News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

La lettre ouverte de “Ça suffit comme ça” à François Hollande

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mercredi 4 Juillet 2012 à 10:00 | Lu 1419 fois

La rencontre, le 5 juillet à Paris, entre Ali Bongo et François Hollande continue de susciter l’enthousiasme des uns et la levée de boucliers des autres. N’étant pas en reste, la société civile gabonaise, regroupée au sein du mouvement Ça suffit comme ca et du Front des Indignés du Gabon, a publié, le 3 juillet à Libreville, une lettre ouverte à François Hollande, ci-après publiée in extenso, sans les annexes.



La lettre ouverte de “Ça suffit comme ça” à François Hollande
«Monsieur le Président,

A l’heure où vous vous apprêtez à recevoir le président du Gabon, peut-être serez-vous surpris d’apprendre avec quel intérêt les Gabonais ont suivi les primaires du Parti Socialiste, la campagne de l’élection présidentielle. Par la suite, des vivats ont inondé le Gabon à l’annonce de votre élection. Cette clameur doit être interprétée comme un cri de libération d’après les idéaux que vous avez proclamés tout au long de votre parcours, notamment celui qui concerne l’État exemplaire.

En effet, notre pays n’a jamais connu l’État exemplaire auquel aspirent tous les peuples. Un entre-soi de galapiats, d’aigrefins et de flibustiers, depuis Bouët-Willaumez, maintient au pouvoir des roitelets de villages hissés aux rangs de rois, puis de chefs d’Etats gabonais, par des tropismes que postule l’incompatibilité entre le progrès de notre pays et les intérêts de la France.

Une révision constitutionnelle adoptée en 2010 a légalisé l’essence liberticide de l’État : tous les droits et libertés fondamentaux, sans exception, sont reconnus. Mais toujours « sous réserve de… », notamment « sous réserve de trouble de l’ordre public ». Or, lorsqu’une minorité détient le pouvoir, de père en fils, pendant des générations et de façon patrimoniale, elle finit par se confondre avec l’État. Et, comme Mouammar Khaddafi, elle est prête à défendre «son» patrimoine «jusqu’à la dernière goutte de sang». Il est donc naturel que le développement et le progrès de notre pays soient des variables d’ajustement de notre roi fainéant et de ses proches dont les priorités sont les voitures de luxe, les voyages, les bijoux, la haute couture, l’achat de palais à l’étranger et toutes autres sortes de dépenses somptuaires. Groupie de pop stars grassement payées à la moindre prestation par le contribuable qui a faim, le président gabonais élu par la Françafrique affrète des avions pour assister à des tournois internationaux de golf, de tennis ou de football. Pour répondre aux revendications légitimes de ses administrés privés du minimum vital et pour neutraliser toute forme de contestation de ses choix politiques inconsidérés, la matraque et le cachot, la suppression de bourses d’études, la révocation, la confiscation de salaires et la rétention de dossiers de retraites sont désormais des mesures disciplinaires routinières à l’endroit des « ennemis de l’Etat ». Mais qui est l’Etat gabonais ?

Comme après chaque élection présidentielle depuis l’Indépendance, notre constitution a été corrigée récemment, pour légaliser le renforcement des prérogatives du président de la République qui étaient déjà celles d’un État hyper-présidentiel.

Au profit de nombreuses agences, toutes rattachées à la présidence de la République, le gouvernement est désormais dessaisi, entre autres, de tout dossier foncier et de l’investissement public. Pire, les nouvelles dispositions constitutionnelles accordent l’exclusivité des questions de défense et de sécurité au seul président de la République, seule et unique institution habilitée à déclarer une guerre sans en référer à qui que ce soit, ou à donner un contenu au paradigme autant fantasmagorique qu’obsessionnel de «trouble de l’ordre public». Ali Bongo, que vous vous apprêtez à recevoir, a traduit notre loi fondamentale en véritable Marteau des sorcières et mué en genouillères tous les contre-pouvoirs civils et institutionnels. Que peut-on attendre d’une Cour constitutionnelle prévaricatrice (elle est locataire – 4 millions F CFA par mois- de la propriété privée de la présidente qui y réside et fait exécuter de lourds travaux de réfection de son domicile -200 millions CFA en 2010- aux frais du contribuable) lorsqu’elle est présidée, depuis sa création en 1990, par la mère des demi-frères du président de la République, et qui valide une élection législative dont le taux d’abstention officiel dépasse 80%, accordant 116 députés sur 120 au seul parti présidentiel.

Monsieur le Président,

Vous aurez constaté que la présente lettre ouverte n’est pas une supplique. En effet, il ne saurait être question, pour nous, de placer notre destin et celui de nos générations futures entre vos mains, car nous entendons continuer à prendre notre responsabilité devant l’Histoire. Mais nous avons été très attentifs aux valeurs de justice, d’État exemplaire et de respect des citoyens et des peuples que vous vous êtes engagé à instaurer, voire à incarner. C’est pourquoi, Monsieur le Président, bien qu’ayant constaté quelques signes encourageants depuis votre prise de fonction, notamment dans l’intitulé-même de certains ministères et du fait de la suppression de la triste cellule africaine de l’Élysée, nous nous interrogeons, toutefois, sur le fait de savoir si vous mettrez fin, de manière tangible, à la politique de la France qui, depuis près de deux siècles, déchire les pages de notre grand livre d’Histoire au fur et à mesure que nous l’écrivons, et si les relations entre la France et le Gabon ne se résumeront plus, désormais, en une association de malfaiteurs et de dictateurs patrimonicides sur le tapis rouge.

Veuillez, agréer, Monsieur le Président, l’assurance de notre très haute considération.

Fait à Libreville, le 3 juillet 2012 »


Mercredi 4 Juillet 2012
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1419 fois




1.Posté par Serge le 04/07/2012 11:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le ton est dur, le style complexe. Letableau dressé sur le Gabon bien sombre. La lettre aurait gagné à s'achever sur des pistes claires. La simple question consistant à savoir si Hollande va continuer ou pas avec la Françafrique, me parait bien faible, voire insuffisante. Il fallait clairement pointer des axes ou des aspects sur lesquels vous voulez vous pencher particulièrement. Mais, l'initiative en soi est convenable.

2.Posté par St.Michael le 04/07/2012 11:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Excellente lettre et rien à y rajouter si ce n’est rappeler à François Hollande qu’il recevra bientôt l’une des marionnettes sans scrupule ni moralité de la françafrique.

La françafrique est d’autant plus nuisible à la France qu’elle l’est pour le Gabon et l’Afrique. En effet ; la France ne sera jamais libre ou démocratique tant que la françafrique sera opérationnelle. Depuis la 5eme république la droite s’est servie de la Françafrique pour écarter la Gauche du pouvoir et renforcer leur trésor de guerre pour laminer et faire disparaître la Gauche en France .

Si la Gauche veut exister et faire compétition à armes égales avec la Droite des mafieux sarkozistes, François Hollande et la Gauche doivent donner un coup de grâce à la françafrique en commençant par sa stupide marionnette Aliben/PDG.

Amen.

3.Posté par la fin le 04/07/2012 16:08 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
felicitation cher patriotes ! Bien, monsieur honlande a conscience de la situation du gabon ;il sait que cette vermine d adopte d ali bete ne vaut rien du tout . Et qu il est a la tete du gabon pace que son predecesseur a bien voulu faire de lui son valet pour mieu exploiter le gabon . Demain , nous saurons si la gauche a reelement des valeurs democratique ou simplement des slogans . quant a odjoukou nous allons lui mettre dehors tot ou tard avec ou sans la france ; car ,le gaabon appartien aux gabonais et non aux nigerians .freres gabonais preparons nous pour le grand jour de la liberation de notre pays des mains des pedes ,voleurs , menterurs . Il y a une fin en toute chose .

4.Posté par FOUTAISE le 04/07/2012 17:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J' approuve cette lettre très bien écrite. Le fond y est. Vous avez tout dit. On est ensemble. La biafrerie gabonaise qui s'appuie sur sa "légion étrangère" au Gabon doit savoir que vous ne prendrez pas tous les gabonais pour des cons, et que c'est le noyau dur et les soldats de l'ombre qui mettront à bat le clan satanique, manipulateur, ce clan de buveurs de sang, chantres du tribalisme et du "laissez-nous avancer dans la distraction, dirigé par Alain OBI Jeffrey OJUKWU BONGO.

Toute chose a une fin...

5.Posté par Alerte Info le 04/07/2012 17:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le 13 avril dernier, interrogé par le site Médiapart, François Hollande avait jugé que l'élection présidentielle gabonaise « n’était pas dans les critères de ce qu’on peut appeler des élections démocratiques ».

6.Posté par Karl le 04/07/2012 17:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On nous annonce que le PDG distribue de l'argent pour faire une contre manifestation demain. Plusieurs Congolais sont mobilisés actuellement à Chateau Rouge. 100 euros par tête.

7.Posté par Oréma le 04/07/2012 18:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lettre très bien écrite, respect les frères et allons tous de l'avant chacun à sa manière pour combattre Obi.

8.Posté par BONGO le 06/07/2012 01:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La situation catastrophique du GABON commence a être prise en considération par les citoyens gabonais de tout bord et par la communauté internationale. Tout le monde est convaincu que les BONGOS ont appauvri le GABON pendant près de 50 ans après avoir amassé des budgets colossaux avec une population de 1,5 million d’habitants. Les budgets successifs du GABON sont de l’ordre de 2000 milliards de franc CFA chaque année. C’est une manne colossale si on la compare aux pays comme la RDC qui a 70 millions d’habitants qui s’en sort avec 2000 milliards de francs CFA de budget chaque année. Il est vrai que la manne du GABON (2450 milliards de CFA cette année ) attire beaucoup d’appetits mais cet argent est toujours aux mains des BONGOS depuis 50 ans environ. Pour évaluer l’importance de la fortune amassée par les BONGOS, il faut considérer que la moitié du budget est détournée chaque année sans qu’aucune réalisation ne vienne voir le jour. Soit 1000 milliards de CFA détournées chaque année ce qui représente une bagatelle somme de 45 ans x 1000 milliards = 45 000 000 000 000 de francs CFA. La moitié de cette somme a été utilisée pour financer le train de vie du PDG (200 représentations du PDG dans le monde), pour acquérir des appartements dans les pays occidentaux, pour gérer les maitresses, pour s’offrir des voitures de luxes, pour financer les campagnes politiques françaises, pour payer les salaires du Congo, pour payer les salaires de la centre Afrique, etc ...L’autre moitié de cette somme se trouve dans les banques occidentales (banques françaises, banques du Maroc, banques suisses et USA ) et à la BGFI (2000 milliards de chiffre d’affaire en 2012 c’est l’équivalent du budget annuel du GABON !). Une autre prédation des richesses du GABON a été opérée par les multinationales. L’affaire ELF représente une bagatelle somme de dix milles milliards de francs CFA (10 000 000 000 000 francs CFA) détournés sur les ventes de pétrole du GABON pendant 20 ans d’activité d’ELF GABON. Cette somme n’a jamais été comptabilisée au niveau du budget du GABON. Elle a été versée aux personnalités politiques du GABON, de la France et des dirigeants d’ELF de l’époque. Ce fut un manque à gagner pour le développement du GABON. Le rôle qu’a joué les bongos depuis qu’ils sont à la tête du GABON, c’est de payer les minables salaires aux agents de la fonction publique, de payer les budgets de chaque ministère (70 milliards de CFA chaque année par ministère), de rembourser une partie de la dette et puis c’est tout. Ils n’ont jamais consacré une somme à l’investissement. La preuve il n’y a aucun investissement à hauteur de 100 milliards de CFA perceptible dans une année au GABON depuis que les Bongos sont au pouvoir. Pour tant les budgets successifs sont de l’ordre de 2000 milliards chaque année. Ce qui a facilité le maintien au pouvoir des Bongos pendant 50 ans, c’est principalement l’existence des deux bases militaires françaises (LBV et POG) et l’existence des accords secrets d’intervention de l’armée française en cas de trouble de l’ordre intérieure au GABON. Ces accords avaient entrainé une intervention de l’armée française en 1964 au GABON. C’est donc finalement l’armée française qui facilite la prédation des bongos sur les richesses du GABON. Puisse que la France même profite des richesses du GABON depuis l’époque coloniale. Tenez le GABON est le troisième producteur de ferro-manganèse au monde, mais le manganèse ne représente que trois pourcents du budget du GABON ! où va l’argent du manganèse GABONAIS? L’uranium du GABON avait été exploité à la vitesse de la lumière de telle sorte qu’aujourd’hui on en parle plus. Le GABON avait offert gratuitement à la France une pile nucléaire (fameuse pile d’oclo) capable de produire de l’énergie électrique nucléaire pendant 100 ans ! La pile d’oclo du GABON, est un réacteur nucléaire naturel qui se trouve dans un laboratoire francais. Cette pile devra être rapatriée au GABON pour nous permettre de produire de l’energie electrique pendant 100 ans dans nos provinces !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...