News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

La modernisation de la fonction publique – l’autre volet de la Bonne gouvernance exigée par F. Hollande à l’imposteur Ali Bongo 9%

Le site de la Liberté - Jacques Janvier Rop's Okoué Edou le Lundi 6 Août 2012 à 08:18 | Lu 351 fois



La modernisation de la fonction publique – l’autre volet de la Bonne gouvernance exigée par F. Hollande à l’imposteur Ali Bongo 9%

Partie 2 – Le développement des responsabilités, l’évaluation des politiques publiques et une nouvelle politique salariale

Le développement des responsabilités et l’évaluation des politiques publiques

Il s’agit, pour les administrations publiques gabonaises, de tirer les conséquences positives de la déconcentration en conférant plus de responsabilités aux différents services internes.

La mise en œuvre de cette politique passera par une démarche collective, celle du projet de service, que les services extérieurs devront appliquer (concrétiser) eux-mêmes.

Dans ce cadre, ces derniers devront bénéficier d’une grande autonomie : il ne peut avoir de responsabilité sans autonomie.

Toutefois, cette autonomie de conception et d’application (réalisation) de projets de service par les administrations nationales devra faire l’objet d’une évaluation annuelle administrative systématique (par le ministère de tutelle), d’un contrôle financier (par l’inspection des finances) et budgétaire (par la cour des comptes).

La nouvelle politique salariale

Selon l’examen de la situation 1995 (année choisie au hasard), la masse salariale totale de la fonction publique s’était élevée à 177,4 milliards francs CFA pour un effectif total de 66.503 employés soit, un salaire moyen de 2.667.548 francs CFA par année et agent de l’État.

Toutefois, cette situation de salaire moyen de 2,667 millions francs CFA/annuels ou de 222.295 francs CFA/mensuels occulte, sur le plan empirique, une profonde injustice sociale, celle d’une très inéquitable rémunération des agents des l’État.

L’origine de cette iniquité réside dans le stupide article 21 de Bongo père. Préférant l’injustice au désordre, cet article bidon lui a durablement permis de faire d’un chien, d’un villageois inculte et d’un chasseur de porc-épic, un haut responsable de la république poubelle du Gabon, et de conférer à ces derniers d’énormes privilèges salariaux eu égard à leur inféodation au système diabolique et kleptocrate bongoïste.

Ainsi, un ancien hiérarque du PDG avait lui-même déclaré sur les antennes de radio France internationale (RFI) qu’il percevait 40.000.000 francs CFA/mois et que maints autres dignitaires de la république bananière du Gabon étaient payés autant avec une qualification et/ou productivité quasi-nulle.

Pour les autres agents de l’État dévoués, honnêtes, compétents et dynamiques qui n’avaient pas voulu aliéner leurs âmes à Samaël local et verser dans les crimes rituels, sodomie et autres forfaitures, ce n’était que des salaires de misère malgré un capital humain (qualification ou productivité) nettement plus élevé.

Or, c’est ce caractère injuste (inique) de la répartition de la richesse nationale et donc, la faiblesse des salaires du plus grand nombre de fonctionnaires de l’État qui a aussi justifié la montée exponentielle de la corruption au Gabon.

Ainsi par exemple, les policiers chargés d’assurer la sécurité des biens et des personnes, du contrôle et de la régulation de la circulation urbaine se mirent à racketter sauvagement les taximen. Les infirmiers se mirent honteusement à voler les médicaments des hôpitaux pour soigner leur progéniture et revendre chez les bana bana nigérians et ghanéens. Les enseignants se mirent à monnayer les notes et autres moyennes sexuellement transmissibles (MST), répandant ainsi le sida à la vitesse du TGV le sida au sein de la population, notamment dans les universités, lycées et collèges.

Dès lors, il importe de mettre en place une nouvelle grille salariale où tous les agents de l’État s’y retrouveraient ou à laquelle ils seraient assujettis.

Cette nouvelle grille salariale, à concrétiser dans le cadre des conventions collectives (État-syndicats) devra obéir aux critères de méritocratie (à chacun selon son capital humain).

Une nouvelle grille salariale fonction du background et de la productivité de chacun

A. Smith est peut-être avec S. Mill, l’un des précurseurs de la théorie du capital humain : « un homme qui a dépensé beaucoup de temps et de travail pour se rendre propre à une profession qui demande une habileté et une expérience extraordinaires doit espérer que la fonction à laquelle il se prépare lui rendra, outre les salaires du travail simple, de quoi l’indemniser de tous les frais de son éducation avec au moins, les profits ordinaires de la même valeur. Il faut aussi que cette indemnité soit réalisée dans un temps raisonnable en ayant égard à la durée très incertaine de la vie des hommes ».

Toutefois, le véritable père fondateur de cette théorie du capital humain reste l’américain G. Becker. Selon ce prix Nobel d’économie, l’individu se considère comme détenteur d’un capital humain un peu particulier car il est consubstantiel à lui.

Ce capital humain se définit par les connaissances générales, spécifiques, le savoir et l’expérience qui sont acquis par l’individu compte tenu de la facilité avec laquelle se fait l’apprentissage.

Comme un gestionnaire de capital, le salarié va chercher à acquérir et à accumuler des connaissances afin d’augmenter son gain futur. Pour apprécier l’opportunité d’investir dans son propre capital humain, l’individu va comparer le rendement interne de l’investissement (Tri) en capital humain avec le taux de l’intérêt.

En estimant les coûts de l’investissement en qualification et les rendements attendus, il va décider de l’investissement sous deux conditions.

La première est que le coût actualisé de l’acquisition du capital doit être inférieur à la somme actualisée des revenus à percevoir.

La deuxième est que le taux de rendement de l’investissement doit être supérieur au rendement de l’investissement financier c’est-à-dire au taux de l’intérêt. Ce taux de rendement de l’investissement est minoré par un coefficient de risque, le salarié (l’individu) n’étant pas sûr (certain) de pouvoir utiliser tout son acquis.

Dans ce cadre, la formation-éducation est considérée comme le principal moyen d’accroître le capital humain : l’individu se forme jusqu’à ce que le coût actualisé de cet investissement (perte de revenu induite, temps passé à étudier, droits de scolarité…) soit égal aux revenus actualisés de l’accroissement de salaire.

Le temps de formation est donc le résultat d’un calcul d’optimisation : certains individus, qui ont une préférence pour le présent et veulent bénéficier aujourd’hui d’un certain revenu plutôt que d’attendre demain pour recevoir un revenu plus élevé, seront amenés à réduire le temps de formation.

Dès lors, la hiérarchisation des salaires étant un classement ordinal des niveaux de salaires, cette nouvelle grille salariale devra donc reposer sur une différenciation des salaires en fonction du capital humain, des qualifications, compétences et productivités des uns et des autres.

Les salariés les mieux payés devront être ceux qui ont le plus investi dans l’acquisition du capital humain et non plus les illettrés chasseurs de gazelles et autres adeptes de crimes rituels, de crimes sacrificiels, de la sodomie ou du vaudouisme.

La hiérarchie (différence) des salaires ne doit plus être que le reflet de l’inégalité des compétences et des backgrounds individuels et non plus celui de l’appartenance à une secte sanguinaire (le PDG), du tribalisme, du népotisme ou de la prostitution.

En définitive, cette nouvelle grille (politique) salariale qui reposera sur le principe de la méritocratie « À chacun selon son diplôme, expérience et productivité » conduira à une situation nouvelle selon laquelle, les agents de l’État seront désormais payés selon leur capital humain.

Une nouvelle grille salariale à mettre en œuvre dans le cadre des conventions collectives

Outre d’être fonction du capital humain et de la productivité des salariés de l’État, la nouvelle grille salariale gabonaise devra reposer sur un autre principe fondamental, celui de l’indexation des traitements et salaires des fonctionnaires sur l’indice du coût de la vie pour systématiquement préserver leur pouvoir d’achat.

Dans ce contexte, afin de réunir (rassembler) les intérêts des différents acteurs économiques et avoir force de loi s’imposant à tous, il sera indispensable que cette nouvelle grille (politique) salariale naisse d’une convention collective entre le nouveau gouvernement et les syndicats des fonctionnaires.

Ces négociations collectives, entre l’État et les syndicats des fonctionnaires, sur les salaires et traitements des agents de l’État devront systématiquement reposer sur un cadre juridique. Elles doivent reposer non sur une simple pratique mais, sur un droit d’où il découlera une obligation (juridique) pour le gouvernement.

Somme toute, seule l’application d’une telle politique (grille) salariale devrait redonner une importance et reconnaissance à l’enseignement et la santé (secteurs clés de développement d’une nation) et permettre à l’État de faire des économies substantielles de masse salariale par la réduction drastique des salaires et traitements faramineux de la prostituée et inculte clientèle bongoïste à capital humain et productivité quasi-nuls.

Dr Jacques Janvier Rop's Okoué Edou,
Secrétaire Exécutif Adjoint du BDP-Modwoam chargé des
Affaires Économiques, du Développement et de la Mondialisation,
Doctorant en Sciences politiques,
MAP – Évaluation des programmes publics,
DESS en Administration des Affaires,
Pr d’économie à l'UQAR et au Cégep de Limoilou,
Consultant international (BTO Groupe Consultants).

Lundi 6 Août 2012
Jacques Janvier Rop's Okoué Edou
Vu (s) 351 fois




1.Posté par Alerte Info le 06/08/2012 11:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
le programme d'islamisation est en cours au Gabon.
Après le lancement de la première radio islamique au Gabon, situé dans l'enceinte de la mosquée proche du commissariat central de Libreville, les adeptes de cette religion lancent la création d'une télévision islamique de propagande d'islamisation générale du Gabon.
À suivre!

2.Posté par Ayacoma des Hayacoma le 06/08/2012 21:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
IL FAUT BUTER LE BIAFRAIS ET SES SBIRES UN POINT C'EST TOUT LE RESTE N'EST QUE PURE LITTERATURE

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...