News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Lettre ouverte à Léon-Paul Ngoulakia et à Christian Bongo, mes frères au service du Gabon

Le site de la Liberté - Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou le Mardi 1 Mars 2016 à 00:00 | Lu 4772 fois

Dans la présente lettre qui vise à faire partager le souci de défendre la vérité pour le Gabon, Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou, juge gabonais en exil, militant africain des droits humains, fondateur de l’Internationale démocrate (…), sollicite de la bienveillance de Léon-Paul Ngoulakia et Christian Bongo « l’accord total » pour le parrainage du mouvement citoyen « Liberté pour la France et le Gabon » et la présidence, par Christian Bongo, de ce mouvement, la co-présidence devant être assurée par un Français.
Par ailleurs, Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou indique que Jean Ping est son candidat à la prochaine présidentielle, mais il doit attendre (…).



Lettre ouverte à Léon-Paul Ngoulakia et à Christian Bongo, mes frères au service du Gabon
Yaoundé, le 29 février 2016
Objet : La vérité pour le Gabon

Chers Léon et Christian,

J’ai l’honneur de vous adresser mes vifs encouragements et de vous faire partager le souci de défendre la vérité pour le Gabon.

J’imagine votre surprise et j’implore votre indulgence afin que vous puissiez accepter de porter une attention particulière à la présente lettre.

J’ai 55 ans. Je suis en exil, avec ma femme et mon fils, depuis près de 7 ans. J’ai fui mon pays après la dernière présidentielle. Je souhaiterais rentrer au Gabon dans les meilleures conditions possibles.
Je suis en quête de vérité pour le Gabon, la vérité (le vrai, la lumière sur les affaires) qui est la source de la justice qui elle-même est la source de la paix.

Avant de continuer, je voudrais évoquer, pour le condamner, l’incendie criminel (si un crime a été commis) d’un local du président Jean Boniface Assélé, votre oncle.

Comme vous le savez, l’assassin n’est jamais loin et si un crime a été commis, il ne peut profiter qu’aux ennemis du Gabon et de son unité dont Léon-Paul Ngoulakia est l’un des apôtres.
Cela étant dit, je souhaiterais vous faire partager le souci de défendre la vérité pour le Gabon et finalement la paix si chère au président Omar Bongo Ondimba (paix à son âme), notre père.

Il se trouve que la question des origines de Monsieur Ali Bongo, à la tête du Gabon, est un réel problème politique.
J’aimerais vous rencontrer en Europe afin que vous puissiez m’aider à comprendre. Avant de rentrer au Gabon.
Après les propos du Premier Ministre français Manuel Valls qui a estimé que Monsieur Ali Bongo n’avait pas été élu démocratiquement, je ne reviendrai pas sur la dernière présidentielle truquée.
Je ne voudrais pas me tromper, toute ma vie, sur l’homme, Monsieur Ali Bongo, votre cousin et frère (que vous connaissez mieux que moi) et qui pourrait s’imposer à la tête du pays.

Comme vous le savez, la question des origines de Monsieur Ali Bongo fait débat, mais ce dernier affirme, devant Dieu et devant les hommes, qu’il est « le fils propre » du président Omar Bongo Ondimba qui n’est plus.
Monsieur Ali Bongo, qui sait que la Constitution (en son article 10) ne permet qu’à un citoyen né gabonais d’être candidat à l’élection présidentielle et qui vient d’annoncer qu’il est candidat à la prochaine présidentielle, a pris en otage le Gabon, mais aussi la France qui est dans l’obligation de déclarer qu’il est « le fils propre » du président Omar Bongo Ondimba, l’homme d’Etat dont nous devons tous honorer la mémoire.

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je sais que vous savez que le chef de l’Etat avait délivré un message (avant de nous quitter), un message qui est en fait une condamnation sans appel des roitelets du Gabon : « Dieu ne nous a pas donné le droit de faire du Gabon ce que nous sommes en train de faire. Il nous observe, Il dit « amusez-vous », et le jour où Il voudra nous sanctionner, Il le fera ».

Dans sa tombe, le président Omar Bongo Ondimba ne voudrait pas que son héritage, la paix civile, puisse être anéanti surtout par ses enfants.

Je puis affirmer que le président défunt ne pouvait pas confondre ses propres enfants et ses enfants adoptifs.
A propos des enfants adoptifs, il est écrit : « Dieu n’a pas placé à l’homme deux cœurs dans sa poitrine. Il n’a point assimilé à vos mères vos épouses à qui vous dites en les répudiant : « Tu es aussi illicite pour moi que le dos de ma mère ». Il n’a point fait de vos enfants adoptifs vos propres enfants. Ce sont des propos qui sortent de votre bouche. Mais Dieu dit la vérité et c’est Lui qui met l’homme dans la bonne direction » (le Coran 33 : 4).
Je ne doute pas que les parents et alliés du président défunt, qui craignent Dieu, diront la vérité pour le Gabon.

Chers Léon-Paul et Christian,

Monsieur Ali Bongo affirme, devant Dieu et devant l’histoire, qu’il n’est pas né biafrais et qu’il n’est pas le fils adoptif du président Omar Bongo Ondimba qui a encore des parents et alliés sur terre.
Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je souhaiterais vous apprendre (aujourd’hui) que Monsieur Ali Bongo, alors président du Conseil supérieur des affaires islamiques du Gabon, m’avait fusillé du regard dans un restaurant au quartier Louis à Libreville.

J’étais assis auprès de Christian, à la même table, comme le montre la photo ci-jointe, à l’occasion d’une fête musulmane. Nous faisions face à Monsieur Ali Bongo à la table d’honneur. Votre cousin et frère m’avait fusillé du regard sans doute parce qu’il croyait que j’étais un allié de Christian, un allié qui cherchait à pousser Christian Bongo à prendre la place de son frère Ali Bongo à la tête du Conseil supérieur des affaires islamiques du Gabon.
Je n’avais pas compris cette attitude de Monsieur Ali Bongo qui avait pourtant la possibilité de savoir de quoi son frère, Christian Bongo, et moi parlions !

Je suis croyant. Dieu, le Créateur, « la Puissance à part, l’Esprit pur, le Maître de la vérité », nous parle et nous montre des signes : Il m’avait permis de « connaître » l’homme qui m’avait fusillé du regard.
Je ne puis que me poser la question de savoir si Monsieur Ali Bongo et mon frère Christian Bongo ont « le même sang » comme on dit au Gabon !

Chers Léon-Paul et Christian,

J’ai conscience de ce que les intérêts de la famille ont une importance, mais je suis certain que vous attachez du prix à la vérité pour le Gabon, car la vérité est essentielle pour la justice et la paix.
Je serais heureux de vous rencontrer en Europe à une date qui vous conviendrait. Avant de rentrer au Gabon.
Je voudrais saisir cette occasion pour vous informer que j’ai décidé de créer un mouvement citoyen dénommé « Liberté pour la France et le Gabon » dont l’objectif est d’œuvrer à la défense de la liberté, y compris la liberté d’expression, chère au Premier Ministre Manuel Valls et au leader politique gabonais Léon-Paul Ngoulakia, au bénéfice de la France des libertés et du Gabon libre.

Je me propose de publier, dans les prochains jours, une déclaration relative à ce mouvement citoyen, « Liberté pour la France et le Gabon », dont le projet de charte, qui vous parviendrait, est déjà au point.
Je souhaiterais, dès maintenant, solliciter de votre bienveillance « l’accord total » pour :
- le parrainage du mouvement citoyen « Liberté pour la France et le Gabon » ;
- la présidence par Christian Bongo de ce mouvement, la co-présidence devant être assurée par un Français, le journaliste Pierre Péan ou un autre Français qu’il lui plairait de nous proposer.

Par ailleurs, je voudrais me permettre d’indiquer que mon candidat à la prochaine présidentielle est Jean Ping, mais il doit attendre, car les prochaines élections présidentielles, qui devront être libres et crédibles, ne pourront être organisées que par un gouvernement de transition.

De plus, le candidat à la présidence, Jean Ping, originaire du Sud-ouest, auquel « L’Alliance politique Nord-Sud » apporterait son soutien, se présenterait avec un candidat à la vice-présidence de la République, originaire du Nord, et ce, à la faveur d’une révision constitutionnelle qui consacrerait le principe d’élection du président et du vice-président de la République, comme le propose « L’Alliance politique Nord-Sud », mouvement citoyen contre le courant politique « Tout sauf les Fang » et qui prône la consolidation de l’unité nationale et l’alternance au pouvoir.

Avant de terminer, je voudrais vous prier de transmettre mes respectueuses salutations aux parents du président défunt, avec à leur tête papa Andjoua qui m’avait reçu à sa résidence du Haut de Guégué.
Papa Andjoua est un sage; il vous dira, sous l'autorité du Très-Haut, que je suis investi d'une mission et que nous allons réussir.

Enfin, je sais compter sur votre « esprit d’humilité », votre sens du devoir et votre engagement citoyen pour la paix et le développement.

Je rends gloire à Dieu (A Lui seul la gloire) et j’implore sa Puissance afin qu’Il me permette de prendre à témoin les démocrates sincères en Belgique, au Canada, aux Etats-Unis, en France (…), dans le monde libre, devant ce que vous me direz, en réponse à la présente lettre ouverte adressée à mes frères au service du Gabon.
Je vous remercie infiniment de votre bien aimable attention.
Très cordialement.


Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou
Juge gabonais en exil, militant africain des droits humains, fondateur de l’Internationale démocrate, coordinateur général, initiateur de « L’Alliance politique Nord-Sud » et de « Liberté pour la France et le Gabon », initiateur de la Police de secours, père du Manifeste contre la guerre, disciple du prix Nobel de la paix 1964, pasteur Martin Luther King / Tél : (237) 6 70 14 37 55

Mardi 1 Mars 2016
Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou
Vu (s) 4772 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 00:00 Gabon : Lettre ouverte à Ben Moubamba

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...