News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Le «Supra» PDG serait un parti illégal et sans papiers?

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Jeudi 7 Février 2013 à 04:50 | Lu 910 fois

Peut-on encore s’en étonner ? Le Gabon est un pays atypique où l’anormal est normal, le médiocre normalisé et la bêtise excusée. Sinon, comment comprendre que depuis 45 ans ce pays soit dirigé par un parti politique qui n’a aucune existence juridique ainsi que vient de le rappeler l’hebdomadaire Le Temps.



Le «Supra» PDG serait un parti illégal et sans papiers?
La classe politique et les politologues gabonais, à l’exception notable du défunt professeur Joseph Ndong Obiang, ont jusqu’ici occulté que le Parti démocratique gabonais (PDG) a été fabriquée de toutes pièces et qu’il ne s’est jamais conformé aux textes qui régissent l’existence des formations politiques au Gabon. Une omission que vient de rappeler l’hebdomadaire Le Temps.

Le Parti démocratique gabonais a donc été institué par ordonnance n°13/68 du 13 mars 1968 comme Parti unique après dissolution de tous les autres partis existants, y compris le Bloc démocratique gabonais (BDC) de du président Léon Mba. Ce texte signé par son auteur, le président Omar Bongo Ondimba, Léon Mebiame Mba, alors vice président du gouvernement, ministre de la Justice Garde des Sceaux, et Augustin Boumah, alors ministre de l’Intérieur, avait été publié dans le journal officiel de la République gabonaise le 15 juin 1968. Depuis, il a suscité les interrogations de la classe politique et des politologues gabonais sur trois points : la date et le lieu de son édition, sa conformité avec la législation en vigueur à l’époque, notamment la Constitution du 21 février 1961, et enfin le sort qui lui a été réservé après 1990, année de la conférence nationale.

La date et le lieu d’édiction de l’ordonnance, à savoir le 13 mars 1968 à Libreville, qui est logiquement la date et le lieu de naissance du PDG, vient remettre en cause l’hypothétique date d’anniversaire et lieu de naissance, officiellement fixés au 12 mars 1968 à Koula-Moutou. Selon les auteurs de cette démonstration, relayé par le journal Le Temps, «il s’agit là d’une contre vérité historico juridique qui a engendré l’escroquerie politicienne qui consiste, depuis 1969, à commémorer ladite naissance chaque 12 mars».

Au sujet de la légalité de l’ordonnance n°13/68 donnant naissance au PDG en tant que Parti unique, «l’auteur et ses deux acolytes, en prenant le texte, avaient délibérément violé plusieurs dispositions de la Constitution de 1961», relèvent les analystes. Il s’agit entre autres des articles 4, 37, 42, et 69 de ladite loi fondamentale. Selon ces politologues, l’article 4 était ainsi rédigé : «les partis et groupements politiques concourent à l’expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement dans le cadre fixé par les lois et règlements…», cette disposition a été violée à un double point de vue. D’abord, «parce que la mesure de dissolution des partis politiques existants et d’institution du Parti unique PDG a expressément écarté le multipartisme intégral qu’elle consacrait. Ensuite, du fait que le parti concerné n’a pas été créé par un acte volontaire d’un groupe de citoyens gabonais agissant librement conformément à la législation en vigueur, mais par un chef d’État en fonction et usant à tort et à travers des pouvoirs à lui conférés par la constitution dans le cadre des rapports entre l’Exécutif et le Législatif».

Quant aux articles 37 et 42, dont le premier définissait le domaine de la loi tandis que le second autorisait le président de la République à légiférer par ordonnances pendant la période d’intercession parlementaire, poursuit le journal, «leur méconnaissance tient au fait que l’ordonnance en cause a été détournée de l’objet de tout texte de cette nature». En effet, au lieu de permettre au chef de l’exécutif de prendre des mesures qui sont normalement du domaine de la loi, et ce pour l’exécution du programme du gouvernement, elle a plutôt consacré une modification de la Constitution autrement que par la procédure régulière prévue par l’article 69 qui de ce fait, a également été violé.

En ce qui concerne le sort réservé à l’ordonnance n°13/68 après le retour à la démocratie pluraliste en 1990, les analystes relayés par Le temps indiquent que ce texte a été rendu caduque par la constitution n°3/91 du 26 mars 1991 qui établissait le multipartisme à travers son préambule et ses articles 1/13, 3 et 6. Ce qui a annulé l’ordonnance n°13/68 instituant le parti unique PDG, texte anticonstitutionnel et de valeur inférieure. À cet égard, cette formation politique devait cesser, à ce moment là, d’exister juridiquement à la fois comme parti politique et Parti unique PDG.

Mais hélas, c’était mal connaitre ses dirigeants qui, au lieu d’en prendre acte et créer une autre formation dans la légalité, ont préféré agir autrement à travers l’insertion dans la loi n°4/91 du 3 avril 1991 relative aux partis politiques, les dispositions dites particulières suivantes : «les conditions de déclaration des partis politiques prévues aux articles 6 et suivants de la présente loi ne s’appliquent pas aux partis politiques régulièrement constitués lors de la promulgation de la présente loi ainsi qu’aux associations à caractère politique reconnues par les ordonnances n°3/90 du 22 mars 1990 et n°5/90 du 3 avril 1990 et représentés à l’Assemblée, à savoir le Parti démocratique gabonais».

De plus, à cette ordonnance qui au demeurant a été implicitement abrogée par la 3e constitution du pays, ne s’est substitué aucun acte légal de constitution ou de reconstitution de ce parti dans l’intervalle de temps compris entre la tenue de la Conférence nationale de mars-avril 1990 et l’adoption de la loi déjà citée relative aux partis politiques de 1991, et du reste jusqu’à nos jours. Bref, la démonstration publiée par le journal Le Temps, qui tient sur une pleine page de quatre colonnes, démontre que le PDG est une formation politique illégale qui, depuis sa création a violé bien de lois, y compris des lois fondamentales instaurées par les constitutions successives, et n’a jamais cherché à régulariser sa situation. Pourtant son actuel secrétaire général, Faustin Boukoubi, aime marteler quand il le faut que «le Gabon est un pays de droit ! Force reste à la loi et force doit rester à la loi». Un principe à géométrie variable ?

Gabonreview

Jeudi 7 Février 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 910 fois




1.Posté par Grand-Maître Maçon Hiram Abiffd le 07/02/2013 06:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un faux débat; un de plus, car nous n'en sommes plus à des interrogations loufoques et maboules consistant à savoir si le
PDG est légal, légitime ou pas. La réalité est que cette secte satanique mortifère vide quotidiennement et systématiquement l'âme et l'esprit de notre nation et de notre État. À partir de cet instant, toutes nos énergies doivent se concentrer sur l'objectif essentiel de nous en débarrasser au plus vite et par tous les moyens légaux ou non. Pouvons-nous encore perdre du temps alors qu'une bande nervis venus d'Afrique de l'Ouest, de l'Orient et d'Occident pillent nos richesses, assassinent nos enfants, violent nos filles et nos femmes, siphonnent nos ressources naturelles, dévastent nos forêts ...? Non, et définitivement non!

Libérons d'abord notre pays du Nigérian et après viendra le temps de la legalite des institutions et des associations politiques.

2.Posté par charleasarle@gmail.com le 07/02/2013 08:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est là tout notre défaux. le laisser aller. Il faut en toute chose ne pas considérrer que ça du passé. parce que c'est cette memme attitude qui fait dire au émergents que les élection sont derrrière nous laissez nous avancer attendez les prochaines élection

3.Posté par OYANE ONTETE le 07/02/2013 17:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

CA FAIT DU BIEN DE LIRE CERTAINS COMMENTAIRES CELA PROUVE QUE LE GABONAIS AVANCE DANS CES IDÉES ET QUE GRÂCE A CA NOUS TROUVERONS UNE SOLUTION EFFICACE POUR LIBÉRER NOTRE GABON.
COMME DIT ,NOUS NE DEVONS PLUS ÊTRE AU NIVEAU DE LA LEGITIMITEE DU PD-G OU PAS TOUT CA ON VERRA APRÈS ET LE PLUS IMPORTANT C'EST LA VICTOIRE SIEMPRE SIEMPRE.

4.Posté par Feu-PDGiste-A-Mort le 07/02/2013 19:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A cette "illégalité" pourrait s'ajouter, selon notre Code Civil", l'illégalité du mariage d'Ali Bongo avec la fille de son beau-frère, sinon l'illégalité du mariage du père de Sylvia Valentin avec la petite-soeur du mari de Sylvia Valentin. Mon Dieu les choses de la honte !Le Code Civil n'en fait exception que par une dérogation motivée et dûment remplie qui émanerait d'un juge ou du président de la République.

En sachant d'avance que tel document dérogatoire n'existe nulle part, rions à gogo !!!

5.Posté par GABONADE le 10/02/2013 12:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ah le Gabon, petit pays mais bourré de problèmes. Lisez cet article paru sur www.rfi.fr, sur ce même Gabon:


Gabon -

Article publié le : dimanche 10 février 2013 - Dernière modification le : dimanche 10 février 2013

Peut mieux faire pour la liberté de la presse au Gabon.

La carte de la liberté de la presse en 2013.

rsf.org

Par RFI

Tout en saluant les efforts d'ouverture déjà réalisés, Reporters sans frontières assure que la liberté de la presse au Gabon « doit être largement améliorée ».

L'ONG demande que le Gabon « favorise tant l'exercice quotidien du journalisme que le cadre légal de la liberté de l'information, en abrogeant et remplaçant le code de la communication de 2001 » qui institue notamment le délit de presse.

Au terme d'une visite de trois jours à Libreville, Christophe Deloire, le secrétaire général de l'organisation, relève ces quelques points noirs.

Christophe Deloire, Secrétaire général de Reporters sans frontières.

Il y a une très grande vitalité de la presse écrite, mais le Gabon est classé à la 89e place du classement de RSF car les conditions de travail des journalistes sont difficiles, les journaux sont suspendus, les pressions politiques et l'affiliation à des personnalités politiques empêchent les journalistes de travailler sereinement.

Écouter (01:04)

Plus
10/02/2013 par Boniface Vignon

tags: EN BREF - Gabon - médias - ONG

Fiche Pays :

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...