News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Les nombreux mensonges du Raïs Ali Bongo Ondimba

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Lundi 19 Mars 2012 à 12:04 | Lu 2583 fois

Depuis qu’il s’est emparé du pouvoir par la force dans notre pays, Ali Bongo Ondimba n’a eu de cesse de mentir aux Gabonais en allant de promesses en promesses, de déclarations en déclarations, d’effets d’annonce en effets d’annonce.



Les nombreux mensonges du Raïs Ali Bongo Ondimba
1. Sur Le recensement des Agents de l’Etat

Dès son entrée en fonction, Ali Bongo Ondimba a lancé avec tambours et trompettes un recensement général des agents de l’Etat, afin, disait-il, de démasquer les fonctionnaires fantômes et de réduire significativement la masse salariale. Trois ans après cette mascarade, aucun résultat n’a été publié et la masse salariale n’a cessé d’augmenter.

2. Sur l’interdiction d’exportation de bois en grumes

La première grande décision économique d’Ali Bongo Ondimba a été d’interdire l’exportation des bois en grumes dans le but d’optimiser la transformation locale et d’en accroître la valeur ajoutée. Or, aucune des mesures qui devait accompagner cette décision brutale n’a été mise en œuvre jusqu’à ce jour. Ni les vingt milliards de francs Cfa destinés à soutenir la filière bois ni les avantages fiscaux promis aux entreprises concernées n’ont été réalisés. De sorte qu’aujourd’hui, la filière bois qui constitue pourtant le premier employeur du Gabon après la Fonction publique avec plus de 35.000 salariés se trouve dans une profonde récession: chute drastique du chiffre d’affaire, fermeture de nombreuses entreprises, explosion du chômage.



La décision d’instituer un revenu minimum mensuel, de porter ce revenu à 150.000 francs Cfa, et de l’étendre au secteur privé, pompeusement annoncée par Ali Bongo Ondimba est un autre mensonge. Jamais mise en œuvre, cette annonce illustre la légèreté et l’amateurisme d’un gouvernement davantage soucieux de plaire, que de préparer l’avenir à travers une politique économique cohérente, réaliste et porteuse de croissance.

En s’attaquant avec autant de légèreté à un problème aussi délicat et aussi technique que celui des salaires, le gouvernement a fait un bond dans l’inconnu et a créé les conditions d’une spirale revendicatrice qui conduira inéluctablement à la révision de toute la politique salariale du pays. Par un effet de domino, les catégories se situant immédiatement au dessus de la tranche des salaires visée par la mesure vont obligatoirement demander qu’on revoit leur situation, ce qui, de proche en proche, conduira à une situation intenable pour les entreprises et socialement explosive.


Si l’on considère le salaire-plancher actuellement versé par les entreprises affiliées à la Confédération Patronale Gabonaise (CPG) et qui s’élève à 96.000 F, l’augmentation proposée par Ali Bongo Ondimba et son gouvernement appelle de la part de celles-ci un effort considérable de l’ordre de 56% sur les bas salaires. Ce qui est considérable et économiquement absurde. Le fait d’exclure du bénéfice de la mesure toute une catégorie de travailleurs comme les agents des collectivités locales et les personnels de maison, viole le principe d’égalité entre les Gabonais. Cette mesure illustre, enfin, l’ignorance de ce pouvoir des véritables préoccupations des Gabonais.

En effet, le gouvernement confond accroissement des salaires et augmentation du pouvoir d’achat. L’accroissement des salaires ne vaut pas automatiquement augmentation du pouvoir d’achat dans la mesure où il influe mécaniquement sur les prix. Surtout dans une économie structurellement inflationniste comme la nôtre. Le fait d’exclure du bénéfice de la mesure toute une catégorie de travailleurs comme les agents des collectivités locales et les personnels de maison, viole le principe d’égalité entre les Gabonais. Cette mesure illustre enfin, à la fois sa méconnaissance des mécanismes de fonctionnement de l’économie réelle et des véritables préoccupations des gabonais. En effet, le gouvernement confond accroissement des salaires et augmentation du pouvoir d’achat.

L’accroissement des salaires ne vaut pas automatiquement augmentation du pouvoir d’achat dans la mesure où il influe mécaniquement sur les prix surtout dans une économie structurellement inflationniste comme la nôtre. Le fait d’exclure du bénéfice de la mesure toute une catégorie de travailleurs comme les agents des collectivités locales et les personnels de maison, viole le principe d’égalité entre les Gabonais.

Cette mesure illustre enfin, à la fois sa méconnaissance des mécanismes de fonctionnement de l’économie réelle et des véritables préoccupations des gabonais. En effet, le gouvernement confond accroissement des salaires et augmentation du pouvoir d’achat. L’accroissement des salaires ne vaut pas automatiquement augmentation du pouvoir d’achat dans la mesure où il influe mécaniquement sur les prix. Surtout dans une économie structurellement inflationniste comme la nôtre.


L’on s’étonne, au passage, du silence observé à cette occasion par la Confédération Patronale Gabonaise (CPG), qui ne s’est exprimée ni sur la mesure d’interdiction d’exportation des bois en grumes, ni sur la journée continue et encore moins sur l’instauration du Revenu Minimum Mensuel. Certes, il est de la responsabilité d’un gouvernement, surtout s’il en a les moyens, de procéder comme bon lui semble à l’augmentation des salaires des agents du secteur public.

Mais, l’extension d’une telle mesure au secteur privé, où les salaires sont habituellement définis, dans le cadre des conventions collectives, en fonction de la productivité du travail, de la qualification des travailleurs et de la santé financière des entreprises aura forcément des répercussions mécaniques sur l’économie de notre pays. Contrairement à ce qu’estime le gouvernement d’amateurs, il est permis d’affirmer que l’instauration du Revenu Minimum Mensuel ne s’est pas traduite par une amélioration du pouvoir d’achat des populations.

En effet, outre le fait que cette mesure est en contradiction avec la volonté affirmée du gouvernement d’assainir les finances publiques, notamment par une meilleure maîtrise de la masse salariale, le Revenu Minimum Mensuel nuira à la compétitivité des entreprises et aggravera le chômage, sans parler des tensions inflationnistes qui en découleront mécaniquement et qui réduiront à néant les effets attendus de la mesure.

Le bien être des populations ne peut se concevoir comme le pense naïvement le gouvernement d’amateurs en termes d’accroissement des salaires. Si le bien être des populations était la préoccupation du gouvernement, le bon sens et la logique économique auraient été d’alléger leurs dépenses d’alimentation, de logement et de santé, qui plombent leurs revenus. Aujourd’hui, très peu de Gabonais bénéficient de la protection sociale qui ne concerne que les employés du secteur privé, soit à peine 20% de la population active.

Quant à la Fonction publique, bien que théoriquement les fonctionnaires bénéficient des prestations sociales, la protection se limite aux pensions dont les montants restent dérisoires à la fois par rapport à leurs revenus en activité et par rapport au coût de la vie. Enfin, le gouvernement ne dit rien ni sur le coût total de cette mesure ni sur les aides prévues pour les entreprises pour opérer les ajustements qu’elle entraînera dans leur trésorerie...


4. Sur la journée continue de travail

La décision d’instituer une journée continue de travail dans notre pays a constitué une erreur économique et sociale majeure. Outre qu’elle n’a pas été élaborée en concertation avec les partenaires sociaux, seuls habilités à définir le temps légal de travail au Gabon, cette décision a été totalement improvisée, désorganisant gravement le fonctionnement des entrepris et des administrations et bouleversant profondément la vie sociale et familiale des Gabonais. Trois ans après la mise en œuvre de cette mesure calamiteuse, pas plus la productivité des entreprises que des administrations n’a connue une évolution positive notable, d’autant plus que le temps effectif du travail a cruellement diminué...

5. Sur les 5000 logements

Pendant la campagne électorale et après,Ali Bongo Ondimba a promis de faire construire 5000 logements par an afin de pallier le déficit que connaît notre pays dans ce domaines essentiel au bien être des populations. Malheureusement, trois ans après, aucun logement social n’est sorti de terre pas plus qu’aucune parcelle constructible n’a été aménagée. Nous avons au contraire assisté à la suppression du Ministère de l’Habita et à la destruction massive des maisons des gabonais...

6. Sur la gestion des finances publiques


Malgré les incantations d’Ali Bongo Ondimba sur l’assainissement des finances publiques, aucune amélioration n’a été constatée dans ce domaine depuis qu’il s’est imposé par aux Gabonais par la force avec la bénédiction de Nicolas Sarkozy. Au contraire, nous assistons à une dégradation préoccupante des comptes publics et à une explosion exponentielle du service de la dette publique qui, rien que entre septembre et décembre 2009, a connu une augmentation inexpliquée de 170 milliards de francs Cfa. Depuis lors, le service de la dette n’a cessé de s’accroître de façon alarmante. Ce pouvoir ne donne aucune information ni sur le coût global des projets ni sur leur durée de réalisation.
Les gabonais ne savent toujours pas combien de milliards le pays a dépensé pour la CAN 2012 organisée conjointement avec la Guinée Equatoriale.

En outre, nous avons assisté ces trois dernières années, à une explosion des frais d’études en tous genres à la Présidence de la République, à la primature et à la prolifération d’agences gouvernementales en doublure des ministères traditionnels, disposant et utilisant des budgets colossaux échappant au contrôle parlementaire.

Nous ne saurons terminer cette recension sans mentionner les turpitudes d’Ali Bongo Ondimba qui s’est offert des hôtels particuliers à Paris et à Washington, des voitures de luxe, sans parler du coût faramineux de ses nombreux déplacements à l’étranger.

Nous rangeons dans le même registre les nombreux détournements de deniers publics opérés par les amis du pouvoir, notamment le Président à vie de l’Assemblée nationale qui devra un jour s’en expliquer devant les Gabonais...

« Il faut bien plus que des paroles pour faire le changement »…
A Vendredi prochain!!!



lalettreduvendredi@yahoo.ft Année 1 n°2

Lundi 19 Mars 2012
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2583 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

13.Posté par UNITE le 22/03/2012 14:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous nous fatiguer avec vos commentaires à la C*
Laissez nous tranquille le Rais est bon PRÉSIDENT ou en est t'on de meme avec le gouvernement de votre BANGALA LENDOYE dernier ministre de votre prezidat AMO .

12.Posté par King le 21/03/2012 18:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
petit souvenirs
Ali Bongo ne peut pas gagner une élection

http://www.youtube.com/watch?v=xWXwl5ABbZQ

11.Posté par IBOUDINDZA le 21/03/2012 11:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
odjoukou dépense notre argent comme il veut, alors qu'il y des choses à faire qui peuvent bénéficier aux populations.....

nkoghe bekale a détourné des milliards, il est recondu au gouvernement des francmaçons... et assoumou trouve que les choses marchent bien.... c'est dans votre monde des francmaçons et des rosicruciens

10.Posté par IBOUDINDZA le 21/03/2012 11:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
assoumou, on ne vous demande pas de faire des efforts

il faut poser des actes, instauration de la démocratie, réduction du train de vie du nigérian sur le dos des contribuables gabonais
son adopteur de père nous a traîné dans la boue avec les français pendant 50 ans ce biaffrai du nigéria lui compte faire combien d'années avant que nos enfants ne bénéficient pas des richesses de leur pays?????

9.Posté par LES CHOSES CHANGENT le 21/03/2012 10:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les choses changent, en tout cas comparativement à l'ancienne période dans laquelle nous avons vaicu. Nous pouvons voir de nos yeux des nombreuses réalisations telles que les routes, des batiments administratifs et universitaires, une amélioration significatives des moyens des étudiants en augmentant leur bourse, une amélioration des moyens de fonctionnaires et pleins d'autres mesures aussi en cours de réalisation.

8.Posté par ASSOUMOU le 21/03/2012 10:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Donc d'après toute cette lecture rien n'est fait au Gabon? La réponse que je peux lire sure vos levres est la preuve de votre mauvaise fois. Vous montrer clairement que vous ne verez meme pas un éléphant dans un couloir meme si c'est Ali qui vous le montrait. Mais sachez que les Gabonais que nous sommes voyons les efforts qui sont faits dans ce pays afin que les, choses avancent. Alors les aveugles et les experts de la critique, faites votre travail

7.Posté par CASA Blanca Grandé le 20/03/2012 23:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voici l'affaire de l'avion présidentielle gabonais arrêté à Cotonou pour des soupçons de drogue et trafic de dévises qui a couté bien des tracas à certains journalistes du terroir repris par leurs confrères de seneweb. Voici donc le lien, vérifier par vous-même :
http://www.seneweb.com/news/Afrique/un-avion-de-ali-bongo-arrete-a-cotonou-pour-des-soupcons-de-drogue-et-trafic-de-devises_n_54493.html.

6.Posté par DOUKAKA le 20/03/2012 22:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Emergence des couilles des pdé-giste et leurs président usurpateur ali ojoukou ali obi biaffra , Emergence des assassins et voleurs ,franc-maçons

5.Posté par TARA le 20/03/2012 11:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Emergence" de mes F...les gabonais crèvent de faim!

4.Posté par Marshall le 20/03/2012 11:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vraiment regrettable de constaté que certains sont encore fermé dans leur bule calomnieuse et ce pour publier des textes absents de sens. Sachez une bonne fois pour toute que vos rassembles et toutes vos idées tordues ne vous donneront rien du tout! tous on crie emergence en avant !!!!

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...