News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

La presse Ouest Africaine pas tendre avec Ali Bongo

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mardi 25 Septembre 2012 à 13:55 | Lu 2682 fois



La presse Ouest Africaine pas tendre avec Ali Bongo
Deux titres ouest-africains, «Le Sahel» (Niger) et «Le Pays» (Burkina-Faso), ont analysé la situation politique au Gabon. Dans sa livraison du 15 septembre 2012, le quotidien «Le Sahel» a laissé entendre que le président Ali Bongo avait commis deux fautes la même semaine : «la reconduction de l’ex-maîtresse de son défunt père à la présidence de la Cour constitutionnelle pour un quatrième mandat de sept ans et le refus du dialogue avec l’opposition solennellement annoncé devant le Parlement gabonais», estimant qu’il n’est jamais bon de refuser le dialogue, «surtout quand on est le fils d’Omar Bongo, homme de dialogue, et quand on se veut un chef d’État responsable».

Pour sa part, dans son numéro du 13 septembre, le quotidien burkinabé «Le Pays» a titré : «Gabon - Proposition de conférence nationale souveraine - Ali Bongo se braque». Par la plume de Boulkindi Couldiati, le journal écrit : «Ali Bongo a solennellement donné une réponse à la requête de ses opposants qui lui demandent la tenue d’une conférence nationale souveraine. Au lieu de se mettre au-dessus de la mêlée, en tant que chef de l’État, afin d’instaurer un dialogue franc et inclusif, Ali Bongo a livré un discours plutôt martial où il promet de sévir contre ceux qui lui demandent un peu plus de démocratie».

Le journal ajoute : «En fait, les Gabonais, depuis longtemps maintenus dans les mains ferrées d’une oligarchie familiale, ont besoin de se parler. Peu importe l’appellation du cadre. Mais Ali Bongo qui récuse obstinément cette conférence nationale feint d’ignorer la façon dont il est arrivé au pouvoir (...) A la vérité, cette sortie d’Ali Bongo manque d’élégance à plus d’un titre quand il somme surtout ses opposants de reconnaître sa légitimité. Celui qui, comme dans les monarchies absolues, a succédé à son défunt père revendique sur tous les toits la reconnaissance de sa légitimité. Sait-il seulement que la légitimité se mérite mais ne se revendique pas ?» Le quotidien de Ouagadougou s’interroge : «Qui disait, avec raison, que ‘’le pouvoir révèle l’homme et non le transforme’’ ?

‘En se comportant en forteresse assiégée face à une requête populaire, Ali Bongo achève de prouver qu’il ne s’est pas foncièrement démarqué des vieux réflexes du régime de son défunt père, caractérisé par la pensée unique. Jusqu’où mènera-t-il ce bras de fer qu’il engage avec l’opposition et la société civile ?» «La question reste entière (...) Pourtant, comme dirait quelqu’un, un problème non résolu demeure un problème à résoudre, tôt ou tard», conclut «Le Pays». Comme on peut le voir, l’image du président Ali Bongo n’est pas bonne auprès d’une certaine opinion africaine.

Source : Confidentiel Gabon

Mardi 25 Septembre 2012
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2682 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

18.Posté par emimi le 27/09/2012 18:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonsoir chers frères africains.
je suis très déçu de savoir que la presse d'un pays autre que le mien juge notre chef d'ETAT(Gabon). dans la charte des nations unies, on rappelle la non ingérence dans les affaires privées d'un ETAT.
quelle leçon démocratique le Niger et le Burkina Faso peuvent apporter au Gabon? A moins que certains ont la mémoire courte et oublient les évènement tant macabre que inconstitutionnel que ces pays ont fait face. le Gabon au delà de ses présidents dit tirant reste un endroit paisible où ces même qui critiquent nos dirigeants viennent trouver refuge quand il y'a du feu dans leurs pays.
gardons nous de juger!

17.Posté par Le Gabonais le 27/09/2012 03:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Poste 13 par Bertin

vous pensez sincèrement qu'un gabonais va s'offusquer parce qu'un journal étranger a traité son président de dictateur;

mais enfin on est où là, si je fais des marches et des grèves c'est pour que mes réclamations soient relayées à l'étranger;

A vous lire, étouffons la misère du peuple en encensant notre dictateur ou en le défendant;

Que disent les français quand la presse anglaise critique le président français?

Que disent les chinois quand les américains les critiquent?

Et selon vous c'est au Gabon où les gabonais doivent défendre un dictateur parce qu'il est critiqué par la presse étrangère.

On dirait que vous sortez d'un long sommeil pour ne pas comprendre le vrai rôle des médias. On n'est plus à l'heure de la pensée unique.

Désolé, Ali c'est un virus et toute l’Afrique le sait désormais

16.Posté par Gagui le 26/09/2012 23:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'image du fraudeur et de dictateur colle vraiment à la peau d'ali. Le pauvre.Surtout, il est honteux que la réputation du gabon soit , à ce point, au sol, au sous-sol même. Moi, vraiment, ça ne fait pas rire, j'ai honte que l'on parle comme ça d'un compatriote.

15.Posté par Libre Phil le 26/09/2012 22:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La Cour Constitutionnelle est sensée équilibrer la démocratie et garantir aux citoyen u e protection contre toute tentation de dérive ou d'abus dans la pratique du pouvoir exécutif ou législatif.

Nommer la sœur de... Relève du dépotisme ! C'est de l'anti-démocratie !
Alors, que faire ?! Élever une fois encore notre voix ?!

14.Posté par MBOUKOUEEEEEEEE le 26/09/2012 20:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
CHER BERTIN
COMMENT LES JOURNALISTES GABONAIS PEUVENT T'ILS FAIRE DES ANALYSES OBJECTIVES S'ILS SONT JOUR ET NUIT CENSURER OU POUR UN OUI OU UN NON?
QUI IGNORE QUE LE GABON EST UN PAYS DICTATORIAL,QUE LES LOIS SONT BAFOUÉES PAR LE NIDJE ALI OJOUKOU. EN CE QUI CONCERNE L'ESPRIT PATRIOTIQUE ,NOUS L'AVONS TJRS MAIS PAS ENVERS ALI OJOUKOU PARCEQU'IL NE RESPECTE PAS LES GABONAIS.

13.Posté par Bertin le 26/09/2012 19:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je trouve ça un peu troublant, des journalistes de pays sous développés et dirigés par des dictateurs font des commentaires déplacés sur notre président donc notre pays et tout le monde trouve ça élégant, je vois que pour beaucoup vous n'avez pas encore été en Afrique de l'ouest et précisément dans ces pays, Ali est le président du Gabon même si on le conteste c'est aux gabonais qu'il revient de le faire, un journaliste étranger peut faire une analyse objective de la situation mais sans avis personnel, mais ou est donc passé l'esprit patriotique, je vous rappelle que quand les gabonais sont à l'étranger ils sont un, il n'y a plus vos petites différences et quand on parle du Gabon il n'y plus des je suis de tel ou tel parti, tout le monde sait que c'est Blaise Compaoré qui a assassiné Thomas Sankara un panafricain de premier rang, et l'assassina du journaliste émérite Norbert Nzongo, la presse bourkinabé n'a de leçons à donner à personne qu'elle balai d'abord sa cours

12.Posté par ONE REVOLUTION le 26/09/2012 11:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ENSEMBLE NOUS VAINCRONS L'IMPOSTURE LE COMBAT N'EST PAS FINI CAMARADES SOYEZ FORT ET RESTONS PRUDENT DE PAR LE MONDE ACTIVONS NOUS POUR LA LIBERTE DEMOCRATIQUE DU PAYS COURAGE CAMARADES LA RESISTANCE EST NOTRE DEVOIR FACE A UN POUVOIR BOUGIVORE GESTICULATOIRE.


11.Posté par Mambundu Dugabon le 26/09/2012 10:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est vraiment de la démagogie. Ali Ben se dit attaché à l'état de droit, à la démocratie et aux droits de l'homme. Mais bon sang!
Dans quelle démocratie véritable un gouvernement dissoudrait-il un partie politique, menacerait-il de suspendre ou de dissoudre une plateforme des partis de l'opposition avec elle tous les partis reconnus d'opposition farouche? S'agirait-il de droits de l'homme lorsque certains cadres de l'opposition sont privés de paroles et lorsque d'autres sont molestés et jetés en prison? Je ne crois pas!
Peut-être Ali dirait-il qu'il n'est informé des exactions et des dérapages de ces collaborateurs. Mais il rien que le gouvernement fasse sans que le chef de l'état soit consulté, du moins les conseillers et porte paroles de la présidence de la république. Si ce n'est pas le cas nos éminents émergents rameraient donc à contre-courant, tirant ainsi vers le bas les projets, les plans, les convictions et les principes de l'émergent en chef.
Et si l'on se trouvait dans ce dernier cas de figure, il serait temps de mettre out ces fossoyeurs de la république, ces bandits de grand chemin: les NDONGO alias piment vert, MBORANTSUO, NZUBA NDAMA et autres.....
Dans tous les cas ils rendront compte au peuple gabonais et à DIEU! BASEEEEEEEEEEEEEEEE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


10.Posté par Le Gabonais le 25/09/2012 23:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ali Bongus a donné l'ordre à YAYI BONI de faire taire les journaux qui parlaient des dérivent d'Accro-Imbécil au Bénin. Va-t-il faire de même avec «Le Sahel» (Niger) et «Le Pays» (Burkina-Faso),

Nous attendons la réaction des pédé----gistes et leurs roitelets de la RT--pédé----gé

9.Posté par OYANE ONTETE le 25/09/2012 19:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
PITIEEEEEEEEEEEE DES GABONAIS ALI VA T'IL SANCTIONNER CE JOURNAL QUI NE FAIT QUE DIRE LA VÉRITÉ.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...