News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Le Guide de la fraude electorale et ses remedes

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Mercredi 21 Avril 2010 à 10:15 | Lu 1982 fois

Vous pouvez télécharger le quide ci- dessous



Le Guide de la fraude electorale et ses remedes
L’élection est la désignation, par le vote d’électeurs, de personnes destinées à occuper une fonction politique, économique ou sociale : les élus.

Quelles que soient les approches philosophiques, il s’agit sur le plan concret d’un acte juridique de nature collective, d’un contrat politique. La population concernée transfère, par le vote de sa majorité, à des représentants ou mandants choisis, une légitimité pour exercer le pouvoir attribué à la fonction ainsi occupée.

Le vote est une méthode de prise de décision utilisée par un groupe de personnes ou une institution, généralement après une phase de discussion ou un débat. Le vote fait partie d’un processus qui prend le nom de scrutin ou d’élection.

Le mode le plus communément utilisé en démocratie étant le vote à bulletin secret dit scrutin secret .Il consiste à donner son avis sur plusieurs propositions, de manière anonyme. Généralement, les bulletins sont mis dans une urne et seront dépouillés lorsque chacun aura voté. Le dépouillement se fait devant témoins, afin d’éviter les fraudes.

L’anonymat est garanti par le fait de passer, seul, dans l’isoloir, et par le fait que le bulletin en étant à l’intérieur d’une enveloppe est à l’abri des regards. Ce type de vote permet de limiter les pressions sur les votants.

L’enveloppe est ensuite insérée dans l’urne en présence publique, ce qui permet de s’assurer que l’électeur n’insère qu’une seule enveloppe.
Cependant, dans tous les cas, il peut être blanc. Selon les pays et les scrutins, cette dernière forme d’expression entre ou non en compte dans le résultat du dépouillement.
Cet article se propose de référencer les différentes méthodes de fraudes électorales utilisées et appliquées par les pouvoirs en place notamment en Afrique

La fraude électorale inclut tous les processus ayant pour objet d’influencer le résultat d’élections, de façon à garantir ou favoriser (augmenter la probabilité) un résultat voulu. Toutes les sociétés utilisant le système des votes sont confrontées au problème, et cherchent à s’en prémunir. Le succès en la matière est une condition pour se prévaloir du label démocratique.

La fraude électorale peut trouver un point d’application à chaque élément du scrutin :
la campagne électorale dont la propagande qu’il faut distinguer de l’information, incluant l’affichage et les professions de foi des candidats,
l’organisation des bureaux de votes et du scrutin, dont les bulletins de vote
les listes électorales
le décompte des voix ou dépouillement
la publication des résultats.

Pour chacun de ces éléments, on donnera les techniques de fraude et les parades
1. Fraude portant sur la composition du corps électoral

Elle vise à l’élimination indue des électeurs a priori défavorables, et à l’inscription indue des électeurs a priori favorables à un camp. Ces deux techniques, souvent utilisées conjointement, emploient des moyens similaires. Des complicités dans les services administratifs sont nécessaires :
Le déplacement d’électeurs et le vote sur plusieurs lieux permet en déplaçant les électeurs dans les différentes circonscriptions ou bureaux de vote de les faire voter plusieurs fois.

Au Congo Brazzaville par exemple, Face à l’appel au boycott de l’opposition, Les électeurs de majorité présidentielle étaient acheminés par bus entier dans les différentes circonscriptions afin de s’assurer une « bonne participation » et faire pencher la balance en leur faveur à lҩlection présidentielle. Résultat entre 10 et 20% de participation pour cette élection majeure du jamais vu ! La validité du scrutin nҩtant pas lié au niveau de participation .Denis Sassou Nguesso dirige ce pays d’Afrique centrale avec 78% des suffrages exprimés par seulement 10% des électeurs.

le secret sur la composition du corps électoral. Ce type de disposition empêche de connaître le pourcentage des suffrages exprimés sur le nombre d’électeurs potentiels.

la fixation de délais courts pour l’inscription sur les listes électorales avec un lieu d’inscription centralisé ou distant, ou une procédure compliquée. Ce type de disposition limite naturellement le nombre d’électeurs inscrits au nombre de citoyens informés, que l’on peut sélectionner.

· La modification des règles de citoyenneté qui consiste en une élimination d’un corps d’électeurs supposés opposants ou de rajouter un corps dҩlecteurs favorables. D’aucun se souviennent de certaines pratiques en Afrique centrale qui consistent à distribuer aux étrangers des certificats de nationalités et des cartes dҩlecteurs à validité réduite ; valable en général uniquement pour la durée du scrutin ou encore de faire participation de mineures, voire de personnes décédés aux élections.

Le vote est issu d’une procédure électorale où les électeurs doivent être au préalable inscrits sur une liste électorale. Cette liste électorale est l’un des enjeux principaux des élections en Afrique. Les tensions et les fraudes venant souvent du fait de la non maitrise et du tripatouillage de cette liste comme l’attestent des cas récents : Cote d’ivoire avec la fameuse liste de 429000 électeurs fictif de la CEI ivoirienne ; au Gabon où sur une population d’environ 1.331.138 habitants, le corps électoral a été amplifié à 820.000 électeurs.

Ces pratiques de gonflement des électorales ayant pour but de s’assurer la victoire par le bourrage des urnes
Dans les pays occidentaux, ces listes électorales s’appuient sur un recensement efficace de la population et sont révisées tous les ans.
La liste électorale, comme la carte d’électeur, sont des éléments de la procédure électorale d’un état, destinée à luter contre les risques de fraude électorale
Le droit de contester le contenu des listes électorales devant les tribunaux compétents assure aux électeurs et aux partis que tous les électeurs peuvent prendre part à un scrutin, et que des personnes n’ayant pas qualité ne puissent y participer

le vote des absents : Il s’agit de faire voter des gens qui ne votent pas, qui donc n’iront pas vérifier l’erreur. Cela inclut évidemment des « personnes âgées » et surtout les morts. Ce cas est un classique des dictatures africaines. Il faut reconnaitre qu’ils ont été a bonne ecole ; puisque leur mentor métropolitain de l’epoque Jacques Chirac dixit ancien president de la republique française et ancien maire de Paris est soupçonné par la justice d’avoir été elu par les morts et électeurs fictifs des circonscriptions parisiennes

Ici la prévention de la fraude passe par le contrôle de la liste électorale et des bureaux de vote avec la présence d’assesseurs de toutes les parties prenantes à lҩlection. Cependant nous savons par expérience que cela ne suffit pas toujours pour contrer la fraude

2. Fraude portant sur l’organisation du bureau de vote

· Bourrage d’urnes
Le bourrage de l’urne consiste à introduire des bulletins de vote supplémentaire dans l’urne. Ces bulletins de vote supplémentaires sont favorables à une liste ou à une candidature. Cette méthode de fraude s’appuie sur des complicités au niveau de l’organisation et des bureaux de votes.

Comment combattre cette fraude ?

Le bourrage de l’urne a pour conséquence première que les émargements des électeurs sont inexacts. La mission première du membre truqueur est donc que le nombre de bulletins de vote soit égal aux nombre de signatures.il faut donc pour contrer cette fraude s’assurer que le nombre de bulletins de vote correspond au nombre de signatures.si ce n’est pas le cas il ya fraude

La première des préventions est que chaque bureau de vote soit constitué d’assesseurs de plusieurs camps politiques, de délégués de candidats ou de liste. La présence de nombreuses personnes d’horizons variés est le gage d’un scrutin surveillé et contrôlé qui respecte le choix des électeurs.
· Les échanges des enveloppes
Les échanges d’enveloppes de centaines consistent à modifier intégralement le contenu d’une enveloppe contenant une centaine. Cette méthode de truquage du vote nécessite une bonne organisation et la complicité de membres du bureau de vote.

La prévention

Le comptage des émargements se fait sous la surveillance des membres du bureau de vote. Et ce comptage des émargements est effectué avant l’opération de l’ouverture de l’urne. Ensuite se fera l’ouverture de l’urne pour le comptage des bulletins de vote.
Lorsque les émargements sont comptés, et une fois l’urne vidée, le cahier d’émargements ainsi que les enveloppes restantes doivent être placés dans l’urne qui doit être verrouillée.
Il faut donc que les membres du bureau de vote sachent quelles sont les membres du bureau de vote qui détiennent les clefs de l’urne.

Cette fraude complexe nécessite n’est pas toujours possible .Aussi se souvient t-on des élections togolaise de 2005 où ne pouvant altérer les urnes et les bulletins, les militaires chargés de la surveillance des bureaux on tout simplement détruits ou volés les urnes a grands renfort de coups dans le derrière des assesseurs et des divers votants sous les regards ébahi des cameras étrangères venu filmer lҩvénement. Inutile de rappeler que ce genre de pratique n’a jamais lieu que dans les fiefs de l’opposition.

Si tout ca ne suffit pas, rassurez vous il encore d’autres méthodes de fraude plus fine ou plus grossière c’est selon ….

3. Fraude portant sur la proclamation des résultats

La proclamation irrégulière

Un vote est très souvent réalisé dans de nombreux endroits. Il suffit donc, pourvu que l’information circule mal, de se « tromper » volontairement sur les totaux sans toucher aux résultats intermédiaires pour obtenir des améliorations éventuellement suffisantes.

Il convient donc de se méfier de tout délai entre la fin du scrutin et la proclamation des résultats tout comme de la centralisation excessive des résultats nécessitant le transport sur de longue distance des bulletins dépouillés et des documents de scrutinage. Le transport est un moment favorable à la disparition d’une partie des bulletins (cette disparition tient compte des résultats précédents pour une région donnée).

Le cas Gabonais est l’illustration parfaite de cette fraude où la très indépendante et permanente commission électorale a mis plus d’une dizaine de jours pour compter 800000 bulletins « présumés ».Du jamais vu ...La présidente de la dite commission, ancienne maitresse de Bongo Père avec qui elle a eu 2 enfants, a fini par déclarer le demi frère de ses enfants vainqueur de lҩlection présidentielle .Je ne m’attarderai pas sur le tabassage des autres candidats à lҩlection et sur les nombreux protestataire tués à Port-Gentil (fief de l’opposition) pour avoir dénoncé cette fraude.
La solution ? Une commission électorale issue d’un consensus politique et présidé par l’opposition à l’image de la cote d’ivoire peut etre….

Le cas Gabonnais avait prevu la confrontation des procès verbaux des différents candidats issus des bureaux de vote ; ce qui a mon sens était une excellente idée ; Cette confrontation n’aura jamais lieu et pour cause les procès verbaux du futur vainqueur étaient systématiquement différents de ceux des 16 autres candidats.

Du temps de feu Bongo, on attendait même pas le décompte des voix ,le ministre de l’intérieur se contentant de déclarer à la télévision et sur les ondes Omar Bongo Vainqueur avec un taux de participation et des taux de suffrages décidés à l’avance .

Loin de moi l’idee de blamer le système electorale gabonnais :

le Niger de mamadou tanga a usé du meme procedé au Niger lors de son referendum « constitutionnel » pour s’octroyer 3 ans de plus à la tete du pays ; le bougre avait quand même pris soin de dissoudre tous les contre-pouvoirs défavorables (la cour constitutionnelle et l’assemblée nationale) avant de s’arroger des pouvoirs « speciaux »

Le congo brazzaville est coutimier de cette methode, Denis sassou neguesso n’ayant jamais gagné une seule election dans son pays.Pour mémoire, il avait culminé à 16% des suffrages lors des seules elections « democratiques » organisé en 1992, finissant 3eme de l’election presidentielle. Bien malin qui pourra lui refaire gouter au plat aigre doux d’un scrutin libre et transparent.

Le cameroun de Paul biya ,la centrafrique de bosizé,le tchad de deby itno,la cote d’ivoire de Laurent gbagbo, le Togo de Faure gnassimbé ,bref la plupart des petits pays riches en ressources naturelles de l’ »ancien empire francais en afrique
La solution me direz-vous ? Je dirais a l’instar de barack obama des institutions fortes, des contre pouvoirs, une opposition forte et unie, des populations et une société civile plus engagés.

La guinée du « brillant » dadis camara, le nigeria de olesegun obassandjo,le ghana de kufuor nous montre a raison que la mobilisation et la présence d’institutions fortes et indépendantes peuvent permettre l’alternance, voire peut être le developement.

4. Fraude portant sur la campagne électorale

La propagande inégale

Lorsqu’une des parties en présence influence voire contrôle les médias, il lui est facile de s’assurer la maîtrise du discours et de limiter voire empêcher la propagande électorale des partis opposés. C’est le moyen moderne par excellence, car il respecte formellement les règles du vote et, faute d’indicateurs pertinents et reconnus, il est difficile à prouver ou a faire comdamner.

Elle peut revêtir diverses formes :

une partie ou ses sympathisants possède l’essentiel des médias de diffusion de masse (influence générale de grands patrons propriétaires de presse avant l’ère audiovisuelle ; monopole des télévisions et radios par l’état, comme au début de la Ve république française ; concentration des radios et télévisions entre les mains d’un groupe financier ou de ses ramifications, comme dans l’Italie actuelle, ou dans les mains de sympathisants politiques, comme dans l’audiovisuel public français).

le budget des campagnes électorales, s’il n’est pas contrôlé ou limité, donne un accès inégal aux moyens de propagande sans pouvoir invoquer la fraude.

Pour y remédier

Dans le cas de propagande inégale, la loi écrite et la publicité de celle-ci, en ce qui concerne les règles électorales, protège les droits de l’opposition et de la dissidence. Ces lois doivent rendre publics les lieux d’affichage réservé à la propagande électorale, les conditions d’accès à ces lieux, l’interdiction d’afficher dans les lieux inadéquats, les sanctions en cas d’arrachage ou de recouvrement des affiches dans les lieux adéquats.

Les lois sur les délits de presse et la diffamation contribuent à la moralisation de la politique. Bien entendu, l’instruction civique est le meilleur moyen de contrôle de la vie publique par le citoyen, tandis qu’une justice efficace et reconnue comme telle limite la portée des accusations infondées.

5. Fraude portant sur les candidatures

Le rejet des candidatures adverses

En interdisant de se présenter aux candidats adverses, par exemple, en refusant un agrément de candidature (Iran, Togo,Congo brazzaville,RDC etc…), en limitant leur rayon d’action ou en les emprisonnant sous des motifs divers quoique fantaisistes
Cette méthode est souvent utilisée en Afrique où les contentieux portent souvent sur la nationalité des candidats ou celle de votants. Une variante à cette méthode est lҩlimination d’un candidat sur la base d’une suspicion sur son identité. Cette surprise a éte réservé au togolais koffi yamgnane qui a été exclu de la campagne presidentielle de 2010.

Un autre candidat Ali Bongo au gabon qui n’avait pas été en mesure de fourni des preuves de son origine et donc de sa nationalité a failli subir les affres des règles de la citoyennete ; fort heureusement candidat du parti au pouvoir, il a été elu president du gabon en 2009

Le modele ivoirien de l’ivoirié inventé par Bedié, ancien president ivoirien pour eliminier son rival de toujours alassane ouattara procede de la meme methode.

6. Fraude via les procurations

Une autre méthode consiste à connaître des électeurs qui seront absents le jour de l’élection et qui n’ont pas fait de procuration pour voter. Il suffit alors de faire de fausses procurations pour ces gens là, mais il faut être sûr que ces électeurs là ne reviendront pas voter.

En conclusion

On constate que ce guide de la fraude est largement connu et appliqué notamment en Afrique francophone. Les méthodes sont nombreuses et souvent combinés pour maximiser la fraude. Des moyens de combattre la fraude existent, ils sont parfois simples, complexes voire impossible à mettre en œuvre tant la fraude peut être institutionnalisée. Le salut ne pourra venir que de la mobilisation et de l’engagement des africains en faveur du changement et du développement.

L’Afrique a déjà payé un lourd tribu pour son émancipation, et le prix a payé dans les années à venir ne s’annoncent pas moins important. On dit que « La liberté ne se demande pas, elle s’arrache » . Ce petit guide comme d’autres outils servira peut être a éclairé ceux d’entre nous qui sҩveillent à la conscience politique et citoyenne.

le_guide_de_la_fraude_electorale_et_ses_remedes.doc Le Guide de la fraude electorale et ses remedes.doc  (49.5 Ko)


Mercredi 21 Avril 2010
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 1982 fois




1.Posté par leblagueur le 21/04/2010 17:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo pour cet article pédagogique. A diffuser massivement.

2.Posté par ZINO le 05/05/2010 01:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La reconquête du Niger par la France Y.Mérabet

Les forces armées du Niger, qui comptent 12 000 hommes, sont guidées par des conseillers militaires français. Entraînés et financés par la France, ils protègent toutes les routes géostratégiques et les mines. Les deux plus importantes mines du Niger se situent sur le territoire des Touaregs sont contrôlées par la compagnie française paramilitaire Areva, un empire dominant en matière de nucléaire, dirigé directement par l’Elysée, au travers de l’actionnaire principal, le CEA, propriété de la France.
Présent dans 43 pays, dont l’Irak, l’Iran et la Lybie, le Niger, qui exporte à présent 7,7% de l’uranium mondial et bientôt 15% avec l’ouverture de la mine d’Imoumaren, se situe avec constance parmi les cinq premiers exportateurs avec le Canada, l’Australie, le Kazakhstan et sa production est au même niveau que celle de la Russie. Le Niger a fournit largement son ancien seigneur colonial, la France, en uranium, et elle continue à le faire . Un approvisionnement requis pour le programme nucléaire civil et militaire de l’Hexagone et d’Israël, une grande partie de ce minerai est détourné vers la Libye et certains pays rebelles du TNP. Impliqué dans tous les aspects de la chaîne des matières premières, de l’extraction à l’enrichissement, de la propulsion, au recyclage et au démantèlement, avec un chiffre d’affaire de 16,16 milliards d’euros, la puissante économie française d’Areva est aussi présente en temps que vecteur paramilitaire dans le Sahel, mais aussi dans le renseignement et les enlèvements d’otages, l’Etat français se cache derrière toutes les tentatives de déstabilisation des pays africains sensés être sous son influence. Actuellement la France maintient 10 000 soldats spécialisés sur le continent africain pour protéger ses approvisionnements en uranium, principalement basés à Libreville au Gabon, aussi connue sous le nom de ‘’Foccartland’’. De 1997 à 2009, la France est intervenue militairement 46 fois et arrive quelquefois jusqu’au massacre des populations africaine (génocide des Toutsis). Sur ces incidents, 28 ont eu lieu sans référence aux Nations Unies. La politique Françafrique se poursuit encore plus sous Sarkozy, notamment par l’autofinancement des groupes terroristes au Niger et la gestion des affaires de prises d’otage. La France a crée un second Guantanamo à Niamey pour Al-Qaïda du Maghreb, faisant libérer des terroristes sous mandat international, la France pose des entraves à la lutte contre le terrorisme international, elle négocie et libère des terrorismes qu’elle arme et les envoie au Maghreb arabe pour maintenir une certaine tension favorable à sa politique, notamment par les actes criminels contre la population civile. Le 11 septembre avec un faux Ben-Laden inventé par la CIA, cette date a été un motif pour une nouvelle forme de colonisation des ressources énergétiques que recelèrent les pays sous développés. Les mines d’uranium découvertes au Congo, au Gabon et au Niger ont permis à la France de contourner les accès difficiles à l’uranium en Ouzbékistan, au Canada et en Australie, des régions perçues comme ayant des tendances pro-américaines et étant gérées par les Etats-Unis, rival de la France en Afrique et ailleurs. Le partage du monde en zone d’influence dans le conteste de sa mondialisation a qu’une grande partie de l’Afrique soit dominée par la France . Sur le plan économique la présence française en Afrique, est rivalisée par la Chine dissuasive par son nucléaire et membre permanent du conseil de sécurité à l’ONU, assoiffée de ressources, sa présence en expansion rapide dans le continent africain, avec plus de 24 milliards de dollars de prêts depuis 2003, principalement garantis par des ressources. La présence française en Afrique est contestée par la population africaine est aussi considérée comme une menace aux intérêts français.. Les mines du Niger, souterraines et à ciel ouvert, sont exploitées par les firmes subsidiaires d’Areva, comme COMINAK et SOMAIR, qui rapportent entre 75 et 90% du revenu national. Les réserves d’uranium d’Imoumaren, dont il est attendu qu’elles produisent 5000 tonnes par an, ont fait l’objet d’un contrat signé en janvier 2009 entre Areva et le gouvernement de Mamadou Tandja, et ce pour 40 ans. Il est prévu que la production débute en 2012 après un investissement de 1,2 milliards d’euros. L’uranium Nigérien fourni 80% d’électricité consommée en France, énergétiquement la France est dépendante du Niger.

La France sur ses traces en Afrique, une malédiction qui tombe du ciel.

Le peuple africain doit savoir que la colonisation a succédé à l’esclavage. Elle a laissé place au néo colonialisme. L’Algérie comme le Niger et le reste des colonies françaises conquises par les métropoles, dominées, occupées, administrées par force et leur exploitation fut féroce et barbare. L’idée de dénigrement de l’africain en sauvage par l’homme blanc qui apporte dans ses bagages la civilisation est pernicieuse par ce qu’elle tente de masquer l’objectif réel du colonisateur, ce n’était pas la civilisation qu’il a apporté mais l’aliénation..Un travail de fond était fait pour convaincre les africains qu’ils n’avaient pas de culture ou quand il en avait une elle était mauvaise et il fallait l’abandonner et ‘singer le blanc’. Le pillage des richesses du sol et du sous-sol qui a commencé avec la complicité hier des «indigènes évolués» et se poursuit aujourd’hui avec celle de nos dirigeants actuels. C’est la « Françafrique » qui fait vivre la France. Sans ses colonies la France ne serait pas la puissance qu’elle est aujourd’hui. Par la perte de sa puissance elle y retourne cette fois-ci sans résistance des peuples, mais avec le consentement des gouvernements corrompus. Avec les indépendances des pays africains, la France est sortie par la porte et est rentrée dans la maison Afrique par la fenêtre du néo colonialisme qui lui permet de payer à des prix dérisoires le pétrole du Golfe de Guinée (referez vous à l’affaire ELF c’est édifiant), la bauxite et l’uranium du Niger voir AREVA …En partant la France a tué nos leaders nationalistes intègres : Olympio, Um Nyobè, Moumié, (comme les belges ont tué Lumumba). Les minerais étaient le fruit de pillage, aucune contrepartie n’était versée aux populations. Le travail forcé était la règle, pour la coupe du bois, la culture du cacao, du café, du thé, du caoutchouc. Au fait à quoi servaient les routes et les chemins de fer aux noirs de l’époque coloniale ? Avaient-ils des voitures, que voulaient-ils transporter ? Si pour servir aux colons des lointaines contrées d’Afrique, les multiples richesses, fruits de pillage et à les acheminer vers les comptoirs coloniaux pour être enfin évacués vers la France. Si la France a une dette à honorer c’est envers tous ces travailleurs forcés africains tombés au front du pillage des richesses de l’Afrique pour la puissance de la France .C’est aussi la dette contactée au titre du pillage des richesses de l’Afrique Comment expliquer qu’aucune ex colonie de la France ne soit sortie du sous développement .Présenter des excuses reviendra à la France de reconnaître le ‘génocide’ de (1,5) un millions et demi d’Algériens et des centaines de milliers de foyers détruits à jamais, sans compter des millions de personnes traumatisés par la torture . En attendant que le jour se lève, la françafrique continue le pillage sauvage commencé par la colonisation. Aussi le rapport de la CRIIRAD fait état de l’exploitation sauvage des mines d’uranium au Niger avec plusieurs trouvailles, y compris les 20 millions de tonnes de roche d’uranium pulvérisé, carcinogène et radioactive, stockées en plein air, du matériel radioactif dont la compagnie s’est débarrassé et qu’elle a vendu sur le marché par le biais de ferrailleur, qui souvent abouti dans les ‘souks’ des villes du sud algérien, au Mali et en Mauritanie contaminant leurs acquéreurs. Aussi ce rapport relève que des émissions de gaz toxiques à partir des mines de COMINAK ainsi que l’exploitation d’eau souterraine provenant de sources non renouvelées, sans parler de la contamination des sources d’eau, de la violation des standards internationaux de protection contre les radiations, parmi d’autres. ‘’Lorsque nous avons informé la presse de nos découvertes, Areva a organisé un voyage des médias au Niger, a affrété un avion pour transporter les 30 journalistes mais sans compteur Geiger ni aucun moyen d’évaluer le degré de radiation. Ils (les journalistes) auraient pu se tenir sur de la roche radioactive qui se trouve sur les routes et ne pas le savoir’’, a déclaré Chareyon. Il a aussi révélé qu’un laboratoire avec lequel la multinationale a passé contrat pour mesurer les radiations a rejeté les affirmations de la compagnie. Areva prétend que seul le gouvernement du Niger est responsable pour les systèmes de régulations (de Khadija Sharife* journaliste indépendante et écrivain.)
Manipulé par les services de renseignement français présent au sein même du gouvernement et de l’administration nigérienne , là-bas au Niger c’est Sarkozy qui décide du quotidien des nigériens et des mises en scènes politiques notamment par la libération des prisonniers terroristes algériens détenus par Niamey en violant la souveraineté de ce pays et les négociations avec les preneurs d’otages à tous les coins du monde. Le Niger colonie française au sens propre du mot et sa représentation diplomatique dans toutes les capitales du monde n’a plus de point de valeur, car tout doit transiter par l’ambassade de France, alors ou est la souveraineté de ce pays ? Le Mouvement du Niger pour la Justice, actif depuis 2007 mené par un ancien fonctionnaire des Forces armées du Niger, dirigé par les services de renseignement français, a son effectif une grande partie des hommes touarègues inter frontaliers libres ,demande une plus grande part de la rente uranifère sous le prétexte de la protection contre la dégradation de l’environnement et l’accès à des biens comme l’eau, des installations sanitaires, l’instruction et l’électricité qui sont des droits constitutionnels. Ce mouvement encadré par l’armée française exerce une pression constante sur le gouvernement du Niger et ceux des pays limitrophes afin de s’en servir de l’uranium de la mine d’Arlit. La France à travers ses ONG ajustées sur sa politique nationale, joue avec les droits de l’homme et le sentiment de charité envers la population africain dans le seul but de s’accaparer de leur richesse naturelle, ils n’ont pas d’autres pour assurer le devenir de leurs enfants. Il ne reste que la richesse du sous-sol pour faire vivre quelques milliers de nigériens, tout a disparu :la faune , la forêt et l’eau que reste t-il à la population pour vivre ? C’est vrai qu’aujourd’hui, le Niger n’a pas accès au moindre uranium extrait à l’intérieur de ses frontières : les 100% de l’électricité (225 million de kWh) proviennent d’énergie fossile et est largement importé du Nigeria voisin. Toutefois la France a bien conscience de la situation et sa part de responsabilité est engagée. Le retour de la France sur ses traces en Afrique est une malédiction pour les africains Le Sahara, qui englobe 11 pays, recouvre 80% des terres du Niger, un des pays le plus pauvre de la planète au riche sous-sol, se caractérise par la pauvreté, la famine, les sécheresses et les dictatures. Plus de 60% de sa population vit dans la ceinture de pauvreté, privée de l’accès à la nourriture, à l’eau, aux installations sanitaires, aux infrastructures et à l’instruction. L’espérance de vie culmine à 43 ans et la plupart de ses citoyens, y compris 71% des femmes, sont analphabètes. Seul 3% du budget de l’Etat sont alloués à l’instruction, alors que plus de 50% des finances de développement vont au service d’une odieuse dette à payer. L’annulation de la dette, après que le Niger ait été jugé éligible par le FMI à l’Initiative en faveur des Pays Pauvres Très Endettés, a exigé une privatisation massive des entreprises étatiques nigériennes et a fourni une aide partielle. Néanmoins, en 2007, les directeurs du FMI ont estimé que le fardeau de la dette nationale demeurait trop élevé et ce, malgré le ‘’remède’’ des ajustements structurels. Le FMI avait suggéré au gouvernement de vendre ses ressources minières pour s’en acquitter de sa dette au près des banques. ’’ Jusque à maintenant, il est impossible aux citoyens français et à la société civile d’obtenir le contenu de ‘’ces accords secrets’’ concernant l’accès et le contrôle des ressources au Niger. C’est confidentiel’’, déclare Sebastein Alzerreca de l’ONG française Survie. Mais il met en garde : ‘’Si la diplomatie échoue, ils peuvent toujours envoyer l’armée’’ Pas de doute que l’autoroute de l’uranium s’avérera bien utile*. Depuis le jour de l’indépendance du Niger, Diori Hamani du Niger et son parti politique, le Parti Progressiste nigérien (PPP), indirectement choisi par la France, ont régné sur le pays, aidé dès 1963 ouvertement par diverses interventions ou par des actions clandestines. Grâce à des accords militaires secrets, les soldats français basés à Niamey ont collaboré avec celui-ci afin d’éliminer et d’exiler l’opposition, tel que l’Union Nigérienne Démocratique. Hamani Diori s’est présenté aux élections, sans opposition, en 1965 et en 1970 mais a commis l’erreur fatale de demander le retrait des troupes françaises au début des années 1970. La France l’a fait, puis sans surprise un coup d’Etat militaire a porté au pouvoir le colonel Seyni Kountche au pouvoir. Kountche a été tué en 1987 et le colonel Ali Saibou lui a succédé. Mamadou Tanga choisi par la France pour diriger ses intérêts au Niger et destitué du poste de président de la république pour avoir voulu résilier le contrat d’acquisition de la gigantesque mine d’uranium d’Imoumaren, et de la revalorisation du prix du minerai d’uranium extrait de la mine d’Arlit. Les Etats-Unis irrités par la main mise de la France sur la région qui recèle les 40% des gisements d’uranium et devant le refus de l’Algérie d’autoriser l’US forces d’installer un poste d’observation et d’intervention à l’extrême, sous le mobile ’lutte contre le terrorisme’ donne son accord aux pays limitrophes d’assurer eux même leur défense en cas d’un excès de convoitise . Au fond, comme nous l’avons bien dit dans nos articles précédents signés Y.Mérabet la mine d’Alite était livrée par la France au trafic de la ‘pate jaune’ ou concentré primaire d’uranium étant la base de la fabrication de l’arme nucléaire appauvrie qui est tombé entre les mains des terroristes. Il ne faudrait pas oublier aussi que de grandes quantités de pate jaune qui transitait par Agades étaient détournées par la Libye et la France pour alimenter le marché noir. La dernière conférence de Washington sur la sécurité nucléaire était essentiellement axée le risque que l’uranium enrichi de tomber entre les mains des terroristes, je crois que les Etats-Unis réputés sur la prise de position de la lutte contre le terrorisme internationale et il fut la première victime et l’AIEA une instance onusienne ont laissé la France trop faire. L’uranium avait initialement été découvert au Niger en 1957 par le Bureau Minier de la France d’Outre Mer, une année avant la création de la République du Niger en 1958. Ceci à la suite d’une étude extensive menée par la Commission à l’Energie Atomique (CEA) de la France, qui a commencé en 1956 et a conduit à plusieurs découvertes à la veille de l’indépendance en 1960. La décolonisation réussie de l’Afrique par la France, a été réalisée grâce à des accords militaires secrets et des accords concernant les ressources, ainsi que des zones monétaires spéciales. Ces accords imbriquaient les intérêts de la France avec ceux des gouverneurs autochtones soigneusement choisis comme au Gabon et au Togo - Omar Bongo et Gnassingbé Eyadéma - tous deux dirigeants à vie, de la libération sélective à la mort, et Félix Houphouët-Boigny en Côte d’Ivoire. Ainsi, non seulement la France a eu un accès préférentiel aux ressources stratégiques, la 0présence de bases militaires françaises dans des anciennes colonies étaient légitimées, servant à la fois à soutenir le règne des dictateurs tout en les gardant sous contrôle. A partir de 1969, 27 accords ont été signés par d’anciennes colonies, y compris le Niger.
Les intérêts français ont été servis par le biais de la politique africaine postcoloniale de la France, connue sous le nom de Françafrique, qui a impliqué les échelons politiques et diplomatiques de l’Elysée depuis l’époque du général de Gaulle. Cette politique impliquait les lobby du renseignement et des multinationales intimement connectée avec l’Etat, comme Elf et Areva, des dictateurs de fabrication française et des réseaux de l’ombre désignés sous le nom de personnalité qu’on souhaitait honorer, comme Jacques Foccart, le principal conseiller pour l’Afrique de Gaulle qui a été rappelé, après avoir pris sa retraite à l’âge de 81 ans, par le président Jacques Chirac, afin qu’il reprenne des activités. Chirac lui-même a déclaré, au début des années 1990, que le continent ‘’ n’était pas prêt pour la démocratie’’. Lorsqu’il lui a été demandé de décrire le rôle de Foccart dans Françafrique, le vice Premier ministre du général de Gaulle, Louis Joxe, a déclaré ‘’ être la nounou des présidents et s’assurer que les fonctionnaires africains seront payés à la fin du mois’’.*

Conclusion

Formés par le Département d’Etat, le Département à la Défense et le Conseil National de la Sécurité américains, mise en place de plateformes de narcotrafics, implications des armées gouvernementales dans des programmes militaires d’endoctrinement idéologiques, mise en place de dictatures militaires. Ouvrons les yeux et regardons l’Afrique de l’Ouest, que voyons-nous, sinon des présidents à vie (Moubarek, Kéddafi, Zine El-Abidine Ben Ali), des coups d’Etat (Niger, Guinée), des implantations de bases militaires (Sénégal, Côte d’Ivoire), des créations de foyers terroristes (Algérie, Mauritanie, Maroc, Niger, Mali, Nigeria), la prolifération du narco-trafique ( Maroc, Sierra Leone, Guinée Bissau), l’expropriation des richesses par les multinationales, etc. Ce qui se passe au Niger est un cas d’école. L’on comprend alors la vive protestation de l’Algérie qui ces temps-ci voit beaucoup de mouvements de l’administration Française dans la région.

Journaliste indépendant (ASFIR)

Algerian Society For International Relations

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...