News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Le ministre de l’intérieur promet l’ouverture d’une enquête suite à l’attaque contre TV+ !

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Jeudi 6 Septembre 2012 à 01:19 | Lu 2227 fois



Le ministre de l’intérieur promet l’ouverture d’une enquête suite à l’attaque contre TV+ !
Le ministre gabonais de l’intérieur, Jean François Ndongou a annoncé, dans un communiqué, mercredi soir qu’il entend saisir la justice pour ouvrir une enquête suite à l’attaque d’un commando de six personnes contre les locaux de la chaîne de télévision privée TV+ dans la nuit du 4 au 5 septembre.


« Le Ministre de l’Intérieur qui ne l’apprend que par voie de presse, entend saisir la Justice à l’effet d’ouvrir une enquête sur ces supposés actes de violence perpétrés par des inconnus », indique le communiqué.

« Le Ministre de l’Intérieur exprime sa préoccupation face à ces actes perpétrés contre un organe de presse. Des actes qui, s’ils étaient avérés, constituent un fait grave », martèle le texte.

« Le Ministère de l’Intérieur, garant des libertés et attaché à la légalité prendra toutes les dispositions nécessaires pour que les auteurs supposés de ces actes en répondent devant la loi », conclu le communiqué qui rappelle que la constitution gabonaise garantie la liberté de la presse et d’expression.

Selon la direction générale de TV+, un commando de six personnes a tenté de vandaliser les locaux de la chaîne. Le commando a neutralisé le gardien mais n’a pu pénétrer dans les locaux. Cette attaque serait la seconde en l’espace d’un mois. La première ayant eu lieu dans la nuit du 15 au 16 août dernier et qui aurait visé cette fois l’antenne émettrice de la chaîne de télévision.

"Nous demandons qu'une enquête soit rapidement diligentée afin qu'elle mette à jour les responsabilités et mettre un terme à cette série d'attaques contre un média", a déclaré dans un communiqué l’ONG Reporters sans frontières (RSF).



Yves Laurent GOMA
Gabonactu

Jeudi 6 Septembre 2012
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2227 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

19.Posté par Gampouri Albert dit Bongo le 08/09/2012 11:35 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chiche! Qu'il ouvre une enquete a partir de 2009 a ce jour.Tiens pendant qu'il y est.ou en est l'enquete sur la mort de la jeune coiffeuse qu'a assasine les envoyes de Ndoungou le15 Aout 2012.Il n'y a que reporter sans frontieres qui y croit encore.

18.Posté par Le Gabonais le 07/09/2012 14:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On le disait, NDOUNGOU va perdre les pédales et il faut s'assurer qu'il y a encore de la place à l’hôpital psychiatrique de Melen.

l'attaque de TV+ en 2009 et celle du 15 Aout n'existent pas dans la tête de ce malade qui s'ignore et la RT-PéDé gé se vente d'avoir l'exclusivité de diffuser des inepties pareilles sans analyse ni commentaires sur l'historique de ces attaques.

Regardons la qualité de travail de ce média pour connaitre la qualité de formation de ses dirigeants et leur moralité.

De même qu'il est dit de Ndoungou qu'il a un enfant avec sa nièce, cela confirme sa moralité douteuse. "LES SIGNES DE LA MALÉDICTION"

DIEU PROTÈGE SON PEUPLE, LE GABON? DE CES IMPIES





17.Posté par ngon''ekang le 07/09/2012 13:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce que je ne comprends pas, c'est ce qui sort tous les jours de la bouche des gabonais Andre MBA OBAME, mais le débat ne se situe pas à ce niveau, l'ECONOMIE du pays est gérée par des expatriés , ce qui entraine un taux de chômage élevé,une augmentation quotidienne des prix de première nécessité, le problème c'est pas AMO, non ,c'est ce CERCLE DE FEUX, qu'on appelle PDG, qui depuis des un demi siècle tue le pays, posons nous la question? cela devrait toujours continuer? si tu aimes ton pays alors médites .

16.Posté par Lit le 07/09/2012 13:22 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ndongou penses a l'avenir a tes enfants a tes proches

15.Posté par LIBERTE DEMOCRATIQUE le 06/09/2012 23:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
PEUPLE LIBRE IL EST TEMPS DE DIRE QUE LA VICTOIRE EST UNE FONTAINE DE SAGESSE QUI COULE POUR DONNER UNE FRAÎCHEUR A L'AVENIR DU GABON .


NOUS AVONS TOUS DES DONS ET ILS DEVRONS SERVIR POUR LA LIBERATION DU PAYS .

14.Posté par LIBERTE DEMOCRATIQUE le 06/09/2012 23:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
opiangha un garçon qu'il faudra traduire au TPI avec sa bande de voyou d'acaé pont Nomba il cachais déjà de nombreuse armes bien avant chez lui pire petit proxénète en liberté il à fais des ravage avec les jeunes filles des lycées , tantative d'enrolement de jeunes garçons pour servir sont goourou en chef

13.Posté par Dilan le 06/09/2012 20:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quoi, il a fallu que Reporters Sans Frontières mette en garde les autorités gabonaises, pour que le ministrion fasse semblant d'ouvrir une enquête?Tout le monde sait qui est dérangé par les contradictions qu'une télévision peut apporter dans une pays où la pensée unique, la langue de bois, les attitudes bien arrangées sont la règles des bénis oui oui engagés dans la pure propagande politicienne.C'est cela le Gabon aujourd'hui; une foire de dupes, où chacun sait que l'autre joue le jeu.

12.Posté par ANONIMOS le 06/09/2012 19:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voici un article paru ce jeudi sur www.izf.net, sur la forêt gabonaise.


Afrique

Plysorol: fin d'une longue agonie sur fond de forêts gabonaises convoitées
17:17 - 06/09/12

© AFP Le propriétaire de Plysorol, le Libano-Ghanéen Ghassan Bitar, à son arrivée au tribunal de commerce de Lisieux le 6 septembre 2012
© AFP Charly Triballeau

LISIEUX (AFP) - (AFP) - La justice a prononcé jeudi la liquidation de Plysorol, ultime épisode d'une agonie de plusieurs années pour les 277 salariés français convaincus que l'ex-leader européen du contreplaqué a été spolié de ses précieuses forêts aux Gabon par ses repreneurs.

"Voleur", ont crié des salariés lorsque le dernier propriétaire de Plysorol le libano-ghanéen Ghassan Bitar, a quitté en voiture le tribunal de commerce de Lisieux (Calvados), siège de la société qui au début des années 2000 employait encore plus de 1.000 personnes en France selon la CGT.

Pour la secrétaire CGT du CCE Marie-Christine Malet, "nous avons affaire à un véritable patron voyou qui est venu piller les richesses de la société avant de laisser 280 personnes sur le carreau".

L'entrepreneur n'a pas apporté les 700.000 euros promis en juillet et qui étaient indispensables à un plan de continuation.

"La parole de votre actionnaire n'a pas été honorée. Nous avons la preuve qu'il y a eu spoliation des forêts gabonaises", a lancé Philippe Brun, l'avocat du comité central d'entreprise de Plysorol qui réclame au parquet des poursuites à l'encontre de M. Bitar.

Mine d'or de Plysorol, les droits d'exploitation de 600.000 hectares de forêt gabonaise qui permettent de produire l'okoumé, le composant clé du contreplaqué, ont été transférés début 2012 à une autre société du groupe Bitar.
© AFP Un épouvantail dressé par les manifestants pour mettre en cause le propriétaire de Plysorol, le 6 septembre 2012
© AFP Charly Triballeau

Le jugement d'octobre 2010 qui autorisait la reprise de Plysorol par M. Bitar interdisait pourtant toute cession d'actifs. Mais selon le parquet de Lisieux interrogé par l'AFP, la responsabilité de M. Bitar dans le transfert n'est pas clairement établie.

Huées des salariés

En attendant, c'est la seconde fois en moins de quatre ans, qu'un repreneur de Plysorol part sous les huées des salariés, moins de deux ans après avoir été accueilli en sauveur. En 2010 c'est le chinois Guohua Zhang, qui laissait l'entreprise à l'agonie. Il fait toujours l'objet d'une enquête pour abus de bien social et banqueroute.

"Comment voulez-vous que les gens ne pètent pas un câble. On est écoeurés que l'Etat laisse faire ça", a lancé Nadège Mallard déléguée CGT du site de Fontenay-le-Comte en Vendée. Plysorol emploie 112 personnes dans son usine, 70 à Lisieux, le siège qui produisait du contreplaqué depuis 1912, et 95 à Epernay dans la Marne.

Les quelque 150 à 200 salariés présents sont toutefois repartis dans le calme, après l'annonce du jugement, marchant silencieusement, souvent tête baissée, pleurant parfois. Les forces de l'ordre ont également quitté rapidement les lieux.

"Depuis 2008, c'est la 12 ou 15e fois qu'on vient au tribunal. Bitar semblait crédible pourtant. Il connaissait nos produits, nos machines. Et puis en fait sa seule finalité comme pour Zhang, c'est la forêt du Gabon", a confié Daniel Delacrouée, 59 ans, responsable des achats à Lisieux.
© AFP Des employées de Plysorol consolent une de leurs collègues le 6 septembre 2012 après l'annonce de la liquidation de la société
© AFP Charly Triballeau

La série noire a démarré en novembre 2008. Plysorol alors filiale française du groupe portugais Sonae Industria, appelée Isoroy jusqu'en 2000, est placée en redressement judicaire. A l'époque déjà, une déléguée syndicale estime que les chances de retrouver un repreneur sont minces.

En mars 2009 Guohua Zhang, via sa société Honest Timber ("bois honnête") rachète Plysorol, en promettant de conserver les 470 emplois d'alors pendant trois ans. Une proposition du groupe Bitar, avec 50 suppressions d'emploi, est alors écartée par le tribunal de commerce.

Un an plus tard, Plysorol dépose son bilan. Et en octobre 2010 le libano-ghanéen est choisi comme repreneur, moyennant la suppression de 151 emplois. Une expertise atteste alors de son sérieux.
Dépêche précédente | Sommaire | Dépêche suivante
© AFP

11.Posté par romabiko le 06/09/2012 16:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A TROMATIX MOREL;
je comprend votre réaction , effectivement quant-on refuse de regarder le fond des choses on réagit comme vous.
Combien de fois la tv + a été attaqué depuis que Ndoungou est ministre de l’intérieur? il y a eu combien d'enquêtes, mais aujourd’hui, voyant que cette pratique de sabotage n'a jamais réussi à décourager les responsables de cette TV, on veut initier une enquête
pour tenir pour responsables les gens proches d'AMO afin de se dédouaner et créer la zizanie entre AMO et ses proches collaborateurs.
Le procureur prompte a condamner les étudiants ne dit rien, les médias de l’état n'en parle pas, jusqu'à ce jour j'étais septique, mais je crois que le meilleure choix pour un gabonais réfléchi est l’opposition à ces pratiques injustes et au parti politiques qui les incarne donc le PDG

10.Posté par La nation depuis kinguélé le 06/09/2012 15:23 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ndongou tu ne te moque pas de l'opposition mais de toi même

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...