News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Les abérations du journal en ligne TimesGabon

Le site de la Liberté - Martin Edzodzomo-Ela le Vendredi 8 Avril 2016 à 06:59 | Lu 1713 fois



Le journal en ligne de la Présidence : TIMESgabon, que je lis régulièrement, dans une de ses élucubrations publiées hier mardi le 05/04/2016 intitulée : Guy Nzouba Ndama: son complot a échoué !, raconte entre autres :
« Le très intrigant Moukombo qui a été forgé à l’école des privilèges indus se sentait à l’étroit dans la nouvelle stratégie présidentielle de promouvoir » l’égalité des chances « Il a donc pris le parti du boycott de toute action d’Ali Bongo tendant à donner une chance à la jeunesse.

De source sûre, nous savons qu’il n’a jamais cautionné l’idée, se sentait à chaque fois gêné, lorsqu’il s’agissait de donner plus de chances aux jeunes. Il avait donc décidé de passer à l’action comme un vieux briscard de la politique.
La fin de l’histoire, c’est une candidature de Guy Nzouba Ndama, comme étant le renouveau et l’avenir de notre pays. Mais de qui se moque-t-on ? Depuis longtemps, nous avons fustigé le sabotage de l’action présidentielle et certains prophètes de l’analyse politique erronée ont tiré sur nous.

Tout ce que nous avons dit, avec une certaine liberté de ton certes, mais tout a été juste et vérifiable. Un homme qui ne connaît pas les enjeux actuels du monde moderne, qui ne s’est jamais arrimé aux nouvelles technologies, qui ne sait pas qui est Mark Zuckerberg ou qui était Steve Jobs, vient nous raconter qu’il est l’avenir de cette jeunesse. Monsieur Guy Nzouba Ndama saura très vite que les Gabonais ne sont pas prêts à ramener en première ligne, quelqu’un qui voudrait réinstaller l’ancien ordre: la promotion par le nom, l’ethnie »

1. Toute action d’Ali Bongo tendant à donner une chance à la jeunesse. , lorsqu’il s’agissait de donner plus de chances aux jeunes.
Assertion bassement démagogique, grossière et mensongère.
Donner la chance à la jeunesse ! Quelle jeunesse ?
Qu’en est-il du sort de la jeunesse sous le régime de l’ « Emergence » des abominations du système PDG. BONGO ?
2. Un homme qui ne connaît pas les enjeux actuels du monde moderne, qui ne s’est jamais arrimé aux nouvelles technologies, qui ne sait pas qui est Mark Zuckerberg ou qui était Steve Jobs, vient nous raconter qu’il est l’avenir de cette jeunesse.
Certes, de nos jours, on pourrait croire que ce sont les jeunes qui sont plus adaptés, plus souples, plus mobiles, plus au fait des dernières innovations ; ce qui reste à prouver en ce qui concerne ces « jeunes » de l’ « Emergence» de tous les malheurs de la société gabonaise avec leur gestion calamiteuse, qui en 6 ans a conduit le pays au bord d’une explosion meurtrière que nous vivons en ce moment.

Que ne nous dit pas l’auteur du papier, Caroline Matassa des enjeux actuels du monde moderne, qui est Mark Zuckerberg ou qui était Steve Jobs, pour le peuple gabonais et sa jeunesse sacrifiée par le régime ?
Caroline Matassa donnez autre chose à vos lecteurs que de tels insipides de votre pseudo savoir intellectuelle des enjeux modernes, de Mark Zuckerberg et de Steve Jacobs. Qu’importe pour le Gabonais que Guy Nzouba Ndama qui a été pendant vingt ans Président de l’Assemblée Nationale de notre pays, soit [Un homme qui ne connaît pas les enjeux actuels du monde moderne, qui ne s’est jamais arrimé aux nouvelles technologies, qui ne sait pas qui est Mark Zuckerberg ou qui était Steve Jobs].

De plus, selon le frère putatif dans la maison du défunt Omar Bongo Ondimba, de votre éminence grise de grand « Emergent » Ali Bongo Ondimba, Robert Bourgi : [ Deux hommes de l’entourage du président Omar Bongo, qui avaient pris fait et cause pour Ali se sont activés pour accélérer le mouvement intramuros et extramuros en faveur d’Ali. Je les nomme : Jean Pierre Lemboumba, proche d’entre les proches d’Omar Bongo, et Guy Nzouba Ndama, président de l’Assemblée nationale, qui vient de démissionner avec éclat de la présidence. Jean Pierre Lemboumba et moi-même avons été reçus par Claude Guéant le 13 juillet (2009) au soir. Tout était mis en place pour que l’élection d’Ali se précise, et Guy Nzouba Ndama lui aussi, avec moi, a été reçu par Claude Guéant].

Les remontrances de Vivien PÉA, le secrétaire général adjoint du PDG en charge de la jeunesse, qui juge déconcertante la ligne éditoriale de votre journal en ligne TimesGabon, se justifient à plus d’un titre.
Selon Publié par Loïc Ntoutoume dans POLITIQUE sur dimanche 03 avril 2016 ; Le secrétaire général adjoint du Parti démocratique gabonais (PDG) déplore, sur sa page Facebook, la tendance à l’injure et à la salissure de notre confrère, réputé proche de la présidence de la République, lui demandant de rehausser le niveau du débat politique. - le secrétaire général adjoint du PDG en charge de la jeunesse, qui juge déconcertante la ligne éditoriale du journal en ligne TimesGabon. Il dénonce la détestable et fâcheuse habitude qu’ils ont pris d’invectiver et lancer des diatribes à toutes les personnalités gabonaises qui expriment leurs désaccords ou prennent leurs distances avec le Parti démocratique gabonais (PDG) ou le gouvernement.

«L’arme de destruction massive de la réputation et de la popularité du chef de l’Etat sur la toile». Voilà comment Vivien Pea décrit notre confrère, accusé d’avoir pris son ticket d’entrée à « l’auberge de l’insulte et du kongossa de petite nature». Loin d’être un scoop, ce constat confortera plusieurs personnes, régulièrement victimes d’attaques ad hominem sur ce site. «Je crois qu’au moment où les Gabonais ont besoin d’un nouvel oxygène dans le débat public, de se parler comme des frères d’une même famille, d’être rassemblés et d’éviter le paroxysme d’une crise politico-institutionnelle, votre devoir en tant que média soutenant le pouvoir en place ne doit pas être de pondre des articles qui peuvent accentuer une animosité exécrable déjà existante, à tel point que même si la personne avait tort vous en faites une victime aux yeux de l’opinion, mais d’appeler à l’apaisement et de rassurer l’opinion et ceux qui s’informent à partir de votre site», recommande Vivien PÉA aux animateurs de TimesGabon.

À propos de la démission de Guy Nzouba Ndama Vivien PÉA ajoute justement, selon Loïc Ntoutoume: « Si pour certains de ses frères d’armes, la démission du président de l’Assemblée nationale est un non-événement et ne constitue pas un élément capable d’ébranler le président de la République, pour Vivien PÉA , elle doit appeler à «une introspection et à la prise de responsabilité autour du président ». Refusant de faire partie de ceux qui détruiront le Gabon, le secrétaire général adjoint du PDG chargé de la jeunesse réaffirme son choix. «J’ai choisi d’être de ceux qui écriront l’histoire du renouveau politique, car notre heure a sonné. C’est pourquoi je ne tolérerai pas que des personnes, fussent-elles de mon bord politique, prennent une posture orgueilleuse et condescendante alors que nous devons jouer la carte du dialogue et de l’apaisement », dit-il, précisant : «Ce qui me gêne ce ne sont pas tant vos publications, elles vous engagent librement, mais le fait qu’elles soient automatiquement et désormais associées à la personne du président».

3. L’EMERGENCE, régime tyrannique, avec LA MALADIE DU JEUNISME.

L’exaltation de la jeunesse est une maladie appelée jeunisme. Le jeunisme est un refus de la mémoire au profit de la nouveauté, de l’immédiateté, de l’éphémère ; elle cultive l’engouement plus que de l’engagement. Elle tourne le dos à cette idée toute simple qu’il faut de la patience et du temps, de la mémoire et de la culture, du récit et de l’expérience pour faire un homme civilisé. Hans Urs von Balthasar (12 août 1905), un prêtre catholique suisse théologien de grand renom, a affirmé, sous forme de paradoxe, que le fait de considérer la jeunesse comme une valeur en soi, témoigne d’une hiérarchie ruinée des valeurs : « Un culte voué à la jeunesse est toujours un signe de vieillissement d’une culture. »
Certes, en cet instant critique de notre histoire comme nation, nous sommes appelés à lancer nos branches vers le ciel, à imaginer et défricher de nouvelles pistes, mais sans jamais oublier la sève qui vient de nos racines. Nous sommes invités à trouver le juste équilibre entre la mémoire et la création, l’honneur dû aux anciens et l’exploration de notre chemin singulier.

L a malédiction d’une société, c’est quand ce ne sont pas les anciens mais les jeunes qui sont au pouvoir. Dans la même parole qu’Esaïe, Platon disait la même chose dans cette célèbre citation qui récapitule une page de La République : « Quand les pères tremblent devant leurs fils, quand les maîtres n’enseignent plus les élèves mais préfèrent les flatter, quand finalement les jeunes ne respectent plus les lois parce que qu’ils ne reconnaissent plus au dessus d’eux l’autorité de rien ni ou de personne, alors c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie »

Caroline Matassa : La rupture radicale avec le passé c’est l’origine de tous les totalitarismes. Ainsi, vous donnez la preuve, vous et tous vos semblables, flagorneurs aveugles du régime de l’Emergence, que ce dernier n’est autre chose qu’une tyrannie.

Au reste, face à ceux des députés qui restent encore pour le moment avec lui, Ali Bongo a estimé qu’il faut s’interroger sur les déterminismes des turbulences actuelles, marquées par les récentes démissions. Sans compter celles des grands barons du système que sont entre autre les Jean Ping, Jean Eyeghe Ndong, Réné Ndemezo’o Obiang, pour ne citer que ceux-là, tous ceux-là qui ont été pour la plupart, les cerveaux du groupe des « Rénovateurs » avec Ali Bongo.

Nous sommes appelés à lancer nos branches vers le ciel, à imaginer et défricher de nouvelles pistes, mais sans jamais oublier la sève qui vient de nos racines.
Et nos racines ce ne sont ni Mark Zuckerberg, ni Steve Jacobs, encore moins des nouvelles technologies, dont je parie par ailleurs que Carine Matassa n’en fait à la limite qu’un très mauvais usage.

NB/ Pour le lecteur :

Mark Zuckerberg est le plus jeune milliardaire de la planète avec 4 milliards de dollars en 2010. Il est le créateur et CEO du réseau social Facebook.

Steven Paul Jobs, dit Steve Jobs, est un entrepreneur et inventeur américain, souvent qualifié de visionnaire, et une figure majeure de l'électronique grand public, notamment pionnier de l'avènement de ...Wikipédia

Le lecteur appréciera l’étendue des connaissances qui manquent à celui qui a été Président de notre Assemblée Nationale pendant presque 20 ans, et valent aux « Emergents » de si bien gouverner avec tant d’incompétence, d’insolence, et de mépris du peuple !

Vendredi 8 Avril 2016
Martin Edzodzomo-Ela
Vu (s) 1713 fois



Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...