News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Mairie de Libreville : intronisation aujourd’hui de la «Reine Christiane»

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Vendredi 7 Février 2014 à 06:46 | Lu 6209 fois

C’est aujourd’hui en fin de matinée que Rose Christiane Ossouka Raponda prend officiellement ses fonctions de Maire de Libreville. Son tandem avec Jean-Boniface Assélé va-t-il bien fonctionner jusqu’au terme de son mandat ? Avec quelle équipe va-t-elle affronter les travaux d’Hercule qui l’attendent ?



Précédemment ministre du Budget, des Comptes Publics et de la Fonction Publique, Rose Christiane Ossouka Raponda -la «Reine Christiane»- sera officiellement installée en cette matinée du 7 février 2014 à l’Hôtel de Ville de Libreville. La cérémonie qui verra la présence du Premier ministre Daniel Ona Ondo sera présidée par le nouveau Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de l’Immigration et de la Décentralisation, Guy-Bertrand Mapangou.

On ne sait pas si elle va lire son discours-programme à cette occasion ou si elle attend de le faire devant le Conseil municipal dont la première session est annoncée pour les prochains jours. Mais, en tout cas, elle sait que, pour ce mandat de maire qui court jusqu’en décembre 2018, elle n’aura pas d’état de grâce.

Les chantiers qui attendent Ossouka Raponda sont, en effet, immenses et nombreux. Il s’agit d’abord de faire un audit sur la ressource humaine de la Commune de Libreville. Combien d’agents faut-il pour assumer telle ou telle tâche à l’Hôtel de Ville et dans ses démembrements ? L’audit pourra l’aider, non pas à licencier des agents, mais à les redéployer. Elle, l’ancienne ministre de la Fonction Publique, sait faire. Le nouvel édile de Libreville va-t-elle garder les neuf directions générales que compte la mairie ? Il lui faudra ensuite fixer les attributions de ses adjoints.

Que va faire Jean-Boniface Assélé ? Les finances ? Les infrastructures ? Que va faire Christian Ngoua, son deuxième adjoint et seul originaire de Libreville comme elle ? Les marchés ? La lutte contre l’insalubrité ? Quelle attribution aura Marie-Cécile Lembémé, la troisième adjointe ? On dit de cette originaire d’Omoï dans le Haut-Ogooué, précédemment adjoint au maire du 5e arrondissement de Libreville et nantie d’une réputation de femme dynamique. Les Affaires sociales ?

Les Sports ? Quelle attribution donnera-t-elle à Julien Gaillard Assoumou, son quatrième adjoint ? Cet originaire du Woleu-Ntem issu du CLR aura-t-il les Relations internationales ? Et que fera Nicaise Sickout Inguendja, le cinquième adjoint, issu lui aussi des «écuries Assélé» ? La Culture ? La Jeunesse ?

La «Reine Christiane» va-t-elle se faire «apprivoiser» par Jean-Boniface Assélé ?

L’opinion se demande en réalité si le nouveau chef de l’Hôtel de Ville de la capitale gabonaise ne va pas se laisser tondre la laine sur le dos par Jean-Boniface Assélé qui, en faiseur de roi à la mairie de Libreville, pourrait passer son temps à se consacrer au chantage pour la faire craquer. Ce sont des supputations qu’on entend ici et là à Libreville, et notamment au 3e arrondissement, leur fief commun.

Un hebdomadaire gabonais a récemment titré à la une : «Jean-Boniface Assélé, le vrai Maire», estimant que l’ancien ministre des Travaux Publics «avait réussi le coup parfait, celui de prendre l’Hôtel de Ville de Libreville», et ajoutant que «Rose Christiane Ossouka Raponda va peut-être rouler carrosse, mais elle ne verra que du feu». En tout état de cause, il est un fait notoirement connu : Jean-Boniface Assélé rêve de l’Hôtel de Ville de Libreville depuis sa première sortie du Gouvernement en février 1990.

Et l’opinion se doute bien que, parvenu au poste de premier adjoint au maire, cet homme âgé de 75 ans pourrait se montrer entreprenant, voire très embarrassant et très encombrant, pour le nouvel édile. Celle-ci, bien que n’étant plus tout à fait jeune -51 ans dans quatre mois- et bien que disposant d’une expérience relative aux affaires, a parfois donné l’impression, lors de son passage au Budget, que sa marge de manœuvre était très étroite face à certains collaborateurs.

Un cas notoire est celui du directeur général du Budget qui s’était permis, sans prendre les instructions auprès de sa hiérarchie et de l’autorité politique qu’elle incarnait, d’appeler la presse pour annoncer les nouvelles mesures prises à propos des missions officielles des agents de l’Etat à l’étranger et celles relatives à l’harmonisation des véhicules de service dans les administrations. C’était pourtant au ministre de le faire.

Malgré ce signe d’insubordination, le DGB était resté à son poste, et cela avait quelque peu écorné l’image de Rose Christiane Ossouka Raponda. Car, quelques années auparavant, un autre ministre, Léon Nzouba, à son arrivée au département de la Santé, avait, face à la campagne de communication de son collaborateur Stéphane Germain Iloko, alors Inspecteur Général de la Santé, viré celui-ci de son poste pour le nommer Conseiller chargé des Questions pharmaceutiques. Mais peut-être se trompe-t-on sur elle, après tout !

Femme à poigne ? Main de fer dans un gant de velours ?

Si elle est vraiment une femme à poigne, la «Reine Christiane» va devoir le démontrer très vite en fixant son territoire. Tout en faisant montre d’une diplomatie savamment dosée, il va lui falloir montrer assez rapidement qu’elle est la patronne de l’Hôtel de Ville et qu’elle n’entend pas se laisser dicter la conduite à tenir par quiconque. Il va falloir aussi que, par elle, le PDG démontre qu’il ne va pas tout céder au CLR à la mairie de Libreville !

Si le Général à la retraite prend, par exemple, le dossier des Infrastructures, il va, comme à son habitude, ouvrir de nouvelles voies (routes) dans les quartiers enclavés, et il va, comme à son habitude aussi, s’approprier de nouvelles parcelles pour sa parentèle. «Jean-Boniface Assélé ne fait jamais rien pour rien», se désole un jeune entrepreneur à qui le nouveau premier adjoint au maire avait chipé une parcelle dans la zone d’Agondjé. Dans cette zone, Assélé avait octroyé, par pancartes interposées, des parcelles à ses enfants et à ses neveux.

Rose Christiane Ossouka Raponda devra également s’entourer d’une nouvelle équipe de collaborateurs compétents à son Cabinet, celle du ministère du Budget conduite par Aimé Yembit s’étant montrée trop vite dépassée par les dossiers. Certaines sources du ministère du Budget affirment qu’Aimé Yembit avait démontré son goût pour le cumul -il était membre de nombreux Conseils d’administration d’entreprises publiques- sans pour autant démontrer qu’il était efficace dans le traitement des dossiers que lui envoyait le ministre.

Les mêmes sources indiquent qu’il était très peu productif, sans omettre de dire qu’il se montrait peu courtois et souvent indisponible quand il fallait recevoir les usagers, les chefs d’entreprise, les partenaires du ministère du Budget. Ses rapports avec d’autres responsables du ministère étaient notoirement connus comme exécrables.

Ce directeur de cabinet et certains Conseillers donnaient l’impression d’être plus chargés que la ministre elle-même ! Ils se rendaient invisibles. Impossible de les approcher ou d’être reçu par eux. Où nous mène donc la technocratie ministérielle ? «Si c’est cette même équipe qui s’installe avec elle aujourd’hui à l’Hôtel de Ville, comme cela se susurre, il y a des risques que l’action du nouveau Maire soit vouée à l’échec !», prédit un responsable du ministère du Budget.

Transformer Libreville-les-poubelles en une ville coquette

Il est cependant à souhaiter, pour Libreville, que l’action de son nouvel édile ne soit pas annihilée par les crocs-en-jambe en tout genre. Il lui faut se mettre à l’écoute des agents, se mettre à l’écoute des syndicats. «La «Reine Christiane» doit réussir son mandat pour le bien de tous les Librevillois», affirme un habitant du troisième arrondissement. D’autres Librevillois attendent d’elle des actions concrètes dès sa prise de fonction. Même si les problèmes de l’eau et des routes relèvent de l’Etat, les habitants des «quartiers sinistrés» espèrent qu’elle portera, comme le ferait un député, ces problèmes pour leur résolution.

En tout cas, lors de sa première déclaration à la presse, le 26 janvier dernier, après son élection par les seuls Conseillers municipaux PDG et CLR, elle s’était engagée à commencer à faire bouger les lignes dans les cent prochains jours. Et son programme qui comporte vingt-deux projets et une cinquantaine d’actions est très attendu par les 800.000 Librevillois.

Car, après «les cinq années Ntoutoume-Emane», la capitale gabonaise a besoin d’un réel rafraîchissement, d’une bonne cure de jouvence. Et puisque certaines indiscrétions affirment qu’un «vrai budget» sera mis à sa disposition pour travailler, il lui faudra doter Libreville d’infrastructures -tels que des cimetières, des passages à niveau pour piétons, des parcs ou espaces de détente…- dignes d’une capitale de pays pétrolier.

Gabonreview

Vendredi 7 Février 2014
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 6209 fois




1.Posté par Mbamby le mbamby le 07/02/2014 11:44 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour quoi vous n'allez pas mettre cette modite cérémonie en direct a France 24? pour confirmer aux yeux du Monde que la honte pour vous à été vendue aux chin. Vous êtes même incapable de respecter la loi. Pour quoi a Gamba le Maire n'est-il pas connu? On cherche toujours a imposé quelqu'un contre la volonté du peuple, la fin de votre règne est proche cela peut s'exprimé par Nombreuses agitations dans votre camp.

2.Posté par Karl Hiboux le 07/02/2014 14:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ça va impitoyablement barder!!!!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...