fcfa. Si les dépenses d’investissement sont maîtrisées, les projections budgétaires espèrent sur une amélioration de l’excédent 6.3 % au cours de cette année ! Avec un Pib d’environ 17,7 milliards de dollars (25 milliards de dollars pour le Cameroun), la Guinée surclasse allègrement les autres pays de la Cémac. Pour l’année en cours, les prévisions tablent sur un taux de croissance du Pib de 4,9%. Avec près de la moitié des 7 000 milliards Fcfa de réserves de change logées à la Béac, la Guinée équatoriale apparaît donc comme le nouveau riche de la zone Cémac.

Grandes réalisations

Le constat est là. « Les importantes recettes drainées par l’exploitation des hydrocarbures sont à l’origine des changements structurels profonds que connaît la Guinée équatoriale depuis plus de 20 ans, notamment pour ce qui est de la construction et du développement des infrastructures de base », notent les Perspectives économiques en Afrique (Pea) en 2013. Depuis la découverte du pétrole dans les années 90, la Guinée équatoriale a en effet connu d’importantes mutations socio-économiques. « D’un pays pauvre à vocation agricole, elle est devenue le premier producteur de pétrole de la zone franc. Les recettes pétrolières ont contribué à améliorer les infrastructures de base : routes, écoles, hôpitaux, logements sociaux », observe le Pea.

Mais cette nouvelle richesse n’apporte pas que de la joie au pays qui est l’objet de tentatives de déstabilisation. Sa richesse en ressources naturelles suscite une convoitise de la part des entreprises étrangères, notamment les gisements d’hydrocarbures. Conscient que ces multinationales sont généralement le bras séculier de l’impérialisme occidental, le président Obiang Nguéma, même s’il n’a pas sa langue dans la poche, met un soin particulier à manier à la fois le bâton, et la carotte (lire l’interview, encadré ci-dessous).

Ici, pas de grands discours. Comme dirait certain confrère, c’est du concret. Moins de dix ans après le début de l’exploitation pétrolière, les résultats sont visibles. Les chiffres, publics. La redistribution effective, même si on peut plaider pour une meilleure gouvernance. La Guinée équatoriale peut se targuer de ‘grandes réalisations’ qui restent encore au Cameroun un simple concept creux et pompeux.

Guinée Equatoriale. Oyala : l’un des fleurons de l’émergence

La nouvelle ville du nouvel Eldorado pétrolier africain en chantier symbolise l’envol économique du pays que dirige Obiang Nguema Mbasogo.

Sauf catastrophe naturelle, la Guinée équatoriale sera un pays émergent en 2020, et peut-être bien avant ce cap, selon des hypothèses plus optimistes. La volonté politique impulsée par Obiang Nguema Mbasogo est traduite dans les faits par la valse de mutations que subit le pays depuis 2008, année de la tenue d’une conférence économique ayant posé les jalons conceptuels d’une vision qui ambitionne de transformer une nation jadis laminée par les affres de la misère, en un havre où il fait bon vivre. Après Sipopo, ville située à quelques encablures de Malabo, célèbre par la cinquantaine de résidences de haute facture dédiées aux chefs d’Etat africains, son flamboyant palais des congrès où le luxe est plus qu’insolent avec ses trois niveaux à l’architecture futuriste, des logements sociaux et d’autres infrastructures de base et autre salle de fête, voici un nouveau fleuron de développement de la Guinée qui sort progressivement, mais sûrement des terres.

Oyala, c’est le nom de cette nouvelle ville en chantier. 148 kilomètres séparent Bata, deuxième ville importante du pays, d’Oyala, ville en construction dans la province du Wela-Nzas dont la capitale est Momgomo, la ville natale du président de la République. La nouvelle agglomération semblable à une ruche est coincée entre Djibloho et Evinayong.

A côté des routes à deux voies qui disposent de lampadaires, des terre-pleins engazonnés et parsemés de fleurs, essaiment d’autres axes routiers en construction et dont le tracé obéit à une volonté de désenclaver une zone forestière jusque-là sauvage. C’est que le régime équato-guinéen a fait sien l’aphorisme selon lequel «là où la route passe, le développement suit». Ici, pelleteuses, niveleuses, grues et autres engins du génie civil se disputent la vedette. A côté des travaux herculéens de bitumage et de construction de viaducs, fourmillent simultanément d’autres chantiers des logements sociaux, des hôtels quatre étoiles, une nouvelle université afro-américaine, des écoles et lycées, des hôpitaux de référence, des infrastructures de sports et autres aires aménagées de loisirs.

Cimes du développement

On eût dit une symphonie. C’est qu’Oyala sort doucement du néant pour les néons du développement avec un plan d’urbanisation et des schémas directeurs de nature à faire de cette ville enclavée jadis, le cœur de l’Afrique positive, l’Afrique en marche. A la base, une volonté devenue une obsession.

Pour mettre en musique cette ambition, une soixantaine d’entreprises sont commises à la tâche à l’instar d’Arg, entreprise du secteur du Btp à capitaux brésiliens, Sogea Satom entre autres. Les ressources financières mobilisées émanent des recettes pétrolières avec un appui chinois évalué à deux milliards Fcfa. La main d’œuvre locale est renforcée par des apports des Camerounais, Ivoiriens, Burkinabés…C’est dire que tout est mis en œuvre pour une ville à livrer clefs en main bien avant le cap de 2020 qui va culminer avec l’émergence d’un pays qui sort de la torpeur et de la pauvreté pour les cimes du décollage économique, social et culturel.

Frédéric BOUNGOU/Alain NJIPOU



Obiang Nguema Mbasogo. «Les dirigeants africains ne doivent plus avoir peur»

Votre pays vient de célébrer le 45è anniversaire de son indépendance. Sous quel signe avez-vous placé cette célébration ?

Je vous remercie d’avoir répondu à notre invitation pour nous accompagner dans la célébration de ce moment important de la vie de la Guinée équatoriale. Nous devons travailler à léguer le leadership aux Africains […] L’Afrique est parvenue à un demi-siècle de sa souveraineté. Les dirigeants africains ne doivent plus avoir peur. Certes, nous n’allons pas résoudre tous nos problèmes par un tour de baguette magique, mais il faut y travailler.

Quel regard jetez-vous sur le chemin parcouru par la Guinée équatoriale jusqu’à ce jour et comment entrevoyez-vous l’avenir ?

Je vous remercie pour l’intérêt porté sur le passé de la Guinée équatoriale, son parcours et par ailleurs la trajectoire à prendre pour l’avenir. Nous avons profité de la célébration des 45 ans de l’indépendance de la Guinée équatoriale pour tenter de faire un bilan de l’histoire de notre pays. Notre pays a évolué en deux étapes.

Les premières années de notre indépendance ont été caractérisées par l’absence totale de développement. Pendant cette période, le pays, au lieu de se développer, est tombé dans le déclin. Ceci était dû au système politique qui s’était totalement écarté de l’opinion du peuple. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, beaucoup de citoyens équato-guinéens se sont vus obligés de se disperser à travers le monde. Il y avait un déficit criard d’infrastructures. Et le peu d’infrastructures laissées par les colons n’était pas entretenue. C’est bien simple : le pays n’avait ni eau, ni électricité, les écoles étaient fermées, les hôpitaux ne fonctionnaient pas normalement et le peuple était plongé dans la misère.

Après cette époque, notamment après la révolution (coup d’Etat, ndlr) nous nous sommes engagés à construire le pays. Ceci, à travers le programme économique développé par le gouvernement. Ce programme a été adapté et adopté au cours d’une conférence économique. Nous sommes donc en train de travailler pour faire émerger la Guinée équatoriale d’ici à 2020. Je pense que nous sommes en train d’atteindre les objectifs de ce programme. Aujourd’hui si vous jetez un regard, une grande partie du pays a été désenclavée. En Guinée équatoriale, presque toutes les routes sont goudronnées.

Pour mettre notre vaste programme en marche, nous sensibilisons notre peuple. Nous consolidons aussi les relations avec le monde international, notamment avec les pays africains. Notre priorité, c’est l’Afrique. Aujourd’hui, la voix de la Guinée équatoriale porte.

Notre pays a été l’unique nation à élever la voix contre les pays qui ont agressé la Libye et attaqué Kadhafi.

Nous remettons en cause la notion d’intervention humanitaire que la communauté internationale approuve. Ce nouveau concept, de notre point de vue, devrait se traduire par la mobilisation des ressources économiques au profit des nations qui souffrent et non faire la guerre à un pays souverain sous le couvert d’une intervention dite ‘humanitaire’.

Après Malabo 2, la Guinée équatoriale est engagée dans un processus de création d’une ville à Oyala. Cette nouvelle ville constitue-t-elle le symbole de votre nouvelle vision à l’instar de Brasilia au Brésil ou plus proche de nous, Abuja au Nigeria?

Nous sommes en train de créer une petite ville au sud de l’île. Nous travaillons pour donner plus de facilités au peuple de la Guinée équatoriale, à désenclaver le pays. C’est à juste titre, si le gouvernement met un accent particulier sur le développement local. Tout cela, nous le faisons sur nos ressources propres. Toutefois, la Chine nous a aidés en nous accordant un prêt de 2 milliards de dollars (environ mille milliards Fcfa). Partout dans le pays, nous avons engagé des programmes et nous devons les accomplir. Les ressources sont utilisées d’une façon rationnelle. Tout le développement que nous mettons en œuvre surprend d’ailleurs notre population.

Nombre d’entreprises nous font des propositions. Par exemple, une entreprise européenne nous a proposés la construction d’un chemin de fer. Mais la Guinée équatoriale est une petite nation qui n’a pas forcément pas besoin d’un chemin de fer qui traverse tout le pays. Nous avons rejeté ce projet qui coûte beaucoup d’argent. Nous préférons construire des routes. Elles nous permettent d’avoir accès à toutes les parties du pays. Nous avons donc rejeté catégoriquement ce type de projet qui coûte beaucoup d’argent.

Nous recevons beaucoup de projets qui viennent des pays occidentaux. Mais, nous les analysons minutieusement. Nous avons même des contentieux avec des pays qui sont venus avec des propositions et lorsque nous avons accepté, ils nous ont tendu un piège sans aller au bout de leur contrat. Ils nous ont plutôt conduits devant les tribunaux internationaux. Malheureusement, le constat que nous faisons est là : ils ne viennent pas pour nous aider, mais pour nous voler.

Ces divers chantiers ne menacent-ils pas l’environnement qui est devenu aujourd’hui un enjeu mondial ? Y a-t-il des mesures pour préserver la nature ?

Je vais vous prendre un exemple pour illustrer notre parti pris pour la protection de l’environnement. Vous avez visité la plateforme Punta Europa où est située l’industrie gazière. Tous ces macro-projets de transformation du gaz ont été mis sur pied parce que j’ai refusé de brûler le gaz (à travers des torchères, ndlr) comme on le fait dans la plupart des pays afin d’éviter la production de cumulus dans l’atmosphère. Nous avons donc exigé la transformation du gaz pour limiter les effets de pollution. L’une des solutions retenues a par exemple été de fabriquer de l’électricité grâce à ce gaz. Aujourd’hui, nous vendons le gaz liquéfié. C’est un bénéfice pour le pays. C’est une mesure de protection de l’environnement.

D’autres exemples : nous avons réglementé l’exploitation des ressources forestières. La priorité est donnée à la transformation du bois dans les zones autorisées. Nous protégeons nos eaux par une veille et la détection des produits polluants enfouis dans l’eau, etc. C’est vous dire que nous sommes pleinement conscients des enjeux environnementaux et notre développement ne se fait pas au détriment de la nature.

La Guinée équatoriale fait l’objet de vives critiques concernant la vie politique. Des élections générales se sont déroulées en mai dernier, quelle est la place de l’opposition dans le processus démocratique dans votre pays ?

L’introduction de la démocratie dans notre pays a débouché sur le multipartisme. Une convention a été mise en œuvre pour fixer le cadre, déterminer les possibilités de coalition, etc. D’ailleurs les partis politiques ont ratifié ce pacte et ont du reste le loisir de le dénoncer à tout moment. Nous sommes dans une dynamique d’ouverture. La majorité des formations politiques sont en alliance avec le parti au pouvoir car elles ont observé que notre parti présente un programme positif, un projet de société de nature a impulser le développement et elles y ont librement adhéré. La plupart des leaders de l’opposition sont dans le gouvernement. Certains sont représentés au Sénat, à l’Assemblée nationale et dirigent des communes. Les partis politiques sans exclusive participent ainsi à l’animation de la scène politique.

Pourtant, la Guinée équatoriale est toujours perçue comme une dictature…

Il ne faut pas compter sur les Occidentaux qui nous menacent et veulent déstabiliser nos Etats. Nous n’attendons rien d’eux. Lors des dernières élections générales, j’ai refusé la présence des observateurs occidentaux mandatés sous le couvert de l’Union européenne. En revanche, nous avons accrédité les observateurs issus des pays Acp. L’Afrique doit se sentir comme une entité souveraine et indépendante.

Le président de la République de la Guinée équatoriale a été désigné président d’honneur du Conseil africain des médias (Cam) et la ville de Malabo retenue pour en abriter le siège. En tant que président de la République, qu’est-ce que cela représente pour votre pays ?

C’est une reconnaissance de la politique panafricaine que le gouvernement équato-guinéen impulse en ce moment. La presse a un rôle prépondérant à jouer dans notre continent. Beaucoup de médias ont dénigré l’Afrique à travers de larges échos venus de l’Occident. La presse africaine doit dénoncer et répondre aux attaques que subit l’Afrique, la politique néocoloniale et impérialiste qu’on impose à l’Afrique.

Certains dirigeants africains sont téléguidés par les puissances occidentales.

Il faudrait mettre fin à cette façon de faire. La presse africaine a un rôle crucial à jouer dans ce sens. Avec les médias africains, nous voulons que les Occidentaux connaissent mieux notre continent et le respectent. Nous devons travailler avec un sentiment d’appartenance à l’Afrique. J’ai d’ailleurs décidé d’appuyer le Conseil africain des médias avec un million de dollars. Je vous recommande d’aller également vers d’autres pays africains.

Quelle appréciation faites-vous au sujet de la Cour pénale internationale qui a épinglé des présidents africains et comment jugez-vous la position de l’Union africaine en rapport avec cette juridiction internationale ?

Lorsque j’étais président en exercice de l’Union africaine, j’ai proposé la création d’une Cour pénale africaine (Cpa) où on peut juger des Africains. L’ancien président de la commission de l’Ua, Jean Ping en est témoin. Je n’ai pas encore reçu l’avis de mes homologues africains.

Je demande néanmoins que l’Union africaine crée cette Cour pénale africaine. Vous verrez que si cette cour est mise sur pied, la Cpi va disparaître.

En ce qui la concerne, la Guinée équatoriale n’a pas ratifié les Accords de Rome car nous sommes contre la Cour pénale internationale. Le fait qu’on refuse le visa à Omar El Béchir (président du Soudan, ndlr) afin qu’il prenne part à l’assemblée générale de l’Onu est un acte grave. Ce refus va à l’encontre des principes des Nations unies. Le fait de convoquer un chef d’Etat africain encore au pouvoir à la Cpi est aussi grave.

Nous avons observé que seuls les Africains y sont jugés : Laurent Gbagbo, Charles Taylor…

Mais on oublie les crimes que les autres ont commis. L’Irak a été détruit au prétexte fallacieux qu’il détenait des armes de destruction massive. George Bush, président des Etats-Unis d’Amérique à cette époque, n’a jamais été traduit à la Cpi pour les crimes commis contre le peuple irakien. Je souhaitais que les Africains soient jugés en Afrique. Je n’ai pas vu des dirigeants asiatiques, américains convoqués à la Cpi. C’est une mesure discriminatoire. Nous, Africains, sommes malmenés et considérés encore comme des esclaves. Cela doit cesser.

Le plan directeur de la Guinée équatoriale mis en place en 2008 aux lendemains de la conférence économique, prévoit l’émergence du pays en 2020. Au regard de l’immensité de la tâche, pensez-vous sincèrement que cet objectif sera atteint?

Notre objectif est de rendre concret notre programme. Nous travaillons à surmonter toutes les difficultés auxquelles nous faisons face. Notre ambition est de faire de la Guinée équatoriale un pays autosuffisant. Nous sommes en train de préparer une conférence sur l’industrialisation parce que nous voulons arrêter avec la dépendance aux producteurs étrangers. Car, si on ne parvient pas à une autoproduction, notre pays sera exposé et ne pourra pas atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés. C’est un programme assez difficile, mais nous l’avons déjà fait.

Un autre problème aussi important est de trouver des mécanismes pour donner de l’emploi à la jeunesse, surtout celle qui est formée. L’un des problèmes qui crée l’instabilité dans les pays africains est le manque d’emploi. La conférence que nous nous proposons de faire, va permettre de voir comment la masse des jeunes désœuvrés peut s’auto-employer ou créer de petites et moyennes entreprises, susceptibles de recruter leurs compatriotes. Nous avons actuellement de grandes entreprises étrangères sur notre territoire. Nous les obligeons à s’associer aux entreprises nationales afin d’absorber la main d’œuvre locale.

Des centaines de jeunes Africains ont trouvé récemment la mort au large des côtes italiennes où ils tentaient une immigration. Selon vous, comment faire pour éviter la tragédie du genre de Lampedusa ?

Les dirigeants africains ont la responsabilité de trouver des conditions pour l’émancipation de la jeunesse. Je pose la question de savoir ce qu’il y a en Europe aujourd’hui. Nous devons créer des conditions de l’emploi aux jeunes en Afrique. Nombre d’Equato-guinéens immigrés hier, sont de retour au pays.

En tant que dirigeants, nous devons œuvrer à ce que nos citoyens restent dans nos pays. Il y va de la responsabilité de nos gouvernements. Nous avons décidé que toutes les entreprises étrangères recrutent 75% de la main d’œuvre locale. Aucun travailleur équato-guinéen ne doit souffrir de discrimination.

Propos recueillis par Frédéric BOUNGOU et Alain NJIPOU à Sipopo, Guinée Equatoriale

http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-13031.html

Petit pays deviendra grand
Petit pays deviendra grand

Vendredi 25 Octobre 2013
Info juste & Utile : News 7J/7
Vu (s) 13904 fois




1.Posté par jakafane le 25/10/2013 09:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Obiang Nguema, un vrai fils du pays.

2.Posté par noumba le 25/10/2013 13:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C est Obiang Nguema est enfant du pays ...contrairement a ali gagui bongo qui est adopté qui déteste le Gabon, qui l a nourrit quand il souffré dans son biafrei¨.ali gagui son projet qui son pompeux et sans avenir avec ses maquettes du bénin.

3.Posté par mboumba le 25/10/2013 13:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
PRESIDENT OBIANG TU ES LA DIGNITE DE LA L AFRIQUE....ET DES FANGS.PAS LES FANGS QUI FONT HONTE AU GABON QUI S ABAISSE DEVANT CETTE, PUNAISE,MINABLE D ALI BONGO DU BIAFRAI.LE GABON AURA SA PEAU SON HEURE ARRIVE IL SERA JUGE.

4.Posté par Le vieux routier le 25/10/2013 16:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mine de rien ce type Obiang Nguema est entrain d ecrire son nom dans l histoire de l humanite positivement. Felicitations

5.Posté par observateur de l''''economie gabonaise le 25/10/2013 16:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout ce que NDONG SIMA a dit sur cet article est archi faux c’est de la diversion des esprits faibles.
LA BAD a déjà octroyé plus de 1000 milliards de fonds de financement au GABON en 30 as de présence au Gabon.
Sur ces 1000 milliards, 20 % des sommes ont été exécutés sur le terrain. 800 milliards ont été détournés par des secrétaires généraux et ministres successifs, principalement des altoghovéens qui sont bombardés par l’article 21 sur des postes financiers des administrations gabonaises.

NDONG SIMA en révélant ses faits depuis juillet 2013 a fait preuve d’une forte incapacité à gérer un petit pays de 1 million d’habitants.
Le PM du Gabon ne gère que les problèmes de bas étage, les conflits sociaux. Il est forcément mis à l’écart des hautes décisions stratégiques du pays de telle sorte que c’est le Directeur de cabinet qui est le numéro de la république gabonaise.
Si NDONG SIMA était responsable de quoi que soit dans ce gouvernement de vautours, il devrait charger un audit de l’utilisation des fonds d’aide ou d’investissement accordés au Gabon depuis 1967. il devrait interpeller le président de la cour des comptes sur ces dossiers là! NDONG SIMA n’a pas la capacité intellectuelle et mentale pour enrayer les détournements séculaires des fonds publiques au Gabon. Si l’aide n’a pas été utilisé comme il le dit, c’est une vraie honte pour les citoyens gabonais. Nous savons que nos mairies de province n’ont même pas un budget de plus de 100 millions de francs cfa pour prendre des initiatives faces à plusieurs défis qu’ils font fasse à l’intérieur du pays :
Renovation des bâtiments des mairies qui datent de la coloniale
Construction des crêches et des ecoles pour des enfants mineurs
Création des parcs dans nos communes
Informatisation de l’état civile pour enrayer la modification des actes de naissances
Entretien des quartiers et enlèvement des ordures ménagères
Transport urbain municipal

Avec les 800 milliards d’aides non récupérés par les secrétaires généraux des ministères à la con, nos communes seraient loin , nous aurions déjà enrayés quelques soucis dans nos communes.

Le système BONGO avec la FRANCE est une entorse au développement des peuplades du Gabon. Nous vous observons.

6.Posté par Pale Lôge le 25/10/2013 18:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La volonté de développer son pays initiée par le président guinéen se matérialise, après les scandales sur les biens mal acquis. Cette alerte a permis certainement à ce dernier de réviser la voie sur laquelle il s'était engagé, encouragé, à coup sûr par la mauvaise race des dictateurs de la Cemac. Bravo.

Le développement des infrastructures de base qui impulse l'économie d'un pays doit s'accompagner d'une politique de formation qui se fie aux besoins locaux recensés. Ce en vue d'un équilibre. Car, après la mise en place de toutes ces structures, il faut trouver les personnels pour les animer. Aussi, ne doit-il pas oublier le secteur primaire pour accompagner le développement industriel. Ce qui est peut évoquer, et pourtant la culture du cacao et du café et autres produits constituaient une source de richesse en Guinée!

Ou bien dans le cadre de la cemac, pour éviter des concurrences nocives, des investissements sur certains secteurs se feraient selon des plans stratégiques pour créer des pôles de productions. Ainsi, se renforceraient les relations économiques, politiques et sociales.

7.Posté par AbdourahmaneDavidMartin le 25/10/2013 19:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
AU GABON LE MINISTRE DE L'INTERIEUR TROUVE COMME SOLUTION AU CHOMAGE DE LA "JEUNESSE GABONAISE" LA CREATION D'UNE BRIGADE DE SURVEILLANCE DES DEPOTS D'ORDURE...... NOUS SOMMES BIEN DANS LA MERDE.....

8.Posté par messi le 26/10/2013 02:39 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis vraiment fier du fils du pays, tsira Obiang Nguema. Il prove que la gestion d'un pays est a l'image du dirigeant et a sa culture.car l'environement conditionne l'homme.Au Gabon,les dirigeants ont une culture fossilisee d'incompetance.

9.Posté par Reteno le 26/10/2013 08:26 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo! President Obiang Nguema Mbasogo. Sachez que l'histoire Africaine et même mondiale retiendra votre nom comme un rare Africaniste batisseur.l'Afrique ne vous oubliera JAMAIS! Nous avons besoin d'un president comme vous au Gabon. Soyez beni.

10.Posté par Giap Effayong le 26/10/2013 19:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous autres Gabonais oublions souvent que depuis la soit-disant indépendance que la france nous a octroyée en 1960, nous n'avons eu droit qu'à un seul président réèllement de souche gabonaise en l'occurrence, Léon Mba-Minko.L'avorton et feu Omar Bongo était un minable téké,presque analphabète emmené du Congo par les français pour servir leurs intérêts,mission que ce ouistiti a accompli au-delà des espérances de ses maîtres.Aujourd'hui,c'est avec la complicité d'une petite partie de la population gabonaise qu'Ojukwu, un lippu venu du Nigéria humilie les gabonais.

11.Posté par mvone eboulou le 27/10/2013 12:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Respect, M. Le Président!

Je demande une conférence provinciale au Wole-Ntem pour qu'on réfléchisse sérieusement à la question de notre rattachement à la Guinée Equatoriale!

Avec la politique anti fang de plus en plus grandissante et oppressante actuelle, il est on ne peut plus urgent d'avoir le courage de poser cette question:

N'AVONS-NOUS PAS INTERET, CHERS FRERES ET SOEURS DU NORD, A DEMANDER NOTRE INDEPENDANCE ET UN RATTACHEMENT A LA GUINEE EQUATORIALE?

12.Posté par Larévolte le 28/10/2013 18:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Parce qu'on vous a dit que les fangs de Guinée-Equatoriale apprécient les fangs du Gabon? Ne dit-on pas que les guinéens au temps de l'ex Guinée Espagnole brimaient et maltraitaient les gabonais qui allaient travailler là-bas? Ceux qui allaient y vendre des produits comme leur café et cacao par exemple étaient systématiquement pillés ou rackettés. A cette époque, les gabonais effectuaient pratiquement leurs courses en Guinée-espagnole (trousseaux de bébé, ustensiles de cuisine, vêtements, etc...), ils étaient obligés d'emprunter des pistes dans la brousse pour retourner au Gabon parce qu'ils craignaient qu'on leur arrache et l'argent et les produits achetés chez eux en toute impunité. Lorsqu'on traçait les routes, les "pagna" disaient aux gabonais qui avaient le malheur de passer par là ceci: "wa mone fulassi" (toi le français) prends la pelle et creuse. Les gabonais se mettaient au travail sans rémunération pendant au moins 5 à 6 jours alors qu'ils n'étaient venus que pour affaire. Oui c'est indéniable, le président Obiang Nguéma développe son pays. Mais est-ce que la mentalité des équato-guinéens va évoluer dans le bon sens? A quoi ça sert de doter son pays d'infrastructures modernes si on n'est pas ouvert aux autres? Qui viendra acheter vos produits, surtout dans un pays avec une aussipetite population? Les ressortissants des pays colonisés sont à l'image de leurs colonisateurs. Les latino sont réputés xénophobes, c'est cet héritage qu'ils ont légué à leurs anciennes colonies. Tout comme nous les gabonais avions hérité des tares des français.

Dans tous les cas, les frontières sont définitivement établies, ça ne sert à rien de les modifier. C'est au peuple gabonais de comprendre que les fangs du Gabon sont leurs frères, que toutes les ethnies du Gabon forment le peuple gabonais. Les fangs du Gabon qui pensent qu'ils seront mieux traités en Guinée-Equatoriale font une erreur monumentale.

13.Posté par ORGULLO NACIONAL le 29/11/2013 10:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Larévolte, la verdad es que eres un tonto y una verguenza total para los tuyos.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

NOUVEAU ! NOUVEAU ! Petit moteur de recherche de produit sur chaque mot souligné de nos articles, faites un test c'est gratuit !

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Afrique du Sud | Cameroun | Cote d'Ivoire | Nigeria | RDC | Sénégal | Congo Brazzaville | Maghreb | Burkina Faso | Guinée Equatoriale | Tchad | CEMAC | Union Africaine | Afrique de l'Ouest | Afrique Centrale | Eco Afrique | Nouvelle Afrique


Flash Info
20/11/2017 07:51

Flash info : Notre version mobile, plus rapide

Nous venons de rendre notre version mobile et tablette plus rapide, après plusieurs mois de travail, en vous informons aussi que votre site est rentré dans le club des meilleurs sites francophones...
Info juste & Utile : News 7J/7








Sport... !

Les Articles les plus lus

Démangeaisons : qu'est-ce que ça cache ?

0 Commentaire - 13/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Pourquoi la bière fait - il tant uriner ?

0 Commentaire - 24/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

»Le destin m’a condamné à la stérilité »

0 Commentaire - 04/06/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

» Notre histoire d`amour qui a bouleversé ma vie”

0 Commentaire - 27/09/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Cet accessoire qui peut vous aider à dormir plus vite

0 Commentaire - 10/07/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Savoir Bien Vivre...

La Femme Emancipée

Incroyable !