News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Martin Edzodzomo-Ela : La vocation de l'église chrétienne en ces temps de lutte pour la libération

Le site de la Liberté - Martin Edzodzomo-Ela le Vendredi 13 Mai 2016 à 00:00 | Lu 326 fois



Méditations : Livre du Prophète ÉZÉCHIEL.

Chapitre 2.1-10/ Il me dit: Fils de l'homme, tiens-toi sur tes pieds, et je te parlerai. Il me dit: Fils de l'homme, je t'envoie vers les enfants d'Israël, vers ces peuples rebelles, qui se sont révoltés contre moi; eux et leurs pères ont péché contre moi, jusqu'au jour même où nous sommes. Ce sont des enfants à la face impudente et au cœur endurci; je t'envoie vers eux, et tu leur diras: Ainsi parle le Seigneur, l'Éternel. Qu'ils écoutent, ou qu'ils n'écoutent pas, -car c'est une famille de rebelles, -ils sauront qu'un prophète est au milieu d'eux.

Et toi, fils de l'homme, ne les crains pas et ne crains pas leurs discours, quoique tu aies auprès de toi des ronces et des épines, et que tu habites avec des scorpions; ne crains pas leurs discours et ne t'effraie pas de leurs visages, quoiqu'ils soient une famille de rebelles.

Tu leur diras mes paroles, qu'ils écoutent ou qu'ils n'écoutent pas, car ce sont des rebelles.
Je regardai, et voici, une main était étendue vers moi, et elle tenait un livre en rouleau.

Il le déploya devant moi, et il était écrit en dedans et en dehors. Il y était écrit : Lamentations, plaintes gémissements
Chapitre 3.6-9/ Ce n'est point vers de nombreux peuples ayant un langage obscur, une langue inintelligible, dont tu ne comprends pas les discours. Si je t'envoyais vers eux, ils t'écouteraient. Mais la maison d'Israël ne voudra pas t'écouter, parce qu'elle ne veut pas m'écouter; car toute la maison d'Israël a le front dur et le cœur endurci. Voici, j'endurcirai ta face, pour que tu l'opposes à leur face; j'endurcirai ton front, pour que tu l'opposes à leur front. Je rendrai ton front comme un diamant, plus dur que le roc. Ne les crains pas, quoiqu'ils soient une famille de rebelles.

17-21/ Fils de l'homme, je t'établis comme sentinelle sur la maison d'Israël. Tu écouteras la parole qui sortira de ma bouche, et tu les avertiras de ma part. Quand je dirai au méchant: Tu mourras! si tu ne l'avertis pas, si tu ne parles pas pour détourner le méchant de sa mauvaise voie et pour lui sauver la vie, ce méchant mourra dans son iniquité, et je te redemanderai son sang.

Mais si tu avertis le méchant, et qu'il ne se détourne pas de sa méchanceté et de sa mauvaise voie, il mourra dans son iniquité, et toi, tu sauveras ton âme. Si un juste se détourne de sa justice et fait ce qui est mal, je mettrai un piège devant lui, et il mourra; parce que tu ne l'as pas averti, il mourra dans son péché, on ne parlera plus de la justice qu'il a pratiquée, et je te redemanderai son sang.

Mais si tu avertis le juste de ne pas pécher, et qu'il ne pèche pas, il vivra, parce qu'il s'est laissé avertir, et toi, tu sauveras ton âme.

25-27./ Fils de l'homme, voici, on mettra sur toi des cordes, avec lesquelles on te liera, afin que tu n'ailles pas au milieu d'eux. J'attacherai ta langue à ton palais, pour que tu sois muet et que tu ne puisses pas les reprendre, car c'est une famille de rebelles. Mais quand je te parlerai, j'ouvrirai ta bouche, pour que tu leur dises: Ainsi parle, le Seigneur, l'Éternel. Que celui qui voudra écouter écoute, et que celui qui ne voudra pas n'écoute pas, car c'est une famille de rebelles.

Chapitre 5.9-11

A cause de toutes tes abominations, je te ferai ce que je n'ai point encore fait, ce que je ne ferai jamais. C'est pourquoi des pères mangeront leurs enfants au milieu de toi, et des enfants mangeront leurs pères; j'exercerai mes jugements contre toi, et je disperserai à tous les vents tout ce qui restera de toi. C'est pourquoi, je suis vivant! dit le Seigneur, l'Éternel, parce que tu as souillé mon sanctuaire par toutes tes idoles et toutes tes abominations, moi aussi je retirerai mon œil, et mon œil sera sans pitié, moi aussi je n'aurai point de miséricorde.

Chapitre 6.13/ Et vous saurez que je suis l'Éternel, Quand leurs morts seront au milieu de leurs idoles, Autour de leurs autels, Sur toute colline élevée, sur tous les sommets des montagnes, Sous tout arbre vert, sous tout chêne touffu, Là où ils offraient des parfums d'une agréable odeur A toutes leurs idoles.
Chapitre 8 : Vision des cultes idolâtres de Jérusalem (Gabon)6 Chapitre 9 : Châtiment infligé à Jérusalem (Gabon)
Chapitre 11 : Jugement du chef du peuple.

3-6 Ils disent: Ce n'est pas le moment! Bâtissons des maisons! La ville est la chaudière, et nous sommes la viande. C'est pourquoi prophétise contre eux, prophétise, fils de l'homme! Alors l'esprit de l'Éternel tomba sur moi. Et il me dit: Dis: Ainsi parle l'Éternel: Vous parlez de la sorte, maison d'Israël! Et ce qui vous monte à la pensée, je le sais. Vous avez multiplié les meurtres dans cette ville, Vous avez rempli les rues de cadavres.

Ch.7.19-26- Imminence de la fin. - Chapitre 13 : Contre les faux prophètes- Chapitre 14 : Contre ceux qui s’attachent aux idoles tout en consultant l’Éternel - Chapitre 18 : Responsabilité et sanctions - Chapitre 22 : Les crimes de Jérusalem

PROMESSE DE RESTAURATION

Chapitre 33 : Le prophète sentinelle- Chapitre 34 : Contre les Chefs d’Israël – Promesses au peuple- Chapitre 45 : Devoir du prince.

LE ROLE DES EGLISES CHRETIENNES.

Le rôle des Églises chrétiennes, porteuses du message évangélique dans une société démocratique et pluraliste, est de se battre pour le respect des convictions, menacées de marginalisation par l'emprise bureaucratique des États qui se déclarent gestionnaires sans projet ni horizon. Dans leur prédiction externe, les Églises chrétiennes doivent rappeler que seul le respect des exigences de la Loi de Dieu assure la liberté et garantit la justice. Lorsque la Réforme, qui eut lieu au sein de l’Église chrétienne catholique romaine, a cherché à décléricaliser l’État, tout en luttant pour la liberté de l’Église elle même, elle a voulu précisément permettre qu’un espace soit introduit entre le pouvoir politique et l’autorité religieuse, et qu’un jeu de renvois puisse s’établir entre eux, par le biais de l’éthique.

L’État n’a pas à gouverner au nom de l’Évangile, et l’Église n’a pas à être soumise aux volontés du pouvoir politique ; en revanche, l’Église rappelle à l’État l’importance vitale de la Loi de Dieu, et, en tant que membre de la société civile, s’y soumet elle-même.

Dans sa prédiction interne, l’Église chrétienne tient à démontrer que c’est l’Évangile qui est le sens véritable de la Loi. Dans sa prédiction externe, c’est-à-dire son témoignage au monde, l’Église chrétienne rappelle que le respect des exigences de la Loi de Dieu assure la liberté et garantit la justice. C’est ainsi que l’Église chrétienne peut, dans notre pays, le Gabon, doit mettre en échec la dérive de l’appropriation technocratique et bureaucratique de l’État, qui constitue la menace la plus grave sur la démocratie.

Au moment où, face à l’effondrement des idéologies politiques, et à l’exigence grandissante de démocratie de nos peuples, alors que nos sociétés africaines s’interrogent avec une réelle angoisse sur leur devenir, il n’est pas possible que la seule réponse articulée soit celle du salut par l’économie du marché. Non que celle-ci soit plus perverse qu’une autre, mais parce que son efficacité même, indéniable, la conduit à assimiler facilement valeur et profit, justice et efficacité, légitimité et réussite.

Les limites d’un tel précepte apparaissent déjà, par exemple dans les pays développés, dans les constatations des désastres écologiques auxquels mène cette économie, lorsqu’elle n’est pas contrôlée. Mais contrôlée par qui ? Rappelons par ailleurs que certes, l’humain a besoin de pain pour vivre. Ses besoins physiques sont assez facile à énumérer : au-delà de la nourriture ; il a besoin d’un logement, d’un minimum d’hygiène, de sécurité et de soins en cas de maladie. Mais nous Chrétiens ? Nous savons (ou devons savoir) que l’homme ne vit pas de pain seulement, il a besoin d’affection, de dignité, et de responsabilité.

C’est là que pour le peuple chrétien, doit intervenir la réflexion éthique, et c’est donc aussi là que la tradition du message prophétique de l’Eglise chrétienne peut et doit retrouver toute sa pertinence, particulièrement dans les sociétés africaines d’aujourd’hui. Mais la question se pose directement, cette fois à l’intérieur même de nos Églises chrétiennes africaines ; tout particulièrement aux Eglises chrétiennes du Gabon : leur repli actuel sur la piété personnelle, leur difficulté à prononcer une parole à la fois spécifique et efficace dans les questions de notre société, voire leur refus dogmatique de s’occuper d’éthique, qui, à la limite devient une complicité, sous prétexte que cela pourrait mettre en question la pure doctrine.

Aucune position doctrinale sur la paix, la justice, la sauvegarde de la création n’est définie par les Églises chrétiennes gabonaises (catholiques ou protestantes). On en vient à prêcher explicitement une forme de désengagement des Églises chrétiennes face à ces questions, un appel au silence en sorte, et un retour radical à la théologie des deux règnes ! On n’a donc pas à s’étonner ou à afficher une hypocrite inquiétude face à la prolifération des sectes religieuses se réclamant du christianisme. Ces groupes religieux se sont développés au Gabon en véritables industries de charlatans dont les visées matérialistes ont comme principales victimes le bas peuple.

Or, l’histoire depuis l’Égypte ancienne montre comment, dans une époque de crise de la confiance envers l’État et le bien public, on voyait deux choses : chez les dirigeants, la corruption, corrélative du déclin du respect de la chose publique, chez les dominés, la religiosité personnelle associée au désespoir concernant les recours temporels. C’est exactement ce qui est aujourd’hui la situation de la société gabonaise sous la domination du système en place depuis un demi-siècle. Dans ce contexte, il y a un rôle spécifique, pour les Églises chrétiennes, dans le processus de démocratisation actuellement en cours dans notre pays.

Les Églises chrétiennes gabonaises ont un devoir d'engagement en matière de justice sociale. Leur concours pour corriger les dérives de l'État néocolonial en Afrique noire, qui bafoue la dignité et la liberté, est indispensable. En matière d'éthique politique, ce qui est premier pour le chrétien ce n'est pas l'État, mais la société au service de laquelle l'État est placé, et par conséquent il importe de toute urgence de renforcer les capacités d'interventions et de décisions des divers groupes sociaux qui forment l'essentiel du tissu social.

Les responsables des Églises chrétiennes, (qui sont hommes d’Eglise et non spécifiquement hommes de Dieu comme ils s’en font la prétention ; car chaque être est homme de Dieu), en tant que représentantes de l'institution fondamentale de la vie spirituelle de l'individu, doivent plutôt se tenir comme les Prophètes, et faire entendre de façon permanente leur voix dans toute action qui engage le destin de leurs membres. Mais pour que la voix de nos Églises chrétiennes soit entendue, il faut qu'elle soit d'abord audible. Ce qui implique un message clair à partir d'une réflexion nouvelle sur la place de l'Église dans la société moderne, et ses capacités de se faire entendre d'une façon effective, afin que l'autorité des Églises chrétiennes (comme celle du Prophète biblique), puisse avoir une influence positive dans les prises de décisions politiques, en particulier quand celles-ci comportent des enjeux éthiques.

Il y a un rôle politique des Églises chrétiennes qui est nécessaire au sein de nos sociétés en construction. Ce rôle n'implique pas que les autorités et dirigeants des Eglises chrétiennes participent en titre directement à l'exercice du pouvoir politique, autrement dit ; leur rôle ne reconstitue pas un cléricalisme quelconque dans nos États. Le rôle et la fonction des pouvoirs spirituels consistent en une vigilance dans la défense des valeurs éthiques fondatrices de l'ordre démocratique, valeurs que sont la liberté, la dignité, la solidarité et qui sont des valeurs authentiques conformes à la Révélation évangélique.

Que les Églises chrétiennes dans les sociétés africaines au sud du Sahara ne soient pas les seules à devoir s'engager dans cette voie n'enlève rien à l'urgence de cet engagement, car nos Églises chrétiennes doivent rester fidèles au contenu libérateur de l'Évangile et à la mission prophétique de l'Église du Christ. Le message évangélique que le chrétien doit porter nous rappelle en effet qu'il n'y a de liberté que là où est respectée la Loi de Dieu.

Cette Loi de Dieu, en nous conviant à la reconnaissance de l'altérité de Dieu et du prochain, nous invite à une extrême vigilance à l'égard de toute les formes d'idoles qui se présentent comme des valeurs supérieures capables d'assurer le salut de l'individu ou son bonheur ; de même, elle nous alerte sur le danger extrême de toutes ces formes de mépris de la personne humaine qui, d'une manière ou d'une autre, objectivent l'homme pour mieux lui refuser son humanité.

Le rôle des Églises chrétiennes, porteuses du message évangélique dans une société démocratique et pluraliste, est de se battre pour le respect des convictions, menacées de marginalisation par l'emprise bureaucratique des États qui se déclarent gestionnaires sans projet ni horizon. Dans leur prédiction externe, les Églises chrétiennes doivent rappeler que seul le respect des exigences de la Loi de Dieu assure la liberté et garantit la justice.

En cette fin de millénaire, on ne peut qu'être impressionné, voire effrayé, par la difficulté et l'énorme complexité des problèmes que l'individu doit affronter. Pour inventer de nouvelles pratiques adaptées à la situation à laquelle l'homme du XXIe siècle va devoir faire face, le rappel et une meilleure réévaluation des racines héritées du passé n'est pas sans importance : ne serait-ce que pour aider l'individu à se « dé fasciner » de ce modèle technico-économique qu'il subit, et qui donne l'illusion que l'avenir appartient à ceux qui s'affranchissent de leurs racines traditionnelles ; et puis aussi pour retrouver la source éthique et spirituelle d'une culture, et d'une société qui est en train de mourir de désespoir et d'insignifiance de la plus grande partie de ses membres. Il est urgent pour nos sociétés de trouver des solutions éthiques, mais il est encore plus urgent, pour le chrétien africain, de revenir à cette source unique d'inspiration éthique qu'est le message biblique. N'est-ce pas aux chrétiens et à leurs Églises qu'incombent tout particulièrement aujourd'hui la responsabilité et le devoir de dire "à temps et à contretemps", la vérité ?

A ceux qui, dans les Églises chrétiennes africaines, hésitent et doutent parce qu’ils vivent dans un marasme spirituel, nous leurs rappelons qu’en Pologne sous la dictature communiste, en Amérique latine avec les dictatures de droite, les chrétiens ont montré l’actualité étonnante et l’exacte pertinence de l’antique appel fait à Abraham aux premiers chapitres de la Bible : « Va, quitte ton pays, ta famille, ta maison, et pars pour le pays que je t’indiquerai » (Gn. 12, 1). L’aventure du chrétien, de celui qui a foi en Jésus-Christ, est plus neuve et plus actuelle que jamais en ces temps d’incertitudes. Elle fait reculer les frontières de nos timidités, de nos peurs, de nos conforts, elle balaie nos hésitations et nos faiblesses congénitales, elle ouvre les horizons de l’exigence humaine, elle prépare à l’éblouissement spirituel dans la communion des saints. Bref, l’appel antique d’Abraham nous convie à nous engager dans le combat contre tout ce qui nous retient dans le mal et l’injustice, contre les pouvoirs de ce monde.

- Mammon, l’argent qui impose, comme loi des relations, l’échange, la vente, rien pour rien, tout se paie, tout s’achète.
- Le Mensonge, celui qui transforme la vérité en chose, en idée, en opinion, en dogme, en philosophie, en science, en expérience, en réalité, et la réalité en apparente vérité.
- Satan l’accusateur, ou plutôt l’accusation, « La loi était devenue spirituelle et intérieure, afin que Dieu soit immédiatement proche aux cœurs des hommes, et que le pardon abonde. Et voici que, parce que le Satan est venu se loger au cœur de l’Église, elle est elle-même devenue la grande maîtresse de l’accusation et a transformé celle-ci en un cancer envahissant, et accablant l’homme sans issue et sans fin ».
- Enfin, le dernier de cette terrible « main », le diable, Diabolos, le diviseur, le diable dans nos sociétés est la réalité d’un fait, la division.
Partout où il y a division, conflit, rupture, concurrence, combat, désaccord, dysharmonie, divorce, exclusion, il y a le diable. C’est contre ses pouvoirs que le message biblique prévient l’homme, et que la Loi de Dieu le protège.

Le message biblique de Dieu monopole du Chrétien.

Le chrétien n'a certes pas le monopole d'une révolution de la justice. Ce qu'il a en propre, pour le bien de l'humanité, c'est le message biblique de Dieu qui écoute monter jusqu'au ciel le cri des pauvres de la terre, qui prend corps et se fait parole pour partager la condition humaine des petits contre la superbe des puissants au cœur de pierre, dont la supercherie est dénoncée dans le livre des Psaumes en ces termes : « Leur bouche accapare le ciel, mais la violence est l'habit qui les couvre » (Ps. 72), « Ils montrent un visage séduisant, mais leur cœur fait la guerre.

Leur parole est plus suave qu'un parfum, mais elle est un poignard » (Ps. 54). Ainsi, les Églises chrétiennes africaines ne peuvent davantage rester indifférentes et inactives aux conditions de vie des populations auxquelles l'Évangile du Christ est annoncée, c'est-à-dire l'injustice des structures sociales ou "injustices structurelles" imposées par l'État néocolonial ; ce que Mgr. Helder CÂMARA a appelé "la première violence".

Face aux problèmes particulièrement d'ordre éthique qu'affrontent les sociétés africaines, les Églises chrétiennes ont comme ministère, entre autres, de faire redécouvrir la Bible aux individus et les porter à se guider dans leurs démarches par la vérité ainsi redécouverte. L'homme africain pourra ainsi rencontrer les paroles et le message : - Des Prophètes (dans la Parole évangélique). Parce que le prophète est celui qui dénonce l'injustice parmi les hommes au nom de la justice de Dieu.
Ainsi sera annoncé au peuple :

- Imminence de la fin. / Ils jetteront leur argent dans les rues, Et leur or sera pour eux un objet d'horreur; Leur argent et leur or ne pourront les sauver, Au jour de la fureur de l'Éternel; Ils ne pourront ni rassasier leur âme, Ni remplir leurs entrailles; Car c'est ce qui les a fait tomber dans leur iniquité. Ils étaient fiers de leur magnifique parure, Et ils en ont fabriqué les images de leurs abominations, de leurs idoles.

C'est pourquoi je la rendrai pour eux un objet d'horreur; Je la donnerai en pillage aux mains des étrangers, Et comme butin aux impies de la terre, Afin qu'ils la profanent. Je détournerai d'eux ma face, Et l'on souillera mon sanctuaire; Des furieux y pénétreront, et le profaneront. Prépare les chaînes! Car le pays est rempli de meurtres, La ville est pleine de violence. Je ferai venir les plus méchants des peuples, Pour qu'ils s'emparent de leurs maisons; Je mettrai fin à l'orgueil des puissants, Et leurs sanctuaires seront profanés. La ruine vient! Ils cherchent le salut, et point de salut! Il arrive malheur sur malheur, Un bruit succède à un bruit; Ils demandent des visions aux prophètes; Les sacrificateurs ne connaissent plus la loi, Les anciens n'ont plus de conseils. (Ch.7.19-26)

- Ces choses arriveront parce qu'ils égarent mon peuple, En disant: Paix! quand il n'y a point de paix. Et mon peuple bâtit une muraille, Et eux, ils la couvrent de plâtre. Dis à ceux qui la couvrent de plâtre qu'elle s'écroulera; Une pluie violente surviendra; Et vous, pierres de grêle, vous tomberez, Et la tempête éclatera.

Et voici, la muraille s'écroule! ne vous dira-t-on pas: Où est le plâtre dont vous l'avez couverte? C'est pourquoi ainsi parle le Seigneur, l'Éternel: Je ferai, dans ma fureur, éclater la tempête; Il surviendra, dans ma colère, une pluie violente; Et des pierres de grêle tomberont avec fureur pour détruire. J'abattrai la muraille que vous avez couverte de plâtre, Je lui ferai toucher la terre, et ses fondements seront mis à nu; Elle s'écroulera, et vous périrez au milieu de ses ruines. Et vous saurez que je suis l'Éternel. (ch.13 :10.14)


Vendredi 13 Mai 2016
Martin Edzodzomo-Ela
Vu (s) 326 fois



Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...