News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Ndong Sima annonce les difficultés pour le Gabon

Le site de la Liberté - Perspectives GABON le Jeudi 14 Janvier 2016 à 19:16 | Lu 3374 fois



Le prix de l’incrédulité

Il y a quelques mois, je tirais la sonnette d’alarme à la suite du retournement du marché pétrolier. Je faisais remarquer que l’évolution de ce marché préfigurait une crise qui pouvait être d’une grande ampleur. J’invitais en conséquence à ne pas promulguer la loi de finances 2015 en l’état puisque frappée de caducité en raison du décalage flagrant entre les hypothèses sur lesquelles elle avait été bâtie et la réalité du marché. Ce fut peine perdue. La loi de finances fut promulguée en l’état. La suite toutes les administrations et toutes les entreprises la connaissent avec une exécution fictive du budget et une accumulation d’arriérés c’est à dire de « bons pour » auprès de tous les opérateurs économiques, des salariés de l’Etat etc.

Cet appel à la raison n’était pourtant pas partisan. Il mettait en évidence une situation qui n’était imputable à personne, dans le pays ; une situation que le Gabon, comme les autres producteurs de pétrole, commençait à subir.
Hélas, rendu ivre par les cours euphoriques des années précédentes et tel un joueur au casino qui a souvent eu la baraka et veut continuer à y croire, le gouvernement s’est voulu rassurant au delà du raisonnable et s’est refusé à tirer les conclusions d’une conjoncture qui partait en vrille. Il a soutenu contre vents et marées, et donc, contre le bon sens que le Gabon était prêt et avait diversifié son économie. Il a choisi de confondre la propagande politique avec la réalité économique.

Il s’est même offert le luxe d’une erreur assimilable à une faute professionnelle en matière de finances publiques d’une part en instituant une prime d’incitation à la performance (PIP) dont le financement, dès la première année, a été couvert par un prélèvement sur le budget d’investissement ; d’autre part, en faisant aboutir une réforme du système de rémunérations porteuse d’une forte augmentation de la masse salariale à contrecourant de l’évolution prévisible des revenus de l’Etat.

Mais le marché pétrolier a ses propres règles, ses propres enjeux tels qu’un conflit non armé entre les supers grands par exemple en réponse aux évolutions des frontières en Europe ou au Moyen-Orient qui exposent les petits producteurs dont notre pays fait partie aux dégâts collatéraux.

Et nous voilà au cœur de la tourmente, au milieu de la tempête, sans possibilité de l’esquiver, exposés aux vents dont nous ne soupçonnons même pas l’intensité, accablés de dettes sous toutes les formes et réduits à accumuler des arriérés. Pour revenir sur ces derniers qui ont fait l’objet de ma dernière publication que certains lecteurs ont trouvé compliquée, un exemple peut résumer la situation.

Un père de famille qui travaille en journée continue prévoit de manger un petit repas à midi sur son lieu de travail. Il prend sur le budget de la famille les deux mille francs prévus à cet effet et se rend au travail. Sur place à midi, il va au « dos tourné » du coin et commande un plat. Quelques minutes plus tard, il se fait servir son repas qu’il mange copieusement. Lorsqu’on lui présente la facture, il répond qu’il ne peut pas payer immédiatement et demande d’inscrire le montant correspondant dans son « cahier de bons », sachant que ce n’est pas le seul cahier qu’il a ouvert dans la quartier, dans l’arrondissement, dans la ville.

Son refus de payer pose directement deux questions. Avait-il, en prenant place à ce comptoir de l’argent pour payer et dans l’affirmative qu’est devenu cet argent. S’il n’avait pas d’argent, pourquoi s’est-il assis et a-t-il passé commande pour un repas ?

On peut penser que pendant que le cuisinier apprêtait son repas, il a vu passer un ami, une amie qui lui a demandé le taxi et, oubliant sa propre facture, il a voulu être généreux. L’autre possibilité est qu’il a délibérément agi comme un escroc, animé d’une intention frauduleuse, et passé commande sachant parfaitement qu’il n’avait pas les moyens de payer immédiatement.

Plus tard, quand vient la date à laquelle il s’est engagé à payer, il conteste la facture, demande qu’on l’audite, exige un abattement de plusieurs pourcents (..%) pour payer sinon menace de trainer en longueur le paiement promis. Telle est l’histoire des « bons pour » de l’Etat imposés aux opérateurs économiques et élégamment appelés les arriérés.
La conséquence la plus désastreuse de ce refus de payer est que ce père de famille ruine sa réputation auprès de tous les opérateurs économiques qui lui retirent leur confiance, demandent à voir l’argent avant de le servir, augmentent les prix des factures qu’ils lui font pour se protéger de ses défauts de paiement etc.

La suite des questions que soulève cette situation est interminable et dramatique. Mais à ce stade, on peut s’arrêter à ce grave constat que nous sommes au début d’un choc économique qui s’annonce clairement maintenant d’une très grande magnitude. L’onde de ce choc va secouer tout le pays et ses conséquences risquent d’être particulièrement désastreuses.

La diversification vantée de l’économie n’est pas au rendez-vous. Son embryon dans l’agriculture et la transformation du bois ne sera pas en mesure d’amortir le contrechoc pétrolier. Il faut se préparer à des sacrifices plus importants. D’une façon plus générale, il faut d’extrême urgence remettre le budget à plat dans l’ensemble de ses composantes pour le mettre en conformité avec les revenus possibles des prochaines années. Dans cet exercice qu’on aurait pu éviter si l’incrédulité n’avait pris le pas sur le bon sens, l’Etat ne pourra pas maintenir la masse salariale au niveau où elle est montée. Hélas il faudra, plus que des mesures symboliques, des coupes sombres conséquentes dans les différentes composantes du budget en fonctionnement comme en investissement pour retrouver les équilibres sinon demain, nous devrons revenir sous les fourches caudines du FMI.

C’est ainsi qu’a commencé 1986. Certains se souviennent comment ça s’est terminé une nuit de 1994.
Ce ne sont plus les mois mais les semaines et peut-être même les jours qui sont comptés avant que le choc qu’annoncent les marchés ne soit perceptible de tous avais-je écrit dans « Péril en la demeure » à la fin de l’année 2014.

Hélas nous y voilà.
Raymond Ndong Sima

Jeudi 14 Janvier 2016
Perspectives GABON
Vu (s) 3374 fois




1.Posté par Gabonitude le 15/01/2016 06:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On va encore faire cmt on a que les dirigeants k'on mérite...serons la ceinture com Ona Ondo...

2.Posté par Voix de la nation le 15/01/2016 07:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est cette phrase là que nous Gabonais nous ne voulons plus entendre sur les lèvres de certain (on va encord faire comment), Nous voix de la Nation nous allons faire quelque chose.

3.Posté par AKAM NLAM le 15/01/2016 09:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LE GABON EST LE SEUL PAYS AU MONDE QUI IGNORE CE QUI FAIT LE BAROMÈTRE DES AUTRES. AU DÉPART ALBERT ONDO OSSA L'AVAIT PREDIT, L'AUTRE JOURS D'UNE AUTRE ANNÉE SUS UN AUTRE GUIDE, RAY NDONG SIMA L'AVAIT ANNONCÉ. MAIS COMME NOUS SOMMES GUIDÉE PAR DES AMATEURS QUI POURTANT ÉTAIENT POUR LA PLUS PART DANS LES MÊMES ECOLES QUE CES DEUX SUS CITES QUI FONT LA MÉTÉO DE L'ECONOMIE, ET QU'ILS ENSEIGNENT AUX ENFANTS DES AUTRES PAYS DÉVELOPPES, NOUS VOILA DANS LA TOURMENTE DES IDIOTS QUI PRÉFÈRENT SOMBRER TOUT UN PEUPLE POUR UN SEMBLANT DE SYMPATHIE A LEURS CHEFS MYSTICO-POLITICIENS. EN FRANCE JACQUES ATTALI L'AVAIT FAIT A Fançois MITTERRAND ET QUI A SU CORRIGER SES ERREURS DE POLITIQUE ECONOMIQUE; ET POURQUOI PAS NOUS? CE RÉGIME FAIT SCIEMMENT DE FERMER LES YEUX, CAR ON NE PEUT PAS AVOIR AUTANT DE CONSEILLERS ET DE GUIDES ECONOMIQUES ET PUIS SOMBRER DANS UN NAUFRAGE ECONOMIQUE. MOI PARTICULIÈREMENT JE NE SUIS ECONO, MAIS JE FAIS CONFIANCE A CEUX LA QUI CHERCHENT LE BONHEUR DE NOTRE PAYS COMME ILS L'ENSEIGNENT DANS DES PAYS INDUSTRIALISÉS. UN PÈRE DE FAMILLE QUI VA MANGER AU DOS TOURNE SANS PENSER A LA FACTURE NE POURRA JAMAIS PENSER A SA FAMILLE. QU'ELLE SOUFRE ET QU'ELLE MEURT. MAIS ILS VONT LE PAYER TÔT OU TARD, JE DIS BIEN PAYER!!!!!!!!

4.Posté par AKAM NLAM le 15/01/2016 09:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
TOUS LES TRAVAILLEURS GABONAIS QUI SAVENT QU'ILS PAYENT LES IMPÔTS DOIVENT SE METTRE AVEC TOUS LES SYNDICALISTES ET LA SOCIÉTÉ CIVILE POUR CONTRER LES MANŒUVRES DE Daniel ONA ONDO DE FORCER LA PAUVRETÉ AUX GABONAIS, ET LES OBLIGER A SERRER LA CEINTURE PENDANT QUE EUX, GONFLENT LEURS VENTRE ET DESSERRENT LEURS CEINTURES. C'EST CE QU'ON VA VOIR CETTE ANNÉE.

5.Posté par Nkembo le 15/01/2016 11:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'appelle à la candidature de Mr Ndong Sima en 2016

6.Posté par NEM le 17/01/2016 20:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr Ndong Sima, qu'attendez-vous de soutenir un candidat de l'opposition si vous ne vous présentez pas à la présidentielle? Vous avez prédit; Aujourd'hui vous annoncez les difficultés pour le Gabon. Mais quand allez-vous décider de prendre le Pouvoir? Les populations savent que tout va pour le pire; allons-nous toujours gober les analyses, les annonces et les prédictions?! Faites autre chose qui vous crédibilise; Annoncer votre soutien à un candidat ou déposez votre dossier de candidature à la Présidence de la République. Vous avez peur de quoi grand Maitre de karaté?!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...