News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Le procès en appel de l’acte de naissance d’Ali Bongo s’ouvre ce jeudi à Nantes

Le site de la Liberté - info241 le Jeudi 24 Septembre 2015 à 13:55 | Lu 4383 fois

Le secret de polichinelle autour de l’acte de naissance d’Ali Bongo continue de faire des vagues dans le partage du trésor de guerre d’Omar Bongo. En effet, c’est aujourd’hui que s’ouvre à Nantes (France), l’appel en référé de l’une des filles d’Omar Bongo, Onaïda Maïsha Bongo Ondimba, qui réclame toujours que l’acte de naissance de l’actuel président du Gabon soit versé au dossier de la succession visant le partage de l’héritage controversé de son défunt père.



Un acte de naissance jamais utilisé

Pour rappel, parmi les 53 héritiers déclarés d’Omar Bongo, seul Ali Bongo Ondimba n’aurait pas communiqué d’acte de naissance, relève Eric Moutet, avocat d’Onaïda Maïsha Bongo Ondimba, fille du défunt président à l’origine de cette saisine des autorités judiciaires françaises.

Début février, l’héritière avait sollicité une copie intégrale de l’acte de naissance d’Ali Bongo auprès du procureur de la République de Nantes, afin qu’il la demande au service central de l’Etat civil. Une fin de non recevoir lui avait été opposé le 16 mars par le parquet de Nantes. Le parquet avait alors signifié à la plaignante que seul le notaire chargé de la succession pouvait obtenir délivrance de cet acte ou saisir le tribunal de grande instance en référé (procédure d’urgence). C’est ce qu’a fait Onaïda Maïsha Bongo Ondimba avec l’ouverture de ce procès aujourd’hui.

Si cet acte de naissance existe, celui-ci n’a jamais effleuré le moindre bureau administratif au Gabon car son propriétaire n’en avait jamais fait usage. Mieux, l’office d’État civil de Nantes qui avait pourtant déclaré ne pas détenir ledit document en novembre 2014, s’est rebiffé le 18 juin lors d’une sortie citoyenne de la diaspora Gabonaise qui avait fait grand bruit. Il s’agit donc pour la plaignante d’obtenir et de faire expertiser ce document grandement absent de la vie politique et administrative d’Ali Bongo.

Des communiqués de presse en soutien à Ali Bongo

La famille d’Omar Bongo et ses enfants ont à la veille de l’ouverture de ce procès pondu deux communiqués de presse pour marteler leur soutien à Ali Bongo et demander à Onaïda Maïsha Bongo Ondimba de ne pas ouvrir la boite de pandore d’Ali Bongo. Le premier à s’y coller est Fidèle Andjoua Ondimba qui au nom de la famille du disparu, a qualifié cet acte "contraire aux valeurs de solidarité, d’union et de respect qui ont toujours formé le socle de notre famille, ne peut nous laisser insensibles ou indifférents".

Le communiqué de presse des enfants d’Omar Bongo déplore quant à lui le grand déballage public des divergences "naturelles" familiales. Avant de souligner que ce procès "ébranle, avec brutalité, les fondements même de ce qui a toujours constitué la racine de l’éducation que nous avons, chacun, reçue d’Omar Bongo Ondimba".

Voilà qui devrait nous fixer sur les enjeux de ce procès intenté par l’une des petites-filles de l’opposant Zacharie Myboto, président de l’un des partis farouchement opposé à Ali Bongo. Il faut dire qu’un voile magique vole sur l’acte de naissance d’Ali Bongo qui est également accusé par l’opposition d’avoir fournit un faux document dans son dossier de candidature à la présidentielle de 2009.

Ali Bongo avait tenté maladroitement de fournir à la presse notamment française, des documents prouvant sa filiation sans grand succès. L’acte de naissance d’Ali Bongo "introuvable" est depuis son talon d’Achille politique, une arme difficile à contrer par les experts de son cabinet présidentiel.

[MISE A JOUR 11h30] >>> Selon certaines sources, le procès qui devait se tenir à Nantes à 9h00 heure locale, a été ajourné en raison de l’absence de l’avocat de la plaignante Me Eric Moutet. Conformément aux dispositions légales, les deux parties devraient être rappelées à la barre dans les prochaines heures.


Jeudi 24 Septembre 2015
info241
Vu (s) 4383 fois




1.Posté par GABONIAISERIES le 24/09/2015 14:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
QUI VIVRA VERRA. NOUS ON VEUT LA FIN DE CE TELE NOVELA AUX ACCENTS TROP TROPICAUX...J'espère que Pierre Péan assistera à son dénouement, pour avoir raison ou tort d'avoir semé le trouble dans la vie paisible des Gabonais!

2.Posté par wolfgang le 24/09/2015 14:26 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
comment sa l''avocat n''est pas la?ou bien il a reçu les dessous de table,de quoi mr ANDJOUA ET SA FAMILLE ONT IL peur,c aujourd''hui que vous parler des valeur familialle proner par BONGO PERE,Ali les a til resperter? la verite na pa de tombe

3.Posté par democrate le 24/09/2015 14:45 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ma soeur le peuple te soutient tu es courageuse et tu va l obtenir la famille adjouwa a honte ils savent ou revient cet homme appeller ali le peuple est avec toi maicha

4.Posté par Voix de la nation le 25/09/2015 10:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Maicha vas y car toute la NATION GABONAISE est derrière toi nous te Soutenons, ils faut que les masques tombe et nous savons que le processus à démarré. ils viennent nous embrouiller avec les valeurs familiales, quand leur fils a pris le pouvoir avec force et tuer des nombreux Port-Gentillais il a vue ses valeurs familiales? Alors ne nous embrouiller pas avec ses soi-disant valeurs, Maicha vas y car parce que justice doit être fait, et nous prions un Dieu de Justice.

5.Posté par PDGiste le 25/09/2015 11:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On parle de procès qui "ébranle, avec brutalité, les fondements même de ce qui a toujours constitué la racine de l’éducation que nous avons, reçue d’Omar Bongo Ondimba". Quel Omar BONGO? vous êtes soit disant 58 héritiers, combien ont vécu aux côtés du vieux pour recevoir son éducation? Maïcha, vas y, en tous cas tu es dan tes droits de réclamer cette preuve dès lors que Ali lui même a commencé à dire que tu n'es pas l'enfant de OBO. Toi au mois tu as prouvé, qu'il en fasse de même; s'il refuse, c'est que y a problème...... comme chante sa mèr.....de

6.Posté par Christophe le 25/09/2015 14:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Celle à qui ont a fait grâce de bénéficier l'héritage aujourd'hui fait la guerre à son bienfaiteur quel ingratitude? Je comprends pourquoi le feu OMAR n'avait pas mis son nom parmi les héritiers. ALI notre président cesse aussi d'être bon voilà où cela te conduit.

7.Posté par GABONIAISERIES-FADA le 25/09/2015 15:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
IL FAUT CENSURER Christophe! C'est une question de vie ou de mort!!!

8.Posté par Rtg1 le 25/09/2015 19:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Enregistrement téléphonique de la conversation entre Emmanuel Amvame (neveu d'André Mba Obame) et de Ange Landry alias Lanlaire à propos de Maixent Accrombessi (aout 2015)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...