News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Locales 2013 : l’indéniable tour de force de l’Union nationale

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mardi 7 Janvier 2014 à 10:55 | Lu 1470 fois

Ayant participé aux dernières élections dans les conditions qui sont les siennes (incapacité juridique, contradictions internes et absence de son leader charismatique), la prohibée Union nationale n’en a pas moins démontré qu’elle reste une force politique d’importance, la deuxième après le parti au pouvoir. On devrait reconnaitre que ce parti dissous est un défi pour la démocratie et l’Etat de droit au Gabon. Flashback furtif sur un tour de force inattendu.



Les analyses et les commentaires de la préparation, du déroulement et des résultats des élections locales de 2013 ne sont pas prêts de finir. Et chaque jour qui passe est l’occasion de se questionner, à travers ces commentaires et analyses, sur l’état de la démocratie et de l’Etat de droit au Gabon.

Le cas Union Nationale (UN, parti politique prohibé) est à ce sujet fort éloquent. Ce Parti politique a été dissous au lendemain de l’expression politique d’André Mba Obame qui, le 25 janvier 2011, a dénoncé publiquement les résultats officiels de l’élection présidentielle du 30 août 2009 en simulant, au siège de l’Union nationale, une cérémonie de prestation de serment en sa qualité dit de «président élu» qu’il n’a eu de cesse de revendiquer.

On notera qu’à ce jour, aucun jugement n’a été prononcé contre André Mba Obame et aucune action en justice n’a été initiée contre l’UN, les dirigeants de l’«ex-UN» ou les responsables politiques présents à cette manifestation, dont Jules Aristide Bourdès Ogouliguendé, Benoît Mouity Nzamba, Luc Bengone Nsi, Eric Morau Nguema en leurs qualités de responsables de leurs formations politiques respectives. Malgré cela, l’UN qui avait été dissoute dans la précipitation par le gouvernement a été confiné dans ce statu quo. Les fonctionnaires, membres du gouvernement formé à cette occasion par André Mba Obame sont suspendus de salaire, sans qu’aucune action disciplinaire ou judiciaire n’ai été initiée à leur encontre.

Lors de l’opération d’enrôlement des électeurs pour la constitution du nouveau fichier électoral dit biométrique, les observateurs ont pu noter l’effet d’entrainement qu’a eu l’appel d’André Mba Obame qui a invité les citoyens à se faire enrôler une semaine avant la date initiale de fin de l’opération. Alors que les centres d’enroulement étaient vides depuis le début de l’opération, les citoyens s’y sont rendus massivement, comme en réponse à l’invite de Mba Obame, confirmant ainsi le poids politique incontestable de celui-ci.

La participation de l’UN aux élections locales du 14 décembre 2013 s’est faite dans des conditions particulièrement défavorables pour cette formation politique dissoute. Tout d’abord, n’ayant plus de capacité juridique, c’est en qualité d’indépendant que les militants se sont présentés aux électeurs. Ensuite, l’opportunité de la participation aux élections demeure, selon des sources proches de cette formation politique, un sujet de fracture entre ses sociétaires.

C’est donc divisé sur la participation à ce scrutin que cette formation s’est présentée aux élections de décembre dernier. On ne manquera pas de noter, enfin, l’absence d’André Mba Obame. Hors du Gabon depuis plusieurs semaines pour raison de santé celui-ci n’a en effet pas pu apporter à sa formation politique sa forte capacité de mobilisation lors de la campagne électorale.

Défiant littéralement le gouvernement, bien que privé de la capacité juridique d’un parti politique, un certain nombre d’acteurs de l’UN se sont présentés sous leur identité politique devant leurs concitoyens. Ils ont ainsi présenté 43 listes sur 122 possibles sur toute l’étendue du territoire. Ces listes indépendantes était toutes identifiables à travers la devise, «Le Gabon pour Tous», du parti dissout qui pour l’occasion étaient adaptée à chaque localité. On retrouvait ainsi des listes Libreville pour tous, Oyem pour tous, Mbigou pour tous, etc. qui n’étaient autre que les listes de l’Union nationale.

Au résultat, l’UN se retrouve être la première force politique du Gabon hormis le PDG pour des raisons évidentes qui tiennent à ses moyens d’action. En 2008, lors des dernières élections locales, l’UGDD qui était le grand vainqueur de ce scrutin ne comptabilisait que 173 élus et 18.517 suffrages tandis qu’en 2013, l’Union nationale, malgré tous ces handicaps est parvenu à totaliser plus de 230 élus et plus de 32.000 suffrages.

Quel aurait donc été le résultat si l’UN disposait de sa pleine capacité juridique ? Si la participation aux élections avait fait l’unanimité dans ses rangs ? Si son leader charismatique, André Mba Obame, s’était trouvé en capacité de battre campagne comme il le fit en juin 2010 lors des élections législatives partielles qui avaient vu cette formation politique emporter la majorité des sièges en jeu ?

Les observateurs à ce propos sont unanimes pour reconnaitre que Michel Delbrah, candidat de l’UN au 4e arrondissement de Libreville, Francis Aubame au 3e arrondissement et Radegonde Djenno au 6e arrondissement, auraient permis à Jean Eyéghé Ndong de remporter la majorité absolue des conseillers municipaux pour la conquête de la mairie de Libreville.

Est-il possible donc de continuer à faire comme si ces résultats ne posaient pas un problème de représentation démocratique au Gabon ? Le maire d’Oyem sera, à n’en point douter, un membre de l’Union nationale. La mairie de Libreville pourrait-être dirigée par le vice-président de l’UN. Plusieurs sénateurs seront, lors de la prochaine législature des membres de cette formation politique dissoute.

Comment le président Ali Bongo et son gouvernement se sortiront-ils de cette situation intenable qui veut que la capacité juridique soit refusée à une formation politique qui est de loin la première force politique de l’opposition et la principale force politique du pays. Comment se présenter en démocrate devant les Gabonais et devant la communauté internationale lorsqu’on est en train de créer une nouvelle «ANC» dans son propre pays ?

Comment le gouvernement expliquera-t-il que le Gabon est une démocratie et un Etat de droit aux 2.129 électeurs qui, à 43,56%, ont voté pour Memine-Me-Zue à Bitam alors que ce dernier, ancien proviseur et professeur de Lycée, est privé de salaire depuis bientôt 36 mois au motif qu’il se réclame de l’Union nationale ?

Si à la lumière de ces résultats, les élections locales du 14 décembre 2013 pouvaient se révéler être le juge de paix dans le conflit qui oppose l’Union nationale et le pouvoir depuis la création de ce parti politique, ce serait déjà cela de gagner pour le Gabon.

Gabonreview

Mardi 7 Janvier 2014
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1470 fois




1.Posté par murucocu le 07/01/2014 08:34 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très bonne analyse pour vu que le pouvoir établi le comprenne

2.Posté par Oréma le 07/01/2014 10:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je confirme que c'est une très bonne analyse avec les questions que nous nous posons tous. L'UN est une force politique qui sur le terrain écrase le pdg. Jusqu'où les pédégistes comptent aller pour continuellement tripatouiller les résultats des urnes? Et comment espèrent-ils toujours représenter des électeurs qui ne les ont pas choisis oh?

3.Posté par Q2TAMR le 07/01/2014 23:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Super Cocufieur et Wonder Cocufieuse ont un fils : l'Union Nationale. Kia Kia Kia

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...