News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Les Gabonais et le «niet» de la Guinée Equatoriale à la libre circulation

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mardi 12 Novembre 2013 à 08:58 | Lu 1582 fois

Les réactions des Gabonaise sont aussi diverses que variées au sujet du refus, le 8 novembre, de la Guinée Equatoriale d’appliquer l’accord de libre circulation des personnes devant entrer en vigueur le 1er janvier 2013 dans 6 Etats de la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale (Cemac).



Après des années de négociations laborieuses, la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale (Cemac) est parvenue à un accord sur la libre circulation de ses ressortissants au sein de l’espace communautaire, avec la suppression des visas et l’instauration d’un passeport biométrique commun. Craignant de devoir faire face à une immigration massive, la Guinée Equatoriale a choisi de faire marche arrière au détriment des accords qu’elle a validés le 14 juin 2013 à Libreville lors du Sommet extraordinaire de la Cemac.

Après l’annonce par les autorités Guinéennes d’ouvrir leurs frontières conformément à cet accord, dans les rues de la capitale gabonaise, seuls les autres ressortissants de la Cemac semblent tressaillir et s’en inquiéter. Les Gabonais, quant à eux et pour la majorité des personnes interrogées, démontrent qu’ils s’attendaient à ce retournement.

«C’était prévisible !», a lancé un ancien enseignant à la retraite. «Cette histoire de la Libre circulation ne date pas d’aujourd’hui. Mais, personne ne s’était encore entendu sur les modalités pratiques de sa faisabilité. Tout d’un coup on nous dit que ce sera effectif en janvier 2014. Le peuple a son mot à dire dans des histoires de cette nature qui concerne sa souveraineté», a-t-il expliqué tout en ajoutant que «Le Gabon gagnerait à se retirer aussi parce qu’il risque de plus perdre par rapport à ce qu’il peut gagner».

Comme lui, beaucoup d’autres voix gabonaises, certes non autorisées, saluent la volte-face de la Guinée Equatoriale. «La Guinée a certainement bien pris du recul avant de se décider. Elle ne veut pas se voir imposer des choix qui vont la dépasser plus tard. Avec quoi va-t-elle participer à cette libre circulation ?», a dit pour sa part une jeune dame, agent de recensement sur l’opération actuelle de recensement de la population gabonaise et des logements.

Un autre, fonctionnaire Gabonais, félicitant l’attitude de la Guinée Equatoriale, s’explique tout en s’interrogent : «la libre circulation sous régionale est quelque chose qui touche à la souveraineté des pays de la zone Cemac. Or, il me semble que le président Ali Bongo est garant de la souveraineté de la nation gabonaise. En permettant la libre circulation des biens et des Hommes dans notre pays sans avoir l’avis et l’accord du peuple, se serai- il rendu coupable de haute trahison envers la nation ?».

Idem sur la toile mondiale où les commentaires de Gabonais saluent l’initiative de la Guinée Equatoriale. «Très heureux de constater la décision prise par la Guinée Equatoriale. En effet, on ne peut promulguer et appliquer la libre-circulation des personnes et des personnes en Afrique centrale sans le sentiment des peuples concernés. En outre, nous ne sommes pas prêts à une telle directive car nous avons besoin de temps, pour permettre à tout un chacun de faire le ménage chez soi. La Centrafrique et le Tchad font face a une instabilité politique chronique, le Cameroun doit régler son problème de corruption élevé, le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Congo Brazzaville ont eux aussi leurs problèmes sociaux à résoudre. Ali Bongo Ondimba doit prendre exemple de la décision de la Guinée Equatoriale», a relevé un commentateur sur Gabonreview.

«C’est un exemple que nous montre la Guinée Equatoriale. Je suis commerçante et je n’arrive pas à m’en sortir. Si on laisse encore des étrangers venir augmenter notre nombre de débrouillards je crois que ce sont les Gabonais qui auront mal. Donc le Gabon ne doit pas ouvrir ses frontière», a dit une commerçante exerçant au PK 12 de Libreville. «Prenons le temps de résoudre nos problèmes internes avant de penser à une intégration sous régionale complète», a lancé pour sa part un quadragénaire au chômage, sirotant une bière dans un bistrot de cette banlieue de Libreville.

D’autres personnes par contre estiment que le retrait de la Guinée Equatoriale devrait plutôt donner des arguments aux chefs d’Etat de la région pour relever le défi.

«C’est bien triste! Mais la balle est dans le camp des cinq autres pays de la Cemac. A eux de montrer la voie à la Guinée qui ne représente que 700.000 personnes environ», pense un ressortissant Camerounais, conducteur de taxi à Libreville. A sa suite, le seul Centrafricain rencontré a souhaité que «les autres Etats commencent l’intégration régionale pour que ceux qui n’en veulent pas prennent le train en marche plus tard». Un autre Camerounais, enseignant dans un lycée public de Libreville estime pour ce qui le concerne que «cette reculade de la Guinée Equatoriale pose à nouveau le problème de l’unité de l’Afrique toute entière». «Dommage ! Ou on va ensemble ou on laisse tomber et c’est la sous région qui recule», a-t-il déclaré.

«La libre circulation a un grand avantage pour le petit peuple. Depuis très longtemps entre le Cameroun, le Congo et le Tchad il n’existe pas de Visa. Le Tchad et le Congo sont des Etats pétroliers et ne sont pas envahis par les Camerounais. Le Bénin, qui a un puissant voisin, le Nigéria, n’est pas envahi. Ne craignons-nous pas d’être envahis par les Marocains, les Libanais et les Chinois ? Bêtise quand tu nous tiens…», a lancé un autre internaute sur Gabonreview.

Globalement, les ressortissants du Tchad, du Cameroun, de la République centrafricaine et du Congo estiment que la Guinée Equatoriale a tort de se retirer du processus. Pour certains, en dehors du pétrole qui fait sa force, ce sont les pays voisins qui la nourrissent. Dans ce contexte, des voix ont été entendues qui souhaitent l’ostracisme des pays qui bloqueraient l’intégration régionale.

Si certains leaders politiques gabonais, tout comme une frange de la population gabonaise continuent de réclamer le retrait du Gabon de ce projet, il est à noter que depuis l’annonce faite de retrait de la Guinée Equatoriale, aucune voie autorisée n’est montée au créneau pour apprécier le geste en attendant le 1er janvier 2014.

Source : Gabonreview

Mardi 12 Novembre 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1582 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

16.Posté par jakafane le 13/11/2013 13:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LE PANAFRICAIN naïf, ne sait pas trop de quoi il parle.
Nos jeunes états sont encore trop faibles et mal stucturés pour réussir un tel projet. Il n'y a qu'à voir,
les bidonvilles qui cotoient les zones urbanisées. Et même dans ces zones urbanisées, savez vous par exemple que dans certains édifices publiques l'ascenseur peut rester en panne durant 4 ans. Que les toilettes restent bouchés des années durant,
que certains employés n'ont même pas de bureau...la liste est longue. Je prends le cas du ministère de affaires étrangères, pour ne citer que celui là (constat de 2012).
Saviez-vous que ce ministère est resté 4 ans sans ascenseur, les toilettes bouchés pendant très longtemps. Les employés allaient, ou vont encore même faire leurs besoins à Mbolo ou dans les environs.
certains fonctionnaires n'ont pas de bureau (manque de mobilier et d'espace de travail), climatisation centrale en panne. Pas de connexion internet, pour un ministère qui a lancé le visa en ligne.
Il y a d'autres cas à tomber par terre, tellement c'est du gros n'importe quoi.
De là à parler de mettre en place la libre circulation des personnes dans la sous région...

Qui vivra verra!

15.Posté par LE SAGE le 13/11/2013 11:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais la guinée équatoriale n'a pas dit non à l'immigration, Mais elle veut juste avoir la possibilté de la maitriser et la flexibilté de pouvoir appliquer sa propre politique vis à vis d'un type d'immigration peu bénéfique. Nous savons tous que la libre circulations des personnes et biens a ses points positifs, mais ne fermons pas aussi les yeux sur les aspects négatifs de cette dernière. La grande question est, sommes nous pret a faire face???? Chaque Etat repondra a son niveau. Les anglophones parlent du "SWOT analisis", qui veut dire que tu dois d'abord analiser tes forces ( strengths), tes faiblesses (weaknesses), tes opportunités (opportunities) et les possibles dangers ou menaces (threats) et la guinée équatoriale a repondu NON. Pourquoi les envouloir de vouloir avant tout proteger les intérets de leur pays et peuple, c'est un Etat responsable

14.Posté par BALOSSI BIBOULOU le 13/11/2013 04:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@C'EST L'ACCES LIBRE DANS UN AUTRE ETAT QUI FAIT LE DEVELOPPEMENT? EXPLIQUEZ NOUS CA UN PEU.C'EST EN ENTRANT LIBREMENT LES POCHES TROUEE DANS UN AUTRE PAYS QU'ON APPORTE LE DEVELOPPEMENT A CE PAYS? DANS NOTRE CAS AFRICAINS ON ENTRE DANS UN AUTRE PAYS C'EST POUR S'INSTALLER PARCE QUE LA OU ON EST NE C'EST LA GALERE.
aTTENDEZ VOIR 2 ANS LE GABON SERA INVIVABLE

2 ANS LE GABON SERA INVIVABLE/LA POPULATION PASSERA DE 900.000 HBTS A 10 MILLIONS
QUI VIVRA VERRA/iL NOUS FAUT FAIRE DES MARCHE POUR ARRETER CE SUCDE QUE BONGO A DECIDE DE NOUS LIVRER.

13.Posté par Ngone le 12/11/2013 23:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Panafricaniste, pas la peine de vociférer en majuscule. Ca fait mal aux yeux.
Je suis aussi, sinon plus panafricaniste que vous, mais soyons lucides un moment. L'union européenne s'est mise en place après que chacun des états le composant, les premiers piliers aient atteint un niveau de dévéloppement et de vie semblables. Ensuite, ils ont tiré les plus faibles d'entre eux par le haut. Même si je rêve de l'intégration régionale (disons même que je rêve de l'éffacement des frontières coloniales), il n'en demeure pas moins que nos jeunes états sont encore bien fragiles et mal structurés en leur sein. La démocratie et son corollaire, le dévéloppement frémissent à peine. Dans ces conditions, nous risquons de rater cette belle idée en mettant la charrue avant les boeufs. Les populations ne sont pas prêtes car sous instruits pour comprendre les tenants et les aboutissants d'un tel projet. Comment en vivant dans la misère chez soi, on peut accueillir l'autre dans de bonne condition ?Que chaque état prenne le temps de balayer chez soi et le projet à long terme pourra bénéficier à tous. Sinon, ce sera ni plus ni moins du désordre. Nos chefs d'état ne parlent pas d'une même voix, comment vont-ils faire pour réussir ce projet s'il ne se donnent pas le temps de peser le pour et le contre ? Qui va circuler ? vers où ? comment ? pourquoi ? Ce que fait Obiang Nguema, ce n'est pas de l'égoïsme, cela relève de la sagesse qui veut qu'il prenne le temps de bien mûrir la question afin de protéger son peuple et ne pas le lâcher aux vautours. Il n'a pas dit qu'il ne le fera jamais. Circulez déjà dans un même pays en vous sentant partout chez vous et ensuite circulons librement entre nos pays. En attendant, avec ou sans passeport cemac, ça circule bien au bahkchich non ?

12.Posté par Giap Effayong le 12/11/2013 22:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je voulais écrire "franchement"mais je suis déjà dans les bras de Morphé.

11.Posté par Giap Effayong le 12/11/2013 22:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lire: "franchemant" merci.

10.Posté par Giap Effayong le 12/11/2013 22:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Post7 LE PANAFRICAIN,
Je crains que vous n'ignoriez votre sujet.Votre discours n'étant qu'un chapelet d'âneries, de fariboles et de nègreries.Même le plus obtu des imbéciles ne scierait pas la branche sur laquelle il est assis.Vous parlez de construire le Gabon avec vos frères ouest-africains,et pourtant,le Gabon n'est pas le seul pays sous-dévéloppé du continent.Pourquoi n'allez-vous pas construire le Sénégal,le Mali,leBenin, le togo et tous ces pays de la côte ouest-africaine où la misère sévit depuis des lustres malgré des millions de mosqées et de fidèles.C'est à croire qu'Allah les a oubliés depuis fort longtemps ou qu'il n'existe tout simplement pas.Connaissez-vous cher panafricaniste,les instigateurs de la guerre qui a déchiré la Côte-d'Ivoire de 2002à2011? Savez-vous que les enfants ivoiriens qui avaient trouvé refuge en Guinée Konakry,interdiction leur avait été faite de ne pas mettre les pieds dans les écoles de ce pays? Franchemin,monsieur le panafricaniste,je vous plains par ce que j'ai pour les sots dans votre genre plus de pitié que de colère.

9.Posté par SOLANGE ANTIMI NGARI D''''''''''''''''OKONDJA le 12/11/2013 20:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Frère panafricaniste poste 7
C'est pas que les Gabonais n4aiment pas leurs frères africains ,c'est juste qu'on en a marre ,les étrangers qui se disent plus gabonais que le gabonais, je pense qu'il ny a que chez nous au Gabon ou on voit les étrangers comme des poissons dans l'eau cad très très alaise ,va dans les westerns unions les weeck end tu verras comment ces derniers font des transferts d'argents, alors qu'ailleurs il est interdit d’envoyer une certaine somme ,mais chez nous c'est le désordre,la tolérance et la paix ,les étrangers sont libre comme l'air. Nous même qd on va au mondial cad frontière Cameroun Gabon ,on se tien à carreau ,mais au Gabon l’étranger est roi et je pense que tu sois étranger ou gabonais tu le sais tres tres bien,ya qu'a voir au marcher de mont bouet ou les béninois et nigeriants font la loi ,et tu veux toi le panafricaniste que le Gabon accepte encore la misère de l’Afrique ,non,non,non ça ,on refuse mais dommage que notre salaud d'usurpateur de président n'écoute pas les gabonais ,mais un jour lui et sa légion étrangère le payerons très cher.
J'ai beaucoup d'arguments ,pour prouver que nous les gabonais on en a marre ,mais je m’arrête là, les autres vont compléter ,et mon frère coudou pourra compléter et les autres car un pur gabonais de souche ,pur pur ,n'acceptera jamais la libre circulation,du moins maintenant, peut etre plus tard ,si nos freres surtout les CAMEROUNAIS, changeaient mais tels que je les connais ,je crois qu'il faut des siècles et des siècles pour que le CAMEROUNAIS CHANGE.
VIVRA VERRA
UN JOUR LA PEUR CHANGERA DE CAMP.

8.Posté par Monefang le 12/11/2013 19:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour réussir les États-Unis d'Afrique il faudra que chaque État dispose le même niveau de vie,économique et politique.Or, une telle politique mérite d'bord d'être effective dans chaque État. À partir de cet instant un tel projet peut s'étendre aux autres États avec ses restrictions. Le dossier du Panafricanisme doit être traiter avec de la matière et non par émotion de couleur de peau.

Il suffit de regarder où un tel projet a marché, quels sont les conditions pour que plusieurs États forment un grand État? Tout Africain dira, je suis partisan des États Afrique mais pour que cela arrive il faut d'abord se débarrasser des dictatures Africaines qui empêchent à l'homme Africain de devenir un modèle où une référence à l'échelle internationale.

7.Posté par LE PANAFRICAIN le 12/11/2013 17:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
NON! LA GUINEE EQUATORIALE A TORT. IL NE FAUT PAS ENCOURAGER LA BETISE. OBIANG NGUEMA NE PEUT PAS MILITER POUR LES ETATS -UNIS DAFRIQUE ET INTERDIRE EN MEME TEMPS L'ACCES DES AUXTRES AFRICAINS A SON TERRITOIRE.

SI NOUS VOULONS UNE AFRIQUE UNIE, NOUS DEVONS OUVRIR NOS FRONTIERES AUX AUTRES.
SI C'EST POUR LES QUESTIONS DE SECURITE, IL FAUDRA RESPONSABILISER DAVANTAGE LES FORCES DE SECURITES DE TOUS LES PAYS. EN MUTUALISANT LEURS EFFORTS ELLES POURRONT COMBATTRE TOUS LES GANGSTERS DE LA SOUS-REGION .

LES GABONAIS QUI SE PRENNENT POUR DES NON-AFRICAINS SE TROMPENT TOUJOURS D'ENNEMIS. VOUS PASSEZ VOTRE TEMPS A INJURER LES AUTRES AFRICAINS. COMMENT PEUT-ON CONSTRUIRE L'AFRIQUE AVEC VOUS?

LES GABONAIS QUI N'AIMENT PAS LES AUTRES AFRICAINS N'AVAIENT QU'ALLER VIVRE EN FRANCE CHEZ LEURS ANCETRES LES GAULOIS. CEUX QUI SONT A FOND DANS JESUS PEUVENT ALLER VIVRE ISRAEL ET LES FOUS DE MOHAMET EN ARABIE SAOUDITE.

A TOUS MES AUTRES FRERES AFRICAINS SOYEZ FIERS LORSQUE VOUS ETES AU GABON. VOUS ETES CHEZ VOUS. NOUS DEVONS TRAVAILLER ENSEMBLE POUR LE DEVELOPPEMENT DE NOTRE CONTINENT; ET LA LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES ET DES BIENS FAIT PARTIE DES PREALABLES.

LA GUINEE EQUATORIALE VIT SUR UN PETIT NUAGE. UN PETIT PAYS AVEC UNE PETITE MENTALITE. TOUT EST PETIT CHEZ CERTAINS GABONAIS ET LES GUINEENS. ILS N'ONT JAMAIS LU MARCUS GARVEY, C. ANTA DIOP, KWAME NKRUMAH, LE GUIDE, SANKARA, ETC..
LEURS DOLES : DE GAULLE FOCART , SARKO, LEON MBA , OBO, OBIANG NGUEMA (TOUS LES ESCROCS QUOI!!!)

UN GABONAIS PANAFRICANISTE. VOILA!!!!

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...