Connectez-vous S'inscrire
News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Maixent Accrombessi, un problème pour Ali Bongo en 2016 ?

l'info réelle 7J/7 - Info juste & Utile : News 7J/7 le Lundi 17 Février 2014 à 10:20 | Lu 3679 fois

Dire que le directeur de cabinet du chef de l’Etat suscite de la désaffection, de l’animosité et des questionnements est un lieu commun. Surtout qu’il a la haute main sur divers dossiers tels que le renseignement, le pétrole, les finances et que ses collaborateurs, à la marge de manœuvre étriquée, le qualifient d’arrogant et de hautain. Les Gabonais vont-ils tenir rigueur à Ali Bongo d’avoir donné des pouvoirs exorbitants à son directeur de cabinet au moment où se profile à l’horizon la prochaine élection présidentielle ?



Le cas Accrombessi, aurait-on pu titrer. Â bientôt 49 ans, Maixent Accrombessi, troisième directeur de cabinet du président de la République après Jean-Pierre Oyiba (octobre – novembre 2009) et Patrice Otha (novembre 2009 – janvier 2011), cristallise critiques et frustrations de toutes sortes. Que d’articles de presse, de chroniques, de commentaires et d’analyses sur celui qui est considéré par certains comme «l’homme le plus puissant de la République», et par d’autres comme «l’homme le plus détesté du Gabon !» De bonne soyrce, il y a quelques mois, des diplomates occidentaux avaient discrètement œuvré pour que l’intéressé fasse un «geste d’apaisement» -une démission- pour aider Ali Bongo. Sans succès.

Conflits et rapports difficiles avec les collaborateurs du Président

Dans certaines hautes sphères de l’Etat, Maixent Accrombessi est accusé d’avoir pris «le pouvoir que les Gabonais ont donné à Ali Bongo». Même au palais du Bord de mer -le palais de l’indiscrétion-, que de faits reprochés au directeur de cabinet !

En dehors d’un Conseiller Politique qui a laissé entendre que «les informations dont je dispose sont en contradiction avec ce que disent les médias, Accrombessi est tout juste rigoureux et méthodique», de nombreux collaborateurs relatent, dans le menu détail, les humeurs, les colères, les décisions prises par le directeur de cabinet pour se débarrasser de tel ou tel collaborateur, de marginaliser tel autre, de mettre au placard tel autre encore. Selon ces indiscrétions, ses rapports avec le Premier ministre Raymond Ndong Sima étaient exécrables.

On comprend dès lors pourquoi le chef de l’Etat a déclaré à l’hebdomadaire Jeune Afrique qu’il cherchait, depuis six mois, une «perle rare» pour le poste de Premier ministre. Ses relations avec le Secrétaire général sortant de la présidence de la République, Laure Olga Gondjout, n’étaient pas faciles non plus. En public, elles relevaient de la simple courtoisie, mais en privé, Maixent Accrombessi disait à ses interlocuteurs tout le mal qu’il pensait de celle qui est devenue Médiateur de la République -ce qui l’oblige à sortir du Comité permanent du Bureau Politique du PDG et à démissionner du Conseil municipal de Libreville.

Est-ce lui qui a voulu, en la faisant nommer à la Médiature, mettre Laure-Olga Gondjout définitivement sous l’éteignoir ? Beaucoup, à la présidence de la République, en sont convaincus. En tout cas, dans le journal en ligne Financialafrik.com, Maixent Accrombessi laisse dire qu’il travaille dix-huit heures par jour ; ce qui n’était pas le cas de Laure-Olga Gondjout. Alors, Laure-Olga Gondjout, une paresseuse ? C’est en tout cas ce qu’il laisse croire. Ses rapports avec François Engongah Owono, le prédécesseur de Laure Gondjout, étaient tout aussi compliqués, tout comme l’étaient ses relations avec Guy-Bertrand Mapangou, alors porte-parole de la présidence.

Il y aurait même eu un malentendu avec Sylvia Bongo Ondimba lorsque celle-ci avait décidé de révoquer l’épouse du dircab, Evelyne Diatta Accrombessi, de son poste de directeur de la communication de la Première Dame. Quelques semaines plus tard, Mme Accrombessi, d’origine sénégalaise, fut nommée Conseiller spécial du président de la République. «Même la Première Dame ne peut pas faire révoquer Accrombessi ou un de ses proches», s’indigne un Conseiller spécial du Palais.

Ses rapports avec d’autres personnalités ont aussi été conflictuels. On raconte qu’il avait voulu empêcher Vincent Lébondo Le-Mali, alors président de la Commission nationale de Lutte contre l’Enrichissement illicite, d’être reçu en audience par le chef de l’Etat, au motif que celui-ci n’était pas passé par lui pour obtenir cette audience. Des ministres en exercice ou récemment débarqués du gouvernement confient comment un jour, il leur a parlé au téléphone.

Sans la moindre courtoisie. Des directeurs généraux convoqués au Palais pour «se faire remonter les bretelles» avouent avoir été surpris par son manque de retenue verbale. D’anciens collaborateurs de Léon Paul Ngoulakia, alors secrétaire général du Conseil national de sécurité, affirment avoir vu leur chef craquer après une rencontre un peu musclée avec le dircab. Léon Paul Ngoulakia finira par être nommé directeur général de la Caistab. Était-ce une démission ? Un renvoi ?

D’autres sources indiquent qu’il suscite des articles de presse contre certaines personnalités de la République. Il faut dire qu’il serait adossé sur au moins une demi-dizaine de publications. Ses visiteurs de jour et de nuit indiquent qu’il a toujours un mot, une confidence, sur telle ou telle personnalité, et que généralement, il ne s’agit que d’opinions négatives. Des journalistes qu’il a rencontrés, l’année dernière à Paris, disent qu’il est insensible aux articles de presse qui le dépeignent négativement.

Ils disent aussi toute la haine que le dircab voue à Pascaline Mferri Bongo, sœur du chef de l’Etat, à Laure Olga Gondjout et à d’autres personnalités de l’entourage du président. En tout cas, très peu de collaborateurs osent l’affronter ouvertement, même lorsqu’ils sont en désaccord avec lui, comme ce Conseiller spécial qui voulait, chaque fois, déposer directement son parapheur au secrétariat particulier du président sans passer par le bureau du dircab pour y prendre son accord. «Rien ne va au bureau du président de la République sans passer par ici», l’a vertement recadré Maixent Accrombessi.

Quelques personnalités font partie de son «pré-carré»

On ne lui connaît que très peu d’amis. Le courant semble passer avec Liban Souleymane, le chef de cabinet du président de la République, Lee White, secrétaire permanent de l’Agence nationale des Parcs nationaux, Jean-Fidèle Adjahou Otandault, directeur général du Contrôle des Charges et des Ressources publiques, Clément Sossa Simawango, président de la Fédération Gabonaise de Boxe, Pacôme Moubélet Boubéya, Etienne Massard Kabinda, Magloire Ngambia et Yves Fernand Manfoumbi.

L’actuel ministre du Pétrole et des Hydrocarbures ferait aussi partie de son «pré-carré», ainsi que quelques responsables d’entreprises publiques. Ces personnes occupent des postes de prestige dans l’Etat et dans la nation. «Tous ceux qui sollicitent des faveurs du Palais du Bord de mer veulent le rencontrer pour lui faire du rentre-dedans parce que c’est lui le boss», concède un chargé de mission qui ajoute que «quand vous êtes dans ses bonnes grâces, vous pouvez regarder l’avenir en toute confiance et avoir la vie en rose».

Le «Patrick Buisson» d’Ali Bongo Ondimba ?

On constate toutefois depuis six mois que le directeur de cabinet du président de la République qui conserve toute son influence à la présidence se fait discret. Ce changement de comportement, cette conduite toute nouvelle, lui ont-ils été dictés par Ali Bongo, ou, après tout ce qui a été dit sur lui, le dircab veut-il apparaître sous un manteau sympathique ?

En tout cas, trois ans après son arrivée à ce poste, Maixent Accrombessi a, semble-t-il, décidé de changer. Mais face à toutes les critiques que semble concentrer sur lui l’intéressé, Ali Bongo ne se retrouvera-t-il pas, en août 2016, face à un «mur du refus» ? Car si tout ce qui se dit sur son dircab n’est pas vrai, tout n’est pas faux non plus. Maixent Accrombessi est-il le «Patrick Buisson» d’Ali Bongo ? Patrick Buisson est le Conseiller qui fit battre Nicolas Sarkozy pour lui avoir conseillé de «droitiser» sa campagne en mai 2012.

Gabonreview

Lundi 17 Février 2014
Info juste & Utile : News 7J/7
Vu (s) 3679 fois




1.Posté par AFRIQUIYA le 17/02/2014 10:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous, gabonais, sommes un peuple bizarre! Nous passons notre temps à critiquer, à dénoncer, à parler de ce qui ne va pas dans notre pays, mais nous sommes incapables de nous mobiliser pour faire bloc contre les ennemis de notre pays : les ennemis intérieurs (le PDG et sa clique de prédateurs qui pillent le pays et assassinent le peuple); les ennemis extérieurs (l'impérialisme français qui est le véritable mal du pays depuis des siècles).
Pourquoi sommes nous incapables de nous libérer?
1°) D'abord par lâcheté. Oui nous sommes des lâches et c'est pourquoi nous refusons de voir les choses en face pour ne pas prendre nos responsabilités.
2°) Nous sommes tous des tribalistes à 100%. Ceci explique pourquoi nous ne voulons pas nous mobiliser contre la dictature actuelle. Certains d'entre nous sont prêts à faire appel à ceux qu'ils appellent les étrangers pour assassiner leurs propres compatriotes. Où a-t-on vu cela à part au Gabon?
Arrêter de critiquer ce monsieur de la présidence si vous ne sommes pas prêts à renverser la dictature du Gabon. Je risque de croire ceux qui disent du mal de cette personne le font par simple jalousie. Si c'était par rejet de la politique du régime actuel, nous nous serons déjà mobilisés pour le renverser. Ce ne sont pas les moyens qui manquent.
Si les prétendus leaders de l'opposition travaillaient pour le peuple ils auraient déjà pris leurs responsabilités pour organiser une Grande Conférence Nationale Souveraine, sans le PDG, mais avec le peuple gabonais.
Mais puisque c'est la France qui fabrique les rois africains depuis 1960, ils attendent que Paris donne son accord pour renverser la dictature actuelle.
Si nous ne sommes pas des LÂCHES, si nous ne sommes pas des TRIBALISTES, et si les leaders de l'opposition travaillent pour le peuple gabonais, mobilisons nous et organisons notre Conférence Nationale Souveraine (CNS) en mars 2014 avec les forces patriotiques et progressistes :
- Les partis politiques de l'opposition;
- Les syndicats;
- Les associations;
- La société civile.
Avec ou sans l'accord du régime, nous prendrons d'assaut une salle ou un des stades de football de la capitale. De ce grand forum national sortira un programme politique et un projet de société qui auront l'adhésion de tous. Ce sera aussi la preuve que nous sommes capables, ensemble de trouver des solutions pour notre cher Gabon!
Si nous ne sommes pas d'accord avec ce régime, pourquoi attendre 2016 tout en sachant qu'il ne rendra pas le pouvoir au peuple? Pourquoi attendre 2016 quand nous savons que les impérialistes français feront tout pour maintenir le régime actuel?
C'est nous qui allons faire la gloire de notre pays, c'est nous qui allons faire sa fierté! Si nous attendons 2016, c'est parce que nous reconnaissons la légitimité de ce régime. Alors pourquoi le critiquer?
UNIS, NOUS VAINCRONS!
VAINCRE OU MOURIR, SEULE LA LUTTE LIBERE!
LA PATRIE OU LA MORT, NOUS VAINCRONS!

2.Posté par 3ekale le 17/02/2014 11:11 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Poste1 j'ai pas pu lire tout ton com mais xui dak avc toi même si toi aussi tu denonce comme tout bon gabonais...sinon la xuite c'est koi???

3.Posté par ngwala le 17/02/2014 12:40 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Poste1, je suis d'accord avec toi. La pertinence de ton propos me convainc de la nécessité d'une action vigoureuse pour la libération de notre pays.

4.Posté par ngwala le 17/02/2014 12:43 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous n'allons pas continuer à pleurnicher sans rien faire pour que les choses changent en du peuple.

5.Posté par ngwala le 17/02/2014 12:44 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lire en faveur du peuple.

6.Posté par Karl HIBOU le 17/02/2014 14:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi je suis d'accord avec l'emploi de cet Monsieur comme DC du PR. Une telle stratégie peut relever de l'Assistance publique internationale d'origine africaine et est par expérience garante de plus d'efficacité que l'emploi des autochtones,surtout dans le contexte du Gabon actuel où le'' m'as-tu-vu'' l'emporte le ''résultat positif au poste,objectivement observable''.

7.Posté par AFRIQUIYA le 17/02/2014 21:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Poste 2, je ne suis pas leader politique, mais simple citoyen qui a risqué sa vie en 1990, 1991 et 1992. Je ne me contente donc pas de dénoncer, je suis en faveur d'une action forte contre ce régime pourri qui opprime notre peuple! Je dis tout simplement que nous devons nous unir pour que les choses changent au Gabon. Mais cela me semble encore difficile à l'heure actuelle parce que nous sommes des tribalistes à 100%.

8.Posté par 3ekale le 18/02/2014 00:03 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hasta siempre que viva la revolucion!!!

9.Posté par le Gabonais le 18/02/2014 14:03 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au minable Karl Hibou @post 6.
Franchement si toi tu es si minable et incompetent au point de louer les services d''un ancien demarcheur immobilier beninois,sache que nous au Gabon on a des tetes pleines et bien faites capables d''etre Directeur de Cabinet. Le pb est que ce machin d''ali ben n''etant pas gabonais il fait la promotion de ses freres ouestafricains.

10.Posté par Motu Mabé le 18/02/2014 14:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@9.Posté par le Gabonais

Ce que vous dites relève de la fantasmagorie,Monsieur. Faire travailler les ouestaf(,comme vous les nommez,) comme actuellement est une continuité de ce qui a commencé dans l'enseignement, les transports,le commerce de proximité,la pêche , et ça a bien marché.

Ali nous démontre que une nouvelle façon de gérer un pays est possible et plus efficace sans forcément passer par les Nkolo Mbokas (Böng Nnam chez les fangs) aux postes stratégiques.


Si vous êtes vraiment le Gabonais,apprenez d'abord à pratiquer la pêche et alimenter nos marchés


Soyons de bonne foi monsieur le Gabonais!

11.Posté par romabiko le 19/02/2014 08:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
que tu bla bla vous attendez quelle action pour vous mobiliser, Marc ONA et Pasteur Tomo ont inviter les gens à se faire enregistrer pour à nzeng ayong pour la conférence national certaines personnes sont venues peut être vous étiez dedans et les autres, actuellement y'a une pétition sur le net pour une plainte contre Gémalto combien l'on signé ya des gens qui ont tous essayer et qui continue comme Marc Ona et Grégory ont fait et fond des choses j'espère que la prochaine fois vous serai là

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

NOUVEAU ! NOUVEAU ! Petit moteur de recherche de produit sur chaque mot souligné de nos articles, faites un test c'est gratuit !

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 17 Novembre 2017 - 04:32 Gabon - Jeûne national : L’appel de Ben Moubamba

Flash Info Résistance | Politique | Société | Economie | Art Sponsorisés | Scandale | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Société Civile | CAPPO | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Infos Plus | Education Nationale | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Ogooué Ivindo | Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame








Sport... !

Les Articles les plus lus

Démangeaisons : qu'est-ce que ça cache ?

0 Commentaire - 13/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Pourquoi la bière fait - il tant uriner ?

0 Commentaire - 24/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

»Le destin m’a condamné à la stérilité »

0 Commentaire - 04/06/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

» Notre histoire d`amour qui a bouleversé ma vie”

0 Commentaire - 27/09/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Cet accessoire qui peut vous aider à dormir plus vite

0 Commentaire - 10/07/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Savoir Bien Vivre...

La Femme Emancipée

Incroyable !