News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Les dessous de table du néocolonialisme français au Gabon et en Côte d’Ivoire : justification de notre désolidarisation avec UN

Le site de la Liberté - joel mbiamany-ntchoreret le Samedi 23 Avril 2011 à 08:10 | Lu 1959 fois



Les dessous de table du néocolonialisme français au Gabon et en Côte d’Ivoire : justification de notre désolidarisation avec UN
Le 18 avril 2011, nous avons envisagé de nous désolidariser de l’Union Nationale. Nous évoquions pour ce faire l’abstention de la dénonciation des principaux leaders du parti au Gabon contre le coup d’État militaire perpétré en Côte d’Ivoire par la France pour mettre Ouattara au pouvoir.

Nous faisions un parallèle entre ce coup d’État militaire et la situation de crise politique latente dans laquelle le Gabon se trouve plongé depuis l’élection présidentielle anticipée de 2009. Cette dénonciation nous apparaissait une occasion de remettre en cause les pratiques politiques incestueuses que la France entretient avec nos gouvernements pour sa mainmise sur nos pays et de laquelle notre développement économique tarde à prendre son envol.

Dans les faits, la situation est plus complexe que le laisse paraître la réalité de surface. Dans ce texte, nous montrons la complexité de cette réalité. Particulièrement, l’emprise de la France sur nos pays, l’handicap qu’elle constitue pour leur développement démocratique et économique et le manque de courage d’un certains engagement de nos leaders politiques à la combattre ouvertement. Devant la souffrance de ce constat, il m’apparaissait essentiel de prendre mes distances vis-à-vis d’une certaine partisannerie politique. Bien que je sois revenu sur ma décision, désormais je laisserai la politique aux politiciens, me contente d’analyser la vie politique.

Les esprits faibles n’y verront qu’un changement de camps politique. Pourtant bien que je garde un certains penchant pour l’idée de l’Union Nationale, mon cri est un renoncement à être un acteur politique de complaisance. Mon combat est celui de la libération du Gabon de l’emprise française. Seule cette libération est de nature à favoriser le développement économique et politique de notre pays en particulier et de toute l’Afrique francophone.

De l’interventionnisme de la France dans nos pays

Par interventionnisme nous entendons la tendance qu’a la France à intervenir politiquement ou militairement dans les affaires politiques de ses anciennes colonies. Nulle part ailleurs dans le monde la France n’intervient militairement plus qu’elle ne le fait dans des États africains depuis leurs indépendances. L’intervention militaire en Côte d’ivoire, de la France et des États-Unis avec la complicité de l’organisation des Nations Unies, de même que le parti pris de ces pays pour le coup d’État électoral d’Ali Bongo au Gabon sont favorisés par la lutte que se livrent les pays occidentaux et les pays émergents depuis la fin du 20e siècle.

Elle a pour enjeu le contrôle impérialiste des pays d’Afrique francophone en vue d’une une main basse sur leurs matières premières. Pourtant les pays d’Afrique francophone sont considérés indépendants. Pourquoi la concurrence entre pays occidentaux et pays émergent entraine-t-elle un impérialisme sur ces pays? Comment cet impérialisme a favorisé le coup d’État militaire en Côte d’Ivoire et encouragé la situation qui a conduit Ali Bongo à prendre le pouvoir au Gabon au mépris des résultats des urnes? En quoi l’engagement de l’opposition gabonaise vis-à-vis de l’emprise néocoloniale du Gabon est complaisant?

L’impérialisme capitaliste français

John Atkinson Hobson dans son livre, Impérialisme (1902), a défini l’impérialisme comme le prolongement du capitalisme occidental. Dans «les Origines du Totalitarisme», Hannah Arendt (1951) rattachera l'impérialisme à la notion d'expansion comme fin en soi du développement des pays capitalistes.

L'État-nation étant devenu petit pour suffire au développement de l'économie, l'impérialisme débouche dans la conquête des territoires en vue de l’exploitation des facteurs de production qui alimenteront l’empire et assurer sa suprématie économique et commerciale. C’est à ces fins que les territoires de l’Afrique ont été colonisés par la France. C’est à ces seules qu’il faut comprendre la présence de la France en Afrique. Pour cela, tout rapport entre les pays francophone d’Afrique et la France est fondé sur des relations de prédation, peu importe le type et le domaine dans lequel se fait cette relation.

Le capitaliste colonial

Le colonialisme est la doctrine qui conduit un pays étranger à conquérir un territoire. Cette conquête se manifeste par l'extension de la souveraineté de cet État étranger sur des territoires situés en dehors de ses frontières nationales. Selon Margaret Kohn, cette extension de souveraineté se traduit par la domination politique et l'exploitation économique du territoire.

D’après la doctrine juridique élaborée au XVIe siècle, l’effectivité de la colonisation entraine un droit de propriété sur les territoires colonisés. De ce droit de propriété, la colonisation française a entraîné la mise en place d'une infrastructure pour la domination des populations africaines afin de favoriser l’exploitation des territoires pour le bénéficie de la production capitaliste française. Elle a consisté à une exploitation prédatrice du territoire et quasi esclavagiste de ses habitants. On y notait l’existence du travail forcé comme occupation des populations africaines pour alimenter l’économie de la France. Des centaines des milliers de personnes ont perdu leur vie dans cette entreprise de domination française.

Les traitements inhumains infligés par les nazis aux juifs ont fait reconsidérer vers la fin de la seconde guerre mondiale les types de rapport humains que le colonisateur français entretenait avec les peuples africains. Le colonialisme capitaliste fondé sur le travail forcé considéré déshumanisant a été aboli et l’indépendance fut donnée aux africains. La fin de la seconde guerre mondiale n’avait pas mis fin au capitalisme : au besoin de contrôle des territoires pour l’exploitation des matières premières pour l’expansion du capitalisme français.

Ne pouvant plus exercer une domination à caractère esclavagiste, les impératifs capitalistes du capitalisme français par rapport aux nouvelles valeurs humanistes ont entraîné une mutation du colonialisme pour faire naître le néocolonialisme : essentiellement, une forme de domination par une dépendance à travers des accords de coopération. René Dumont (1966), examinant ces accords de coopération, avait dit «l’Afrique est mal partie» et à juste titre. Les accords de coopération maintenaient le même type de rapport de domination, le travail forcé en moins.

Le néocolonialisme français

Le néocolonialisme désigne les rapports que la France a mis en place pour maintenir, à partir des années 1960, avec ses anciennes colonies, par des moyens détournés ou cachés (accords de coopération), la domination qu’ils entendaient exercer dans ces nouveaux pays indépendants.

Les accords de coopération entre la France et les pays d’Afrique francophone ont consisté à la signature d’ententes de collaboration afin d’octroyer une indépendance de façade, enrayant dans les faits le travail forcé au profit du droit de propriété de la France sur les matières premières de ce pays et un droit de regard absolu sur les activités politiques et économiques devant s’y produire. Pour parvenir à de tels accords de coopération, bien avant les indépendances, la France a mis aux commandes de ses colonies des collaborateurs autochtones comme relais de leurs ambitions coloniaux nouveaux.

Tout africain qui s’est érigé la mise en œuvre de ces accords a été supprimé sur le champ comme Lumumba au Congo, Thomas Sankara au Burkina-Faso ou quelques années plus tard, Germain Mba du Gabon. Ces éliminations physiques sont concomitantes aux suppressions d’organisations politiques ou syndicales pouvant exiger l’indépendance effective des pays de la domination néocoloniale. Et selon des rites maçonniques et des combinaisons affairistes, les adversaires politiques des chefs d’État qui subsistent entrent dans une opposition politique de convivialité.

Elle mène non pas à une bataille pour la conquête effective du pouvoir et la libération des États francophones de leur domination mais pour le partage du pouvoir. Ainsi, l’opposition politique ne sert que de garde-fou contre l’éventuel refus de celui qui est à la tête de l’État de suivre les recommandations dictées au regard des intérêts de la France. C’est à ce type d’opposition politique contre laquelle je m’élève. La seule opposition qui vaille est celle contre l’emprise du Gabon par la France. Elle doit conduire à la remise en cause du néocolonialisme.

La tentative de remise en cause des accords de coopération néocoloniale

La coopération avec la France est un système fondé certes sur l’indépendance des États africains mais comportant pour les partenaires de la France des éléments de subordination tant sur le plan matériel que sur le plan culturel, les dirigeants africains et malgache ont entendu substituer des rapports de coopération économiques et commerciaux nouveaux, de caractère nettement plus égalitaire que leur offrait la Chine et dont le but essentiel apparaissait être le développement de leur État.

Sous l’influence des idéologies du commerce international, de la globalisation des marchés et de la mondialisation des économies, les changements de perspectives de mode de coopération et de commerce international ont suscité une remise en cause de la situation de monopole que la France avait avec ses anciennes colonies. Les pays africains ont affiché la volonté d’entrer dans des partenariats avec les pays émergents selon les déterminants de l’offre et la demande des matières premières. Ces accords entrainaient de facto la mise à l’écart des accords de coopération néocoloniale signés avec la France.

Dans cet esprit, Omar Bongo a signé des accords de coopérations économiques avec la Chine pour l’exploitation du gisement de fer de Bélinga dans le Nord-est du Gabon, des accords d’exploitation forestière avec la Malaisie, et a entretenu d’autres ententes du genre avec le Brésil pour d’autres types de matières premières. La venue de la Chine dans l’exploitation des matières premières du Gabon enlève à la France son monopole du commerce des matière première provenant de l’Afrique de même qu’elle donne à la Chine et aux autres pays émergents un avantage économique et commerciale face aux luttes économiques que ces pays mener vis-à-vis du capitalisme occidentale. La garantie des intérêts du capitalisme français passant au second plan, la France entend remédier à cette situation en délogeant de son pré-carré les chefs récalcitrants à la préservation de ses intérêts et en leur substituant des présidents plus enclins à sauvegarder le monopole de la mainmise française sur les matières premières de leur pays.

La riposte du capitalisme néocolonial : la déstabilisation des présidents hostiles

La riposte pour préserver la suprématie de la mainmise français dans l’exploitation des matières premières des pays francophones du Golf de Guinée a enfourché trois chevaux de bataille : environnementaux, gouvernance et militaire.

La riposte néocoloniale au Gabon

La France, les États-Unis d’Amérique et l’Union européenne sous couvert de protéger l’environnement et particulièrement le bassin du Congo ont financé des ONG environnementaux gabonaises. A partir de ces financements, ces ONG ont été mises à contribution pour dénoncer les accords que le président Omar Bongo avait signé avec la chine pour l’exploitation du gisement de Bélinga et les autres accords commerciales d’exploitation forestières et minières.

Elles ont fait des représentations publiques de nature à bloquer la mise en œuvre de ces accords. Ainsi, le projet d’exploitation du gisement de fer de Bélinga annoncé depuis 1999 par la Chine tarde à se mettre en œuvre. Sans le savoir, des ONG comme Brainforest participé à la lutte impérialiste capitaliste au côté du néocolonialisme français et américain. Également, pour affaiblir Omar Bongo et les autres chefs d’État de la sous-région, leur enrichissement personnel a été mis sur la place publique par des ONG tels que Transparancy international. Ces dénonciations ont fait valoir la mauvaise gouvernance dont ces dirigeants se sont rendus coupables. Des plaintes et des poursuites judiciaires ont été envisagées. Ces plaintes et la possibilité de poursuites judiciaires ont eu pour effet de mettre les chefs d’États africains qui voulaient se défaire des accords de coopération avec la France sous pressions.

Du coup d’État électoral au Gabon en 2009

À la suite du décès du président Bongo, il s’est posé le problème de sa succession. Il convenait à la France de trouver un leader politique qui pouvait le préserver leurs intérêts. De la panoplie des candidats à la succession, il leur fallait un individu taillé sur mesure. Il ne devait pas avoir des assises populistes et disposer d’une notoriété politique trop grande entre autre du fait de l’appartenance à une des trois principales ethnies du pays : fang, Tsébi ou Punu. De fait, Pierre Mamboundou avait été écarté, surtout qu’en venant aux commandes de l’État, vu son indépendance d’esprit et son arrogance il était susceptible de changer certaines accords de coopération. Suite au lobbying qu’il avait fait par l’entremise de l’ambassadeur de France au Gabon, il avait été décidé qu’Ali Bongo était la personne indiquée pour préserver les intérêts de la France au Gabon.

Durant la campagne, la montée en puissance d’André Mba Aubame (AMO) inquiéta la France. AMO avait fondée sa stratégie électorale sur un certain populisme. Il drainait dans le sillon de sa campagne la majorité des populations fang et les membres d’autres ethnies qui voyaient en lui le seul candidat susceptible de battre Ali Bongo, car comme il le disait, il détenait les secrets de la manipulation des urnes. Les candidats de premier plan tels que Casimir Oyé Mba ou Eyengh Ndong devaient pâlir devant la déferlante d’AMO. Pierre Mamboundou terne dans sa campagne ne parvenait pas à mobiliser les foules de 2005.

Dans les tous derniers jours de la campagne, quelques candidats décidèrent de soutenir AMO, dont Casimir Oye Mba et Eyeng Ndong. Le jour du scrutin, la France qui avait dépêché sur le terrain des observateurs pour compiler les données du vote était parvenue à dégager la tendance du vote dans les différentes régions avant les candidats eux-mêmes. Sachant AMO vainqueur de l’élection, alors même que la Commission de centralisation des votes commençait à peine à centraliser les résultats du scrutin, Ali Bongo fut proclamé élu par le ministère de l’intérieur et quelques jours plus tard, cette proclamation fut validée par la Cour constitutionnelle.

Fait à noter, avant même que la Cour constitutionnelle ne donne son verdict, la France avait déjà fait et cause et reconnu Ali Bongo président du Gabon, le reste n’étant pour elle que pure formalité. La France ne voulait pas d’un élu disposant d’une légitimité qui le placerait en rapport de force pour renégocier en faveur de l’État et du Peuple Gabonais les accords de coopération de l’exploitation des matières première comme entendait le faire Laurent Gbagbo en Côte d’ivoire.

L’avantage pour la France d’avoir Ali Bongo comme président vient du fait qu’il ne dispose pas d’une popularité ou même d’une légitimité naturelle. Il ne peut donc s’appuyer sur la population pour s’opposer à la France comme pourrait le faire AMO pour imposer des perspectives différentes sur l’exploitation des ressources économiques du pays. Comme en Côte d’Ivoire, il est bon pour la France de s’appuyer sur des gens qui ont une base politique fragile. En toute circonstance, ils auront besoin de l’appui de la France.

La riposte néocoloniale en Côte d’ivoire : le coup d’État militaire

En Côte d’ivoire, la riposte néocoloniale a pris les allures d’une invasion militaire. Laurent Gbagbo dit à la France que si elle souhaite continuer l’exploitation du pétrole de Côte d’ivoire, elle doit renégocier des nouveaux contrats selon les principes de l’offre et de la demande du marché international. Au regard de cette exigence, la France a résolu d’enlever Gbagbo du pouvoir pour le substituer une personne plus encline à ses intérêts. Ne pouvant le faire de par sa seule puissance, la France s’est alliée aux États-Unis d’Amérique.

En échange de son effort de guerre en Afghanistan, elle a obtenu d’entrer dans une alliance stratégique pour la conquête et la préservation du monopole sur l’exploitation des matières premières des pays francophones du Golf de Guinée. À ce titre, la France et les États-Unis d’Amérique ont pris les dispositions nécessaires pour faire partir Gbagbo du pouvoir en Côte d’ Ivoire. Ils ont construit une mission onusienne sur mesure pour mettre en place les dispositions du coup d’État électoral.

Ainsi, malgré l’évidence des preuves des fraudes massives dans les bureaux de scrutin dans les régions du Nord plus encline à Ouattara, les Nations Unies ont refusé de recompter les votes comme cela fut fait en Afghanistan, en Haïti et même aux États-Unis d’Amérique. La France, les États-Unis d’Amérique de même que les observateurs internationaux de l’Union européenne et les Nations Unie savaient qu’un recomptage des votes entraînerait la victoire de Laurent Gbagbo. Aussi, ont-ils résolu, sous l’entêtement de Laurent Gbagbo d’utiliser les armes pour substituer leur président au Président Gbagbo.

Les leçons à retenir en guise de conclusion

Le Gabon, avec moins d’un million et demi d’habitants et des ressources immenses des matières premières manque d’infrastructures routières, sanitaires, économiques et scolaires adéquates. Ce pays que des experts ont comparé aux Emirats Arabes s’il avait été géré au profit des Gabonais ne devrait en aucun connaître la situation de misère galopante dans laquelle il est plongé. Moins peuplé que la ville d’Abidjan, il devrait être la référence du paradis sur terre mais en lieu et place, nous avons ces taudis dans ce qui est appelé centre ville, des hôpitaux qui sont des mouroirs, des rues qui sont des pistes de porc-épics. Le Gabon est ce qu’il est à cause des accords de coopération inégaux placés sous le contrôle et la bienveillance des bases militaires françaises.

Il n’y a rien dans cette situation qui soit une fatalité. Il faut se demander au regard des tergiversations de nos leaders politiques si nous sommes condamnés à la vivre éternellement. Il est vrai que devant la force de frappe de la France, un seul petit pays ne peut de lui-même se soustraire de la volonté de domination du néocolonialisme français. Pourtant, alors que la force Licorne bombardait la présidence ivoirienne, un appel de l’Union Nationale à la mobilisation contre le coup d’État électorale aurait sans doute eu une mobilisation qui aurait pu créer un effet contagion dans la sous région. Le parti a fait le choix de la négociation avec les Nations Unies. Ces mêmes Nations Unies qui participent au bombardement de la Côte d’Ivoire non pas pour les principes du respect de la démocratie, mais essentiellement pour le triomphalisme des capitalistes néocolonialistes français et américains.

Il y a dans une telle approche un paradoxe avec lequel nous avons de la difficulté à composer. Il nous est apparu au moment du bombardement de la présidence ivoirienne que l’heure était venue de briser les chaines de la servitude : «rien n’est plus puissant qu’une idée dont l’heure est arrivée». Nous sommes à cette heure où nous devrons prendre notre destin en charge, écrire notre propre histoire, défendre nos propres intérêts sans complexe et avec cette détermination qui fait aboutir les grands destins.

L’Union Nationale comme grand parti politique qui rassemble du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest ne peut s’assujettir à des stratégies politiques fondées sur l’approbation de la France. Il s’agirait-là, tout simplement de faire le jeu du colon. Voilà pourquoi j’ai cherché à me désolidariser de l’Union Nationale. Car je trouve cette situation inacceptable.

Mon intérêt pour la politique porte sur la libération du Gabon pour son développement économique et démocratique. Il n’est pas question pour moi de m’associer à un combat politique qui vise le partage du pouvoir que le colon veut bien nous donner. Je me désolidarise de toute démarche qui consiste à aller négocier des situations de privilège pour soit et au détriment des intérêts du peuple. Négocier avec les Nations Unies dans une situation de faiblesse c’est faire le jeu du colon. Voilà dit définitivement.

Joel Mbiamany-N’tchoreret

Samedi 23 Avril 2011
joel mbiamany-ntchoreret
Vu (s) 1959 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

19.Posté par Minko le 29/04/2011 03:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
en ref @ Eyo'o
Que ce jeunot de Joel quitte la barque UN ou pas n'a aucun rapport a l'independance economique ensuite politique de l'Afrique et du Gabon.
En l'occurence, si vous visitez son htp:/, la derniere communication de Myboto figure en 1ere page, ce qui reduit sa petite menace de quitter la barque de l'UN a un Vaudeville : "Retenez moi ou je saute". A ce jour, il n'a pas encore saute.

18.Posté par Ancien le 27/04/2011 09:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne vais pas tomber dans le piege de "bragging", ce vantardisme enfantin si propre aux Africains pour peu qu'ils aient quelque education.
Plutot que d'engager un debat ouvert a tous avec des idees claires d ' abord a vous meme, vous semblez preferer faire montre de votre Anglais a 300-350 TOEFL .
Au 1er demeurant, de quoi parlez-vous ?
Au 2e, le respect aux autres lecteurs commande que vous produisiez une traduction dans la langue a l'usage sur ce site, comme on parle Latin a Rome.

Tres Grand Frere-ternellement., votre Serviteur. (Nice to talk with U.



17.Posté par Eyo'o Nkane le 26/04/2011 18:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Joël, vous et moi nous luttons pour la même cause : la libération, l'autodétermination du Gabon, et partant de l'Afrique. Mais nous avons des appréciations différentes. La réalité c'est qu'on ne peut pas placer les la charrue avant/devant les boeufs. Il faut que les Gabonais aient la possibilité de choiser librement leur dirigeants avant de penser aller lutter contre la mainmise de la France sur le pays. Tout est question de volonté politique (le social, l'économie). Tant que nous n'avons pas la possibilité de choisir nous même nos propres dirigeants, ne vous leurrez pas d'aller en guerre contre la France et contre ses sociétés qui spolient nos richesses.
Vous n'avez pas besoin de quitter la barque de l'UN. La bataille ne sera gagnée qu'avec l'UN

16.Posté par St.Michael le 26/04/2011 15:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Ancien,

Je recopie integralement ton dernier paragraphe au post#9 ''Une question en post scriptum. Quelles etudes font ils ou ont ils faites pour remplacer avec la meme efficacite tous les Blancs Francais Americains et Chinois qui font le vrai travail technique sur le terrain de l'exploitation des ressources qu'ils denoncent ? Pour moi quoi, Ancien''

J'ai encore pris soin de le relire 100 fois mais je fais la meme lecture que la premiere fois. Cependant ton post#15 se distance de ce paragraphe controversé.

Had you just expressed your view as per your post#15, my respond would have been different and bit more soft to you.

Your post#15 describes a part of the downside of the good effort made by african and gabonese Elites, but let's not be too caricaturing....

Whilst I acknowledge that in number, the True Talented African are less than French population, however, African/Gabonese are matching the French in quality of education and professionalism when giving the same and equal opportunity to attend the same school or university.

Is that enough? Certainly not! And you made a valid point in reflecting the lack of awareness and consciousness exhibited by brothers like OWONE NGUEMA and others after obtaining solid and honorable credentials and found themselves putting their intelligence in the service of the madness.

There is a mismatch between your post #15 and the last paragraph of your post#9.

Cheers,


15.Posté par Ancien le 26/04/2011 13:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ l'ami St Michael
"The Gabonese less talented than the French!"
quelle meprise sur mon paragraphe incimine ! 'misconstruction' est le mot Anglais comme tu (prends mon tutoiement pour de l'amitie) sembles posseder cette langue. Mais restons Romains a Rome, parlons le latin de ce site.

Il y a plus de Medecins, ingenieurs, physiciens, professeurs.... Africains y compris Gabonais dans les pays du Nord que leur contre-part dans nos pays du Sud.

Les raisons sont diverses : le salaire est loin d'etre le dernier motif, les conditions de travail la 1ere raison : equipements en dessous de leur expertise et dernier souci des etats d'y remedier ; clientelisme ethnique ou politique qui les place sous les ordres de moins qualifies qu'eux etc etc..

Dans le cas particulier du Gabon, medecins et ingenieurs et tous les autres finissent tres vite dans le mandarinat politique et bureaucratique, -conseiller, directeur General ou de cabinet, Inspecteur.. c'est du plethore. Leur seul but est d'assurer leur place a la Table de la Grande Bouffe.
Ils abandonnent ainsi le travail de terrain aux expatries de tout poil et de tout venant. Ceci est vrai des autres pays Africains. Quand ils ne peuvent pas entrer dans le mandarinat, ils s'exilent. Au Gabon, le petrole aidant, l'expansion du mandarinat politique et bureaucratique est sans limites comme le cosmos.
EN BREF
L'iNdependance, la fin du neo-quoiquoi passe par la prise en charge sur tous les terrains de developpement DES AFRICAINS QU'IL FAUT A LA PLACE QU'IL FAUT.

Voila ma These.

Tout le reste n'est que du BLABLABLA. De l'ejaculation precoce.



14.Posté par St.Michael le 25/04/2011 20:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Ancien (post#9),

Encore que tu es peut être ancien ici mais ton pseudo ne l'est certainement pas......

Ce n’est pas pour autant accorder une importance particulière à ton post#9 dont la fin est très controversée, triste et peu inspirée, mais c'est pour exprimer mon d’indignation de ce dernier paragraphe.

A moins que tu n’ais pas suffisamment clarifié ta pensée, je pense que ton dernier paragraphe rend ton post NEANT (VOID).

Pour ton information, les Gabonais en particulier et les africains en général ne souffrent plus de ce complexe d’infériorité car nous (Gabonais/Africains) avons fait nos preuves honorables sur les domaines (Culturels, Scientifiques, Techniques, Technologiques et sportifs).

Nous détenons des exemples précis où l’Africain (aussi le Gabonais) s’est placé devant les français en montrant des performances aussi bien égales voir même supérieures aux petits français. Plus qu’avant la deuxième guère mondiale, le Gabonais aujourd’hui fréquente de plus en plus les universités non seulement françaises mais aussi Anglaises et Américaines.

Je partage entièrement l’analyse pertinente de guerrier frère Bede (Post#4), car le vrai problème c’est notre manque de vision commune de voir que ce qui nous unit (Indépendance/Liberté) est plus sacrée que ce qui pourrait nous diviser (notre diversité Don de Dieu). en effet, malgré le niveau d’études et d’éducations de Pierre Mamboundou et son duo Paul Mba Abessolo, on a assisté tristement à des ralliements visant à diviser pour que la France règne mieux sur le Gabon.

N’est pas vous avez une catégorie d’élites moyennes qui conjuguent le postula selon lequel si ce n’est pas PMM on préfère se jeter dans les mains d’Aliben qui a pourtant foulé aux pieds les règles élémentaires de la constituions gabonaise et a meme tenté de mettre un terme fin à la vie de ce corrompu PMM?.

Avec des comportements de ce genre de PMM, que voulez vous que nos brillants scientifiques, Techniciens et Chercheurs sortis des grands Labo occidentaux fassent ??? Même malgré les DOC et PhD obtenus avec distinction, la Vraie élite Gabonaise (africaine) est forcée de vendre ses talents/compétences ailleurs que de venir tomber dans ce jeu d’intérêts personnels et maçonniques de ces vampires Mba abessolo at Mamboundou.

Comment voulez vous qu’un magistrat hautement qualifié gabonais vienne servir dans un Département où son chef sera la prostituée chevronnée Mborantsuo ???

For your sake, please remember that we are far more ahead of this short-slightness and this notion which tends to believe that Gabonese are less talented than French people.

If you are still in doubt, I will have to make an exception by giving my own testimony.

Amen.


13.Posté par FOUTAISE le 25/04/2011 11:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Représentant de quelle diaspora?

Vous vous désolidarisez de qui vous voulez, pour ma part ça restera un NON-EVENEMENT car vous ne représentez rien à mes yeux. Aucune conviction réelle. De vraies girouettes! Juste pour se faire remarquer et peut-être se faire appeler (quelle illusion!) par la Biafrerie..

Nous avons tous condamné le silence des dirigeants africains par rapport à la situation en CI. Mais de là à faire la girouette...Bon juste 1 preuve qu'on ne peut pas compter sur des gens comme vous. Je parle des 1 ou 2 zozos, "représentants de la diaspora" qui parlent de se DESOLIDARISER. Allez 1 peu sur le terrain, qu'on rigole 1 peu. Vous verrez si c'est facile pour l'UN. Bande de parleurs...

12.Posté par Max Massoussa le 25/04/2011 11:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
PAS UNE SEULE VOIX AFRO EUROPEENE POUR SARKOZY EN 2012
Nous considérons que tout africain de la diaspora et d’Europe en particulier, tout africain européen (ceux des africains qui ont la nationalité d'un pays européen) tout européen africain (les européens qui aiment l'afrique et s'y installent, ou qui ont acquis la nationalité d'un pays africain par adoption, naissance) a un devoir de solidarité et doit apporter son aide à l’Afrique dans son désire de liberté, de démocratie, d'émancipation, bref d'indépendance au sens large. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est important que les africains-européens prennent des responsabilités politiques dans tous les partis politiques de leurs pays d'adoption. En somme, dans leurs fonctions et dans leurs vies de tous les jours, à travers l’ensemble de leurs actions, ils doivent essayer d’apporter leur modeste pierre à la construction de l’indépendance de l’Afrique. C'est pourquoi en tant qu"africain européen je demande à mes fréres africains européens de n'apporter aucun soutien politique dans le cadre de tous les scrutins à toute personnalité politique d'europe ou d'amérique, à tout parti politique qui oeuvre pour l'arriération du continent noir, pour le soutien aux dictateurs, pour le soutien à la françafrique, pour la violation du droit à la liberté et à l'indépendance de l'Afrique.
C'est pourquoi je vous demande, qu'aucun de vos suffrages n'aillent au bénéfice de Sarkozy et de l'UMP, ni au parti socialiste et à son candidat DSK qui ont validé les crimes de guerre de la france contre la Côte d'Ivoire.



11.Posté par nietszche le 24/04/2011 11:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
la democratie tant defendue par Gbagbo et soutenu par ses adeptes Moubamba, Ntchoreret et ceux convaincus d aimer ce continent plus que ceux qui crient jamais plus de mauvaise gouvernance et jamais plus ca :

http://www.rezoivoire.net/dossier/images/_guei_corps.jpg

Le poids des images, si les mots ne peuvent etre percus ( le destin d un chef d etat sous Gbgbo, le massacre à huis clos reste légitimé par une certaine certitude d etre intellectuel et bien pensant )


10.Posté par Ancien le 24/04/2011 09:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au guerrier Mbede

Si tu soutiens kadafi qui appelle ses propres concitoyens des cafards et des drogues -ce ne sont pas les Occidentaux qui le rapportent mais de sa propre bouche- c'est pas faire montre de courage que de t'assoir tranquillement et confortablement devant ton ordinateur et crier "continuons le combat"

Si tu es vraiment guerrier, passe par le Tchad et joins les mercenaires negres de Gadafi. Il en recrute chaque jour. Mais ne tombe pas entre les mains des Libyiens, surtout de Bengazi. Ils t' ecorcheront vifs comme ton grand pere ne ferait pas d'un gibier.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...