News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Les exclus du Bac 2013 grévistes de la faim : que veulent-ils finalement ?

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Vendredi 24 Mai 2013 à 12:18 | Lu 715 fois

En grève de la faim à la Cathédrale Sainte Marie depuis une semaine pour demander leur réhabilitation, une vingtaine d’élèves du groupe des 2500 exclus par Séraphin Moundounga pour fraude et falsification de documents, a refusé la main tendue par celui-ci qui les a finalement autorisé à se rendre dans les centres d’examens pour procéder au choix de leurs 2èmes langues vivantes. Une attitude que nombre de Gabonais qui soutenaient ces jeunes, ne comprennent pas…



Les exclus du Bac 2013 grévistes de la faim : que veulent-ils finalement ?
En avril dernier, le ministre de l’Education Nationale, Séraphin Moundounga, rendait publique une liste de 2500 élèves interdits de passer l’examen du Baccalauréat 2013 pour fraude et falsification de documents (bulletins de note et actes de naissance).

Cette décision jugée impulsive et injustifiée, car prise à moins de deux mois de l’examen, avait causé de vives réactions de la part des élèves concernés, des enseignants et de l’opinion publique.

Depuis lors, plusieurs manifestations avaient été organisées, allant de sit-in devant le ministère de l’Education Nationale, aux appels à l’intervention du Premier Ministre et du Chef de l’Etat.

Et la dernière manifestation en date, celle d’une vingtaine d’élèves qui ont décidé depuis la semaine dernière d’entrer en grève de la faim pour se faire entendre a, semble-t-il, fini par convaincre M. Moudounga.

En effet, le ministre de l’Education Nationale a tout récemment invité les grévistes à se rendre dans les centres d’examens, au même titre que les autres candidats, pour choisir la deuxième langue qu’ils comptaient passer à l’oral.

Mais contre toute attente, les grévistes ont rejeté l’invitation de Séraphin Moudounga, prenant son geste pour de la « moquerie ».

Face à cette réaction pour le moins surprenante, une question vient à l’esprit de beaucoup : que veulent-ils finalement ?

Après plusieurs semaines de contestations au cours desquelles ils réclamaient de droit de passer leur examen cette année, voilà qu’après avoir obtenu gain de cause, les manifestants refusent de se présenter dans les centres d’examens.

« On nous demande, à un mois de son déroulement, d’aller composer pour un examen que nous n’avons pas préparé. Pour quel résultat ? », s’est insurgé Junior Nkoghé, porte-parole des élèves grévistes.

Sachant qu’un élève consciencieux prépare son examen dès le début de l’année et que le dernier mois était généralement consacré aux révisions, cet argument du porte-parole des grévistes amène à se poser un certain nombre de questions.

Est-ce à dire que c’est à quelques semaines du Baccalauréat qu’il comptait commencer à préparer son examen ?

Si le motif de cette grève de la faim n’était finalement pas l’obtention du droit de se présenter à l’examen cette année, quel était-il ?
Comme diraient certains, c’est à n’y rien comprendre…


Publié le 24-05-2013 Source : GabonEco

Vendredi 24 Mai 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 715 fois




1.Posté par coudou le 24/05/2013 12:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il veulent certainement des véritables assurances.Pas des phrases de couloirs ou des phrase qui ressembleraient à de la poésie.

coudou

2.Posté par Marcel Libama le 24/05/2013 23:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une fois de plus, le Ministre de l’Education Nationale vient de s’illustrer négativement en prenant la décision inique d’exclure aux épreuves du BAC 2013 près de 2500 candidats à un mois des examens.
Cette décision s’appuierait selon le Ministre sous le fallacieux prétexte que certains de ces candidats ne méritaient pas le passage en classe de terminale, d’autres ont falsifié les bulletins de notes et quelques uns sont issus des établissements privés et n’ont pas le droit de présenter des candidats aux examens officiels. En d’autres termes, le Ministre reproche à ces élèves d’avoir fraudé.
Pour la CONASYSED, la décision du Ministre de l’Education Nationale est en porte à faux avec les textes Nationaux et Internationaux en vigueur.
Bien que Etat partie, le Gabon par son gouvernement, par cette décision inique viole :
• La Convention relative aux droits de l’enfant en son article 28 ;.
• La loi 21/2011 portant Orientation Générale de l’Education, de la Formation et de la Recherche en son article 3 : « le droit à l’égal accès à l’éducation, à l’instruction, à la culture et à la formation, est garanti à tous, sans distinction de croyance, de religion, de race, de sexe, d’appartenance politique ou de toutes autres distinction sociale ».
Au regard de ces dispositions légales, pourquoi certains élèves appartenant à certains établissements privés pourtant en règle, n’ont-ils pas le droit de participer au BAC comme en ont le droit les établissements aussi privés comme Paul KOUYA, Berthe et Jean, MOUTOU MAMBOU, Michel DIRAT, …?
Pourquoi le Ministre va-t-il jusqu’à intimer l’ordre aux chefs d’établissement d’exclure les mêmes élèves déjà privés du droit de participer au BAC des établissements quand on sait que la loi 21/2011 ci-dessus citée abolit désormais l’exclusion (article 129)?
N’y a-t-il pas là de la part du Ministre, la politique de deux poids et deux mesures?
Peut-on dire que le Gabon se revendiquant un Etat de droit et de surcroit membre de la commission des droits de l’homme des Nations unies, que le Ministre en prenant cette décision injuste à l’encontre de ces enfants a-t-il observé et respecté toutes ces dispositions légales précitées?
Si la falsification des bulletins de notes est blâmable et condamnable, il n’en demeure pas moins que dans notre pays en général, et au sein du secteur Education en particulier, la fraude est instituée. Selon le dictionnaire LAROUSSE, le mot "fraude désigne un acte accompli en vue de nuire au droit d’autrui".
Quant au Robert quotidien, "la fraude désigne un acte accompli dans l’intention de porter atteinte aux droits ou intérêts d’autrui".
En tenant compte de cette définition, nous nous rendons compte que l’Etat est le plus grand fraudeur et les citoyens, pour végéter sont obligés de poser des actes immoraux qui sont tout de même regrettables.
Et pourquoi exclure également les élèves admis en terminale avec les moyennes oscillant entre 9.5 et 10 quand on sait que la décision n°0037/MINEDUC/HCEN/IGEN/DGEP/DE1/DE2/DETP portant réglementation des décisions des conseils de classe relatives aux bilans trimestriels et annuels des élèves des établissements d’enseignement secondaire général, technique et professionnel et d’enseignement général du 16 avril 1987 toujours en vigueur, dispose en son article 4.1.b de l’admission avec indulgence du conseil de classe en tenant compte de certains critères des élèves disposant de la moyenne générale annuelle comprise entre 09.50 et 10?
Au regard de tout ce qui précède et étant donné que l’Etat ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes, nous interpellons les plus hautes autorités du pays, en l’occurrence le Premier Ministre et le Président de la République pour qu’ils reconsidèrent la décision inique du Ministre de l’Education Nationale étant entendu qu’il est entretenu depuis plusieurs années par un réseau impliquant plusieurs responsables du Ministère de l’Education Nationale, que l’Etat décide des mesures suivants :

• La construction en nombre suffisant des bâtiments scolaires afin de respecter le ratio de 35 élèves par classe décidé aux Etats généraux de l’Education de 2010 ;.
• La formation qualitative et quantitative des enseignants ;.
• L’obligation de scolariser tous les enfants dans les établissements publics ;.
• L’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants ;.
• La mise en place d’un corps de chef d’établissement remplissant les critères édictés par la loi ;.
• Le respect des libertés syndicales par la mise en place d’un cadre partenarial franc et sincère ;.
• La mise en place de l’Office National des Examens afin d’en garantir l’intégrité ;.
• L’assainissement et la sécurisation du fichier informatique des examens ;.
• L’application de l’arrêté n°0044/MENCF portant modification de la procédure de traitement des transferts d’élèves des établissements scolaires du 2nd degré publics et privés reconnus d’utilité publique ou autorisés du 25 juin 1998, ….
Il serait donc judicieux qu’avant de prendre toute sanction qu’il soit mené à l’endroit des présumés coupables des actons de prévention, d’éducation, de condition et d’incitation. Le ministre qui se substitut aux conseils de classes pour décider du passage, redoublement et rétrogradation en plein troisième trimestre des élèves du jamais vu. Quand est un élèves est sur le banc de l'école, en cas de manquement aux règles de fonctionnement de l'institution scolaire, l'organe de sanction reste le conseil de discipline le ministre s'est arrogé tous les pouvoirs pour exclure injustement les élèves de terminale. on sacrifie les enfants pour des fins purement politiciennes car pour le ministre le taux de réussite au bac est pour lui un indicateur pour juger de la qualité du service publique d'éducation pour venter et crédibiliser son action depuis trois pour cela il a besoin des résultats techniques fabriqués Le ministère de l'éducation ou la fraude est la chose la mieux partagé la tutelle est très mal placé pour parler de fraude l'exemple doit venir d'en haut la lutte doit commencer par la tête qui est pourrie chaque année y a toujours des problèmes pour les vacations, la PIR, PIFE, les bourses et sa nouvelle trouvaille pour bouffer les séminaires multidimensionnels ou les enseignants passent plus de temps a réclamer l'argent détourné.

3.Posté par Priscilla le 25/05/2013 04:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Marcel Libama,
vous auriez du faire de votre post un article car il contient des informations qui a mon avis aiderait le plus grand nombres a mieux juger de ce veto ministeriel. Le docteur ès fraude ministre de l'education nationale avait argue qu'il sagissait de 2500 eleves tous fraudeurs qu'il excluait du Bac, et la on y aprend que meme les eleves non fraudeurs ont ete retrograde en classe de 1ere parce qu'ils sont passes en terminale avec une moyenne situee entre 9,5 et 10 ! Le repechage de certains eleves ayant entre 9,5 et 10 de moyenne sur decision du conseil de classe ou les enseignantss etudient au cas par cas chaque dossier est une pratique tout a fait legale et qui se fait depuis toujours au Gabon. En quoi cela est il assimilable a de la fraude ?

Mon opinion sur la question est simple: l'etat gabonais est en faillite au point de sacrifier l'avenir de la jeunesse et de faire des prets en milliards aux organismes internationaux pour assurer ses depenses regaliennes. Odjukwu a tout simplement envoye son ministre encaisser les tomates et les peaux de bananes a sa place.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...