News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Les voeux 2015 du Mouvement Civique du Gabon

Le site de la Liberté - Mengue M'Eyaà le Jeudi 1 Janvier 2015 à 16:40 | Lu 1456 fois



Mengue M'Eyaà
Mengue M'Eyaà
Cher-e-s compatriote-s, Gabonais, Gabonaises,

L’année 2014 s’achève conformément aux débuts du régime en 2009, c’est-à-dire dans la répression sauvage des militants de la démocratie le 20 décembre 2014.

Plusieurs responsables politiques ont été convoqués par l'institution judiciaire, qui montre qu'elle est totalement soumise aux caprices du régime.

Les opposants sont considérés comme des criminels qu'il faut humilier.

Souvenons-nous qu'en septembre 2009 des assassinats avaient été commis à Port Gentil, lorsque cette ville s’était soulevée pour refuser le coup d’Etat électoral du clan Bongo.

La garde présidentielle faite de mercenaires et de tueurs s’est alors acharnée sur des populations désarmées tuant, blessant et se débarrassant des morts en les jetant dans la mer. Ces faits ont été rapportés fidèlement par un médecin à la réputation internationale, le Professeur André Kombila.
Le 20 décembre 2014, les membres de la famille du jeune Mboulou Beka étaient à ses côtés au moment de son assassinat par une balle dans la tête. La famille a accusé le régime de cet assassinat, dans une conférence de presse. Elle ne comprend pas qu' une autopsie du corps ait pu être pratiquée sans son accord préalable.

Le parti-Etat ne respecte ni la vie, ni la mort.

C'est pourquoi nous n’attendons rien de ce régime brutal :

C'est l'Etat sauvage ! Il faut une enquête internationale sur ce crime d'Etat.

Ni les libertés individuelles, ni les libertés publiques ne sont respectées.

Il n'y a pas d'Etat de droit au Gabon.

L’horizon s’éclaire néanmoins.

En premier lieu, la France dirigée par le Président Hollande n’a plus rien à voir avec celle dirigée par Nicolas Sarkozy qui a installé Bongo au pouvoir. Le discours du Président de la république à Dakar a eu des échos favorables sur tout le continent, à l’exception de quelques cercles restreints de pouvoirs autocratiques, comme au Gabon.

La publication des« nouvelles affaires africaines » a achevé de décrire le ridicule des individus qui sont à la tête du pouvoir au Gabon : Barbouzeries multiples, vaudou, mafias, meurtres rituels et assassinats, coups tordus, tels sont les ingrédients du pouvoir de M. Bongo. C'est une gestion du pays contre les intérêts du Gabon et contre ceux des Gabonais.

Ce que permet le livre de Pierre Péan est la connaissance pour un public occidental de la vie quotidienne de la Françafrique dans sa partie la plus grotesque : Le Gabon est une caricature d’Etat.

Le Gabon ressemble à une entreprise mafieuse dont les bénéfices reviennent à un « groupe familial », un clan, en place depuis 1967. Pendant ce temps, les Gabonais connaissent la mal vie...

Dans le calendrier officiel, les élections présidentielles approchent. Pour notre part, nous considérons qu’elles peuvent avoir lieu à tout moment en raison de l’illégitimité du pouvoir et de la crise institutionnelle et constitutionnelle qui existe de fait.

Plusieurs dispositions sont à revoir : il doit y avoir 2 tours à l'élection présidentielle. Un seul tour est absolument insensé. Les opérations électorales doivent se dérouler sous le contrôle des Nations Unies.

L'on en peut imposer la condition de résidence exclusive sur le sol gabonais pour avoir le droit de se présenter au scrutin présidentiel, car nombre de Gabonais peuvent avoir choisi de vivre à l'extérieur du territoire gabonais.

Les droits citoyens ne peuvent s 'interrompre en raison de cet éloignement parfois non choisi.
La disposition actuelle est discriminatoire.

M. Bongo ne peut plus être candidat désormais. IL DOIT PARTIR DESORMAIS.

Nous ne contestons pas le fait qu’il ait acquis la nationalité gabonaise, mais, les faits démontrent qu’il a été adopté par Omar Bongo et qu’à ce titre il a produit de faux documents pour se présenter à l’élection présidentielle en 2009. Il ne pouvait donc pas se présenter à l'élection présidentielle.

En connaissance de cause, nous faisons appel à la France, à l’Union européenne, aux Etats Unis, aux Nations Unies, pour que M. Bongo soit contraint de respecter la loi.

On ne peut en effet pas compter sur la Présidente de la Cour constitutionnelle gabonaise, sabelle-mère, pour faire respecter les lois et règlements.


L’année 2015 est décisive. A tout moment, le régime peut tomber.

Bloqué depuis 2009, le Gabon vit une crise économique sans pareil. L’Etat déjà mal géré est aux mains de prédateurs qui n’en finissent pas de le dépecer à travers de pseudos agences gouvernementales.

Les marchés publics ne sont plus honorés par l’Etat en situation de quasi faillite.
Tous les secteurs de l’économie sont asphyxiés par une absence totale de rationalité et de gouvernance économique.

Le chantage politico-économique est mené au plus haut sommet de l’Etat.

Le Parti-Etat qui a fait les belles heures du régime d’Omar Bongo est lui-même face à une crise majeure. Les anciennes méthodes de corruption ne fonctionnent plus. Les dirigeants d’autrefois issus de la « géopolitique » le quittent désorientés par une gestion absurde. Bref, M. Bongo est seul, et il n’a même plus Nicolas Sarkozy pour lui assurer le soutien direct de la France.

Les Gabonais le voient tous les jours. Les coupures d’électricité sont désormais fréquentes. Dans un pays pétrolier, les ruptures d’approvisionnement en carburants sont régulières. La distribution d’eau est perturbée.

C’est un pays qui tourne le dos au développement.

Du point de vue environnemental, peu de pas de contraintes sont opposées aux sociétés chinoises, ou indiennes qui exploitent sans aucun scrupule les ressources du Gabon. Quant à la forêt primaire, les destructions massives se poursuivent avec de faibles contreparties d’arbres replantés, que l’administration gabonaise peine à vérifier. Une véritable dévastation écologique est en train de se dérouler sous nos yeux, et elle est irrémédiable. Les côtes maritimes gabonaises sont en train de devenir le refuge de la piraterie internationale.

Aucun début de transition écologique ne se constate au Gabon alors que le pays est ensoleillé en permanence. Dans un pays situé au niveau de l'équateur, comment comprendre que les eaux de pluie ne soient pas récupérées pour servir au niveau domestique ou au niveau agricole. Comment comprendre l'état des routes gabonaises, que l'état du réseau routier est impraticable alors que la Guinée équatoriale, avec le même climat, a réussi à mettre en place une activité économique et un réseau routier dense et de qualité.

L'éducation est un secteur sinistré. Plutôt que de scolariser les jeunes, le régime fait arrêter les étudiants, et interrompt fréquemment les cours à l'université pendant de longues semaines afin de les empêcher de se plaindre de leurs conditions de vie.

Dans ce contexte, les combats sont à poursuivre pour que notre pays puisse sortir des difficultés qui se sont accumulées.

Le Mouvement Civique du Gabon souhaite que l’opposition, majoritaire dans le pays, soit unie pour le changement pour que le régime ne puisse pas corrompre un ou plusieurs membres de l'opposition comme par le passé.

Le Mouvement Civique du Gabon s’y associera chaque fois que les occasions se présenteront, mais, pas dans n’importe quelles conditions, et surtout en ne reproduisant pas les tares reprochées au régime comme le tribalisme, le sexisme, la misogynie.

Notre combat doit se faire sur des valeurs, et non pas seulement sur le fait de faire tomber le régime actuel.

Le Gabon est fait par autant de femmes désireuses de participer à l'action publique que d'hommes.

Changer le Gabon, c' est aussi avoir des projets citoyens pour les femmes et la jeunesse dans tous les domaines.


En ce début d’année, nous avons une pensée pour le jeune étudiant assassiné, Mboulou Beka, et sa famille.

Nous pensons également à toutes les personnes enlevées et emprisonnées le 20 décembre en raison de leurs opinions politiques,
dont Francis Edou Eyene, ancien journaliste d’Africa numéro 1.

Nous exigeons leur libération immédiate et sans conditions!

Nous souhaitons que cette nouvelle année s'ouvre sous le signe de la dignité de la personne humaine, par la libération de tous les prisonniers politiques du 20 décembre 2014 et de tous les étudiants arrêtés arbitrairement.

Le Mouvement Civique du Gabon souhaite néanmoins à chaque Gabonais et à chaque Gabonaise, aux ami-e-s du Gabon, ses meilleurs vœux pour l'année 2015 pour une année de combats et enfin instituer le Gabon que nous souhaitons, un Gabon du développement, de la redistribution où chacun est à sa place, de la transition écologique, un Gabon du mérite et non des clans familiaux, un Gabon dans lequel les populations seraient pleinement actrices de leur développement.


Vive la République gabonaise, vive l'alternance démocratique!


P. Le Mouvement Civique du Gabon

La Présidente du conseil exécutif


Mengue M'Eyaà


Mengue M'Eyaà (MCG)
Mengue M'Eyaà (MCG)

Jeudi 1 Janvier 2015
Mengue M'Eyaà
Vu (s) 1456 fois




1.Posté par aka le 02/01/2015 16:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
MORT AUX TRAITRES FANGS QUI FONT LE JEU DE LA FRANCAFRIQUE DEPUIS LEON MBA

2.Posté par MENGUE M''''''''EYAA le 02/01/2015 18:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je demande au site www.gabonlibre.com de prendre des dispositions pour les menaces de mort envers les fangs ne soient pas publiés. Nous ne sommes pas dans le registre de l'opinion, et cette déclaration relève du pénal et mérite poursuite judiciaire.

Ce n'est pas la première fois que nous signalons des insultes. Là, en l'occurence, ce sont des menaces claires de mort à l'endroit des fangs. inadmissible et inacceptable.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...