News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Lettre ouverte GERARD ELLA NGUEMA

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Dimanche 8 Septembre 2013 à 00:00 | Lu 3151 fois



Lettre ouverte  GERARD ELLA NGUEMA
Madame, Monsieur,

La présente lettre que je me permets de vous adresser concerne la situation d’illégalité dans laquelle se trouve le parti démocratique gabonais (PDG) et dont, à ce qui semble, vous n’êtes pas informés ou suffisamment sensibilisés.

En effet, institué comme parti unique par l’ordonnance N°13/68 du 13 Mars 1968, texte juridique dont l’initiateur fut le président Albert Bernard Bongo (feu Omar Bongo Ondimba) et qui a été publié au journal officiel de la République gabonaise du 15 juin 1968, cette formation politique l’a été en violation flagrante des dispositions des articles 4, 37, 42 et 69 de la Constitution n°1/61 du 21 février 1961 alors en vigueur et 8, 9 et 10 de la loi N°35/62 du 10 décembre 1962 sur les associations régissant à titre provisoire la matière de la constitution des partis politiques ; articles qui établissaient le multipartisme, posaient la règle de la libre formation des partis politique par déclaration faite auprès de l’autorité administrative compétente et faisant suite à la tenue d’un congrès constitutif régulier, et enfin, prohibaient tout autre mode de constitution, notamment le recours à une ordonnance.


Anticonstitutionnel et donc illégal, dès sa naissance, ce parti ne s’est jamais départi de cette tare congénitale qu’il traine aujourd’hui encore comme un boulet.
En effet, lorsqu’intervient l’adoption de la nouvelle constitution du 16 Mars 1991, qui rétablissait le multipartisme, son statut de parti unique découlant de l’ordonnance N°13/68, déjà citée et toujours en vigueur, en a fait une formation politique irrémédiablement illégale.

Cela d’autant plus qu’en la déclarant (ou décrétant) régulièrement constitué, au travers l’article 34 de la loi N°4/91 du 3 avril 1991 relative aux partis politiques et alors même qu’elle ne l’était manifestement pas, le législateur a outrepassé sa compétence définie par l’article 47 (11ème tiret) de la Constitution du 16 mars 1991 précitée et entaché cette disposition d’inconstitutionnalité. En somme, et tout juriste de bon niveau en conviendra, le PDG est et demeure un parti politique illégal.

Afin de conforter notre conviction aux dispositions de l’article 1er paragraphe 21 de la Constitution, j’ai en date du 12 juin 2013, saisi par correspondance le Ministre de l’Intérieur aux fins de constatation de ladite illégalité. Ce dernier n’a pas daigné me répondre. Face à ce silence méprisant, je lui ai par voie d’huissier, adressé une sommation interpellative à laquelle son Ministre Délégué a opposé une fin de non recevoir. Evidemment, ce mutisme et ce refus de se soumettre à l’officier dans l’exercice de ses fonctions trahissent l’ambaras de ce ministre et la reconnaissance implicite de la véracité de notre propos.

La conséquence évidente qui en découle est qu’étant illégal, le PDG ne peut ni ne doit présenter des candidats ou listes à l’une quelconque des élections politiques à venir. Et le Ministre de l’Intérieur qui est dores et déjà disqualifié, ni les membres de la Cour Constitutionnelle


ne pourront, sans courir le risque d’être traduits devant la Haute Cour de Justice (qui est dores et déjà saisie), les recevoir.

Autres conséquence et non des moindres : les militants du PDG qui exercent actuellement des mandats, en son nom, doivent sans délai les remettre au peuple souverain en démissionnant individuellement ou collectivement.

Chaque citoyen gabonais, à qui l’article 1er paragraphe 21 de la Constitution fait obligation de la défendre et d’en faire de même des lois et règlements en vigueur, doit, me semble t-il, s’approprier ce combat pour le triomphe de l’Etat de droit qu’évoque l’article 5 de cette Constitution et faire échec à la montée en puissance de la dictature émergente.

L’heure de la résignation et du « on va encore faire comment » est révolue.
Prenons nos responsabilités !
Profond respect patriotique.

Pièces à consulter :

 Ordonnance n° 13/68 du 13 mars 1968 le parti unique PDG ;
 Sommation interpellative sus énoncée.



Gérard ELLA NGEMA

Dimanche 8 Septembre 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 3151 fois




1.Posté par Obiang gaspard le 08/09/2013 10:16 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais cela n'a pas empeche Gerard Ella Nguema de militer avec force au sein du PDG!

2.Posté par Obiang gaspard le 08/09/2013 10:17 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais cela n''a pas empeche Gerard Ella Nguema de militer avec force au sein du PDG!

3.Posté par Mombo le 08/09/2013 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr Ella Nguéma avez-vous démissionné officiellement du PDG ? à quel moment précis avez-vous rendu votre carte de militant au Sécrétariat Général ? Si vous ne l'avez fait, vous êtes Membre Passif du Parti Démocratique Gabonais

4.Posté par Mve le 08/09/2013 13:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ella Nguéma agit-il en solitaire ou de concert avec les autres membres de l'UN ? Tout laisse à croire que notre serviteur assure les fonctions de : Président, Secrétaire Exécutif et de Porte Parole de l'Union Nationale.

5.Posté par MOMBOUNGOME le 08/09/2013 15:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si le PDG est illégal donc tous les autres partis politiques le sont aussi . Tous les ministres de l'intérieur qui ont reconnus ces partis ont été nommés jusque-là par le PDG illégal. OK? Monsieur , si tu t'ennuis vas-y sur Facebook , conseil gratuit!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...