News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Le scandale des compteurs prépayés. Une solution anti-démocratique pour le gabon. Un vrai scandale...

Le site de la Liberté - Bruno Ella-Ondo & Sékou Diarra le Vendredi 21 Mai 2010 à 01:03 | Lu 2119 fois

Le scandale des compteurs prépayés menace de se généraliser dans le monde. Sous couvert de gérer plus efficacement et rationnellement la ressource en eau, ce système exclut des populations les plus pauvres d’un service pourtant vital. Le service de l’eau a un prix mais pas n’importe lequel. Y aurait -il dans les années à venir une vraie guerre révolutionnaire d'accès à l'eau dans nos villes africaines avec le système de compteur prépayés Edan ?



Le scandale des compteurs prépayés. Une solution anti-démocratique pour le gabon. Un vrai scandale...
En avril 1994, l’éclatante victoire électorale de Nelson Mandela et de l’ANC, après plus de 80 ans de luttes contre le régime d’apartheid, traduit l’espoir de construire une « nouvelle Afrique du Sud », en s’appuyant sur le Programme de développement et de reconstruction (PDR) et la charte des droits fondamentaux.

Malgré les acquis démocratiques de la dizaine d’années qui suivront, l’engagement de ces forces progressistes à transformer les inégalités socio-économiques (1) reste aujourd’hui un rêve. En cause : le « Système de politique libérale démocratique », adopté par l’ANC du Président Mandela et de son Premier ministre Thabo Mbéki, qui loin des principes d’autodétermination fixés dans le PDR, se fonde sur les diktats de la Banque mondiale et du FMI : austérité budgétaire, réduction du rôle de l’Etat, privatisation…

Seuls ceux qui peuvent payer…

C’est ainsi que la mise en application du « droit d’accès à l’eau » se retrouve confiée au secteur privé. A travers la Johannesburg Water Management Company (JOWAM), Suez Environnement fournit maintenant ses services à la Johannesburg Water, la société de la ville qui distribue eau et équipements sanitaires à 3,4 millions d’habitants. L’Eau marchandise a supplanté l’Eau sacrée ! Et les compteurs prépayés sont apparus dans le quartier de Soweto. Au gabon, dans la même logique capitaliste et libérale la gestion de la société d'énergie et d'eau du gabon est confiée à Veolia environnement, une concession qui ne prendra plus fin.

De quoi s’agit-il exactement ? Dans le système classique des compteurs d’eau, l’usager reçoit l’eau et s’il ne paie pas la facture, il est sanctionné par la coupure de son alimentation. La logique des compteurs prépayés est quant à elle purement marchande : seuls ceux qui peuvent payer à l’avance recevront de l’eau. Les usagers sont donc obligés d’acheter une carte prépayée sur laquelle figure un code chiffré qu’ils rentrent sur le compteur.

Il n’existe pas de prix unique et l’abonnement dépend de la capacité financière de chaque usager. Le compteur prépayé est présenté par les multinationales comme la solution au gaspillage de l’eau, au coût élevé des factures, au manque d’hygiène, au risque d’endettement sur l’investissement… ! (2) Sur son site internet, Suez explique : « Conjuguée à une nécessaire économie en eau dans une région semi-aride, la maîtrise des coûts est donc une priorité.

Or, dans le quartier de Soweto, comptant près d’un million d’habitants, 65% de l’eau reste non facturée ». D’où le lancement de « L’opération Gcin’amanzi » (« Opération de conservation de l’eau », en zoulou) dont les compteurs prépayés sont un élément central, notamment pour « responsabiliser les habitants ».

En réalité, le système des compteurs prépayés est surtout très bénéfique pour les promoteurs privés car, en rationalisant la gestion de l’eau, il présente les avantages mercantilistes de réduire les coûts liés aux relevés physiques des compteurs (accompagné de la baisse du nombre d’agents), à la facturation papier pour les usagers et à la gestion des litiges relatifs au non paiement des factures.

Mobilisation responsable

Toujours selon Suez, « 99% des habitants ont accepté l’installation d’un équipement sur le mode du prépaiement [et] la demande en eau a été réduite de 70%, dépassant les objectifs du projet ». Les habitants auraient-ils enfin été « responsabilisés » ? Pas si sûr. Expérimenté à Soweto, le système des compteurs prépayés est rejeté par la majorité de la population noire, déjà appauvrie par 80 années d’apartheid, et qui revendique de façon souveraine des compteurs classiques.

« En septembre 2003, la Johannesburg Water a commencé à creuser des fossés au Bloc 1 de Phiri (Soweto), pour poser les tuyaux nécessaires à la conversion au système prépayé, explique Prishani Naidoo du Forum Anti Privatisation (Afrique du Sud). Les résidents se sont rassemblés pour empêcher les travaux.

Plusieurs altercations ont éclaté entre la police, et la sécurité privée louée par la Johannesburg Water et les résidents. Quatorze résidents de Phiri ainsi que des militants venus les soutenir ont été arrêtés et inculpés pour « violence publique » et « dommage causé avec l’intention de nuire à la propriété » ». Suite aux mobilisations de la Coalition contre la privatisation de l’eau (CAWP), la Johannesburg Water a décidé de fournir gratuitement 6000 litres d’eau par mois et par ménage.

Comme la majorité des ménages de Phiri compte 16 personnes, cette décision revient donc à donner 12,5 litres d’eau par jour et par personne, ce qui est bien en deçà des 50 litres préconisés par l’Organisation mondiale de la santé. « Le compteur prépayé fondé sur la capacité financière oblige des milliers de familles à retourner s’approvisionner dans les mares polluées, souligne Virginia Setshedi de la CAWP.

Il y a aussi asymétrie entre le Nord et le Sud. A Soweto, on impose les compteurs payés alors que ce système a été abandonné par le Royaume Uni en 1998. Aux Etats-Unis, la coupure d’eau est interdite... » Jennifer Makaotsane, une mère de famille du Township de Phiri à Soweto, poursuit : « Le compteur prépayé nie le droit humain à l’eau. Il expose la population au risque de dysenterie, de cholera… Les citoyens d’Afrique du Sud doivent se battre pour que le droit à l’eau soit inscrit dans leur constitution... ».

Le Réseau Africain de l’eau (RAE) dénonce le caractère mercantiliste, injuste et immoral du système des compteurs prépayés. L’eau est une question de droit à la vie et du vivre ensemble. Le compteur prépayé est un frein à la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement.

(1) La minorité blanche (13% de la population) détient toujours 80% des richesses du pays.
(2) Instrument de développement de l’économie néolibérale, les compteurs prépayés sont en passe de vulgarisation en Tanzanie, Inde, Philippines, etc. Au gabon la SEEG est en train d'en faire un objectif.

Vendredi 21 Mai 2010
Bruno Ella-Ondo & Sékou Diarra
Vu (s) 2119 fois




1.Posté par LE TROGLODYTE(Mwan' Bwangue') le 21/05/2010 20:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


ILS SONT CAPABLES, PUISQUE RIEN NE LEUR ARRIVERA!

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...