News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

La presse gabonaise lue par l’Agitateur : Ondo Ossa poignardé !

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Lundi 16 Juin 2014 à 07:08 | Lu 1011 fois

La semaine dernière, la presse gabonaise a longuement commenté deux sujets : la signature du pacte social entre pouvoir et opposition en vue de lutter contre la pauvreté, et l’agression à l’arme blanche dont a été victime le Pr Albert Ondo Ossa le dimanche de pentecôte.



« Ali Bongo appelle dans le désert » ricane l’hebdomadaire Nku’u le messager.

« Un désert s’est créé autour d’Ali Bongo. Et plus on se rapproche de l’échéance de 2016, plus la désertification se poursuit. Ce n’est pas faute de sa part d’avoir multiplié des opérations de charme pour tenter de ramener quelques personnes autour de lui. Mais ‘’la légion étrangère’’ veillait au grain. C’est d’abord le Parti démocratique gabonais qui a commencé à se vider de sa substance, ses hauts cadres et les militants qui leur étaient proches…

Par les temps qui courent, la saignée continue avec les départs du PDG et de la majorité républicaine pour l’émergence de Jean Ping, Jacques Adiahénot, Philibert Adjèmbé, Pierre Amoughe Mba. L’hémorragie n’est probablement pas endiguée. Une hémorragie qui a même atteint les milieux maçonniques, certains frères estimant qu’Ali avait brûlé les étapes et, surtout, qu’il s’écartait des valeurs et des idéaux qui fondent la franc maçonnerie… », note le journal.

« On était donc là, lorsqu’a retenti en plein désert, l’appel du samedi 31 mai 2014 dernier. Un appel de désespoir et de détresse que n’auraient entendu que quelques autres renards affamés errant dans le désert, à l’instar de Davin Akouré et Hervé Ossamane Onouvié», rajoute Nku’u le messager.

« L’union fait la farce », renchérit l’hebdomadaire La Loupe.

« Un président de la République signe des accords avec de simples citoyens ! », s‘indigne le journal satirique.

« En principe, et dans l’intérêt, non pas des acteurs politiques, mais de la nation, il est bon que, dans le jeu démocratique, la majorité gouverne et l’opposition s’oppose. Ali et les émergents qui n’ont que le souci de leur personne, ne l’entendent pas de cette oreille. Ils rêvent d’une opposition docile, soumise, entièrement dévouée au suzerain comme ces vassaux du Moyen-âge qui aliénaient totalement leur liberté. Avec ‘’la charte’’ signée en fin de semaine, ils viennent de franchir le rubicond», s’emporte le journal.

« Bon appétit, messieurs ! », ironise l’hebdomadaire L’aube.

« Qui aura la faiblesse de penser que les signataires de la charte ont l’ambition de mettre en œuvre l’ambitieux pacte social arrivé sur le marché de l’Emergence en avril dernier ? Pour tout dire, le débarquement des ‘’alliés’’ ne vise qu’à sauver le très mal en point Ali Bongo Ondimba de la déroute profilée de 2016. Une déconfiture qui aura germé des approximations, de la gouvernance sans gouvernail, et surtout d’une effarante faculté d’indifférence devant le naufrage du Gabon», analyse l’hebdomadaire.

« Si l’on peut prédire à bon droit, que les signataires tireront un bénéfice quelconque de cette alliance, autre que politique (car Ali n’en tirera qu’un avantage infinitésimal et les opposants y ont déjà perdu face et crédit), le Gabon, lui, ne gagnera assurément rien ; le passé récent ou lointain nous servant de maître-étalon des promesses fantaisistes », poursuit L’Aube.

« Ali à la recherche du temps perdu », titre Le Mbandja avant d’enfoncer le clou : « la volonté affichée du pouvoir qu’il apparaisse bien à tous que sa préoccupation actuelle ne vise qu’à améliorer les conditions sociales des Gabonais, masque mal les difficultés réelles auxquelles le régime de Libreville est sérieusement confronté et ne peut se dérober».

« Le pacte social que viennent de signer les acteurs du cinéma politique d’Ali Bongo Ondimba n’aura certainement que très peu d’impact sur le quotidien des Gabonais », prophétise l’hebdomadaire.

L’autre sujet qui alimente les conversations de comptoir et dont la presse s’est faite l’écho, c’est la tentative d’assassinat dont a été victime le Pr Albert Ondo Ossa le dimanche de la Pentecôte.

« Le professeur A. Ondo Ossa échappe à la mort », titre le périodique EZOMBOLO.

« On connaissait le coup des ‘’capistes’’, des ‘’cool-mondjer’’ et autres ‘’chanvrés’’, qui attendaient les opposants lors des marches, leurs victimes dans un sentier isolé ou dans un bar. Cette fois, on est monté d’un cran. On file désormais les adversaires, on leur rentre dedans pour les forcer à s’arrêter. C’est une innovation hardie que nous devons au pouvoir d’Ali Bongo qui a promis ‘’faire ça dure’’ à tous ceux qui ont été reçus à l’Elysée dernièrement. Premier de décordée, le Pr Albert Ondo Ossa, ancien ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et la Recherche», déclare le journal.

« Tentative d’assassinat sur le Pr Ondo Ossa, le retour des longs couteaux du régime? », s’interroge l’hebdomadaire Le Mbandja.

« Loin de nous d’accabler le pouvoir, nuance toutefois le journal, qui estime qu’ « on ne peut non plus le dédouaner aussi facilement. Et pour cause, l’actuel régime s’est installé après avoir fait couler le sang, beaucoup de sang à Port-Gentil. La violence fait donc partie du mode opératoire du régime de l’Emergence. A la vitesse où vont les choses, ceux qui se reconnaissent opposants de premier plan, ceux qui émargent dans les journaux anti-émergence doivent désormais redoubler d’attention… ».

« Qui a agressé Ondo Ossa ? », s’interroge à son tour le satirique La Griffe.

« Après la nuit des longs couteaux d’Allemagne, le Gabon vient de connaître son jour du petit couteau. Puis les salafistes ont vite fait d’accuser l’Emergence. Ça n’a pas tardé. Aussitôt le devin de l’économie agressé, que les salafistes n’ont pas tardé à envahir la toile pour accuser directement le pouvoir d’être derrière cette agression», constate le satirique.

« Ondo Ossa, nouveau prétexte des va-t-en guerre de l’opposition. Que cherche-t-on à démontrer en accusant le régime ? », s’interroge l’hebdomadaire Le Scribouillard.

« Mettre sur le dos du régime des crimes qu’il n’a pas commis pour soulever les populations ou des communautés entières contre ce régime et aboutir au désordre. Tout cela est minutieusement calculé et mûrement réfléchi. Seulement, il est aisé de s’asseoir derrière un bureau et rédiger un article de propagande. Mais difficile de prévoir les conséquences d’une telle action», prévient le journal satirique.

Gabonéco

Lundi 16 Juin 2014
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1011 fois



Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...