News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Lettre ouverte à l’opposition gabonaise dans toutes ses composantes

Le site de la Liberté - Lyric Eden le Mercredi 19 Août 2015 à 19:46 | Lu 508 fois



Respectables et nobles fils et filles du Gabon,
Nous vous saluons très respectueusement en vos rangs et qualités.
Loin de nous, la prétention outrancière de donner des leçons aux hautes personnalités que vous êtes. Notre déférence et notre admiration à l’égard de chacun demeurant intactes. Cependant, nous avons aussi le devoir de nous adresser aux leaders d’opinions que vous êtes afin de vous partager en retour, en toute simplicité, notre humble regard sur la situation de notre pays à tous. Ne dit-on pas qu’on a toujours besoin de l’avis d’un plus petit que soit ? Quand elle a l’ambition d’être constructive, toute critique est toujours utile à qui sait se montrer ouvert et réceptif.

Comment ne pas reconnaître, d’entrée de jeu, la noblesse et la grandeur des idéaux que vous défendez : paix, justice sociale, liberté, souveraineté, patriotisme, respect de nos valeurs socioculturelles, égalité des chances, développement, vérité, démocratie et alternance. Nous apprécions à sa juste valeur, la réserve, la mesure et le sens des responsabilités de bon nombre d’entre vous. Nous nous inclinons avec dévotion devant la mémoire d’André MBA OBAME, ce digne fils du Gabon qui a évité le pire à ses compatriotes au soir de 2009 en préférant la résistance pacifique à la lutte armée. Son départ matinal nous a tous plongé dans la consternation et la douleur. Que Dieu ait son âme et qu’il repose en paix !

Aujourd’hui, vous avez l’immense responsabilité de poursuivre le combat de la démocratie avec la même détermination, le même engagement et le même attachement pour la préservation de la paix, de la cohésion et de l’unité nationale. Vos appels au dialogue national inclusif, ou à l’organisation d’une seconde conférence nationale souveraine, sont salués par une bonne partie de la Nation. Cela montre à suffisance votre fidélité à ces idéaux qui ont forgé la conscience politique de la majorité des gabonais durant plus de 4 décennies : Dialogue, Tolérance et Paix. Le PDG demeurant de 1967 à 1990 et même au-delàs, la matrice politique qui a formé la plus part d’entre vous. Du reste, vous assumez avec une certaine pointe d’honneur toutes ces années passées au service de ce parti et de sa ligne d’action. L’histoire vous en saura gré entre ombres et lumières, chacun récoltant les fruits qu’il aura semés dans ce contexte particulier du parti unique.

Pourtant, eu égard aux atermoiements du pouvoir, parmi vous, l’opinion reste encore divisée entre les indulgents et les partisans de la terreur. Entre ceux qui souhaitent une candidature unique de l’opposition et ceux qui veulent faire cavalier seul ou encore ceux qui ne croient pas à une alternance par les urnes et préconisent plutôt un soulèvement populaire. 2016, c’est maintenant. Il faut donc situer les esprits des compatriotes. La nation gagnerait beaucoup à ce que vous harmonisiez vos points de vue encore trop divergents. « Et, si la complicité et la cohésion des meetings et des marches de protestations ne l’étaient que de façade ? » S’interroge-t-on dans les bas quartiers. La démocratie autorise le multipartisme et la diversité d’opinions mais un moment donné il faut craindre de traverser le Rubicon de Babel, où chacun parle pour lui-même et à lui-même sans pour autant communiquer avec les autres.

Par le passée, en effet, cette cacophonie des forces de l’opposition à souvent tourné au folklore en plongeant vos nombreux partisans dans la désillusion et le désespoir. Beaucoup n’y croient plus ou s’emmurent dans l’attentisme et l’immobilisme. Certains ont vécu de véritables drames dans leur chair et dans leur mental. Les victimes ne se comptent plus aujourd’hui dans un pays aussi sous peuplé que le nôtre. La fracture sociale n’est que trop perceptible entre vous et la base.

Partis de bon heure pour défendre les intérêts du peuple, plusieurs d’entre vous se sont livrés pieds et mains liés au jeu du pouvoir et des ambitions bassement pécuniaires et égoïstes. Désabusé, le peuple gabonais n’a eu que ses yeux pour pleurer en maudissant le ciel de leur avoir fait confiance. Leur place au soleil assurée, ils n’ont plus eu l’élégance et la loyauté de revenir vers la base ne serait-ce que pour la saluer et lui dire : « merci » !
Pendant que vous vous barricadez dans vos villas cossues et télé surveillées, le peuple, lui, s’expose à l’insécurité et aux intempéries, en toutes saisons, dans des masures de fortunes plantées ici et là au cœur du désordre cadastrale des quartiers sous intégrés, les Mapanes et les Matitis.

Dans cette masse populeuse et confuse, des doutes planent sur votre réelle volonté de changement. Surtout que la plus part d’entre vous, en bons profito-situationnistes, se sont déclarés opposant à l’heure où certains privilèges et positions leur étaient retirés. Sans parler de ces nombreux partis alimentaires et fantoches. Qui n’ont de parti qu’un nom pompeux et mystificateur. De quel droit devrons-nous donc vous servir de prétexte ou de rempart du désespoir quand nous sommes exclus des arrangements et conciliabules nocturnes où se fume le calumet de la paix entre vous et le pouvoir ? Nous en voulons pour preuve : la conférence nationale de 1990, les Accords de Paris de 1994, la trêve sociale en 2009, pour ne citer que ces quelques messes aux dessous obscurs entre les Braves. Nous en venons alors à douter de votre sincère capacité à accepter de perdre quelques prérogatives que se soient pour le salut national. Chacun pour soi, Dieu pour tous ?

Nous entendons parler d’une « démocratie de la rue ». Quelles femmes, quels enfants enverra-t-on mourir dans la rue quand on a soi-même mis les siens à l’abri loin des frontières nationales ? Les poitrines de quels jeunes exposera-t-on aux grenades quand on porte soi-même un gilet par balles ? Qui enverra-t-on au suicide lorsqu’on compte soi-même se réfugier dans une ambassade quand s’allumeront les braises de la répression sanglante ? Qui organisera et exécutera le soulèvement quand on est soi-même en cagoule derrière un pseudonyme guerrier à des années lumières du front ?

D’autres questions subsistent : faut-il aller aux élections en 2016 contre l’actuel chef d’Etat ? Faut-il dialoguer avec Ali Bongo ? Pour les uns, 2016 se fera sans Ali Bongo, le parjure. Pour d’autres, il n’y aura pas dialogue possible avec Ali Bongo, le fils adoptif d’Omar et sa légion étrangère. Le Gabon aux gabonais ! Cependant, la grande incohérence est que c’est le même Ali Bongo qui est chargé d’organiser et les élections de 2016 et le fameux dialogue national inclusif ou encore la Conférence nationale souveraine. Nous avons un peu du mal à nous retrouver.

L’école gabonaise se meurt à petit feu. Le régime Bongo-PDG a certes sa part non négligeable de responsabilité. Cependant, plusieurs parmi vous ont aussi apporté leur petite pierre à l’édifice. Au Gabon, nous ne manquons pas d’experts et d’intellectuels de très haut vol. Mis à part quelques uns qui le font déjà si bien, combien parmi vous aurez pu aussi partager un peu de leur savoir avec les jeunes en consacrant un peu de leur temps à l’enseignement et à la formation? Et combien parmi vous écrivent, dans quel domaine de la science et selon quelle fréquence ? Pourtant vous ne manquez pas de diplômes et d’expertise en tous genres.

Respectables et nobles fils et filles du Gabon, nous vous avons parlé avec le cœur grand ouvert et sans fioritures. Notre objectif étant de vous dire tout haut ce que beaucoup d’autres compatriotes susurrent tout bas sur votre dos. Voici le Gabon, il est vôtre, il est nôtre. Demain sera ce que nous aurons décidé d’en faire : la paix ou la guerre ? Les émeutes ou le dialogue ? Un Etat sauvage ou le lieu d’un véritable Contrat Social ? La loi de la rue ou la voix du droit et de la démocratie ?

Votre très dévoué,

Lyric Eden

Mercredi 19 Août 2015
Lyric Eden
Vu (s) 508 fois




1.Posté par Le biggy le 21/08/2015 06:23 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tres interessant. Nos leaders devraient méditer dessus. C''est vraiment profond et reflete la réalité gabonaise. Le pouvoir fait desordre, l''opposition aussi et c''est le peuple qui subit. Pouvoir et opposition, leurs enjeux et priorités sont ailleurs

2.Posté par Jean Lacroix Dibangoye le 23/09/2015 22:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Urgent: Et si Jean Ping était le pion du PDG pour diviser l’opposition?

Il a réussi sa mission, celle de semer le trouble au sein de l’opposition gabonaise. Avant son arrivée dans ce regroupement politique, l’opposition présentait une face unie et l’Union nationale semblait être le parti de l’opposition susceptible de ramener tout le monde à une position commune. Mais cela ne pouvait pas continuer comme cela. Il a fallu l’arrivée de Jean Ping pour semer la discorde au sein du groupe. D’abord l’opposition gabonaise était une opposition d’idées, elle se réunissait pour partager des idées en vu d’une alternance et mettait en place un calendrier d’actions. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas.

L’opposition d’idées est morte pour laisser place à celle de l’argent. L’argent est maintenant le maitre mot pour être le leader de cette dernière. En plus de l’argent, le mépris de la hiérarchie et la technique du cavalier seul. Les langues se délient maintenant au sein du pouvoir et de l’opposition. Apparemment le beau-frère d’Ali Bongo (Jean Ping) aurait eu pour mission de diviser l’opposition avec la promesse de la Présidence d’une institution en cas de victoire. Ces mots viennent d’un haut responsable de l’administration gabonaise qui l’a confié à une de ses maîtresses, cette dernière l’a répété à un responsable politique de l’Union nationale.

Mais avant cette révélation, Zacharie Myboto avait déjà soupçonné Jean Ping de servir la cause du PDG en agissant comme il le fait. “Nous avons la preuve que Jean Ping est un pion du système PDG qui veut détruire l’opposition et sa mission est presque déjà accomplie”. Il a divisé l’Union nationale qui était la base de l’opposition gabonaise, maintenant il y a des pro-Myboto et des pro-Ping dans un parti dont il n’est même pas membre. Il divise l’UPG en achetant certains leaders de ce parti qui sont allés jusqu’à fabriquer une banderole qui adoube Jean Ping, et le plus choquant est que cet

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...