News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Le télégramme note qu'en octobre 2009 "Ali Bongo inverse le décompte des voix et se déclare président du Gabon."

Le site de la Liberté - LVDPG - News le Jeudi 10 Février 2011 à 16:45 | Lu 1120 fois

WikiLeaks met à mal la Françafrique

Des notes diplomatiques américaines s'interrogent sur l'usage fait de la trentaine de millions d'euros détournés à la Banque des Etats d'Afrique centrale. Selon une de leurs sources, ils auraient permis d'enrichir Omar Bongo et de financer des partis politiques français.



Des notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks et publiées le 29 décembre sur le site du quotidien espagnol El País, assurent que des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d'euros de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français. On savait que le chef d'Etat français, Nicolas Sarkozy, et surtout son prédécesseur, Jacques Chirac, étaient très proches du président gabonais Omar Bongo. Mais de nouvelles révélations de WikiLeaks viennent alimenter des soupçons coupables sur cette relation entre Paris et Libreville.

En effet, selon des notes diplomatiques en possession de WikiLeaks et visibles depuis le 29 novembre sur le site du quotidien espagnol El País, quatre jours après la mort d'Omar Bongo, un haut fonctionnaire de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) a confié à un diplomate américain que les dirigeants gabonais auraient détourné près 30 millions d'euros. La source précise que les dirigeants gabonais ont utilisé les fonds détournés pour leur enrichissement personnel et, suivant les instructions de Bongo, auraient remis une partie de l'argent à des partis politiques français, y compris en soutien au président français Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac auraient donc bénéficié de cet argent pour leur activité politique ; le Parti socialiste français aussi. Mais, l'information contenue dans le câble diplomatique révélé par WikiLeaks est à prendre avec des pincettes. Car, la note diplomatique, postée de l'ambassade des États-Unis à Yaoundé (Cameroun) sous le N° 215456, précise que les fonctionnaires américains n'ont pas été en mesure de vérifier si les hommes politiques français avaient bel et bien bénéficié de ces détournements de fonds.

Le patrimoine de la famille Bongo est déjà sous le feu d'une enquête en France, à la suite d'une plainte de l'ONG Transparency International. Le 9 novembre dernier, en effet, la Cour de cassation française a ordonné, contre l'avis du parquet, la reprise d'une instruction concernant les logements de luxe et les avoirs bancaires détenus en France par trois présidents africains, parmi lesquels Omar Bongo Ondimba.

Ce n'est pas la première fois que le Gabon est mentionné dans les révélations de WikiLeaks, le site de Julian Paul Assange. Les occurrences pour le Gabon sont de l'ordre de 300 documents. C'est le cas du télégramme enregistré sous le numéro 1473 début novembre 2009 et censé demeurer secret jusqu'au 3 novembre 2019. Un ambassadeur américain y note ceci: "Pour ce qui est de l'Afrique, la France peine à mettre en pratique la rupture prônée par [Nicolas] Sarkozy. Ceci découle en partie du fait que lorsque des crises liées à la gouvernance ont éclaté dans plusieurs pays francophones, notamment en Mauritanie, au Gabon, à Madagascar, au Niger et en Guinée [Conakry], la France a privilégié de manière expéditive le maintien de l'ordre ancien au détriment des principes plus nobles."

Le télégramme note qu'en octobre 2009 "Ali Bongo inverse le décompte des voix et se déclare président du Gabon." Toujours selon WikiLeaks, Mme Clinton a alors conseillé au président américain Barack Obama de ne pas reconnaître celui donné vainqueur à Libreville. Il a fallu attendre que le Gabon assure la présidence du Conseil de sécurité de l'ONU en mars 2010 pour que la situation se normalise.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hQCzPtIcxYAU6JJ4Duvy1ur4VimA?docId=CNG.40bf2dee6c10e21206018542b974a319.1c1

Jeudi 10 Février 2011
LVDPG - News
Vu (s) 1120 fois




1.Posté par ambalo09 le 11/02/2011 00:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais lorsque le Gabon n'assurera plus cette présidence, les USA feront quoi?

2.Posté par marky le 11/02/2011 08:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
il serait plus intéressant de publier ce télégramme. voyez vous, nous sommes fatigués des ''on dit'' et des ''il parait'' permettez-nous de lire ce télégramme. si le peuple doit se lever il doit avoir des preuves de sa révolte.

3.Posté par Kemite le 11/02/2011 13:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Marky, Si c'est la première fois que tu entends parler de ce télegramme ce que tu ne vis pas dans ce monde. Il a fait le tour de plusieurs journaux et la Camerounaise Calixte Beyala a d'ailleurs organisé une marche à Paris disant que tous les Africains devraient y être pour reclamer notre argent à sarkozy

4.Posté par Kemite le 11/02/2011 13:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En plus si vous venez sur le net ça veut dire que vous êtes assez grand pour pouvoir chercher certaines informations. Soyez donc un peu curieux et tapez www.wikileaks.org vous y trouvez des centaines de cables diplomatiques.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...