News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Le secteur de l’éducation perturbé au Gabon par une grève à plusieurs inconnues (Par Lucien MINKO)

Le site de la Liberté - Source : AGP le Vendredi 8 Octobre 2010 à 14:00 | Lu 941 fois



Le secteur de l’éducation perturbé au Gabon par une grève à plusieurs inconnues (Par Lucien MINKO)
Une grève à plusieurs inconnues perturbe le secteur de l’éducation au Gabon, lancée par la Convention nationale des enseignants du secteur éducation (CONASYSED) pour protester notamment contre le non respect, par le gouvernement, du protocole d'accord signé en mai dernier.

Même si le mouvement n'est pas très bien suivie dans tous les établissements scolaires, il préoccupe cependant les plus hautes autorités du pays, qui redoutent l enlisement de la situation et un scénario identique à celui de la rentrée scolaire 2008-2009.

Le violent mouvement de grève déclenché par la CONASYSED en tout début d'année scolaire a paralysé le système éducatif national pendant plus de six mois. La grève décrétée mardi dernier par le syndicat des enseignants se situe dans la même veine de ce long mouvement qui a laissé des traces indélébiles et installé un climat de défiance entre le gouvernement et les enseignants.

Méfiants, ceux-ci craignent maintenant que les pouvoirs publics ne tiennent pas parole, notamment pour ce qui concerne la satisfaction des nombreux points de revendication restés en suspens, qui devaient trouver une solution différée dans le temps.

La cacophonie qui a prévalu lors de la rentrée scolaire 2010-2011, officiellement fixée au lundi 4 octobre est la preuve que les deux parties sont loin d'être sur les mêmes longueurs d'ondes.

A l’appel lancé, vendredi dernier, par le ministre de l éducation nationale, Séraphin Moundouga, pour la reprise des cours, est venue se superposer le lendemain le mot d ordre de grève de la CONASYSED.

Déboussolés, élèves et parents d'élèves et même certains membres du corps enseignant, étaient dans l'expectative. Une situation d'incertitude s'est ainsi installée, susceptible de dégénérer à tout moment.

Pour "désamorcer la bombe", le Premier ministre, Paul Biyoghé Mba, a engagé, dès mercredi soir, des négociations avec le collège des pairs de la CONASYSED et les membres du Syndicat des enseignants contractuels de l Etat gabonais (SECEG).

Au cours des négociations, qui se sont poursuivies jeudi, doit être examiné le protocole signé en mai dernier, renfermant les revendications des enseignants: octroi de parcelles, paiement de la prime d incitation à la fonction enseignante (PIF), paiement des rappels sur salaires.

Pour sa part, le secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG au pouvoir) Faustin Boukoubi, s est rendu mercredi auprès du ministre de l éducation nationale, Séraphin Moundounga, pour lui demander "de prendre toutes les dispositions pour que la situation se régularise".

Mais alors que la grève de la CONASYSED préoccupe les autorités au plus haut niveau de l Etat, les responsables du ministère de l éducation nationale semblent relativiser son impact. Les services de l inspection générale du ministère ont noté "avec satisfaction, la participation massive des enseignants chargés d accueillir les enfants pendant les premiers jours de toute rentrée scolaire ( )".

"L inspection générale des services a en effet relevé durant les deux jours de lundi 4 et mardi 5 octobre la mobilisation effective des enseignants dans les communes de Libreville et Owendo (banlieue sud de la capitale gabonaise)", a indiqué Mme Gertrude Boudono, inspecteur général des services, dans une déclaration lue mercredi soir à La télévision nationale.
S’agissant des présences et des absences des personnels dans les établissements publics du pré-primaire et du primaire, Mme Boundono a fait état d un taux de présence de 93,92%. Selon elle, 355 des 378 personnels administratifs étaient présents à leur poste de travail. Tout comme 1255 des 1558 (80,04%) chargés de cours étaient présents aux deux premiers jours de la rentrée scolaire.

Dans le secondaire, 650 des 673 personnels administratifs (soit 96,58%) étaient présents alors que sur un effectif total de 2523 enseignants, 2430 étaient présents (soit 96,31%), a indiqué Mme Boundono, ajoutant que les données communiquées par les directeurs d’académies provinciaux indiquent un taux de présence global de 90% chez les enseignants.

"C est le lieu de dire la détermination des enseignants de s arrimer à la vision de l émergence de l éducation nationale prônée par le chef de l Etat et de retrouver leurs lettres de noblesse perdues depuis longtemps", a souligné l inspecteur général des services de l’éducation nationale.

"Cela prouve à suffisance qu’ils aspirent tous à voir la mise en œuvre du programme décennal d’amélioration des conditions de vie et de travail de l ensemble du secteur", a-t-elle dit, soulignant que "cette détermination doit se poursuivre pour l’amélioration progressive du rendement scolaire".


Vendredi 8 Octobre 2010
Source : AGP
Vu (s) 941 fois




1.Posté par BOUTELESI le 08/10/2010 15:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je crois pour ma part que M. Séraphin MOUDOUNGA en sa qualité de moniteur de formation et n'ayant préalablement jamais excercé de hautes fonctions au sein de l'administration si ce n'est celle de questeur à l'Assemblée Nationale n'est pas à la hauteur de gérer un Ministére aussi sensible que celui de l'Education Nationale . Le système éducatif gabonais est dans le coma depuis bientôt vingt ans et chacun sait les problèmes au quel il est confronté . Au lieu de créer une commission spéciale composée du personnel enseignant , des conseillers pédagogiques , des sociologues et d'autres experts du secteur éducatifs afin de travaillers sur ces questions et de voir dans quelle mesure les solutions peuvent être trouvées selon l'ordre d'importance à moyen et court terme , Monsieur le Mimistre est plutôt enclin á procéder à des nomminations de ses parents sudistes sans avoir obtenu l'aval de son superieur hiéarchique ( le premier ministre) à des postes de responsabilité au sein du ministère de l education nationale . Pire Monsieur MOUDOUNGA se permet de brandir la menace de sanctions disciplinaires á des "éventuels recalcitrans" à ses injonctions . Enfin je dirais que le gouvernement gagnerait à négocier avec les syndicats , à leur fesant comprendre les engagements qui peuvent être honnorés dans le moyen , court et long terme .

2.Posté par Diaz le 08/10/2010 16:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Jugez-en vous même des capacités intellectuelles des gens qui gèrent notre système éducatif.

Mme Gertrude Boundono insinue par la citation de ces gros chiffres que la grève n'est vraiment pas suivie parce que les enseignants et encadreurs étaient majoritairement au lieu de travail. Ne sait-elle pas que faire grève c'est être présent à son lieu de travail, et ne pas travailler? Est-elle certaine que toutes ces personnes étaient là pour faire cours normalement ou bien pour kongosser en attendant le calendrier des AG qui vont se tenir au siège de la Peyrie?

Comment voulez-vous que l'éducation marche si ceux qui sont sensés la faire marcher ne sont pas mieux que leur zozo de président.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...