News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

La nécessaire brisure du cercle vicieux de la politique au Gabon

Le site de la Liberté - http://joelmbiamany-ntchoreret.blogspot.com le Mardi 24 Mai 2011 à 17:21 | Lu 1144 fois



La nécessaire brisure du cercle vicieux de la politique au Gabon
Au Gabon il est dit que tout le monde connait tout le monde. Nous serions tous apparentés, malgré les camps politiques des uns et des autres. De fait, évitant les querelles qui peuvent conduire aux grandes ruptures, nous nous acoquinons et essayons de trouver des arrangements de bon aloi.

Pour cela, la vie politique au Gabon serait un cercle. De peur de sortir de l’orbite gravitationnelle qui fonde l’existence de chacun, dans le cheminement politique que nous dessinons, nous tournons en rond. Avec les vices qui s’y développent par la sorcellerie politique des uns et des autres qui cherchent à se maintenir dans des positions politiques avantageuses, notre cercle politique est un cercle vicieux.

Il a l’avantage de maintenir l’union et cette concorde nationale pour éviter les grands dérangements. Pourtant, il plonge le pays dans des grands chagrins. Le cercle vicieux, rappelons-le, est une situation malveillante qui nourrit la misère dans le pays et ronge l’espérance du développement. La situation étant comprise désormais comme sans issue pour le progrès du pays, comment nous en sortir?

Nous savons que quel que soit le cercle, le diamètre représente toujours trois fois la longueur de la circonférence d’où Pi = 3,14…. Concluons que son diamètre correspond à sa circonférence divisée par 3, 14 :

En ayant la circonférence, il devient facile de trouver le rayon du cercle. L’identification du rayon permettra de trouver le point de gravitation du cercle et l’étendue de sa surface vicieuse. Elle est égale au diamètre multiplié par le rayon au carré.

Le calcul de la surface du cercle permet alors d’identifier l’étendue de notre bêtise politique. Laquelle est une recherche effrénée, pour tout point situé dans l’arc du cercle, à entrer en rapport avec le centre du cercle.

Nous constatons que, le point de gravitation du cercle est le pouvoir de l’État qu’usurpent certains. Suivant le mouvement gravitationnel, ceux qui désirent y accéder, constatant leur incapacité de leur faire et voulant survivre politiquement, négocier pour le maintien des liens incestueux avec le centre du cercle.

Dans l’arc, tout en suivant la courbe qui oblige à ces discussions politiques, nous marchandons dans une évolution politique qui nous ramène inévitablement après chaque renouvellement du mandat présidentiel au point de départ : coup d’État électoral, constitution du pouvoir politique illégitime; négociation politique pour donner la légitimité politique qui fait défaut; clientélisme politique pour obtenir l’adhésion du peuple ; mauvaise gouvernance et ensuite un autre coup d’État. Et la roue continue de tourner. Les pédégistes et les autres émergents disent : silence on tourne.

Comme on peut le voir, dans ce cercle vicieux, aucune solution innovante n’est susceptible d’agrandir la Nation ou de la faire évoluer. Les mêmes négociations avec la présidence de la République depuis 1993 entraînent ou produisent les mêmes effets.

Les misères qui, autrefois se lisaient dans des traits à peines perceptibles, se lisent aujourd’hui dans des creux des vallées de la mort visibles du ciel. Avant 1990, en effet, personne n’avait élu domicile à la décharge publique de Mindoubé. Il paraitrait, selon les photos de quelques amis, qu’il s’y développe une cité d’habitation façon «misère où iras-tu me déposer?».

Des Gabonais vivant dans des décharges publiques. Qui aurait pu l’imaginer, lorsque nous chassions les Équato-guinéens et ces autres africains du pays ! Oui… il faut avoir le courage de l’admettre, le pays s’enlise.

Pour sortir de la situation qui plombe le pays, chaque jour un peu plus, faut-il commencer par comprendre, et admettre, l’existence du cercle vicieux.
Il faut reconnaître que ces arrangements de palais ne sont qu’un tournement en rond après chaque élection présidentielle. Le peuple qui aspire au changement vote dans un sens, les autres dénient la volonté du changement du peuple et se proclament président ou député. Se sachant honnis, ils obligent à l’acceptation forcée en brandissant la carotte de la négociation pour améliorer ou renforcer la démocratie disent-ils. Quelle ironie, les pyromanes qui cherchent à éteindre le feu.

Ils font appel à ces leaders qu’ils appellent charismatiques ou historiques. Dans ces discussions incestueuses, ces derniers, dans leur passion du pouvoir pour le pouvoir, ne se rappelant plus pourquoi quelques Gabonais avaient fixé leur espérance en leur personne, s’agenouillent dans ce geste du renard face au corbeau pour chanter des louanges divines de la cadence du ventre. S’applaventrisent pour devenir le tapis des autres, ils oublient leur conviction. De fait, ils en viennent à enfermer la volonté du changement exprimée par le peuple, que par ailleurs, ils clamaient haut et fort.

Concevons, chers compatriotes, que ces discussions ne sont que des tambourinements pour certains de parler de leur propres cause. Alors de grâce, il n’y a pas lieu de se réjouir, outre mesure, de ces négociations sur la biométrie. Elles sont l’effet naturel de l’évolution du pays dans le cercle vicieux de la vie politique gabonaise.
Comprenons, la seule chose que la classe politique peut négocier pour sortir le pays de sa misère est la mise en place d’institutions du fonctionnement, d’organisation et de proclamation des élections qui soient réellement indépendantes de toute influence politique.

Au regard du cadre politique actuel et de la situation de crise politique latente, seul le déplacement du centre du cercle politique changera l’orbite autour duquel doit graviter ces discussions et manifestement, permettront de tracer une autre trajectoire pour notre bien-être à tous.

L’attitude qu’affiche en ce moment l’Union Nationale: ne pas aller négocier avec l’émergence dans des discussions viciées, est la voie de sortie du cercle vicieux. En effet, pour l’Union nationale, la seule discussion qui vaille est celle de la remise à plat de ce qui gouverne ce semblant de démocratie. Il faut soutenir l’Union nationale quel que soient vos sentiments à l’égard de ses leaders politiques. Il s’agit uniquement de briser ce cercle qui fait que le pouvoir trouve toujours des interlocuteurs sur lesquels s’appuyer pour maintenir le vice politique dans la République.

La résolution des problèmes politiques du Gabon ne se fera dans des discussions opaques sur la biométrie ou de quelques arrangements derrières les portes closes. Il faut une concertation ouverte sur l’ensemble des institutions du fonctionnement et de l’organisation de la vie politique, notamment les institutions en rapport avec les élections.

Aussi, je vous le dis, indépendamment de vos sentiments à l’égard d’un tel ou tel autre homme politique, il est dans l’intérêt supérieur de la République de soutenir la fermeté qu’affiche l’Union Nationale. Il faut arrêter de tourner en rond et user définitivement ce qui reste d’espoir pour des changements institutionnels profitables à toute la Nation.

http://joelmbiamany-ntchoreret.blogspot.com

Mardi 24 Mai 2011
http://joelmbiamany-ntchoreret.blogspot.com
Vu (s) 1144 fois




1.Posté par St.Michael le 24/05/2011 18:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Joel,

Article pertinent comme d’habitude…Ce n’est pas de la politique au Gabon c’est du vampire pédégiste.

La maison Gabon est mal bâtie…Quand une structure est mal bâtie et pour éviter qu’elle s’écroule sur des innocents, on la demolit et on construit une autre sur des fondations solides=democracie, Liberte, Transparence.

Aliben a renié ses racines et n’en a plus. Quand un arbre n’a pas de racines il ne peut pas porter des fruits, on le coupe, on le jette au feu et on plante un autre à la place…..

Depuis plus d’1/2 siècle, bongo/pdg-francafrique roule le Gabon sans amélioration et le Gabon se dégrade en plongeant dans un trou sans fin comme tu le démontres avec l’exemple des décharges mindoube. Pendant ce temps la Guinée Équatoriale qui était 10 ans en arrière sur le Gabon en 1998 se retrouve 5 ans en avance par rapport au Gabon en moins de 10 ans (c’est un bon benchmark pour démontrer que le Gabon a régresse). La GE peut même organiser la Can mais pas le biafrais)…Même le Rwanda qui est descendu jusqu’en enfer présente des perspectives de développement viables par rapport au Gabon.

''On différent note '': Il y a un typo dans tes formulations des propriétés du cercle…..sur la circonference et la surface du cercle.

Cheers,

2.Posté par DUNZI le 24/05/2011 19:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Joel Mbiamany Ntchoreret

Comment un jeune gabonais comme toi tu te mets à soutenir des vieux barrons carbonisés par le pdg comme cela. A moins que c'est une stratégie politique?

C'est vous tous qui retarder la jeunesse gabonaise.

A la limite crée ton parti et la jeunesse va te soutenir.

La politique c'est avoir le courage de se battre pour ses idées.


3.Posté par St.Michael le 24/05/2011 20:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Dunzi,

On ne fait pas la politique seul…et c’est pas toi qui me démentiras, toi qui as appelé de toutes tes forces le ralliement derrière JF Moloungui dans sa descente à la secte PDG.

JF Mouloungui qui esquisse maintenant des pas de danse à Ndendé sous le pagne du PDGP…Pourquoi tu ne suggères pas à JF Mouloungui de créer un parti politique ? Joel n’est quand même pas moins ou plus jeune que JF Mouloungui.

Dunzi, toujours égal à lui-même : 3T (Tenter, Tromper, Tuer).

Amen !

4.Posté par MisterGabs le 24/05/2011 22:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Article intéressant même si l'analyse a déjà été mainte fois entendu.

Ce que vous nommé "cercle vicieux" est une bien belle image, je vous l'accorde.

Votre démonstration est séduisante, mais le diagnostic du Gabon, nous le connaissons depuis bien longtemps car, comme vous le dites, il s'agit de problématiques qui se répètent depuis 1993.

Vous parlez de briser ce "cercle vicieux", je dis OUI !!

Mais lorsque vous avez des Hommes politiques qui font de leur personne une stratégie en soi comment évoluer ?

Où sont les idées ? Doit-on suivre ces Hommes comme des moutons et oublier les idées ?

Le principale objectif de ces Hommes est de prouver au pourvoir leurs capacité à mobiliser les foules et donc montrer leur capacité de nuisance pour le pouvoir en place. Il s'en suit des négociations obscures au cours desquelles les "je te laisse ceci" et "tu me donnes cela" font loi.

Pour briser le "cercle vicieux" dans lequel nous tournons depuis que la démocratie (en tout cas de façade) existe, il faut fracasser les "coutumes" de cette politique de bas étage que nos ainés nous ont enseignés.

Pensez-vous que les "dinosaures" politiques actuels soient encore capables d'innover pour le bien du peuple ? NON ! Mais innover pour leur intérêt personnel, ça c'est sûr ils savent faire !

Je ne soutiendrais pas l'UN tout comme je ne soutiendrais pas le PDG.

En nous invitant à le faire, vous vous inscrivez en contradiction avec vous même car vous participez à alimenter le "cercle vicieux" que vous dénoncez. Dans l'histoire de notre pays, les concertations politiques telle que celle que vous prônez n'ont rien donné et on a tourné en rond ! Pourquoi cette fois-ci cela donnera quelque chose ?? Avez-vous des arguments là-dessus ?

Il faut un véritable renouvellement de la classe politique au Gabon. Il faut une nouvelle façon de faire de la politique et oublier la politique du "consensus" qui n'est qu'un consensus entre "politicards". Quel sera le bénéfice pour les Gabonais ?

En réalité, l'UN ressemble beaucoup au PDG car tout comme ce dernier, c'est un parti fondé sur une personnalité et non sur des idées.

UN vs PDG = AMO vs ABO : ce combat ne m'intéresse pas, le combat qui m'intéresse c'est la lutte contre la pauvreté et l'injustice.

Au Gabon, un parti ne fédère pas des militants autour d'une vision politique, ni autour d'une idéologie mais bien autour d'une personnalité, un Homme (ou une Femme).

Tant que les choses seront ainsi, toutes les "concertation ouverte" seront vaines, sauf pour ceux qui ont des postes à négocier !

5.Posté par nietszche le 24/05/2011 23:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De la necessite de laisser le mandat d un parti se faire et de rejeter et condamner les adeptes de la transhumance politique afin que chacun s assume pleinement. Transhumance dans les deux sens. Ces derniers decridibilisent la politique renvoyant le partisan à d autres reflexes . Que les partis aient aussi des idees auxquels se fideliser.

6.Posté par Samenfous le 25/05/2011 06:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais quelle crédibilité a ce Joel quand lui-même change de veste et se montre inconstant? Hier il fustigeait l'UN en compagnie de Mengara au New Jersey. Ils ont même sorti un texte ensemble appelant au boycott de l'UN à cause de ces vieux qui ne pouvaient rien. Maintenant, ils vient dire qu'il soutient l'Un et appelle les gens à soutenir l'UN. Ce Monsieur voulait-il piéger Daniel Mengara en l'amenant à l'UN? Je ne vois aucune honnêteté dans la démarche de cet homme. Le texte a l'air cohérent, mais cette cohérence disparait quand on voit ses propres contradictions. A quel moment l'UN a-t-elle dit qu'elle ne négocie pas avec le pouvoir? Il faut arrêter vos conneries, Joel. L'UN est dissout: comment l'N dissout peut-il négocier avec le pouvoir en tant que UN alors qu'il est dissout? Vous présentez son absence aux négociations comme un refus de négocier, alors que tout le monde sait que l'UN ne peut y participer en tant que Un. C;est de la démagogie quand on sait que l'UN a chargé Myboto et Casimir Oyé Mba de négocier en cachette. Vous présentez la biométrie ici comme un péché, pourtant Myboto a salué ce péché la dernière fois comme quelque chose d'indispensable. Vous faites dire à l'UN ce que l'UN n'a pas dit et vous voulez que les Gabonais soutiennent des choses que l'Un n'a pas dites. Vous êtes un piètre propagandiste, je vous le dis. Trop de petits contradictions dans votre texte qui épatera les crédules, mais qui n'échappera pas aux vrais observateurs. L'UN n'a jamais soulevé le débat sur les institutions dont vous parlez, sinon Mba Obame et Eyegue Ndong ne se seraient pas présentés au législatives. Un soi-disant Président qui va se présentyer aux législatives organisées par Ali. Vous ne trouvez pas cela contradictoire, enfantin?
Cessez de présenter l'UN comme une force d'alternance. L'UN c'est un PDG de l'opposition. Il veulent partager le gateau, comme d'habitude. Et vous, cessez d'écrire de fausses théories auxquelles vous-mêmes vous ne croyez même pas. Si vous y croyiez, vous n'appeleriez pas les gens à l'UN. Le mal du Gabon, c;'est aussi vous, Joel. Vous cherchez trop et vous vous contredisez trop. Vous êtes donc vous-même le mal que vous décrivez. Prenez exemple sur votre collègue du New Jersey qui, lui, quoiqu'on puisse dire sur lui, est resté le seul homme en vue qui ait gardé la ligne droite et les idées claires. Vous, vous êtres un changeur de veste qui montre qu'il n;a pas de personalité. Trop changeant. Vous croyez finalement à quoi?

7.Posté par LeGaboma le 25/05/2011 17:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Samenfous


Intervention assez intéressante avant qu’elle ne verse dans l’épidermique et l’injure. Ce dernier aspect qui est la véritable épine dorsale aussi bien dans ce site que lorsqu’il s’agit de parler politique même avec des amis au quartier.



Sans me prétendre donneur de leçon, permettez-moi, s’il vous plait, de rebondir sur certaines choses que vous avez versées. D’abord, ce reproche récurrent que l’UN a légitimé le pouvoir en se présentant aux législatives partielles. A mon entendement (sans estimer avoir la science infuse), la tenue des élections n’a rien avoir avec le pouvoir qui l’organise. Les échéances électorales sont une donnée de programmation constitutionnelle. La Constitution étant au dessus du pouvoir, elle fixe la durée des mandats électoraux et ordonne le renouvellement, en ce qui concerne les législatives, du Parlement selon les délais et conditions fixée par la loi fondamentale.



Pour me répéter, la Constitution fixe, le pouvoir ne fait qu’organiser, qu’il le veuille ou pas, parce qu’il se soumet à la loi fondamentale qui se situe au-dessus de lui. Les moyens financiers et ressources humaines mobilisés pour cela n’appartiennent pas au « pouvoir politique » (supposé être de passage) mais à l’Etat qui « Est » et « Sera » quelque soient les pouvoirs qui se succèdent à sa tête. C’est dire qu’à supposé que ce soit AMO ou PMM qui avait été Président, les législatives auraient bien eu lieu avec les mêmes moyens et le personnel de l’ « Etat ».


Prenons un exemple intelligible pour tous:


La CAF organise la CAN. Commençons par distinguer cette confédération de celui qui la préside. Elle fonctionne un peu comme un Etat, elle a sa « Constitution » qui indique que la CAN se tient tous 2 ans. Quel que soit son président, bien élu mal élu, contesté ou pas, la CAN aura lieu tous les 2 ans. Le président vient avec son équipe qui ne fait que ce pour quoi elle a été élue: faire fonctionner la CAF et organiser les CAN, entre autres. Mais les moyens et les personnes mobilisés pour cela appartiennent à la CAF et non à l’équipe qui la dirige présentement.



Si le Gabon, membre de la CAF, estime par exemple, qu’il boycotte la CAN parce que le président de cette confédération a été mal élu, c’est tant pis parce que avec ou sans le Gabon, la CAN aura lieu pour ce que j’ai démontré plus haut. La participation ou pas du Gabon n’entache en rien ce que la CAF a prévu dans sa « Constitution ». De même, La participation ou pas du Gabon ne légitime ni ne décrédibilise une équipe dirigeante mal ou bien élue. Le Gabon peut participer et continuer à contester l’élection du président de la CAF. D’ailleurs, on a vu l’URSS boycotter les Jeux Olympiques Américains et vice versa. Et l’organisme des JO et l’organisation des JO, qui n’ont rien à foutre des problèmes entre Etats, ont continué leur route jusqu’ à ce jour.



Dans le même ordre d’idée, le Cameroun, par exemple, boycotterait la CAN parce qu’il estime que Ali ou Obiang Nguema aurait été mal élus? La CAF n’a rien que faire des problèmes politiques des Etats qui accueillent la CAN. La légitimation d’Ali ne dépend pas de la participation du Cameroun à la CAN.



L’UN n’a pas mal fait d’aller aux législatives. C’était en plus une façon pour certains de montrer que leur élection ne dépendait pas de leur appartenance au PDG. Participer aux pseudo concertations convoquées par le pouvoir, voila la reconnaissance d’un pouvoir, fut-il usurpateur. L’organisation d’élection ne dépend aucunement du pouvoir, c’est la raison pour laquelle ce pouvoir a recours à la de la Cour Mborantsuée pour le report des législatives car elle seule peut mettre la Constitution entre guillemets lorsqu’un cas de force majeure se présente.



Pour reste, vous ne faites pas mieux que l’auteur. Vous dites, par exemple, que Mengara resté constant. Ce qui n’est pas vrai du tout. Il bifurque très régulièrement! Et si l’UN n’était pas une alternative (pas forcement crédible) au PDG, Ali ne chercherait pas à l’éliminer. Je soupçonne qu’Ali veut s’assurer de l’élimination politique de Mba Obame avant de rétablir l’UN.


8.Posté par St.Michael le 25/05/2011 19:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@LeGaboma,

Cette réponse sans émotion est intelligente, respectueuse et d’une objectivité exemplaire.

Que dire de plus si ce n’est : Soyons de Role Models comme LeGaboma.

Cheers, St.Michael.

9.Posté par Titof le 26/05/2011 16:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
IL FAUT BUTER LE BIAFRAIS . /

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...