News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Membre de l'Union Nationale : Lettre à Monsieur Nicolas Sarkozy Président Français

Le site de la Liberté - LVDPG - News le Jeudi 10 Février 2011 à 18:15 | Lu 2586 fois



Membre de l'Union Nationale : Lettre à Monsieur Nicolas Sarkozy Président Français
Monsieur Jean-Louis BEKAMBA
France
A Monsieur Nicolas SARKOZY
Président de la République Française
Président en exercice du G20
Palais de l’Elysée
Rue du Faubourg St Honoré
Paris
France

Paris le 10 février 2011

Monsieur le Président de la République,

Le militant de l’Union National (UN) parti d’opposition au Gabon, que je suis, et le collectif des gabonais de France dont j’anime la coordination pacifique, venions d’apprendre avec beaucoup de stupéfaction et d’indignation que l’ONU(Organisation des Nations Unies), tente de déloger Monsieur MBA OBAME et les membres de l’UN, réfugiés dans les locaux du PNUD à Libreville, encerclés par 3 cordons des milices armées de Monsieur Ali Bongo.

Ces membres du directoire de l’UN sont dans l’attente de la réponse au courrier qu’ils ont adressé au Secrétaire Général des Nations-Unies, le jour de l’investiture de Monsieur MBA OBAME à la magistrature suprême du Gabon, le 25 janvier 2011.

Vous n’ignorez pas, Monsieur le Président de la République, la situation qui prévaut dans ce pays (Gabon) depuis les dernières élections présidentielles anticipées de 2009, qui ont vu la prise du pouvoir par le fils de l’ancien Président de la République, à coups de fraudes massives dans les bureaux de vote, de chantage et d’intimidations en tous genres, doublés en cela par la proclamation des résultats par le Conseil Constitutionnel gabonais, un Conseil Constitutionnel dont le mandat avait expiré 4 ans auparavant, mandat qui n’a jamais été renouvelé, donc un Conseil Constitutionnel qui fonctionne en toute illégalité au vu et au su de tous ceux ou de toutes celles qui s’intéressent peu ou prou à la situation politique de ce pays, malgré les appels et rappels à des règles élémentaires de démocratie par les principales formations politiques de l’opposition gabonaise.

Je crois, Monsieur le Président de la République, qu’on appelle cela un coup d’état électoral.

Cette flagrante fraude électorale, car c’en est une en effet, a été confirmée par des témoignages d’hommes politiques français dans un documentaire intitulé « Françafrique », publié sur la 2ième chaîne française France 2.

Il est clairement dit dans ce reportage que les résultats de la dernière consultation électorale au Gabon (élection présidentielle de 2009), ont purement et simplement été manipulés. Le Conseil Constitutionnel attribuant le pourcentage de suffrage exprimé le plus élevé à Monsieur Ali Bongo, alors que ce score est celui qui a été réalisé par Monsieur MBA OBAME, Monsieur Ali Bongo ne venant qu’en 2ième position.

Je rappelle que France 2, qui a diffusé ce documentaire n’est pas une chaîne de télévision africaine et ne reçoit aucune subvention de l’Union Nationale(UN), et que Monsieur Michel de Bonnecorse, qui a révélé aux gabonais et au monde entier cette grossière arnaque, cette honteuse supercherie, n’est autre que l’ancien conseiller chargé des affaires africaines de votre prédécesseur à l’Elysée.

Ce documentaire démontre à suffisance les manœuvres (une de plus) de la France, tant dénoncées par les africains, pour imposer à la tête de ses anciennes colonies, leurs hommes liges.

Ainsi donc votre candidat, celui de la France, proclamé Président par certaines personnes de votre entourage avant même la désignation des candidats, avant le lancement de la campagne présidentielle, et avant la tenue des dites élections, votre candidat dis-je, a pris les rênes du pouvoir à la suite de nombreuses et violentes contestations électorales de la part de l’opposition qui l’accusait (et l’accuse toujours) d’avoir triché, avec la complicité d’un Conseil Constitutionnel, et de la Présidente et des membres dudit Conseil, illégitimes.

Je vous rappelle qu’on a dénombré un peu plus de 9 personnes tuées et de nombreux blessés dans la seule ville de Port-Gentil, et jusqu’à présent on ne vous a point entendu sur ces évènements Monsieur le Président, vous qui êtes si prompts à réagir avec la vigueur que l’on vous connaît sur ce qui se chuchote en Côte-d’Ivoire par exemple, et l’on se rappelle que pendant cette même période, des élections eurent lieu en Iran, élections remportées par la Président HAMMADI NEDJAD, et vous avez demandé aux iraniens de descendre dans la rue pour protester contre cette mascarade électorale, aux fins d’éjecter le Président élu par les iraniens du pouvoir.

Votre intervention sur ce cas iranien a eu lieu au même moment où les gabonais protestaient contre la fraude orchestrée par Ali Bongo que vous vous êtes empressé de reconnaître comme chef d’Etat, pour l’installer au pouvoir. Ce qui est vrai de l’Iran ne l’est pas forcément pour le Gabon…

Je tiens à vous faire remarquer que ni vous, ni aucun membre de votre gouvernement, ni même la gauche française, pour ainsi dire, personne en France n’a parlé de cet évènement dramatique, et encore moins évoquer de traîner les responsables devant la CPI (Cour Pénale Internationale), ou d’interdire de séjour en France et en Europe le Président illégitime du Gabon et les membres de son gouvernement, de bloquer leurs avoirs (argent mal acquis), dans les banques françaises, etc…

Ce qui n’est pas le cas de la Côte-d’Ivoire, où vous vous obstinez à déloger le Président Laurent GBAGBO, élu et soutenu par la plus grande majorité d’ivoiriens, lors d’élections dont le résultat a été proclamé par le Conseil Constitutionnel ivoirien, dont les membres siègent et jouissent d’un mandat légal en bonne et due forme.

Sur ce point je souhaite qu’on m’explique comment un démocrate comme vous peut soutenir un Conseil Constitutionnel comme celui du Gabon, dont les membres ne jouissent plus d’aucun mandat légal depuis Mathusalem, mais s’imposent au forceps, et ignorer copieusement celui de la Côte-d’Ivoire qui ne souffre d’aucune contestation.

Je rappelle que tous les émissaires européens, américains et africains qui s’y sont rendus(en Côte-d’Ivoire), ont certes émis certaines critiques sur le régime Gbagbo, mais n’ont rien eu à dire sur le fonctionnement de la plus haute juridiction institutionnelle de ce pays, tant dans sa composition que dans le travail qu’elle a eu à effectuer lors des élections qui se sont déroulées dans ce pays.

Vous ne pouvez, Monsieur le Président de la République, avoir une politique étrangère à géométrie variable, au gré de vos relations avec certains individus qui se disent Hommes ou Chefs d’Etats, alors qu’ils n’ont de cet attribut que le nom, aucun souci du respect de leurs charges, et comment peut-il en être autrement lorsqu’on connaît le chemin qu’ils empruntent pour arriver au pouvoir…

Vous ne pouvez, Monsieur le Président de la République, avoir et afficher un tel mépris du peuple africain, votre discours de Dakar, au Sénégal, sonne encore et sonnera encore, et longtemps encore dans la tête des africains que nous sommes, et ce discours est peut-être le corollaire de votre attitude tant en Côte-d’Ivoire qu’au Gabon.

Sachez, Monsieur le Président de la République, que c’est le peuple gabonais, tout le peuple gabonais, et rien que le peuple gabonais, qui soutient ce gouvernement formé par le Premier Ministre, Monsieur Lendoye, nommé par André MBA OBAME démocratiquement élu en 2009 comme Président de la République Gabonaise, dont la prestation de serment a eu lieu le 25 janvier 2011.

Que la seule et unique revendication de ce peuple longtemps méprisé et martyrisé, c’est de mettre fin, de manière pacifique, à ce régime Bongo qui, 50 ans durant a réduit ce peuple hospitalier et sans histoire, mais fier de lui, à la pauvreté, à la précarité, à la mendicité, malgré un sous-sol immensément riche, dont les revenus n’ont profité qu’à la famille de celui qui assure illégitimement, la magistrature suprême, et à ce qu’on appelle la Françafrique, et ses réseaux mafieux.

Aucun média français ne parle de la situation gabonaise où des exactions graves et des violations flagrantes des droits de l’homme sont commises tous les jours : silence, on tourne, ou plutôt, silence on triche, silence on tue…

Des hommes, des femmes et des jeunes sont battus, violés arrêtés nuit et jour depuis le 25 janvier 2011 à Libreville et sur toute l’étendue du territoire national; des manifestations pacifiques sont durement réprimées par des forces de police et de gendarmerie aux ordres, sans que cela n’émeuve votre fameuse et fumeuse communauté internationale. C’est le régime de la terreur qui s’est installé au pouvoir au Gabon, depuis ces élections de 2009.

Alors, comment comprendre que le Secrétaire Général de l’ONU, Monsieur Ban Ki Moon, dans un tel contexte, veuille déloger du siège du PNUD, les véritables vainqueurs des élections présidentielles de 2009, c’est-à-dire les membres du directoire de l’UN pour les livrer à la milice Bongo, pour qu’ils soient traduits devant les tribunaux, car c’est de cela qu’il s’agit aujourd’hui. Leurs familles sont harcelées jour et nuit, certains de leurs membres arrêtés et emprisonnés.

Alors qu’adviendrait-il de ceux que Monsieur Ban Ki Moon tente de déloger de force ?, alors qu’ils attendent toujours la réponse du courrier qu’ils ont adressé au Secrétaire Général des Nations-Unies, qui, faute de réponse (chose la plus élémentaire entre gens civilisés, dit-on) est incapable de régler les problèmes pour lesquels il a été élu, et qui devient lui-même, en soi, un véritable problème, son attitude et ses prises de positions contradictoires devenant de plus en plus ambigües dans les tensions qui minent certains pays du monde en ce moment.

Monsieur le Président de la République, vous pouvez demander à votre représentation diplomatique accréditée au Gabon, de vérifier les faits, mais je doute fort qu’ils vous relatent la vérité, cette vérité étant toujours celle du plus fort, en l’occurrence celle du pouvoir illégitime pour qui, tout va très bien dans ce beau petit pays, et que ceux ou celles qui s’en offusquent sont de malheureux aigris.

Pour votre information, les responsables de l’UN, réfugiés dans les locaux du PNUD depuis le 25 janvier dernier, vivent une situation humanitaire dramatique depuis que l’ONU et son Secrétaire Général, et le silence complice des médias d’état, des diplomates et médias étrangers, français en l’occurrence, ont jeté un voile pudique sur ce qui se passe au Gabon.

L’ONU exige aux membres de l’UN, de se débarrasser de leurs moyens de communication, et de n’utiliser que le téléphone fixe du seul bureau auquel ils ont accès.

De la même façon, ils n’ont droit qu’à la nourriture comme ravitaillement venant de l’extérieur, pas de vêtements de rechange, pas de visites familiales, ni de visites médicales et autres assistances particulières. A chaque jour sa restriction et l’on s’achemine, si l’on n’y prend pas garde, à l’interdiction de ravitaillement en nourriture, question de les affamer pour les affaiblir davantage, et la suite…Silence, on tue, mais à petit feu.

Non, Monsieur le Président de la République, l’humaniste que vous êtes et occupant les plus hautes fonctions de la République Française, Président en exercice du G20 de surcroît, Président du pays des Droits de l’Homme, ne peut répondre à cette situation par ce silence assourdissant que l’on constate de votre part depuis le 25 janvier 2011, voire depuis les contestations post-électorales de 2009.

Nous nous étonnons de la tournure prise par ces évènements, aussi nous vous rappelons que le Gabon a ratifié toutes les conventions internationales en matière de Droits de l’Homme.

Aussi, nous pensons, Monsieur le Président, que les autorités gabonaises actuelles, devraient contribuer à donner à ce pays au plan national, régional et international, l’image d’un Etat de droit respectueux de son peuple, de ses engagements internationaux, des droits humains fondamentaux, et notre inquiétude sur le sort réservé aux membres de l’UN et de la population gabonaise, ne peut que se justifier, et surtout au moment où vous assumez la Présidence du G20.

Vous ne pouvez donc laisser se perpétuer une telle violation de ces droits élémentaires, aussi ai-je l’honneur de vous demander Monsieur le Président, d’intervenir personnellement auprès du Secrétaire Général des Nations-Unies, afin que tous les membres de l’UN présents dans les locaux du PNUD, puissent bénéficier d’un maximum de sécurité et d’assistance, puissent jouir de tous leurs droits, et tout mettre en œuvre pour vider ce contentieux électoral dont on ne mesure pas les conséquences, si on continue à regarder les africains en général et les gabonais en particulier, avec une certaine condescendance.

Vous ne viendrez plus nous dire après que « …vous n’avez pas mesuré le degré de désespérance du peuple gabonais… », car c’est le combat du peuple gabonais dans son ensemble et non celui d’un homme.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président de la République, à l’expression de ma très
haute considération.

Jean-Louis BEKAMBA
Militant de l’UN

Jeudi 10 Février 2011
LVDPG - News
Vu (s) 2586 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

20.Posté par NDONG MINKO le 15/02/2011 10:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est important de savoir que la communauté internationale ne se souvient pas de de l'époque des coups d'état. Lorsqu'elle reste bouche fermée c'est parce que c'est elle même qui a placé ces dictateurs au pouvoir en Afrique et même dans le monde. Ce qui comble est que m'importe qui peut garantir les intérêts de la communauté internationale, car ce sont des accords sgnés entre parties. D'un autre point de vue, cette communauté aime là où il coule du sang pour venir offrir des sacs de farine et du lait.Qu'elle est vraiment discréditée!

19.Posté par NDONG MINKO le 15/02/2011 10:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mon cher Abess, nous sommes tous d'accord qu'il faut actuellement changer. Nous gabonais avons tellement peur de la mort ou des blessures; il suffira d'une seule dizaine de morts gabonais pour voir même les militaires se retourner contre celui qui prétend avoir la décision. Ainsi Larévolte a raison de dire que c'est enfin maintenant ou jamais.

18.Posté par Larévolte le 11/02/2011 21:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ St Michael post 14.

St Michael salut.
Je te remercie pour ce conseil à titre de rappel. Je te promets de ne plus sortir de mes gongs pour une catégorie de gabonais qui préfereraient encore s'engloutir dans un abîme les yeux grandement ouverts parce qu'ils auraient refusé de tenir compte de l'alerte du danger qui leur aurait été signalé à l'avance par quelqu'un qu'ils détestent.

En fait je n'ai aucun problème avec Mapangou que j'ai souvent eu du plaisir à lire ses interventions et encore moins Ambalo09
J'ai même été surprise de lire l'interprêtation que Mapangou a faite à propos de mon intervention enfin bref...

Je peux te rassurer que je voulais simplement faire comprendre à certains gabonais ou peut-être même "faux gabonais" qui viennent ici pour semer la mauvaise graine que quand on diabolise un individu ou un camp, l'effet escompté peut se retourner contre soi-même. Tu penses que les fangs qui entendent les autres gabonais dire que "nous avons reçu de nos parents du sud des consignes de ne pas nous méler des histoires des fangs en parlant de l'acte posé par AMO le 25 janvier" vont penser quoi en retour pour les hommes politiques gabonais non fangs?
Quand je sais qu'en ce moment, il n'y a pas que les fangs qui se privent au PNUD pour sortir les gabonais de l'esclavage. Il y a même plus de non fangs dans cette équipe. Pourquoi certains gabonais ignorent ces non fangs qui risquent leur vie en ce moment parce qu'ils ne voien qu'AMO? Les gabonais (fangs et non fangs) qui sont au PNUD et ailleurs à travers le Gabon ont des famille qui sont inquiètes parce qu'ils savent que ces gabonais sont exposés à tous les dangers (assassinats par balles, empoisonnement, mauvais traitements etc...) juste parce qu'ils se sont unis pour essayer de trouver une solution qui mettrait fin à l'esclavage des gabonais que le clan Bongo et alliés les ont mis. Je suis particulièrement angoissée et anxieuse pour la situation actuelle du Gabon et pour nos responsables politiques de l'UN en ce moment. Je me suis emportée à cause de toutes les méchancetés que je lis par ci par là au moment où nous devons nous concentrer pour trouver les moyens d'en finir avec les Bongo et leur état PDGGabon. Le Gabon a t-il besoin de propos qui incitent à la haine au 21 ème siècle? Est-ce que c'est de ce Gabon que nous voulons surtout au moment où nous avons le plus besoin de tout le monde pour rebâtir une nation juste, prospère et unie?

Pour terminer, je t'avoue que je voulais aussi que certains comprennent qu'on ne doit pas faire aux autres ce qu'on n'aimerait que les autres nous fassent. Sinon, je n'ai vraiment rien contre Mapangou.

17.Posté par le gabonews le 11/02/2011 15:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
eh! pour tous ceux qui pensent que le Gabon est en paix ou encore emerge! sont, déconnectés de la planète !
et puis quoi encore? qui a dit que le Gabon est une royauté qui va être géré par des grands père, père et fils BOA? nous voulons de notre Gabon laissé par notre aileul; haa LEON MBA! tsouo mame le pouvoiroo! quelqu'un fabriqué de toutes pièce dont on ne connait même pas les origines? non j'allais oublié les nigérians peuvent fabriqué l'homme, ça c'est vraiment vrai j'en suis convaincu!
va t'en nous ne voulons pas des serpents BOA chez nous!
les gens là sont mêmes comment? qu'est ce qui va bien? tout ce qui se réalise actuellement au Gabon sont les projets laissés par le grand père, le reste qui émerge ne sont que des promesses irréalisables! et puis quoi encore! nous sommes habitués! réduit à l'état de mendicité on ne peut que suivre comme des chiens affamés. çà c'est bien!
mais attend jusqu'à quand resterons nous prisonniers d'un système corrompu et assoiffée de pouvoir? ce sont toujours les mêmes qui gouvernent ne l'oubliez pas! ils vont chercher leur femmelette où on ne sait? et parle du Gabon émergeant. même ceux là qui pensent rester éternel au pouvoir constitutionnel partiront avec des bons coups de pieds un de ces 4! se sont toujours les mêmes. au faite dites moi un peu, vous qui conaissez les textes, c'est que prévoit la loi de l'autre, rester indéfiniment au pouvoir constitutionnel? mame toi hoo! tu n'es pas fatiguée de lire les mêmes textes tous les jours? il n'ya pas de retraite contitutionnelle? ah! non, on attend qu'un des fils du grand père grandisse afin qu'il passe aussi au trône constitutionnel. mais ne sont ils pas déjà majeurs? non là là, je suis fatigué de vous! trop c'est trop! çà assez duré comme ça! laissez les sages AMO et ZAC power gouverner. ce sont eux les courageux qui ont pu dire NON hoooooooooo!
les autres des mouchards !!!!! peureux perfides trompeurs avec des discours dilatoires des intimidations c'est ça leur force! mais ça finira demain croyez moi.
allons les bosses AMO et ZAC POWER nous sommes derrière vous!

16.Posté par le penseur le 11/02/2011 11:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Arretez des faux débats nous tous nous savons qu'au GABON il n'ya aucune liberté aucun respect des droits de l'homme et que meme-ci tout va mal le PDG dit toujours que tout va très bien .
POUR preuve je suis au pays tous les movements qui ont eu lieu dans le pays ces derniers temps ( marches de rio, marche de BITAM, marche de NKEMBO GARE ROUTIERE ... et meme les étudiants qui revendiquent leurs droits ) rien n'a été diffisé sur la RTG 1. Parcontre des activités politiques du PDG sont diffusées jour et nuit.
J'étais meme surpris de voir sur TV5 monde lors du passage de BRUNO BEN les images de soulevement venant du GABON .
Nous le savons tous au GABON c'est la dictature alors le MONSIEUR a raison D'INTERPELLER SARKOZY car le GABON appartient à tous les gabonais et non à un groupe d'individus.

15.Posté par LYCEE TECHNIQUE OMAR BONGO ET LYCEE D'ETAT le 11/02/2011 09:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Frères et soeurs étudiants gabonais au GABON ET AILLEURS

C'est maintenant ou jamais.

Ali, l'émergent en faux, ose agresser nos grands qui ne réclament que leur du, des arrièrés de bourses de 7 MOIS. Ou va le Gabon? Qui sera le prochain à gouter au fouet?

LTOB et LYCEE D'ÉTAT de l'ESTUAIRE, c'est maintenant que le Gabon a besoin de vos marches et de vos grèves.

TROP C'EST TROP.

Ali doit partir au plus vite sinon c'est lui qui va nous matraquer un à un.

LA PATRIE OU LA MORT, nous devons montrer à Ali et au monde qu'au Gabon il y a garçon.

Ali BONGO ODJUKU DOIT PARTIR!!!

Que Dieu soit notre force.

14.Posté par St.Michael le 11/02/2011 08:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Larevolte,

Effectivement ceux dont tu parles sont comme des fauves pretes a mordre celui qui veut les liberer. Et pourtant notre lutte n'aura pas de sens si on ne se bat pas aussi pour liberer ces etres inconscients.

Ne t'en fais pas, ton compatriote mapangou tout comme ambalo09 le savent comme ils savent aussi que notre focus est ailleur: LE BIG THING et non le small thing des petits malins qui viennent tenter de semer la discorde.

Tu nous as souvent conseillés ici d'ignorer ces malins, et si je puisse me permettre de te donner un conseil reçu de toi même: IGNORE CES INCONSCIENTS, ils ne savent pas ce qu'ils font.

Excellent debut de weekend.

13.Posté par Citoyen Libre le 11/02/2011 07:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voici un article en anglais qui se demande pourquoi la lutte des Gabonais passe inaperçu dans les médias?

Je suggère à la rédaction de LVDPG de traduire l'article et de le publier... (voir lien)

12.Posté par Grand Poubara le 11/02/2011 04:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ afrikissi

pour info c Sarko qui lèche les bottes de Obama. Pas le contraire ! C'est la CIA qui a placé sarko à la tête de la france pour mieux servir leurs interêts ! Renseignes-toi !

11.Posté par Abess le 11/02/2011 04:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci cher frère pour ce texte intelligent.
Mais nous devons tous savoir que la révolution attendue se fera au Gabon et la seule chose qu'on espère de la communauté internationale égoiste, perverse et intéressée, c'est qu'elle soit simplement au courant. Les Gabonais vont libérer eux-mêmes leur pays sous le joug des Bongo-PDG, une centaine de personnes ne peut continuer à opprimer, comprimer, compresser, martyriser, terroriser, avilir, appauvrir plus d'un million d'ames. L'armée gabonaise, la police gabonaise, la gendarmerie gabonaise et autres forces de sécurité gabonaise, ne sont pas à la solde d'un homme, d'un groupe, d'un parti, mais elles sont là pour défendre la population gabonaise. Ces forces de l'odre rencontrent les mêmes difficultés que les autres, elles ne bénficient d'aucun privilège pour défendre les causes des égoistes, des priviliégiés que sont les Bongo et autres rapaces, elles sont et seront toujours du coté du peuple en souffrance comme eux. Les forces de l'odre dont les Gabonais ont peur, sont composées en majorité de Gabonais comme nous et ne pourront jamais tirées sur leurs frères, soeurs, pères, mères, grands-parents, amis, copines pour défendre les privilégiés qui pillent notre pays depuis plus de 50 ans:les Bongo et autres rapaces. Le jour où les gabonais vont décider d'en découdre, ce sera fini pour cette famille qui nous a tant causé de mal.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...