News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Le Franc CFA, monnaie ou instrument de domination ?

Le site de la Liberté - LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24 le Mardi 18 Mai 2010 à 16:00 | Lu 745 fois



Le Franc CFA, monnaie ou instrument de domination ?
En cette année, 17 pays d’Afrique [1]commémorent le cinquantenaire de leur accession à la souveraineté internationale, 14 de ces pays issus de l’empire colonial français on presque tous [2] en commun une monnaie commune, le Franc CFA.

Cette monnaie qui constitue aujourd’hui une sérieuse entrave à la souveraineté de ces Etats, avait été rejetée en s’en souviens par la Guinée de Sékou Touré. Officiellement été créé en 1948 sous sa dénomination originelle de Franc des Colonies Françaises d’Afrique, le Franc CFA n’a rien perdu depuis de sa logique d’apparition, les changements ultérieurs dans son appellation n’étant que fioriture.

A la fin de la seconde guerre mondiale, la France alors largement partie prenante, avait laissé des séquelles assez profondes. L’effort de reconstruction nécessaire d’après- guerre procédant par un recours à toutes formes d’approvisionnements financiers, matériels ou humains, la France décida naturellement de mettre à contribution son empire colonial de l’époque.

Il s’agissait pour elle de créé une monnaie pour sécuriser ses approvisionnements en matières premières largement répandues dans le riche sous- sol de ses colonies africaines. A la suite des mouvements de rébellion de plus en plus prononcés dans les colonies alors largement exploitées par la mère-patrie, les indépendances ont été consenties à l’ensemble des colonies dans les années 60, en se gardant toutefois de leur permettre de s’affranchir du fameux franc CFA.

Le pouvoir des nouvelles nations dites indépendantes a donc majoritairement été « donné » à des suppôts de la métropole, qui ont entériné sans mot dire l’essentiel des accords que l’occupant avait déjà établi du temps où il assurait seul la gestion des colonies. Les nationalistes que furent les Nkrumah, Lumumba, Amilcar Cabral, Modibo Keïta, furent simplement éliminés.

Le franc CFA a ainsi eu d’emblée une parité fixe avec son franc français de maître, pour inhiber tout risque de change. Tout au plus a-t-on créé 3 banques centrales (BCEAO, BEAC et BCC), avec la particularité que celles-ci n’ont aucun pouvoir décisionnel sur la politique monétaire locale ! En effet, les marges décisionnelles en matière monétaire, qui sont dans les prérogatives des conseils d’administration des banques centrales, sont quasiment inexistantes pour les membres africains.

Qui plus est, les statuts de ces banques sont largement à l’avantage de la France qui peut bloquer toute décision, du fait d’un nombre de représentants judicieusement fixé au sein des conseils d’administration respectifs de celles-ci. En somme, tout se décide à Paris depuis toujours, et même pas à la Banque de France, mais bien au Trésor Public Français, un organe directement lié au Ministère des finances !

C’est ainsi que tous les pays de la zone CFA, selon le texte originel, se voient dotés d’un compte d’opérations au Trésor Public Français, compte sur lequel leurs réserves externes sont créditées en cas d’excédent, ou débitées dans le cas contraire.

Et au prétexte qu’elle garantit tout risque de change sur le franc CFA, la Banque de France prélève 65% des réserves de chaque compte d’opérations, en n’hésitant donc pas à s’enrichir sur le dos de pays pourtant dits pauvres ! Accessoirement, il conviendrait de rappeler que les 35% restant sur les réserves des comptes d’opération, sont d’officie alloués au remboursement de la dette, ce qui limite les marges de manœuvres le cas échéant dans les Pays de la Zone Franc, quand il est question de mener des politiques volontaristes en matière de santé ou d’éducation par exemple.

Il s’agit de se rendre compte que la politique monétaire, et donc la politique économique des pays de la zone CFA se décide à Paris, et seulement par Paris !!! C’est de cette manière que la dévaluation de moitié du franc CFA en Janvier 1994, pour arriver à une nouvelle parité fixe de 100 F CFA pour 1 FF, a été unilatéralement décidée par le gouvernement français de l’époque, dirigé par Edouard Balladur, au grand dam des dirigeants africains qui redoutaient pour la plupart des soulèvements de leurs populations. La dévaluation unilatérale faisait suite au déficit trop prononcé des comptes d’opérations des Pays de la Zone CFA ! Les conséquences furent drastiques pour les populations des Pays de la Zone CFA.

Il convient également de souligner que le principal objectif de cette fameuse monnaie dite unique reste étrangement inachevé. En effet, alors que la France, initiatrice du Franc CFA a toujours défendu l’idée selon laquelle cette monnaie faciliterait les investissements étrangers dans les pays africains, il est de notoriété publique que c’est bien le contraire qui s’est toujours produit. En somme, la parité fixe sans risque de change favorise plutôt l’exportation des devises, un phénomène qu’on peut reprocher aux multinationales largement présentes sur le continent, mais aussi aux dirigeants adeptes d’enrichissement personnel.

Or la zone Euro, avec des critères de convergence stricts, des politiques et un tissu économiques relativement comparables entre pays partenaires, montre que contrairement à ce qui s’est produit dans la zone CFA, l’adoption de l’euro comme monnaie commune est le fruit d’un objectif de consolidation défini.

Or pour le franc CFA, on trouve réunis dans le même espace monétaire, des pays qui n’ont nulle autre similitude que leur appartenance à l’ancien empire colonial français et surtout la misère extrême de leurs populations, qui fait justement que 12 des 14 nations concernées sont aujourd’hui considérées selon les critères de la Banque Mondiale et du FMI comme Pays Pauvres et Très Endettés (PPTE). Plus encore, les 2 seuls pays qui ne sont pas PPTE y échappent juste par le truchement des revenus exceptionnels de la manne pétrolière, qui en font des pays relativement riches au regard de leur densité de population plus faible que les moyennes locales. Il s’agit du Gabon et de la Guinée Equatoriale.

Au-delà du manque de souveraineté économique pour tous les Pays de la Zone CFA, on est en droit de s’interroger sur l’indépendance politique, car aucun des présidents de ces états ne peut diriger s’il ne bénéficie de l’onction de Paris, même s’il existe des élections prétendument démocratiques. En effet, on peut constater que plusieurs pays ont à leur tête des dirigeants qui approchent le demi de siècle au pouvoir, tandis que dans le même temps, la misère de leurs populations se fait galopante.

Comment peut-on croire en un processus électoral réellement transparent et démocratique si on note que la population qui a le choix libre de ses dirigeants est aussi celle qui est la première à vouloir s’exiler ensuite, en masse ? Quel serait donc cet esprit masochiste qui se serait emparé des seuls africains qui choisiraient à chaque fois un même dirigeant pourtant réputé incapable de résoudre leurs problèmes les plus basiques tels que l’accès à l’éducation, aux soins de santé, voire à un travail ! Et enfin tous les Pays de la Zone CFA ont aussi en commun d’appartenir à la Francophonie, et donc d’avoir le français comme leur langue officielle.

Après le contrôle économique et politique, voilà que la France à travers son « rayonnement » culturel, achève de dominer des pays qui finalement, n’ont pas plus de souveraineté que les territoires et départements d’outre mer, si ce n’est une illusion d’autonomie !

Plus encore, le tour de passe-passe décidé lors du passage à l’euro fait désormais de l’Union Européenne, la nouvelle institution responsable de la misère économique des pays de la zone CFA. L’Union Européenne a hérité, sans que les africains concernés ne soit invités à une quelconque négociation, du lourd passif colonial français, à travers l’ancrage automatique du franc CFA à l’euro, avec une parité fixe calquée sur la dernière en vigueur vis-à-vis du franc français.

L’Union Européenne devient de ce fait complice « involontaire » de l’appauvrissement de ces pays du Sud. En outre, la logique de l’euro fort défendue par la banque centrale européenne est entrain de tuer définitivement les économies des Pays de la Zone CFA, qui en plus de 50 ans d’autonomie supposée, continuent à devoir importer l’essentiel des produits de première nécessité, faute de disposer d’industries locales pour en fabriquer.

En effet, les balances commerciales des Pays de la zone CFA sont largement déficitaires depuis le début des années 80. Et l’euro fort allié à une politique de taux d’intérêts élevés empêche la création de PME dans les Pays de la Zone CFA, faute de pouvoir décrocher des crédits. Qui plus est, cette même politique condamne durement les échanges Sud-Sud ou les échanges commerciaux entre Pays de la Zone CFA et autres pays dits du Tiers-Monde, parce que le CFA surévalué de fait rend les éventuels produits des Pays de la zone CFA trop chers.

Quelles différences y-a-t-il entre les départements et territoires d’outre mer et les pays de la zone CFA, en dehors du fait que les premiers ont vu le gros de leurs populations s’installer bon gré mal gré à l’époque de la tristement célèbre Traite des esclaves tandis que les derniers ont une population établie de longue date ?

Par Julien N’kolo Reteno (Attac Gabon)


Mardi 18 Mai 2010
LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24
Vu (s) 745 fois




1.Posté par sansvoix le 18/05/2010 23:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
eh oui c'est la triste réalité. Les pays de la zone franc n'ont pas encore acquis leur indépendance car ils n'ont pas d'autonomie monétaire. Je ne comprends pas pourquoi on fait tout un tappage médiatique sur les soit-disants cinquantenaires de l'indépendance, mais quelle indépendance?...Les leukos nous ont vraiment enculés et le pire c'est qu'aucun de nos dirigeants ne se pose ce genre de question!!! Ah j'oubliai que nos dirigeants avaient tous une caracteristique commune: ils sont disqualifiés pour resoudre nos problèmes les plus basiques... Dans ces conditions l'immigration même non choisie a encore de beaux jours!!!!

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...