News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Les « illusions perdues » de Raymond Ndong Sima, ancien premier ministre du Gabon !

Le site de la Liberté - Mengue M'Eyaà le Dimanche 15 Mars 2015 à 18:58 | Lu 8306 fois



Le livre de Raymond Ndong Sima, "Quel renouveau pour le Gabon?", est paru le 5 mars et quelques semaines on en parlait comme d'une « bombe » éditoriale, qui allait fracasser encore davantage le régime Bongo II, installé depuis 2009.

L'on pensait que les révèlations de Pierre Péan avaient scellé le sort de M. Bongo et de son clan une fois de plus et que les propos de M. Ndong Sima allaient parachever le tout.

D'abord, rendons hommage à ce qui doit l'être : la qualité de la langue française de M. Sima. Son ouvrage est écrit avec économie de mots (180 pages) mais avec beaucoup de grâce et d'élégance. Il écrit comme une sorte de dépositaire d'une langue française qui rappelle tout d'un coup que nous sommes dans l'espace francophone. M. Sima est un lettré et il veut qu'au delà du fond, l'on retienne un peu de cette écriture surannée et stylisée qui est la sienne, si anachronique quand on connait l'ordinaire du milieu qu' il a dû côtoyer pendant ses 2 années à la primature de la République gabonaise.

Mais, cet hommage rendu, il faut se rendre à l'évidence. M. Ndong Sima a tout de l'honnête homme, d'une forme d'ingénuité voltairienne. Ce ne sont pas les « lettre persanes » qu'il écrit mais c'est tout comme. Il découvre le régime dans lequel il est devenu le Premier ministre, un royaume d'absurdités dans lequel il entreprend de tenir un rôle, celui de chef du Gouvernement, alors même qu'autour de lui, tout s'est effondré.

Il admet bien certaines des réalités qu'il finit pas décrire mais c'est presque pour les excuser dans l'immédiateté. Il passe rapidement sur 2009 et l'élection présidentielle pour en arriver au début du « septennat » du "Président", en oubliant que le début de l'histoire est déjà fausse, que la fable de la victoire est en soi une faribole que seuls les locataires du pouvoir en France, jamais cités d'ailleurs, ont fait exister. Il a voulu croire à une « transition » en août/septembre 2009 alors qu'il s'agissait d'un coup d'Etat électoral.

Passée cette évidence, M. Ndong Sima évoque sa cooptation en tant que Premier ministre. Rien ne nous est épargné. Au Gabon, l'on devient Premier ministre en l'apprenant par hasard quant à la porte de chez soi se forment des attroupements de parents, d'amis, de proches, voire au delà, qui poussent des clameurs de joie et qui lui apprennent sa nomination. Où d'ailleurs ? Personne ne ne souvent vraiment mais il est nommé. C'est un peu plus tard qu'il apprend être nommé premier ministre alors même qu'il avait préparé sa passation de ministre de l'agriculture et pensait n'être reconduit nul part. Les années passent, le clan Bongo, jamais cité en tant que tel, procède toujours de la même manière.

Commence alors une analyse distanciée de ce qu'il voit de la société gabonaise, son approche des difficultés rencontrées par le monde enseignant et étudiant qu'il connaît bien en ayant lui-même été professeur à l'université de Libreville. Il admet que l'habitude a été prise dans la société gabonaise de s'adresser au Chef de l'Etat, alors qu'il suffirait, selon lui, de s'adresser aux tribunaux. Il feint sans doute d'oublier qu'il n'y a aucune indépendance du pouvoir judiciaire au Gabon, que celui-ci est totalement inféodé au régime et qu'aucun Gabonais ne croit vraiment que les institutions de ce pays, au delà même de la Justice ont pour mission de suivre le droit et de faire respecter les droits des personnes. Ce qui manque, constate-t-il aussi, est l'absence de respect de la séparation des pouvoirs, principes fondamentaux de tout pouvoir démocratique.

Raymond Ndong Sima décrit ce chemin progressif qui va le conduire vers la rupture. Il s'empresse de se justifier en disant qu'il a adhéré tardivement au PDG, sur conseil de deux de ses parents, dont il ne cite d'ailleurs pas le nom, que son adhésion a été transmise directement à Ali Bongo, comme pour marquer la place particulière qu'il entendait se donner et sans doute révélant, malgré lui, son adhésion à la société de cour, que suscite le régime autour de celui qui est considéré comme leur "Président". Il s'y conforme lui aussi sans retenue à ce moment de son parcours.

Puis arrive l'affaire qui a été à l'origine de sa chute. René Ndong Sima l'explique par le dossier de l'assainissement de Libreville en quoi la position du Premier ministre est en soi réduite à presque rien (article 28 de la constitution gabonaise). Elle l'est institutionnellement même si du point de vue constitutionnel, l'on peut dire que le Premier ministre est « sur le papier » doté d'une plénitude de prérogatives. Ce que René Ndong Sima démontre est qu'il s'agit d'une pure fiction.

Or, à vouloir réformer le mécanisme de l'assainissement à Libreville, la société gabonaise d'assainissement (SOVOG), le Premier ministre envoie une note complète et des propositions à la présidence de la République. M. Bongo fait une annonce publique, sans concertation avec le Premier ministre, de « nationalisation » de l'entreprise déficitaire. Le Premier ministre avait juste recommandé une prise de participation de l'Etat pour que celui-ci puisse siéger au CA. Ainsi, une première violation des prérogatives du Premier ministre est engagée.

Puis, au lieu de nommer des administrateurs désignés par les ministères de tutelles, le Premier ministre découvre qu'ont été nommés des personnes sans lien direct avec l'Etat donc insusceptibles d'en défendre les intérêts. Au contraire, Raymond Ndong Sima découvre que ceux-ci, des proches de M. Bongo, font des affaires sur le compte de l'entreprise dont ils sont sensés être les cautions morales pour l'Etat. Raymond Ndong Sima transmet à nouveau à M. Bongo une note détaillée décrivant la situation . A ce moment, son destin est scellé et il sait, et entend, ici et là, qu'il va être remplacé.

A travers ce récit, c'est à la fois la tragédie personnelle de M.Sima, homme de bonne volonté qui semble désireux de faire progresser son pays et le drame du Gabon aux prises avec ce qu'il appelle une « république des copains ». Il avait cru au message de M. Bongo jusqu'à croire que celui-ci avait été élu sur un programme et sur un résultat électoral.

Au lieu de cela, les "réformes" sont inabouties ou détournées , telles que l'agence nationale des grands travaux ou les fêtes tournantes itinérantes, des événements décidés par la présidence de la République dans lesquels le Premier ministre est réduit à jouer les spectateurs sans droit au chapitre. Par exemple, il confirme que les coûts réels du New York Exchange Forum (crée par Richard Attias et son épouse, ex-épouse de M. Sarkozy, qui montent des pseudos rencontres internationales à travers des forums et qui en retirent des financements conséquents au Gabon et au Congo) ou des courses nautiques ou de motos ont été pris en charge dans leur intégralité par le budget de l'Etat sans qu'il n'ait pu en connaître le niveau financier. Même l'Assemblée nationale pourtant peu dérangeante n'est pas saisie dans la validation financière du dispositif. Ces actions événementielles sont sans rapport, sans conséquences et sans impacts directs sur l'amélioration de la vie quotidienne des Gabonais.

Mais, si M Sima apporte somme toute sa pierre au diagnostic de la situation alarmante du Gabon, du caractère artificiel de son économie reposant sur la ressource pétrolière – sans laquelle, chiffres à l'appui, il montre que le solde budgétaire de l'Etat serait extrêmement négatif.
Ce qui caractérise M. Sima est la prudence de son jugement, une prudence quasi jésuitique faite de distanciation et de périphrases, qui le sauve de la vulgarité des méthodes de gouvernement de M. Bongo.

Il reste prudent dans sa rupture avec le régime. Il n'avance pas avec clarté à un moment de notre histoire où il n'est plus possible d'être dans une « zone grise ». A M. Bongo, dont il ne cite jamais le nom, il avoue qu'il n'est pas le bon « véhicule ». Mais alors, qu'en est-il de la suite?

Son livre pose la vraie question pour l'avenir du Gabon dans les trois dernières lignes de l'ouvrage :

« Il est urgent de proposer un horizon serein afin d'inscrire le Gabon dans une dynamique de croissance saine et forte pour que ce pays devienne une zone de prospérité capable d'entraîner à sa suite l'ensemble de l'Afrique centrale.
Reste à définir les modalités d'une telle stratégie. »

Alors, quelles en seront les modalités?

C'est peut-être par là que M. Sima aurait dû commencer... C'est peut-être par là que le nouveau destin d'économiste sérieux et d'entrepreneur populaire peuvent s'inscrire en participant au plan politique à la reconstruction du Gabon de l'après-Bongo. Mais là, M. Sima ne le dit pas. Il y a comme une sorte d'inachevé dans son livre, de qualité, et c'est bien dommage.

Car, au delà d'un constat connu, argumenté, et plutôt bien illustré de sa part, M. Sima ne se projette pas dans l'avenir: pour l'instant...


Mengue M'Eyaà

Présidente du conseil exécutif
Mouvement Civique du Gabon


NB: "Quel renouveau pour le Gabon?" Raymond Ndong Sima - éditions Pierre-Guillaume de Roux.

Dimanche 15 Mars 2015
Mengue M'Eyaà
Vu (s) 8306 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

20.Posté par Moulengui le 28/03/2015 12:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
« Il est urgent de proposer un horizon serein afin d'inscrire le Gabon dans une dynamique de croissance saine et forte pour que ce pays devienne une zone de prospérité capable d'entraîner à sa suite l'ensemble de l'Afrique centrale.
Reste à définir les modalités d'une telle stratégie. »

Madame Mengue M'EYAA, qui sait lire entre les lignes ne dirait pas que "M. [Raymond Ndong] Sima ne se projette pas dans l'avenir [même si vous avez ajouter] pour l'instant..."

Tel un Jésuite, Raymond Ndong Sima s'adresse à ceux qui, comme lui, croient à un Gabon Etat chef de file dans la sous-région afrique centrale, pour qu'ensemble ils définissent les modalités de mise en oeuvre de ce qu'il désigne par le "vivre ensemble".

Pour ma part, je reste convaincu que la politique de l'injure conduit toujours à la diversion du peuple.

Merci à M. Raymond Ndong Sima pour avoir compris que les gabonais ont besoin d'une offre politique capable de titrer le Gabon vers le haut. C'est que le gabonais attend le plus de ses dirigeants et M. Raymond Ndong Sima, en privilégiant la condition sociale du gabonais par la régularisation des situations administratives de nombreux agents de l'Etat et le paiement des rappels, l'a démontré pendant le laps temps qu'il a passé à la tête du gouvernement en tant que PM.

Qui peut le peu, peut le mieux.

A M. Raymond Ndong Sima, vous pouvez compter sur mon soutien si vous vous présentez à l'élection présidentielle de 2016. Ma maison je l'ai construite grâce à mon rappel et par conséquent grâce à votre action en tant PM et beaucoup de gabonais vous le reconnaissent.

19.Posté par jany kopé le 21/03/2015 11:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
vous tous qui parlez des choses comme si vous les aviez vécues vous êtes des complices donc condamnables alors c'est tant pis pour vous aussi.Que je sache Amo lui même était malade quand Pc est tombé malade . Vous tous les émergents réunis vous n'arrivez pas à la cheville de Monsieur Ndong Sima ; lui Président de la République on parlerait du Gabon au concert des Nations; 50 ans de règne bongo- PDG , le Gabon est au niveau zéro, pas d'eau, courant, écoles routes hôpitaux la liste n' est pas exhaustive Fermez vos gueules et allez pleurer aux toilettes, vous êtes en dessous de zéro

18.Posté par LAHONTE le 21/03/2015 07:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
PFFFFF QUELLE EDUCATIONNNN! MONVIEN!

17.Posté par LAHONTE le 21/03/2015 07:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
MCG AYEZ L’HUMILITÉ D'ACCEPTER LA CRITIQUE. VOTRE ANALYSE EST NULLE, ACCEPTER LE ET C'EST TOUT AU LIEU D'AGRESSER TOUT CEUX QUI ÉMETTENT UN POINT DE VUE DIFFÉRENT! ET ON SE VEUT MOUVEMENT CIVIQUE? LA HOOOONNNNTE TCHOBO!

16.Posté par Leïla le 17/03/2015 21:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis d'accord avec le poste 15

15.Posté par MENGUE M'EYAA le 17/03/2015 20:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@aka: hors sujet sans rapport avec le livre, ni avec cette analyse de celui-ci. Je ne comprends pas vos accusations, sur quoi elles se fondent. Je les qualifierais de diffamatoire.
L'existence d'un lieu d'expression ne devrait pas conduire à écrire n'importe quoi sur d'éminentes personnalités comme MM Ping ou Mba Obame.

14.Posté par Leïla le 17/03/2015 19:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur ou madame aka, vos informations sont quand même des accusations assez graves pour les personnes citées. J'espère que vous nous direz les raisons qui ont poussé à ces assassinats.

13.Posté par Leïla le 17/03/2015 19:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur ou madame aka, vos informations sont quand même des accusations assez graves pour les personnes citées. J'espère que vous nous direz les raisons qui ont poussé à ces assassinats.

12.Posté par Mengue M'''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''' le 17/03/2015 15:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Claircommloderoch

Il n'y a rien de "folkorique" dans les descriptions faites par M. Sima. Au contraire, le diagnostic sur le Gabon est le plus précis qu'on ait connu ces dernières années et aussi le plus grave.
En revanche, il est moins précis sur ses intentions et la place qu'il veut jouer dans les conclusions qu'il aimerait tirer de ce que j'appelle ses "illusions perdues". C'est la raison pour laquelle, nous disons qu'il a du mal à se projeter dans l'avenir.

11.Posté par Claircommloderoch le 17/03/2015 14:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Autocorrection :

Et à mon humble avis l'essentiel du livre se trouve dans ces analyses, et non dans les multiples points de détails folkloriques qui nous rappellent que sous les Bongo ... le Gabon est pire qu'une république Bananière...

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...