News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Les Togolais votent sous haute surveillance

l'info réelle 7J/7 - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Jeudi 4 Mars 2010 à 08:11 | Lu 560 fois

Le président Gnassingbé se dit sûr d'être réélu aujourd'hui. À la régulière ? L'opposition redoute des trucages, malgré la présence de centaines d'observateurs étrangers.



Les Togolais votent sous haute surveillance
Le Togo est-il en train de tourner la page d'une histoire violente, faite de complots, de scrutins truqués et de répressions sanglantes ? Après deux semaines d'une campagne étonnamment bon enfant, les Togolais élisent aujourd'hui leur président, sous l'oeil vigilant de centaines d'observateurs étrangers et de militaires d'Afrique de l'Ouest, venus contribuer à la sécurité du scrutin. « Le pays vous est entièrement ouvert », leur a affirmé le porte-parole du gouvernement, Pascal Bojodna, mercredi, en les accueillant à Lomé.

Élection transparente ? Voire. Les partisans du chef de l'État, Faure Gnassingbé, 43 ans, chantent déjà victoire : « Faurcément Faure ! » L'opposition accuse Gnassingbé d'avoir noyauté la commission électorale, comme avant lui son père, le dictateur Eyadema, au pouvoir pendant trent-huit ans. « Le RPT (Rassemblement du peuple togolais) gagne toujours en trichant », martèle Dovi André Kuevi, porte-parole de l'Union pour le changement (UPC), principal parti d'opposition.

Kofi Yamgnane évincé

La triche, d'ailleurs, n'a-t-elle pas commencé avec l'éviction de Kofi Yamgnane, l'ancien ministre de François Mitterrand, Finistérien d'origine togolaise rentré au pays pour défier le pouvoir ? Sa candidature a été rejetée au motif d'une date de naissance erronée.

Cette mise à l'écart pourrait toutefois coûter cher à Gnassingbé : homme du Nord comme le Président, Kofi Yamgnane a apporté son soutien à Jean-Pierre Fabre, 58 ans, le candidat de l'UPC, économiste et homme du Sud, qui pourfend l'incurie et la corruption : « Cinquante ans après l'indépendance, il n'y a pas d'eau potable dans certains quartiers de la capitale. »

Dans cette élection à un seul tour, Gnassingbé misait sur l'éparpillement, l'opposition alignant six candidats. L'addition Yamgnane-Fabre remet tout en cause et, en cas de vote serré, on redoute l'explosion. Il y a cinq ans, à la mort du dictateur Eyadema, les militaires avaient installé son fils, puis concédé une fiction d'élection, avant de tirer à balles réelles sur les insurgés de la capitale, bastion de l'opposition. Il y avait eu au moins 400 morts.

Jeudi 4 Mars 2010
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 560 fois


Politique | Société | Economie | Jean Ping Président élu | Ali Bongo Réélu !!! | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Société Civile | MDFC | CAPPO | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Ogooué Ivindo | Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame









Les Articles les plus lus

Savoir Bien Vivre...

La Femme Emancipée